Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
wancyrs : Tu te fous de ma gueule !
 Publié le 29/05/11  -  9 commentaires  -  2492 caractères  -  169 lectures    Autres textes du même auteur

Et ils t'appellent héros d'guerre !


Tu te fous de ma gueule !



Les balles tracent des arabesques d'feu,
le staccato des armes règne sur l'silence violenté.
Se font face en chien d'faïence,
des hommes et des femmes qui ont été fait bêtes,
tout comme moi, serrant ma kalach, l'air bête.

Séduit par les idéaux pacificateurs,
ventriloques à la solde des effusions,
sans hésiter j'ai endossé l'uniforme.
Maintenant, il est maculé d'sang,
au milieu des spectres dansants.

Le ciel est bleu, j'fais un vœu ;
les nuages sourcillent, mais qui s'en soucie ?
Dans l'ventre la peur éventre...

Et cette voix intérieure qui invite au calme.

Mais dites-donc, elle s'fout d'ma gueule ?


Tapis dans l'noir, je regarde flamber l'village.
Le feu qui danse balaie tout dans son sillage.
« À l'assaut ! » avait crié la voix-harangue,
surtout assurez-vous que nul n'en réchappe !

Le commandant dit que c'est pas des humains,
et les tuer tous c'est assurer d'meilleurs lendemains.
Le commandant dit que c'est d'la vermine,
des monstres que seule la joute détermine.

Drôle d'vermine faite d'chair,
étrange vermine faite d'sang,
Le monstre pleure son fils qui
agonise.

Le commandant dit que l'ennemi n'a pas d'sentiment ;
Que l'ptit monstre tombe sous les balles, le dommage est
collatéral.

Mais bon dieu ! Il s'fout d'ma gueule !


L'aube qui s'lève découvre l'habitat en cendres,
mais l'innocent étendu ne renaît pas d'ses cendres.
Je cherche dans l'combattant la face d'la cruauté,
mes idéaux, où reflète c'qui jadis fut beauté.

Tuer c'est mal ! En leçons d'morale ils me l'clamaient.
Aujourd'hui on m'colle une arme dans la paume et m'envoie au feu ;
deux choix m'sont donnés :
Crève ou crève...

Choisir la boutonnière d'pruneaux au front
et gagner une médaille à titre posthume,
ou s'passer la corde au cou,
la corde du lâche,
hué par la foule en liesse ;

Déserteur !

D'autre part, ils t'cousent un gilet à l'épreuve des attaques,
justice et paix sont les flambeaux de cette arnaque.
Et ils t'appellent héros d'guerre !

Me brandir justice et paix comme alibis
d'ma folie ?
mais au fait,
comment taire en moi cette voix qui m'crie

Assassin !!!

Décidément on s'fout d'ma gueule !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Charivari   
16/5/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ça arrache ce texte !

Très bon, le ton, vraiment. Dès le départ, avec le staccato des armes, on sent qu'il y a du rythme, du nerf. Après, c'est parfois un peu dur de se faire une idée rythmique, on sent qu'il y a de la cohérence, à certains endroits plus appuyés que d'autre( par exemeple : Tuer c'est mal ! En leçons d'morale ils me l'clamait.
Aujourd'hui on m'colle une arme), mais en tant que lecteurs, on se perd parfois.

Sinon, j'aime la manière dont le texte progresse. Peu à peu, vers la dénonciation, vers le mot "assassin". J'imagine que pour la musique, tout est là, dans les mots "assassin" et "déserteur"

Bref, un texte qui se fout pas de notre gueule

   Jano   
22/5/2011
 a aimé ce texte 
Pas
D'entrée je suis gêné par l'accumulation anarchique des élisions : "d'feu, l'silence, l'ptit, d'morale etc." Si dans un énoncé ça peut donner un type de phrasé, à la lecture c'est franchement pénible. Rien ne t'empêche d'écrire correctement un texte, même si c'est du rap, puis de le prononcer comme bon te semble devant le micro. Mais ici, sur un forum d'écriture, nous ne pouvons pas juger les effets vocaux, nous nous attachons en priorité à la qualité du style.

Sur le fond ta charge antimilitariste est plutôt grossière, caricaturale, bien loin de la force du "Déserteur" de Boris Vian par exemple. Je ne te demande pas d'écrire comme lui, mais au moins de tenter quelque chose de plus subtil. Des phrases comme : "des hommes et des femmes qui ont été fait bêtes", "Dans l'ventre la peur éventre", "Le commandant dit que l'ennemi n'a pas d'sentiment" restent des poncifs qui n'amènent rien de plus dans la condamnation et l'absurdité de la guerre.

   Lunastrelle   
25/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un texte que j'ai bien aimé, mais il est vrai qu'une version audio serait pas mal, pour que l'on puisse mieux appréhender le rythme de ce slam.
Ce qui m'a particulièrement gênée, c'est la contraction et l'élision de certaines voyelles... Par exemple, rien que le premier "arabesque d'feu", euh j'ai énormément de mal à le prononcer correctement, ça me heurte... Idem pour "drôle d'vermine"...

Pour le fond, c'est un peu caricatural, mais je trouve tout de même le sujet mené intelligemment. C'est une facette du déserteur. Pas forcément plaisante, c'est vrai, mais bon...

   Marite   
29/5/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour Wancrys. J'ai eu des difficultés à lire ce texte entièrement. La cause: le trop grand nombre de "d'.., l'... etc" qui cassent le rythme de lecture.
Est-ce que ce sont vraiment des élisions ? N'étant pas très futée pour les termes techniques j'ai cherché ce mot dans le dictionnaire et voici ce que j'ai trouvé: " élision: suppression d'une voyelle à la fin d'un mot quand ce dernier commence par une voyelle ou un h aspiré."
Ici, ce n'est pas le cas pour de nombreux mots: "d'feu - l'silence - ... etc" Y a-t-il un autre terme pour désigner cela ? Pour beaucoup d'entre eux ça rend la lecture contraignante. Je trouve que l'écriture n'avantage pas le fond mais plutôt le rend très brumeux.
Tout ceci pour dire que ce texte ne m'a transmis aucune émotion.
Désolée Wancrys, je sais pourtant que tu arrives par les mots à transmettre des émotions très fortes mais ici, ça n'a pas été le cas pour moi.

   Alexandre   
29/5/2011
Salut frère Wan ! Ce texte m'a tout de suite fait songer au bouquin d'Amhadou Kourouma, " Allah n'est pas obligé", une plongée dans les guerres intestines qui ont ravagé l'Afrique ces dernières décennies... Si tu ne l'as pas lu, je te le conseille.
Reste que je trouve que tu as fort mal traîté le sujet et je n'adhère pas du tout à ce style d'écriture particulièrement en ce qui concerne ces "pseudo" élisions qui cassent la lecture... Je sais que c'est classé en slam mais tout de même...
Je suis convaincu que tu peux faire de ce texte quelque chose de bien en revoyant la forme.
Ce n'est qu'un avis tout personnel et amical...
Bonne continuation ! Alex

   Lunar-K   
29/5/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Je ne parviens pas à saisir le rythme de ce texte, la faute à ces élisions trop abondantes et bien souvent difficiles à prononcer, mal placées. Sans doute ce problème de rythme y est pour beaucoup dans le manque d'émotion qui ressort de ce texte. En tout cas, je n'ai ressenti ni révolte ni dégoût, alors que c'est, il me semble, ce que vous avez voulu traduire ici.

Il y a également de nombreuse facilités au niveau des rimes ainsi que bon nombre de clichés, ce qui n'aide pas à rentrer dans ce texte et à le vivre vraiment.

Un sujet difficile donc, d'autant qu'il a souvent été traité, ce pourquoi il n'est pas aisé d'être original et donc de toucher le lecteur, de le surprendre. Je trouve qu'un sujet aussi fort et aussi grave mériterait davantage d'émotion, peut-être en approfondissant cette dualité qui se dessine à la fin entre le déserteur et l'assassin. Je crois qu'il y a moyen de retravailler ce tiraillement chez le soldat qui doit choisir entre la morale des autres et devenir assassin ou sa morale et devenir déserteur, avec les conséquences lourdes que ce choix aura, que le soldat penche pour l'une ou pour l'autre des deux alternatives.

En conclusion, je ne suis pas convaincu par ce texte dans lequel je n'arrive pas à rentrer, d'abord à cause d'un problème de rythme (élisions, rimes,...), mais aussi à cause d'un certain manque d'originalité dans le traitement du sujet.

   chachnikov   
31/5/2011
Bonjour,

Pas mal de choses ont déjà été dites pour ma part je n'ai pas aimé le rythme et même si je ressens de la sincérité, je trouve le texte mauvais. La difficulté de créer un personnage et une histoire réside dans la composition subtile du sentiment, l'ambiguité de l'être.
peut-être, si vous êtes anti-militariste, il aurait été plus intéressant de nous faire parlager simplement votre émotion sans passer par le biaie d'une histoire.

   scoulibri   
31/5/2011
 a aimé ce texte 
Un peu
J'aime le thème, j'aime de développement de l'histoire.
En slam? peut-être.
Il me manque un peu d'émotion, ce mélange de désabusée et de sceptique. ici, il y a n peu trop de... Les deux premiers paragraphes sont trop cousus de fils blancs; trop de clichés. Certes cela sert au texte mais "spectres dansants" n'est-ce pas un eu trop su, trop facile? Du coup on perd un peu le rythme

   LeopoldPartisan   
22/6/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Dommage dommage que la finesse du recul de l'analyse ne soit pas au rendez-vous. Déjà que le rabotage des mots pour faire trouffion, soit réellement agaçant, cela donne un côté un rien "m'enfin, m'en fout" qui ne sert vraiment pas le thème. On peut être antimilitariste ou objecteur de conscience ou simplement là par hasard sans être anaphabète. Dommage dommage, car vraiment autant dans l'idée que dans le scénario, il y avait vraiment matière. Là quelque part c'est le lecteur qui aurait presqu'envie de dire à l'auteur : Tu te fous de ma gueule !


Oniris Copyright © 2007-2018