Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
WildPath : M'Agite Art
 Publié le 29/03/12  -  7 commentaires  -  1335 caractères  -  158 lectures    Autres textes du même auteur

Sur l'air de "Le Métèque" de Georges Moustaki, c'est l'expression
romantique des battements de mon cœur pour ma guitare et ma
compagne de vie ; "entre les deux mon cœur balance" n'est pas une question de choix mais de complémentarité.


M'Agite Art



Avec ma guitare, ah ! brigande,
Que je mets bien trop à l'amende
De ne pas assez la jouer,
Moi, je ne souhaite rien de mieux
Qu'en maints tempos et en tous lieux
Elle se pince d'avouer :

"Je ne suis pas de ces furies
Qui après tant d'années fleuries

Se montreraient assez odieuses
Pour qu'un élan vers la bohème
Me fasse oublier mes je t'aime
Sous tes caresses mélodieuses."

De son étui je la dérange,
Moitié démon dessous la frange,
Et dans ses cordes je me damne.
Je risque fort, je le sens bien,
De réveiller son art, le sien,
Que l'on ne voit que s'il se pâme.

Elle me donne tout son cœur,
Sans faux accords, soupirs, rancœur.

Elle pend ça au râtelier
D’où montent des gammes sous clés
De mélodies articulées
Que l'air du soir sait amplifier.

Mais toi aussi tu me démanges
Quand près de moi, nue, tu te changes
En nymphe des bois malicieux
Et je deviens un La Majeur,
Alors que je rêvais plongeur
Dans le lac rieur de tes yeux.

Tu me désarmes, mon trésor,
Plus besoin de ce médiator

Pour affiner ta belle accroche
Et je deviens pour un moment
L'accordeur bleu du firmament
Sous lequel tu me la joues proche.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Charivari   
29/3/2012
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour.

réédit : je viens de voir (ou plutôt de revoir) que l'air choisi est "le métèque" de Moustaki

Pas entièrement convaincu par ces paroles, personnellement, en tout cas dans le cadre d'une chanson.

Le lexique est bien trop recherché, les phrases sont bien trop alambiquées pour "accrocher" l'auditeur dès la première écoute.

Si je me borne au texte, j'avoue qu'il y a des choses intéressantes, comme "elle se pince d'avouer", jeu sur les deux sens du mot pincer, ou "l'accordeur bleu du firmament". Par contre, d'autres vers me paraissent forcés, comme la rime "il se pâme" ou "lac rieur de tes yeux" (en plus "lac rieur" me parait assez malsonnant, d'autant qu'un auditeur qui entend "la crieur" ne va pas du tout comprendre), ou encore "soupirs, rancoeurs" qui me parait du remplissage histoire d'arriver au nombre de syllabes voulues.

Bref, mon appréciation est plutôt négative, parce que je vois ici que la chanson ne mettrait pas en valeur le texte, pour les raisons évoquées ci-dessus.

Sinon, l'idée de reprendre la mélodie du métèque ne me parait pas très bonne: mieux vaut innover que de pasticher, à mon avis

au plaisir de vous lire, et surtout de vous écouter...

   leni   
29/3/2012
Bonjour j'ai lu trois fois ton texte et je n'ai pas accroché Une ode à la guitare :le texte est banal conventionnel sans relief...maints tempos en tous lieux...Désolé je ne note pas Mes excuses Leni

   Anonyme   
29/3/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je ne sais pas si l'idée de reprendre l'air du "Métèque" est vraiment une bonne idée. Parce que même si vous avez sa voix d'outre-tombe ou sa barbe à papa, je pense que sa musique est trop marquée dans les esprits.
Votre texte est plus rythmé, le sien beaucoup plus mélancolique, plus Lexomil.
Il a un refrain de deux vers, qui reviennet au début de chaque strophe pour annoncer la suite de l'histoire, comme une sorte de connivence mutuelle, un signe de ralliement. Ça manque à votre chanson, et rien n'indique ici qu'il s'agit du refrain. Celui qui l'écoutera aura bien le sentiment de retrouver la musique, mais justement, il sera étonné et déçu de ne pas retrouver les mots.

Vous utilisez souvent un style poétique évocateur et assez marqué :

- "Pour qu'un élan vers la bohème" - "Sous tes caresses mélodieuses" - Et de tes cordes je me damne" - "Que l'on ne voit que s'il se pâme" - "En nymphe des bois malicieux" - "Dans le lac rieur de tes yeux" - "L'accordeur bleu du firmament" -

Je ne suis pas sûr que votre producteur soit ok avec tout ça. Il a quand même une réputation de mec cool à défendre. Là, vous lui avez juste pris un peu trop la tête! Cool, Cool. Le type, il faut qu'il touche un max de monde! C'est son pognon.
Une nymphe?. A un producteur de variétés? Vous les voyez comment?
Soit vous baissez le niveau trop voyant de votre poésie et vous restez dans la chanson (je vais me faire matraquer par les auteurs de chansons), soit vous l'élevez à un niveau un peu plus travaillé et vous devenez poète (je vais me faire matraquer par les poètes).

J'ai bien aimé :
- "Mais toi aussi tu me démanges
Quand près de moi, nue, tu te changes

- "Et je deviens pour un moment
L'accordeur bleu du firmament". Rime très riche ce moment/mament

Mais je n''ai pas trop aimé :
- "Je ne suis pas de ces furies
Qui après tant d'années fleuries" .

La rime est riche aussi, mais là pour le coup, même dans une chanson, la métaphore est, comment dire, en peu fleur bleue. Je n'aime pas trop non plus les vers cités tout au début.

En résumé je pense que votre style est un poil trop affecté pour une chanson. Mais bon, toute chose trouve toujours un écho quelque part, et personne ne détient votre vérité. Et puisque "entre les deux votre coeur balance" , je pense que cet écho, vous l'avez déjà trouvé. Et ça ne peut que vous aider.

Insistez. Essayez peut-être de tordre un peu plus les mots. Essayez peut-être de mettre quelques tripes dans vos rêves. Au début on a l'impression de ne plus être soi-même, et puis très vite on ne sait plus écrire que comme ça. Il y a ici de formidables exemples de chansons et slams.
Essayez d'écrire comme si personne d'autre ne pouvait le dire comme vous. On essaie tous de faire ça, et on se plante tous, rassurez-vous. Mais je crois que c'est dans cette voie qu'il faut chercher. C'est mon humble avis.
Et vous y arriverez, parce que vous avez une façon légère et naturelle de faire couler vos mots.

Shuffle up and deal.
Cordialement
Ludi

   funambule   
29/3/2012
 a aimé ce texte 
Pas
Je pense qu'il était inutile de mentionner ici que le "guide" fut Le métèque... des tas de chansons entrent dans le même cadre sur de multiples mélodies. Ce ne sont que de classiques octains sans effort de construction particulière. Ce que je veux dire est que n'importe quel compositeur en ferait autre chose et que c'est très bien comme ça.

Venons-en au texte et oublions le reste!

Les sons, les enchainements... honnêtement rien à redire, l'oreille des sons chantés effectue bien son travail (ce n'est pas si commun et ça mérite d'être souligné).

C'est le seul encouragement que je pourrais déposer au pied de ces mots. Manque de charisme (ça existe en chanson), de modernité (ce n'est pas obligatoire et on peut toujours se faire plaisir) d'évidence (hors le sujet le flou dilue l'intérêt).

Une réécriture me semble inutile, ce texte semble être écrit "pour les copains" sans vraiment penser à eux, sans réel intérêt. Je n'entrerais pas dans les détails mais autant exporter ce talent des sons "ailleurs", s'oublier tout en étant soi... s'amuser vraiment des sons et des mots. C'est malheureusement ici raté.

   brabant   
31/3/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour WildPath,


La guitare-femme ! Combien de peintres ne s'en sont-ils pas inspirés ! Les psychologues eux-mêmes ont reconnu la sensualité et l'ambiguïté de cet instrument.

Ainsi nous présentez-vous votre compagne : "brigande" mais pas "furie", mais "fidèle". Coquette elle habite un étui à franges où vous l'oubliez trop souvent, mais elle n'est pas rancunière et se plie à vos désirs, vos envies, et se pâme...
Belle complicité que celle qui règne entre vous puisque pour finir vous vous passez de médiator.

Dites ? Vous me la prêtez... votre guitare ?

Je ne dirai rien à ma femme.

   troupi   
18/5/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
ce commentaire un peu tardif pour marquer mon désaccord avec tous ces com. négatifs émanent de spécialistes de chansons et qui sont certainement pertinents.
Depuis presque 50 ans ce sont surtout les textes que j'aime dans les chansons et celui-là je me le suis fredonné avec l'air du métèque et ça m'a plu. Tout ça pour dire que la plupart de ceux qui pourront l'écouter ne seront pas des spécialistes de chansons mais des amateurs et que donc ce texte a toutes ses chances d'être apprécié.
Longue vie à lui qui propose une idée séduisante.

   WildPath   
19/5/2013
Juste une très tardive petite mise à jour:

Je ne me souviens pas si c'est moi qui l'ai catalogué ainsi (chanson) mais je viens pour préciser qu'il s'agit simplement d'un poème que l'on peut fredonner sur l'air du "Métèque".
C'est bien la chanson elle même qui m'a inspiré la rythmique mais il est super clair pour moi que, de par son "lyrisme" un peu
trop appuyé, il ne passerait auprès d'aucune maison d'édition musicale....
J'ai écrit de la même façon et avec des chansons commes sources d'inspiration rythmique, d'autres poésies.
Aucune ne prétend pouvoir devenir une chanson...


Oniris Copyright © 2007-2022