Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Zaknafein : La Peur
 Publié le 02/10/18  -  7 commentaires  -  671 caractères  -  121 lectures    Autres textes du même auteur

Lorsque la peur vous paralyse totalement, l'écrire permet de la contenir.


La Peur



Comme un cobra qui vous injecte son venin
Qui se disperse et en dissout votre intestin.
Cela vous brûle au plus profond de vos entrailles ;
Pris entre un étau et serrés par des tenailles.

La Peur, elle est drapée du plus bel apparat,
Et fait de vous pour le prédateur un appât.
Le supplice se fait vif et insupportable ;
La bouche sèche, la salive devient sable.

Tu m'étreins, vile créature de l'enfer
Je songe à toi et davantage tu prospères.
Quelle laideur ! Tu es sournoise mais si forte ;
Je t'en prie, cesse donc de frapper à ma porte.


* Juillet 2013


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Gemini   
13/9/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Si je comprends qu'un cobra puisse être plus effrayant qu'un simple serpent, j'ai plus de mal à m'imaginer me faire mordre par un cobra qu'un simple serpent. Je pense donc que serpent aurait suffi pour imager le venin. Je n'ai pas compris le rôle de "en" vers 2, je crois qu'on dit "pris dans un étau" et pas "entre", vers 3.
Pour le reste, sans parler de prosodie, j'ai trouvé l'écriture mal maitrisée (par exemple v10 il fallait dire : au plus je pense à toi et au plus tu prospères), le rythme haché, et le tout sans harmonie.
Au vers final, je trouve puérile l'idée de vouloir vaincre sa peur en lui demandant de s'en aller.
Au bout du compte, je pense que, comme l'amour, il vaut mieux écrire sur la peur après coup.
A quoi sert la date ?

   izabouille   
17/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Il y a quelques erreurs de construction, par exemple "qui se disperse et EN dissout votre intestin", le "en" n'est pas très utile.
"Cela vous brûle au plus profond de vos entrailles" : je mettrais "elle brûle les profondeurs de vos entrailles"
"la peur, elle est drapée..." le "elle" n'est pas non plus utile.
"Et fait de vous pour le prédateur..." il faudrait mettre des virgules, ce serait moins lourd. "Le supplice se fait vif..." je mettrais "devient vif" mais tout ça n'est que mon humble avis.
Et puis, le narrateur s'adresse au lecteur et ensuite, le narrateur devient "Je", c'est un peu confus je trouve et ça m'a un peu gênée. Sinon le contenu est là, il y a de l'idée, la description de la peur telle que vous la faites est juste.
Je trouve que cette poésie mériterait un re-travail.
Bonne continuation

   papipoete   
18/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
néo-classique
J'ai peur de la peur ; elle me paralyse tel un poison, et quand elle n'est pas là, je l'imagine tapie là ...
NB un sentiment inné chez l'homme et l'animal, que l'on peut combattre, non sans avoir peur !
La 3e strophe est en possession du héros, et tel un camelot ne cesse de frapper à sa porte !
Mais de l'avoir combattue, à main et coeur nu, je sais que la " créature de l'enfer " peut se mettre à trembler !
Techniquement, je ne vois pas à part " apparat/appât " qui peut se discuter, de faute à votre texte .
papipoète

   Castelmore   
2/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Peu d'idées développées
Des images convenues ... Là peur au ventre , la peur de la peur, un peu niaises
Des approximations ...

Bref pas grand chose ...
à part un très joli vers

La bouche sèche, la salive devient sable alexandrin bancal ...

Avec un sourire

   PIZZICATO   
2/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai trouvé cette " Peur " morbide qui étreint le narrateur, exprimée par des images sans trop d'originalité. Certaines même assez surprenantes : " drapée du plus bel apparat " bel apparat pour définir la peur me semble peu adapté.

" fait de vous pour le prédateur un appât ". La peur est engendrée par des situations diverses ; peut-on parler de prédateurs ?

Je n'ai pas été séduit par ce texte.

A vous lire une prochaine fois.

   INGOA   
3/10/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour, désolée de ne pas aimer ce texte à la ponctuation parfois hasardeuse et, surtout, aux expressions souvent disgracieuses (qui se disperse et en dissout votre intestin - cela vous brûle au plus profond de vos entrailles etc...). Quel est le sujet de pris (entre un étau) et serrés (par des tenailles) ? Entrailles mot féminin pluriel ?
Des incohérences : La Peur, elle est drapée du plus bel apparat, puis six lignes après Quelle laideur !
Le dernier vers, plein de convenance : Je t'en prie, cesse donc de frapper à ma porte est… déconcertant.

Si ce texte a été écrit en juillet 2013, vous auriez pu (du) en améliorer l'écriture.

   Lulu   
6/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Zaknafein,

J'ai bien aimé ce texte, notamment pour son mot essentiel exprimé à la fin… Mais j'ai parfois été déroutée par la ponctuation. Elle m'a empêchée de lire le texte de façon fluide…

Cela dit, la peur s'exprime au travers du poème d'une manière simple et claire si l'on s'en tient aux mots, et j'ai beaucoup aimé les rimes avec leur musique douce et tranquille.

C'est assez simple, et j'aime cette simplicité, ce tutoiement "Tu m'étreins, vile créature de l'enfer / Je songe à toi et davantage tu prospères"... La personnification me touche souvent en poésie. Je la trouve ici fort efficace.

Juste un bémol, mais c'est tout personnel et donc très subjectif : je n'aime pas trop l'interpellation avec les "vous", comme "un cobra qui vous injecte son venin…" ou "votre intestin", ou encore "vous brûle", "vos entrailles"... Je n'aime pas trop cette figure qui alourdit beaucoup l'expression à mon sens…

Au plaisir de vous relire à nouveau. Mes encouragements.


Oniris Copyright © 2007-2018