Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 2 3 4 (5) 6 7 8 ... 42 »


Re : Nouvelles en trois lignes
Organiris
Inscrit:
17/09/2009 15:41
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 27774
Hors Ligne
La vieille femme sourit en refermant son livre. L'amour, ah, l'amour... les errances de ces coeurs de pacotille la distrayaient: le sien n'était donc pas le seul à battre la chamade ? Elle ne retournerait pas à l'hôpital, non.

Contribution du : 20/01/2013 00:20
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Nouvelles en trois lignes
Visiteur 
Elle aurait pu lui demander une explication. Elle regarda encore cette photo de femme, hésita à replacer le portrait dans la manche, la posa par terre, au même endroit. La sagesse, parfois.

Contribution du : 20/01/2013 20:48
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Nouvelles en trois lignes
Maître Onirien
Inscrit:
02/10/2012 20:34
De Là-bas
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 18949
Hors Ligne
Le moment le plus redouté pour lui: celui de se retrouver dans la chambre. Malgré ses efforts pour se coucher avant sa femme et faire semblant de dormir, celle-ci a le chic pour lui poser la main où il ne faudrait pas en lui disant : "tu dors chéri ?"
Sa crainte est grande que, dans un moment un peu chaud, il l'appelle "Sonia" (celle qui lui envoie des mails en douce...) alors que son épouse se nomme Sophie!

Contribution du : 20/01/2013 21:37
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Nouvelles en trois lignes
Expert Onirien
Inscrit:
06/11/2012 00:51
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 3465
Hors Ligne
Elle n'attendait plus.
Désormais chaque bout de chacun de ses doigts pouvait atteindre librement la paume de sa main.
Quelle sérénité que d'avoir pu renoncer à l'attente stérile.
Alors, le temps a retrouvé son cours.

Contribution du : 21/01/2013 18:48
_________________
Je n'ai jamais vu un chien mentir
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Nouvelles en trois lignes
Organiris
Inscrit:
17/09/2009 15:41
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 27774
Hors Ligne
Elle marche à grands pas le long de l’avenue. Elle veut oublier, la photo, son air absent, attendri, cet air d’avant, de leurs débuts, et qu’il prend à nouveau depuis quelques mois, mais jamais en la regardant, elle. À présent, quand ils font l’amour, il ferme les yeux. Elle desserre les poings dans ses poches, remue ses doigts engourdis : c’est là.

Contribution du : 22/01/2013 20:22
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Nouvelles en trois lignes
Maître Onirien
Inscrit:
07/02/2011 18:15
Groupe :
Primé concours
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 11435
Hors Ligne
Les photos, les passions, les souvenirs, tout ça, elle en a sa claque. Elle pousse la porte vitrée, entre dans le magasin, se dirige vers l'allée de droite. Elle sourit. La jupe est là qui l'attend. 50% de remise. La vie est belle !

Contribution du : 22/01/2013 20:25
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Nouvelles en trois lignes
Organiris
Inscrit:
17/09/2009 15:41
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 27774
Hors Ligne
La vendeuse est gracieuse. Pourquoi les vendeuses de ces boutiques ont-elles toujours vingt-cinq ans, de longs cheveux bruns et un rouge à lèvre carmin ? La jupe est là, en daim gris, un peu courte. Elle essaie une taille, une autre, plus petite : les soucis ont du bon. Elle s’admire dans le miroir, ses jambes toujours belles, elle lisse de la paume le tissu, si doux, un appel aux caresses.

Contribution du : 22/01/2013 20:32
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Nouvelles en trois lignes
Maître Onirien
Inscrit:
07/02/2011 18:15
Groupe :
Primé concours
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 11435
Hors Ligne
"Regarde un peu la jupe que je viens de m'acheter ! un petit bijou. Depuis le temps que je rêvais d'une jupe en daim ! et je te dis pas le prix, tu vas me détester !" Sans rien dire, son amie s'empare de la jupe, la jauge d'un oeil connaisseur, tâte le tissu, admire les surpiqures, tombe en arrêt devant l'étiquette avant d'éclater de rire : "en daim ? tu rigoles, elle est en peau de chèvre, ta jupe !"

Contribution du : 22/01/2013 20:38
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Nouvelles en trois lignes
Organiris
Inscrit:
17/09/2009 15:41
Groupe :
Évaluateurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 27774
Hors Ligne
- Bah, au moins, je n'ai pas une peau de vache, moi !
Et pan dans ta tronche de pétasse, songe-t-elle devant l'air offusqué de son amie.
De l'air, DE L'AIR !
Partir quelques jours, sans son mari, sans Baptiste, seule. L'appartement de Mamie.
Suivre l'autoroute, sortir après le tunnel, lorsque la montagne apparait enfin, longer le lac la nuit, se réfugier dans l'appartement douillet, chaud, l'appartement où tout est resté figé, à l'attendre.

Contribution du : 22/01/2013 20:46
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Nouvelles en trois lignes
Maître Onirien
Inscrit:
07/02/2011 18:15
Groupe :
Primé concours
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 11435
Hors Ligne
"Chérie, tu m'écoutes ?". Elle rouvre les yeux. "ça va pas ?". Elle soupire "non, non, je réfléchissais". Rassuré, il reprend : "Donc, je te disais...". Les yeux ouverts, elle replonge dans ses pensées, ce qu'elle aurait voulu faire sans l'oser, ce thé interminable avec son amie qui n'en est pas vraiment une, l'humiliation ravalée, le retour à la maison, les jérémiades de Baptiste, le bain à donner, le repas à préparer, son mari qui parle, qui parle sans jamais rien comprendre, toute cette journée, toutes ces années perdues... "Mais Chérie, qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi tu pleures ? Chérie, parle-moi !"

Contribution du : 22/01/2013 20:58
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 2 3 4 (5) 6 7 8 ... 42 »





Oniris Copyright © 2007-2020