Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les infos du site : Concours n°11 : Mythologies
Posté par Nico le 06/Aug/2011 (267 lectures)

Concours de nouvelles à écrire en collaboration. Résultats affichés.


Concours n°11 : Mythologies


Les résultats du concours

1er prix :     misumena & Caillouq : Straniero, ascolta !

2e prix ex-aequo :     Siebby & Leandrath : Douze et demi     &    Margone_Muse & placebo : Ragnarök

4e prix :     Palimpseste & Nirina : Révélations divines sur quelques bordels sur Terre...

5e prix ex-aequo :     monlokiana & Palimpseste : Aada, téré ak djinné     &     Pat & Togna : Réminiscences



Le règlement du concours

1. Règlement technique :

1.1 Le concours est ouvert à n'importe quel auteur inscrit sur Oniris quelle que soit son ancienneté ;
1.2 Il consiste en l'écriture d'une nouvelle inédite (non publiée ici ou ailleurs), en français, dans un projet à quatre mains : c’est à dire deux auteurs ;
1.3 Les nouvelles sont à envoyer via le formulaire de proposition habituel. La participation au concours devra être signalée au moyen de ce même formulaire (case à cocher) ;
1.4 Toutes les catégories sont permises ;
1.5 La date limite d'envoi est le dimanche 11 septembre 2011 à 23h59 (CEST) ;
1.6 Les textes participant seront publiés au fur et à mesure de leur acceptation et correction ;
1.7 Les participants au concours, de par leur envoi, lèguent à Oniris les droits de diffusion de leur nouvelle sans exclusivité et pour une durée indéterminée. En d'autres termes, l'auteur ne pourra exiger la suspension de la diffusion de l'œuvre par Oniris (cf. §7 du présent règlement « Conditions de participation »).


2. Limitation d'envoi et acceptation des textes :

2.1 Le nombre de participations n’est pas limité ;
2.2 Tout envoi est définitif, aucune demande de modification ou de suppression pour modification ne sera acceptée ;
2.3 Une sélection sera effectuée par le comité éditorial sur base des critères de publication habituels. Cette sélection ne pourra être contestée ;
2.4 En particulier, les textes suivants ne pourront être acceptés par le comité éditorial (liste non-exhaustive) :
- texte ne respectant pas la charte du site ;
- texte ne respectant pas les contraintes du concours ;
- texte ne respectant pas le règlement du concours ;
- texte jugé de qualité insuffisante (fond et/ou forme) pour une publication sur Oniris en catégorie ;
- texte insuffisamment travaillé ou à l'orthographe, grammaire, mise en page insuffisantes ;
2.5 Les textes ne correspondant pas aux contraintes du concours ou devant être refusés par le comité éditorial seront renvoyés à l’auteur avec les commentaires de lecture, comme dans la procédure habituelle.


3. Contrainte d’anonymat :

3.1 Tous les envois seront rendus « anonymes ». Le texte ne sera donc pas rattaché aux auteurs pendant la durée du concours (Ils conservent bien évidemment tous leurs droits) ;
3.2 Le texte sera envoyé par l’un des auteurs. Il apparaîtra avec la mention « concours » durant tout le processus : de l’envoi jusqu’à la publication des résultats.
3. 3 Les nouvelles seront réattribuées à leurs auteurs lors de la clôture du concours (proclamation des résultats) : de manière automatique pour l’auteur qui a envoyé le texte, et manuellement pour le co-auteur ;
3.4 Un texte indiquant l'identité du co-auteur devra être proposé par l’un des co-auteurs ou les deux sur un sujet de forum dédié à ce concours après les résultats : celui-ci sera copié/collé par le publicateur et donc rajouté manuellement pour chacun des textes du concours qui seront publiés ;
3.5 Il est interdit de faire figurer de façon volontaire des indices au sein du texte permettant de deviner les auteurs du texte ;
3.6 De même il est interdit de divulguer ou de donner des indices permettant de deviner les auteurs de la nouvelle, que ce soit en commentaire aux correcteurs, sur le forum, sur le chat, par mp, par e-mail ou par tout autre moyen que ce soit. Tout auteur ne respectant pas cette règle pourra être exclu du concours ;
3.7 Aucun échange par mp ou e-mail entre le comité éditorial et l'auteur ne sera permis. De même, les auteurs d'un texte du concours ne pourront demander des modifications ultérieures à la publication du texte.


4. Contraintes de fond :

4.1 Le thème du concours est « Mythologies » ;
4.2 La nouvelle proposée doit obligatoirement être inspirée de la mythologie et revisiter un de ses épisodes. Il s’agira donc de faire la transposition d’un mythe* en modifiant certains paramètres ;
4.3 Cette transposition pourra permettre de modifier le contexte (se situer, par exemple, à une époque actuelle), les personnages (le héros devient une héroïne, par exemple), les situations (ex : le monde du travail à la place de la guerre), le dénouement, etc. Mais la référence au mythe doit rester perceptible et constituer le fil directeur du texte.
4.4 Ce mythe peut être d’origine grecque, romaine, égyptienne, nordique, celte, indienne, etc.
4.5 Il sera demandé aux participants d’indiquer clairement à quel mythe ils se réfèrent en notes de bas de page en citant leurs sources, de même que dans la case « Remarque éventuelle » du formulaire d'envoi, à l'attention du comité éditorial (de façon plus succincte pour le comité éditorial).

5. Contrainte de forme

- Le nombre de caractères du texte devra être compris entre 10 000 et 40 000 caractères espaces non compris.


6. Attribution des prix

6.1 Le classement sera déterminé par un vote privé des utilisateurs inscrits du site. Seuls les inscrits avec au moins le statut de « Apprenti Onirien » (100 « points ») au moment du vote seront autorisés à voter ;
6.2 Le vote débutera lorsque le dernier texte participant aura été publié et durera maximum 15 jours au-delà de cette date. Les modalités de votes seront précisées dans le forum « concours » ;
6.4 Les lecteurs souhaitant voter le feront par un choix de trois nouvelles exactement. Chaque choix représentera une voix. Les 5 nouvelles totalisant le plus grand nombre de voix recevront un prix ;
6.5 Les auteurs ayant proposé une nouvelle pour le concours ne sont pas autorisés à voter pour leur propre texte ;
6.6 Les 5 auteurs primés recevront respectivement 1000, 800, 600, 400 et 200 « points ». L'organisateur se réserve le droit de modifier le nombre de prix s'il existe une trop grande proximité entre certains candidats ;
6.7 Les résultats seront présentés peu après la clôture des votes. Ils seront affichés par la suite dans la liste concours.


7. Conditions de participation

7.1 L’envoi d’un texte pour ce concours revient à accepter le présent règlement dans son ensemble ;
7.2 Le texte ne devra pas avoir fait l’objet d’une précédente diffusion quel qu’en soit le vecteur ;
7.3 En soumettant un texte pour le concours, l’auteur cède ses droits d’exploitation nécessaires à la présence de ses œuvres sur le site web ou dans toute publication existante ou à venir du site, à savoir :
- la reproduction par Oniris des documents sur support numérique, sur support papier ou autre en vue de les rendre accessibles sur le site ;
- la reproduction par Oniris sur papier ou support assimilé en vue d'une utilisation non marchande ;
- toute représentation ou reproduction en vue de faciliter la consultation par un des usagers du site pour son usage personnel ;
- la reproduction sur support numérique par Oniris, en sortie du site web ;
- toute représentation ou reproduction annexe, notamment dans le cadre d’opération de promotion et de présentation publique d’Oniris ;
7.4 Cette cession n’est pas exclusive pour l’auteur, d’autres exploitations des œuvres sont autorisées dans la mesure où celle-ci n’entrent pas en concurrence avec la destination des présentes cessions ;
7.5 Les droits sur l'œuvre sont cédés pour que celle-ci soit communiquée au public dans le cadre du fonctionnement du site et de sa valorisation. Pour chaque œuvre, la cession des droits court pour une durée égale à celle du droit d'exploitation conformément à la directive européenne 93/98/CEE du conseil du 29 octobre 1993. Compte tenu de la nature planétaire d'internet, les droits présentement cédés le sont pour tous les pays du monde.



*Citation :

1 - Qu’est-ce qu’un mythe ?
- Définition. Le mot vient du grec Muthos, "parole", puis "récit", et désigne, selon Pierre Grimal, "un récit se référant à un ordre du monde antérieur à l’ordre actuel et destiné, non pas à expliquer une particularité locale et limitée (...), mais une loi organique de la nature des choses". Le mythe est ainsi un récit fabuleux qui met en œuvre des êtres surnaturels et donne une dimension sacrée aux événements. On parle de mythe littéraire quand le récit où le personnage mythique est repris dans un texte littéraire qui l’ enrichit de significations nouvelles propres à la sensibilité de son époque.
- Les origines du mythe. Il est important de savoir à quelle aire culturelle appartient un mythe rencontré dans un texte littéraire :
• Les mythes qui offrent une dimension religieuse sont des récits sacrés qui mettent en scène des êtres divins et visent à expliquer la création du monde, la condition mortelle de l’homme et certains phénomènes cosmiques. Ils se transmettent oralement, mais on les retrouve dans les tragédies grecques (Antigone de Sophocle, Électre d’Euripide), dans les mythes gréco-romains (Les Métamorphoses d’ Ovide). Même la Bible contient des récits à caractère mythique.
• La mythologie gréco-romaine offre une source inépuisable de mythes littéraires : on peut citer la tragédie des Atrides qui nourrit encore au XXe siècle le mythe d’Électre.
• Certains mythes ont une dimension sociologique et puisent leurs racines dans l’inconscient collectif en prenant une valeur symbolique. On retrouve par exemple le mythe du surhomme invincible dans les personnages de super-héros (Superman, Batman).

2 - Sens et fonction du mythe
Pour étudier un mythe, il faut prendre en compte les éléments qui en sont constitutifs, et sa valeur symbolique : "Tout mythe est un drame humain condensé. Et c’est pourquoi tout mythe peut si facilement servir de symbole pour une situation dramatique actuelle" (Gaston Bachelard). Ainsi, le mythe peut exercer :
• Une fonction religieuse : le mythe détermine les relations entre l’homme et le sacré. Le mythe d’Adam et Ève et de la chute du Paradis répond aux interrogations sur la création.
• Une fonction sociale : le mythe permet d’assurer la cohésion d’un groupe social. Parvenu à l’âge adulte, Romulus fonde la ville de Rome après avoir tué son frère.
• Une fonction morale : le mythe exprime alors les angoisses, les pulsions inconscientes de l’individu, comme le mythe de Faust.
• Une fonction esthétique : le mythe contribue à la poésie et la beauté d’un texte littéraire, en stimulant l’imagination créatrice. Orphée devient ainsi le prince des poètes.

3 - Les variations du mythe
La permanence d’un mythe est aussi étroitement liée aux variations qu’il subit en s’adaptant aux différents contextes. La reprise d’un mythe peut ainsi s’effectuer par :
• L’expansion : il s’agit de développer un épisode existant ou d’ajouter un nouvel épisode par la création d’un personnage ou l’amplification du rôle d’un personnage secondaire. C’est ainsi que lorsque Racine compose Phèdre (1677), qui reprend le mythe de la sœur d’Ariane, épouse de Thésée, qui conçut pour son beau-fils Hippolyte une passion coupable, il s’inspire de la Phèdre de Sénèque, en inventant une intrigue amoureuse.
• La transposition formelle, ou modification du cadre spatio-temporel. L’action d’Antigone d’Anouilh se déroule en 1944, ce qui permet au dramaturge de dénoncer le régime de Vichy. On assiste à une modification du style (de la prose au vers), du registre (du tragique au comique), du genre (théâtre). Émile Zola reprend le mythe de Phèdre dans son roman, La Curée (1871).
• La réinterprétation du mythe : le mythe du double ou celui de Dom Juan offrent différentes interprétations selon les époques. Si, au XVIIe siècle, Dom Juan est l’expression de la révolte contre Dieu et les lois sociales, au XXe siècle, sa frénésie de conquêtes devient l’expression d’une angoisse autodestructrice.

Article tiré de « letudiant.fr »


Oniris Copyright © 2007-2017