Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Sentimental/Romanesque
brabant : La Confidente
 Publié le 20/08/10  -  17 commentaires  -  10169 caractères  -  209 lectures    Autres textes du même auteur

À doudou, doudou et demi.


La Confidente


J’eus l’idée de ce récit alors que se terminait une émission d’ARTE sur la condition faite aux lesbiennes sous Hitler. Y témoignaient de charmantes vieilles demoiselles piaillant, fébriles, quelque peu maniérées, précieuses et chevrotantes. C’étaient de très vieilles damoiselles, « Dames » de l’épopée dudit Chemin, d’entre Louise de Vilmorin, Jacqueline de Romilly, Hélène Carrère d’Encausse et Marguerite Yourcenar, ou peu s’en faut… et de leur parler érudit, livresque, délicieusement niellé !

Pour avoir raté un amour ordinaire et parce que j’envie les amours d’exception, je prêtai l’oreille au Malin qui me souffla insidieusement dans un remugle méprisable d’haleine faisandée depuis qu’il se nourrissait de fricadelles et de Maroilles d’Avesnes-sur-EL Ey trempés dans du café Méo, gastronomie boonesque. Galette et gaufrettes Galabru, calembours et calembredaines ! Beurk à Bergues ! Avec des congolais*, sous-folklore esclavagiste. « Y'a bon Banania ! » Ô les dents étincelantes du pa’ler p’tit nèg’ ! J’ai les crocs ! Léopold II s’est coupé à la main en enfilant son caoutchouc. Naturel ! Donnez-moi du chocolat Côte d’Or. Rouge ! J’ai mal à Tintin l’Africain. Vive l’œuf colonial et le pangermanisme dans une soupe de corvidés, cuisine flamingo-coco-cannibale d’avant Alain Bougrain-Dubourg, géniteur collatéral de Nicolas Hulot ! « YAB go Home ! Arthus’Planet is Good ! » me souffla insidieusement : « Les lesbiennes vieillissent aussi et leurs amours se déclinent au temps de la sénilité. » Lucifero faisait dans la maxime foireuse et j’étais vulnérable. Quêtant un bonheur qui me fuyait j’eusse flatté la croupe calleuse de Lilith ! Calleuse mais écarlate, Lilith tenant de la guenon en rut comme chacun sait ! Ceci est l’unique justification que je puisse avancer quant à la rédaction du texte qui suit.



HILDE 2001



Nuremberg. Bavière. Au retour de la saison des tempêtes, à l’entrée de la nuit alors que les grandes voix de l’automne sortent des marais et des bois, sucée Chateaubriand, mémoires de Zombie. Zone résidentielle. Rue des Blancs-Manteaux. En voiture Simone ! Il ferait beau voir ! Stadtteil Strasse die Weil Mantele. Maison de maître entourée d’un grand parc. Des bûches de chêne commencent à brûler dans la cheminée. Sur le côté gauche, les flammes dansent qui se reflètent dans un miroir en pied installé de travers dont la glace elliptique elle-même de guingois pivote, instable. La pièce est encore froide. Le vent chuinte en s’insinuant, coulis, entre les commissures des quatre battants disjoints de la p…orte-fenêtre respect...able.

Hildegarde a une poupée pour confidente et la poupée dit : « On… ». Hilde est une Allemande octogénaire qui a survécu à l’ostracisme nazi. Sa compagne l’a quittée, le quotidien mesquin n’ayant pas permis à leur amour, cependant conforté au berceau par l’adversité aryenne - le Führer avait pour redoutable habitude de carboniser les déviances des oies qui oubliaient de marcher au pas considérant que leur pas était le sien. Heil ! Ne pas sortir de la droite voie ! Aïe ! Il n’y avait pas loin du Reichstag (dites 33 !) à Ravensbrück pour le saphisme ostentatoire ! Hell ! - de survivre. La poupée d’Hildegarde dit : « On ! » et Hilde la couve du regard.

Gestes tendres… elle la couche, les yeux de l’androïde se ferment. Elle l’assied et s’ouvrent de grands yeux aux cils de moisson.


« Où es-tu, Mag ?... Douce Magdalena ?... »


La marionnette gynoïde la fixe, immobile et vivante. Ses joues de porcelaine, rebondies, sont parcourues de craquelures bleues tel un fin réseau de veines sous la peau. Tout comme ses bras nus, ses jambes nues et ses mains aux mitaines de résilles. Des veinules ainsi que les lignes en puzzle, en carrés et en rectangles serrés, resserrés, dupliqués et délicats d’un violet éteint et translucide d’un plan de Manhattan du temps de Sigmund Freud jouent un tempo viennois. Johann père valse avec Johann fils. C’est une poupée à l’allure surannée comme celles de l’aristocratie victorienne qui trônaient dans les boudoirs des grandes demeures anglaises un siècle auparavant, quand la reine fricotait avec son valet écossais, qui était aussi son cocher. Un kit en kilt, quoi ! La poupée de porcelaine, à l’aspect velouté, ciré, patiné, luit. Son regard brille, il suit les lèvres d’Hilde quand celle-ci la déplace, en bas, en haut, en signe de croix, et l’approche, la recule en l’animant, tels les personnages de ces tableaux, variantes inquisitoriales type Seccotine des anamorphoses, qui vous suivent du regard quand vous vous déplacez dans une pièce et vous fixent où que vous soyez, la Joconde guignant Léonard de Vinci à Florence puis François Premier à Fontainebleau, vous-même aujourd’hui quand vous visitez le Louvre, y compris si vous vous cachez derrière un touriste japonais, voire chinois, sans chinoiser, actuellement dans votre salon avec la démocratisation de l’art et jusque dans votre chambre avec l’intrusion du triolisme - personnellement je l’ai ôtée du mur, elle m’effrayait - Mona Lisa Del Giocondo elle-même, ou certains personnages d’Arcimboldo, le polichinelle n’en fait pas partie, quoique !... ou encore le jubilatoire Père Magloire aux joues enflammées de vermeil zébré, convexes comme des pommes, et au bonnet blanc rayé d’écrevisse ébouillantée vantant les mérites sardoniques du calvados dans le cellier étoilé du brasseur, la poupée semble écouter la voix fluette, aigrelette et geignarde d’Hilde. Le souffle tiède dépose un voile humide comme une sueur légère sur son front bombé et une buée telle une bave sur ses lèvres butées en se condensant. Hilde est trop près. Elle tremble. La marotte aussi.


- Réponds-moi, es-tu sourde ?

- Non, muette à tes souvenirs, comme tu es puérile !

- Je t’aime, tu sais ! Reviens-moi... Te souviens-tu des longues soirées d’automne où nous nous blottissions l’une contre l’autre… des flambées furieuses dans l’âtre quand le vent soufflait en bourrasques… de la pluie giclant contre la porte-fenêtre… de la lueur tremblante des vitraux opalins… du chat ! Oh ! Le vilain chat de gouttière qui attrapait les tourterelles… les pauvres… et qui emmêlait les pelotes de laine pour en tricoter des nœuds abominables, tu l’avais surnommé Alexandre ! Oh !... Mag, comme nous étions heureuses !... Réponds-moi !... Mag ?... Parle-moi… encore… oui… le chat !... le vilain matou… ce gredin nous… »


Hilde discourt, son discours se noie. Hilde pérore. Hilde pleure. Hilde se vide. Son esprit s’égare…


Levé à bout de bras à la hauteur d’une toise, tel un ostensoir où Hilde se mire, l’androïde la scrute de l’incruste peinte de ses yeux flagellée d’outremer et du bleu fameux des matins de guerre du massif vosgien. Avec des points noirs comme des cratères…


- Tu es morte, Hilde ! Si quelqu’un vit ici, c’est moi, je suis tout ce qui reste de votre passion, jalouse de vos transports sublimes ! Demain on te retrouvera, éteinte à la raison, on se demandera qui berçait l’autre. Je te berçais, pauvre âme pâle, de mes yeux de porcelaine. Tu caressais en chantonnant mes longs cheveux de lin pour braver jusqu’au bout l’interdit ultime du tyran germanique. Te souviens-tu ? Vous m’emportiez sur votre couche sacrifier à Sapho jusqu’au petit matin !... Jetée de travers sur l’oreiller, les jupons relevés en ribambelles, yeux mi-clos, je célébrais vos débords, disloquée dans une pose grotesque. Plus tard quand vous vous disputiez telles des corneilles sottes j’étais ta confidente. Tu pleurais en hoquetant, la tête cognant contre mon sein humide. Je t’écoutais. Je te consolais… Mais Mag est partie depuis des années !... Mag est partie !

- Mag ?... Non !... Où est Mag ? Je l’ai rencontrée il y a quelques jours encore. Je l’ai croisée dans l’allée de bouleaux bi jonchée de morceaux d’écorces comme des cheveux d’étoupe. Vois ! J’ai déchiré mes escarpins de daim au cailloutis de la pente. Elle m’a dit qu’elle revenait, je le jure ! Oui !... J’ai humé sa chevelure d’ombre aux effluves fauves agacés par le vent… Mag ?... Réponds-moi !... Mag !...


Hildegarde secoue frénétiquement la poupée dont les yeux tressautent et roulent et s’écarquillent, dont les lèvres s’animent au jeu des ombres fuligineuses des flammèches griffues qui dansent maintenant furieusement dans l’âtre où sanglotent les chaudrons de fonte noire au clapotis de la graisse des oies déviantes en bulles horrifiques. Pilate se lave les mains dans les bulles ponces. Pie XII danse la tarentelle en agitant un goupillon aux crachats de canon.


- Pauvre folle, elle t’a quittée pour d’autres femmes-peurs, pour des parfums nouveaux, des paradis orphiques, lassée de vos querelles qui la désespéraient. Elle a voulu renaître, laisser très loin ce triste amour usé.

- Ce n’est pas vrai, tu mens, tu veux me faire de la peine… Magdalena !... »


Hilde sanglote, elle se recroqueville et s’arcboute, la tête engoncée entre les épaules, son corps tressaute convulsivement, elle met les mains sur ses oreilles. On dirait une enfant enroulée sur elle-même pour échapper au monde.

Ou l’une de ces gargouilles accroupies de Notre-Dame dans la lumière grise d’un jour de pluie.


- Calme-toi !… doucement… douce… je suis là, moi ! Je te consolerai, berce-moi…douce…


La poupée se fracassa contre le mur en sanglots de velours. Hilde trébucha en le brisant sur le miroir débridé de la psyché fragile ourlée de merisier tigré d’où jaillirent des cimeterres tranchants comme des faux alors qu’il pivotait brutalement, elle crocha en frémissant les yeux de porcelaine la main écorchée de sang injuriée sitôt levée en offrande.


- Tu vois, tu n’aurais pas dû souiller notre amour. Viens ! Mag ! Viens ! Approche ! Viens ! J’ai arraché ses yeux méchants. Je l’ai fait pour toi ! Regarde ! Ils saignent ! Ils sont aveugles !... Ils saignent… Elle ne nous espionnera plus, plus jamais… Mag, je t’aime !... Mag…



Et la raison d’Hildegarde chavira dans un éclat de rire !







*congolais : gâteau sec à base de noix de coco encore appelé « rocher » en raison de sa forme.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   florilange   
2/8/2010
 a aimé ce texte 
Pas
J'ai reconnu ça et là quelques noms, des références, des jeux de mots très laids, caustiques. Je veux bien qu'il s'agisse d'une histoire de folie parce que vraiment le texte m'a semblé fou lui même.
Quant à l'écriture elle est souvent difficile à cause de phrases longues, qu'il faut relire plusieurs fois. Tout au long du texte mais surtout dans les deux paragraphes de présentation.
Je n'ai pas été touchée par ce texte, j'ai eu du mal à le finir. Il n'est pas mal écrit, pour moi il est hermétique.
Navrée.

   jaimme   
2/8/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le pas de l'oie sur fond d'une musique arythmique.
De l'amour impossible jusqu'à l'impossibilité de la vieillesse: la folie est un mâle minimal...
J'imagine un décor à la Jeunet et pour le fond musical Gaëtan Roussel: "Nous ne faisons que passer".
J'ai adoré.
Deux retenues quand même. Changement de casquette.
Un changement de temps intempestif("la poupée se fracassa...", qui suit un présent) et une fin qui pourrait être plus originale (dans le fond ou dans la forme).
Merci! Et que Benoit, oups, Pie XII prennent un bon petit déj'. Il en faut des calories pour dire autant de...

   LeopoldPartisan   
17/8/2010
 a aimé ce texte 
Pas
Voilà un beau sujet qui à la lecture du premier paragraphe m'a mis l'eau à la bouche. Ouah me suis-je voilà quelqu'un qui va me passionner comme je l'ai été à la lecture du roman "La Reine de la nuit" de Marc Behm. Hélas dès le second paragraphe j'ai du cruellement déchanté. Ici c'est plutôt le récit ultra névrosé, presque sans queue ni tête d'une relation complètement hystérique. Dommage que l'auteur se laisse autant emporté par son sujet, cela nuit réellement à la trame narrative. Ce mic-mac sur la joconde, ses jeux de mots... enfin bref non j'ai pas trop apprécié. Dommage car il y a une ambiance et surtout une histoire qui aurait pu être grandiose si elle avait été traité avec plus de finesse et de retenue.Retenue pour les avis que donne l'auteur sur plein de choses, pas sur cette nonagétaire qui devient folle de peur.

   Jagger   
20/8/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Brabant,

Le style est maîtrisé pas de doute. Il est très particulier, ce qui sous-entend qu'on adore ou on déteste.

Personnellement, j'ai pas mal de peine avec les très longues phrases qui partent dans tout les sens, le récit perd en intensité, je pense.

Au final, j'ai l'impression d'être passé à côté du texte, de ne pas avoir compris toutes ses subtilités et de ne pas pouvoir lui rendre hommage comme il se devrait. Il mérite probablement plus que ce que je lui donne, mais c'est l'impression qui en ressort quand j'y repense.

Merci

   Anonyme   
21/8/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour brabant.

...

Déconcertant c'est.
Belle accroche en premier paragraphe suivie d'une page de pubs pour la mise en condition.
On entre dans le vif du sujet.
Des phrases pas si longues que ça vu ce que j'ai eu l'occasion de lire ailleurs donc pas d'écueils particuliers en ce qui me concerne. Un style sûr mais ça je le savais déjà.

L'histoire. Une phrase qui revient parce que lue plus haut :
" Pour avoir raté un amour ordinaire et parce que j’envie les amours d’exception"... donc amour d'exception au programme.
Et de là dérapage contrôlé (si, si contrôlé) vers une histoire dramatique où s'emmêlent la folie, la vieillesse, la solitude et la Noce-talgie.
Drôles de Noces en fait, garez vous de toute idée banale ou peu originale, (était-ce à prévoir ?) c'est quasiment Freddie et ses doigts d'acier qui entre en scène.
Bien aimé parce que curieux, déjanté et dessous tellement... triste.
Je ne suis pas certaine d'avoir tout capté (j'irai lire le forum lorsqu'il sera posté) j'ai pas compris notamment "la p…orte-fenêtre respect...able" énigmatique.

J'ai bien aimé tout le passage commençant par "la marionnette gynoïde" j'ai parfaitement vu la poupée... me suis demandé si cette poupée (au début) en était bien une et bizarrement le doute subsiste encore à la fin... pas sûre d'avoir tout compris donc mais un moment bizarroïde servi par une écriture à la limite de l'écriture automatique (?) du moins certaines phrases, l'impression d'une écriture en apnée, lâchée au fil des mots et de la fièvre créatrice.
Bien aimé cette vieille femme qui dialogue avec sa poupée... c'est d'une tristesse absolue.

J'attendais une nouvelle de Brabant, je suis contente d'avoir lue celle-ci, bien que je sois quelque peu désarçonnée par le sujet, décontenancée par le texte lui-même. Surprise en tous les cas.
J'en attends une autre, j'espère qu'elle viendra.
Merci

   wancyrs   
21/8/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Si ce texte avait été publié en humour/détente, je crois que j'aurais souri un peu... étalage de connaissances, tournure autour du pot, jeux de mots, rendent ce texte, qui devait(en raison de sa catégorie) apporter du miel dans sa lecture, plutôt indigeste.

Désolé, j'ai pas aimé, et mon sentiment est très très mitigé. À une prochaine fois, et cette fois là, simple.

Cordialement,

Wan

   Anonyme   
21/8/2010
"Mathilde est revenue ! "... Et Brabant.
Le Nord nous enchante.
A travers le style chaleureux , le vocabulaire fourmillant,bruissant de mille et mille choses , de mille" bruits"venant de partout, les références si drôles (Sartre), nous retrouvons Brabant . Et c'est bien, c'est mieux que ça ,même!
Je ne "décortiquerai" pas, je ne "noterai" pas . (Comment s' afficher face à des égaux qui vous sont supérieurs? !) Résumons: élégance, brillance, richesse, aisance, ce que, j'aime .
Merci : Brabant est revenu .
.

   Opalescence   
21/8/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bien le bonsoir Brabant!

Une nouvelle. Je l'attendais, n'étant pas calée en poésie.

J'ai beaucoup aimé le style utilisé ici. Je m'y suis plongée avec délectation. Des phrases longues certes, mais tellement truffées de descriptions et de jeux de mots, que pour moi ça n'est pas du tout dérangeant, bien au contraire. Et d'autres phrases, courtes, qui m'ont faite haleter, attendant la suite, lisant plus vite pour en découvrir d'avantage, plus vite.

C'est certes un amour d'exception que nous découvrons ici. D'exception dans sa folie, dans son côté complètement décalé, dans sa détresse. Car quoi d'autre que la détresse et un mal être prononcé aurait pu plonger cette femme dans cet état?
Arrivée à la dernière phrase, je me suis même demandé si c'était Hilde, ou moi, lectrice, qui ne savait plus ou était la frontière entre la réalité et la folie, ne sachant pas vraiment si cette poupée n'était pas après tout un être fait de chair et d'os.

Merci pour ce délice de lecture !

Opalescence

   Anonyme   
21/8/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Salut ô brabant ! J'ai lu avec plaisir,( pourquoi te mentirais-je ?) ce texte un peu débridé où l'on retrouve ce style "brabantesque" que j'aime beaucoup... Un petit mélange de références savantes saupoudré d'une certaine désinvolture qui font tout le charme de brabant... à mes yeux il va sans dire !
Un chat dénommé Alexandre ce n'est point courant mais je le prends avec plaisir, j'aime beaucoup ces petits félins aux moeurs nocturnes...
Une poupée pour confidente, pourquoi pas ? En conclusion un texte qui sort des sentiers battus... Merci brabant !

   caillouq   
20/11/2010
 a aimé ce texte 
Pas
J'ai lu le texte jusqu'au bout parce le premier paragraphe était extrêment alléchant (oui, OK, c'est de mauvais goût ...), que la suite était enlevée et donnait l'impression d'une fantaisie débridée, et puis ... Trop c'est trop, rien pigé de plus en avançant dans le texte. Fantaisie et humour se raréfient, jusqu'à arriver à ce type de style lyrique et un peu enflé qui n'est vraiment pas ma tasse de thé.
Bon, c'est peut-être du troisième degré, mais alors je veux bien qu'on m'explique, because là j'ai rien compris.
S'il n'y avait eu que la deuxième partie, je n'aurais pas mis de note (peut-être pas même de commentaire, d'ailleurs), mais là je le prends comme une rupture de contrat: un texte qui s'annonce primesautier, qui fait la nique à la syntaxe, et qui vire en plein milieu vers ... je n'ai pas très bien compris quoi.

Sorry.
Ca me donne envie de lire d'autres nouvelles de l'auteur, mais pour celle-là, c'est raté.

Edit: En relisant texte et coms (eh oui ...), je m'aperçois que personne n'a parlé de l'incipit. Je le mettrais bien dans mon top 10 !!!

   Anonyme   
26/10/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un Brabant pas du tout barbant, se faisant ensuite barde plus savant, pour un commentateur se massant la barbe, hésitant, mais qui ne restera pas les bras ballant. J'attendrai un texte prochain pour m'enthousiasmer sans réserve, mais celui-ci promet déjà beaucoup. Le début : oui, assurément ! La suite n'a pas été écrite pour moi, je dois le reconnaître. Je le déplore un peu, mais ne vous en fait pas grief, parce qu'y reconnaissant encore des défis de forme.
Le plus important, au delà du contenu de ce texte, c'est qu'il présente une recherche, une originalité d'expression qui font cruellement défaut à tant d'autres, et que je me reprocherais de ne pas encourager, après les avoir saluées.

Je suis très sensible au traitement particulier que l'on fait de ces expressions toutes faites dont notre langage est tant pourvu. Votre traitement ne consiste pas ici à les détourner, mais au contraire à les disposer comme une garniture inattendue au beau milieu de votre plat, du genre "Il ferait beau voir !" ou "En voiture, Simone !" Effet de surprise comique assuré.

Les jeux de mots aussi sont appréciables, en y ajoutant de plus le choc des sonorités. Exercice difficile, toutefois, et qui peut être diversement réussi. Je préfère personnellement "Beurk à Bergues" à "Kit en kilt" (tiens, je repense subitement à "Coke en stock"), mais le premier est vraiment poilant.

Prenez garde, cependant ! Votre échafaud est en cours d'érection.
Déjà, vous vous faites assassin de virgules. Votre procès démarre, les dossiers se forment. Préparez votre défense pour vos accusateurs... ou méprisez-les !... à votre meilleure convenance.
Pour ce qui me concerne, j'attends le prochain texte dans une fraîche impatience, question de découvrir les nouveaux assassinats que vous ourdissez.
Par pitié, faites gicler le sang !

   blanchette   
26/8/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Je me mets à la place de l’auteur et j’imagine que celui qui écrit un tel texte sait qu’il s’expose à plaire…et à déplaire mais qu’il est tout à fait prêt à assumer ce choix !En cela, je salue la prise de risque, l’originalité du style et du thème abordé.

Malheureusement, je fais partie de ceux qui n’ont pas accroché : trop débordant, trop délirant, trop riche, trop fou, trop trop trop ! Je ne serai pas très constructive car je n’estime pas que ce texte demande une amélioration : je pense qu’il est exactement comme l’auteur (qui a l’air de vraiment maîtriser son art au demeurant) voulait qu’il soit mais pour moi c’est vraiment indigeste…

   Anonyme   
26/8/2010
Déjà le premier paragraphe pose problème : un style boursouflé, barbant pour tout dire (sans jeu de pseudo, hein !), un enchaînement de calembours, des comparaisons hasardeuses notamment celle sur M. Yourcenar et H. Carrère D'encausse dont je n'ai jamais trouvé le parler niellé (érudit et précis certes, mais niellé non). Un propos (une introduction devrais-je dire) qui s'égare. Le trop est l'ennemi etc... Donc, "En voiture Simone !"
Et paf, un jeu de mot vaseux. Je suis comme la porte fenêtre : j'en tremble déjà. De plus je connais bien Nuremberg, donc gaffe à la suite. Je suppose qu'Hilde doit habiter près du musée du jouet pour avoir une poupée pour confidente (ou alors il lui faut grandir). Au passage je n'ai pas compris le "gynoïde" concernant la poupée (qui a des caractères féminins comme le laisse supposer son prénom).
Mon manque de culture concernant les colles m'a fait passer à côté de "Seccotine des anamorphoses" bien qu'ayant lu Spirou pendant les cours de littérature comparée. Je n'ai pas non plus réussi à apprécier le long "joke" sur la Joconde. Quant à se cacher derrière un chinois ou un japonais ! Décidément la digression est trop longue et noie le propos. Également l'étalage érudit (soit dit en passant Yourcenar est bien meilleure).

Au final, Hilde n'est pas la seule à pérorer. Trop de crème Chantilly dans ce texte et c'est vraiment dommage car l'érudition est certaine, mais à trop vouloir l'étaler on s'étale.

   Flupke   
9/11/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour brabant,

Un texte intéressant mais noyé sous un tsunami ésotérique.
la voix authoriale me semble trop forte trop omniprésente et tue la voix narrataire de Hilde.

J'imagine qu'il y a un désir de simuler l'enchevêtrement des idées de Hilde, mais il eut été préférable selon moi d'utiliser le discours libre indirect pour atteindre cet effet. Cela aurait été plus réaliste.

Je regrette l'intro pour ces mêmes raisons. Pas très claire cette allusion au chemin des dames Crayencour n'avait que 14 ans en 1917 or la période des amours saphiques de Hilde semble référer à l'apogée des gentils nazis, plus tard donc.

Décrypté qq allusions à Sartre, Mrs Brown, quand au nœud gordien il me semble que feu Alexandre l'avait tranché d'un coup d'épée et pas dénoué.

Ce texte mériterait d'être épuré pour lui rendre justice (d'où le moins malgré les pépites), car il y a de belles envolées et des expressions plaisantes:

carboniser les déviances des oies / Gestes tendres… elle la couche, les yeux de l’androïde se ferment. La dernière phrase est très chouette et constitue une fin clean qui claque sec comme un bon coup de fouet.

Amicalement,

Flupke

   Anonyme   
18/7/2011
 a aimé ce texte 
Passionnément
salut brabant,
Quel texte étonnant. Des pensées et des poncifs: Des trouvailles, beaucoup, des trucs assez chouettes comme : "Pour avoir raté un amour ordinaire et parce que j'envie les amours d'exception..." ( vrai, j'adore ça, c'est lucide sans être désabusé ni pleurnichard )
comme : "Lilith tenant de la guenon en rut comme chacun sait..." ( très peu savent et, d'ailleurs, je ne suis pas d'accord, Lilith étant mon héroïne favorite dans les contes pour les enfants des hommes mais l'expression est pleine de charme et, peut-être, d'humour. A préciser que les guenons en rut semblent des dames patronnesses pour paroisse bourguignonne à côté des juments - en rut itou - Sur un mode tout à fait égoiste, je préfèrerais affronter une guenon plutôt qu'une jument nommée Lilith sur le champ de la rutitude mais bon, hein, simple affaire de goût et d'amour de la performance ! )
comme : "Le vent chuinte en s'insinuant, coulis, entre les commissures..." ( brrr, on s'y croirait ) ou encore : "...battants disjoints de la p...orte-fenêtre respect...able..." ( hommage discret et de bon ton au peu séduisant Sartre, je présume sans m'avancer beaucoup mais c'est rigolo )
comme : "...immobile et vivante...", vraiment très beau ( par exemple, j'ai moins aimé "cils de moisson", image un peu planplan qui passerait en chanson, sans doute, mais pas dans un tel texte )
comme : "...des noeuds abominables..." Cette expression m'a particulièrement frappé, allez savoir pourquoi.
on pourrait parler aussi du "bleu fameux des matins de guerre du massif vosgien", assez farceur en soi mais très évocateur.
Et on arrête là pour les citations, ce n'est pas mon genre même si je me suis régalé à cette foultitude de galipettes de mots gais.
Tiens, à propos, j'ignorais que Marguerite Yourcenar faisait dans les amours inverses ( quoique son nom de plume soit une espèce d'anagramme de son nom de famille, Crayencour, si je ne m'abuse, cela aurait du m'empêcher de m'abuser ); je la croyais seulement anticonformiste au point de ne tomber amoureuse que d'homosexuels ( je dis ça because le début de la nouvelle )
Tout ça pour affirmer que ce texte ferait un carton dans un machin genre "Apostrophes", une émission vieille de la télé vieille qui aimait les citations et les poncifs.
Je n'insisterai pas sur ces derniers, n'étant pas là pour critiquer des platitudes mais pour savoir si l'on peut saliver en lisant et j'ai salivé et me suis régalé :-)
Si l'intention était de faire sourire en relatant l'atroce et la déchéance, de désacraliser les regrets vains, de ricaner devant la camarde, si c'était là l'idée, c'est gagné !
Ave, l'auteur !
micdec

   Bidis   
15/9/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Une écriture comme un torrent, rien à dire là-dessus, je me borne à admirer.
Mais il ne me reste rien du texte dans l’esprit une fois la page tournée. La folie n’a pas besoin de sujet fort (tout comme l’homosexualité féminine d'ailleurs) car la folie elle-même est un bon sujet. Or, pour moi, elle transparaît mal ici, l’écriture est plus forte que tout, en outre émaillée de références culturelles qui me font ressentir mon indigence à cet égard.
Mais, si j’adore me laisser emporter - et donc cette écriture emporte - j'aime aussi qu’une intrigue ou un sujet me scotchent.
Bref, pour moi, c’est un superbe emballage qui me laisse déçue par ce qu'il renferme.

Un tout petit couac : « La poupée se fracassa contre le mur en sanglots de velours. ». Je peux avoir tout faux (et surtout venant d'une spécialiste du genre, c'est risible), mais cela semblé faire chromo...

Donc entre exceptionnel et bien : très bien -

   Anonyme   
26/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je suis pas fan du genre mais c'est un sacré tour de passe-passe !

D'abord une belle maîtrise de l'alternance, savoir jongler avec les temps n'est pas donné à tout le monde.

C'est de la littérature de français pour français. Grivoiseries, jeux de mots foireux, clins d'oeil aux femmes de lettres, aux lesbiennes mythiques (Lilith n'est pas obligatoirement comme tu la décris), un côté théâtre burlesque assez brillant. J'aime le parti pris du gros trait, du too much, du regard, au-delà de l'envie de toucher la lectrice du magazine Têtu côté dames, posé sur la société. J'aime le tourbillon, l'entrée en force, l'éléphant dans le magasin de porcelaine. Pourtant ce n'est pas trop le genre que j'aime. Mais l'exercice est réussi, le genre respecté.

Seulement c'est un texte pour initiés, pour spécialistes de la littérature française, pour lecteurs connaisseurs, c'est éclectique aussi.

Tu ne t'étonneras pas alors de ne pas faire l'unanimité. C'est assez pointu, c'est un truc pour spécialistes.


Oniris Copyright © 2007-2020