Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Fantastique/Merveilleux
carbona : Quelque part dans le ciel, des étoiles
 Publié le 06/04/16  -  10 commentaires  -  10574 caractères  -  89 lectures    Autres textes du même auteur

Il était une fois un monde en noir et blanc…


Quelque part dans le ciel, des étoiles


— Josephhh !!!


Eustrège débarqua en trombe dans la cuisine où Léontine tartinait généreusement des tranches de pain d’épices avec de la marmelade d’églantine.


— Que vous arrive-t-il mère ? On jurerait que vous avez vu père en noir et blanc !

— Bien pire que cela Léontine et aidez-moi à trouver Joseph au lieu de blasphémer.

— Mais enfin mère, que se passe-t-il ? Giuseppe n’est pas là, il est parti au village.

— Oh le bougre ! maugréa la mère.

— Ce n’est pas très gentil de parler ainsi de Giuseppe, gronda Léontine.

— Oh ! Ne soyez pas impertinente Léontine et cessez d’affubler Joseph de ce sobriquet ridicule.


Léontine retroussa le bout de son nez. Avec mère, il valait mieux ne pas envenimer les choses.


— Il va m’entendre quand il va revenir. C’est n’importe quoi, vraiment n’importe quoi ! rugit Eustrège en ressortant dans le jardin toute tremblante d’énervement.


Léontine abandonna ses tartines et la suivit afin de comprendre l’objet de sa colère. Elle sautilla sur les cailloux en robe de nuit tâchant de ne pas écorcher ses pieds nus et découvrit émerveillée le spectacle qui faisait tant râler sa mère.


— Oh mère, comme c’est beau !

— Vous plaisantez ! répondit cette dernière qui, les poings armés sur les hanches, ruminait en silence.


Léontine s’aventura dans le potager. Comme c’était agréable de sentir la terre humide sous ses pieds nus ! Et elle cueillit ce qui ressemblait fort à une carotte.


— Une carlette ! lança-t-elle à sa mère en brandissant le légume par la fane.

— Mais que racontez-vous ma pauvre enfant ? Rentrez donc vous couvrir, vous allez attraper froid et perdre plus de raison que vous n’en avez déjà…

— Une carlette, mère ! Une carotte violette, c’est fantastique !

— Je ne partage pas votre enthousiasme. Que va-t-on penser de nous ? C’est le potager entier qui est à jeter. Joseph a intérêt à avoir une bonne explication. Que va-t-on servir au souper ? Les Duménil viennent ce soir.

— Eh bien ! nous servirons des carlettes, mère. Vous avez vraiment le don de faire des complications.

— Oh ! Ne soyez pas insolente Léontine ! Qui pourrait bien manger des carlettes, sincèrement ?


Léontine frotta la carlette contre sa robe et la croqua à pleines dents.


— Elles sont délicieuses mère, goûtez ! dit la petite fille en crachant les pelures.

— Un peu de tenue, je vous prie !

— Roh mère, quand cesserez-vous donc d’être si conventionnelle ?

— Conventionnelle ! Savez-vous seulement ce que ce mot signifie ?

— Pas précisément, mais j’ai le vague sentiment que cet adjectif vous correspond très bien !

— Petite effrontée ! Pour la peine vous vous chargerez vous-même de déterrer tous les légumes de ce jardin.

— Et pourquoi ne serait-ce pas Léonardo qui le ferait ? Je ne suis pas jardinière moi !

— Pour vous apprendre à obéir et puis travailler au grand air vous fera du bien. Mais avant cela, enfilez une tenue appropriée et pour l’amour du ciel, mettez des chaussures !

— Oui mère. Mais je suis sûre que père ne serait pas aussi strict que vous et qu’il apprécierait ces nouveaux légumes fantaisistes.

— Pas un mot de plus jeune fille. Quand père est en voyage, c’est moi qui prends les décisions. Alors au travail !


Léontine s’exécuta. Elle n’était plus certaine que les carlettes l’amusent encore. Eustrège partit semer sa mauvaise humeur au château et s’assurer que Joseph ne lui avait pas concocté d’autres surprises.


Léontine, assise les jambes en V dans l’allée centrale du potager, contemplait les choux orange, les laitues roses et les poireaux jaunes qui remplissaient son panier quand elle entendit Joseph installer l’échelle au fond du jardin contre le pommier. Elle se leva d’un bond et partit à sa rencontre.


— Giuseppe, mère te cherche partout, elle va t’en faire voir de toutes les couleurs, je crois, le prévint-elle, amusée.

— Bonjour Léontine, répondit Joseph en escaladant les marches en fer. Madame Eustrège n’aime pas le changement, je m’y attendais, mais quand elle verra le dessert que les Duménil vont lui apporter ce soir, faites-moi confiance, elle changera d’avis.

— Ah bon et comment sais-tu cela ?

— J’ai parlé de mon initiative à leur peintre Oscar et il a trouvé l’idée sublime !

— Moi aussi, je trouve ça sublime, approuva Léontine admirative.


Joseph lui adressa un sourire complice. Léontine l’observait teindre les feuilles naissantes du bout de ses doigts, en vert. Joseph aimait l’innovation, mais il fallait ménager madame Eustrège.


— Dis Giuseppe, reprit Léontine. Comment devient-on peintre ?

— On ne devient pas peintre, on naît peintre.

— Moi, je crois que tu es plus qu’un peintre Giuseppe. Tu es un artiste.


Joseph était ému d’un tel compliment, mais il se tut. Léontine poursuivit son questionnement.


— Où es-tu né Giuseppe ?

— Quelle question ! Dans un chou pardi !

— Oui et moi dans une rose du jardin, je sais. Ne t’inquiète pas, je ne vais pas te demander comment on fait les bébés.

— Ouf, rit Joseph, car je n’en ai aucune idée ! En revanche je ne pense pas que vous soyez née dans une rose mademoiselle Léontine, mais plutôt dans un volcan en pleine éruption, la taquina-t-il.


Léontine tenta de masquer un sourire lutin.


— Ce que je veux savoir, insista-t-elle, c’est où naissent les peintres.

— Dans des choux de peintre !

— Bah ! ce n’est pas drôle.

— Allons Léontine, ne faites pas la tête. Je vous raconterai un jour, plus tard. Là j’ai beaucoup de travail avec toutes ces nouvelles pousses.


La jeune fille resta songeuse quelques instants puis fixa à nouveau les légumes de son panier quand elle fila d’un bond retrouver sa mère au château.


— Je ne lui dirai pas que tu es là, ne t’en fais pas Giuseppe ! cria-t-elle dans sa course.


Elle trouva mère dans le salon en train de choisir la nappe à peindre pour la soirée.


— Mère, de quelle couleur étaient mes cheveux quand je suis née ?

— Vos cheveux mon enfant, quels cheveux ? Vous n’aviez pas un poil sur le caillou, rit Eustrège.


Léontine fit la moue. La vision de son crâne chauve l’écœurait.


— Oui, mais ensuite, quand ils ont poussé ?

— À votre avis ?

— Ils étaient blancs ?

— Eh oui, ma fille, blancs comme la neige.

— Est-ce vous qui avez décidé que je serais rousse ?

— Oui, avec votre père. Mais pourquoi toutes ces questions ?

— Quand est-ce que moi je pourrai décider ?

— Décider quoi ?

— La couleur de mes cheveux !

— Mais enfin, vous êtes rousse comme moi et comme votre grand-mère et voilà tout. Qu’est-ce qu’il vous passe encore par la tête ?

— Bah rien, rétorqua Léontine qui remettrait ses envies de teinture à la carlette à plus tard, beaucoup plus tard.

— Et au fait, Joseph est-il rentré ?

— Je n’en sais rien, répondit-elle en quittant la pièce, je ne l’ai pas vu.


Léontine monta dans sa chambre, déçue, et s’appuya à la fenêtre du balcon pour contempler la ville. Qu’il était étrange le monde vu d’ici. Des taches de couleur parmi des taches de gris. C’était la première fois que ce tableau l’intriguait. Elle fixa la petite maison noire et blanche tout à droite, à la lisière de la forêt. Celle de son amie Élia. Elles s’étaient rencontrées un jour de marché et avaient joué longtemps sur la place aux fontaines pendant que leurs mères respectives faisaient leurs emplettes. Et depuis c’était devenu un rituel. Tous les jeudis, les fillettes se retrouvaient sur cette même place.


Léontine pensait à Élia, à sa vie en noir et blanc, quand elle eut une idée. Elle descendit voir mère.


— Mère, vous connaissez Élia, mon amie du marché ?

— La petite souris toute menue avec qui vous batifolez sur la place aux fontaines ?

— Oui enfin, elle n’est pas si petite que cela… Je me demandais si on ne pouvait pas lui prêter Joseph.

— Lui prêter Joseph ? Mais qu’entendez-vous par là ?

— Eh bien ! Nous pourrions demander à Joseph d’aller mettre un peu de couleurs chez elle, dans sa maison et dans sa famille !

— Mais enfin Léontine, un peintre c’est très personnel, ça ne se prête pas !

— Je ne vois pas pourquoi. Ses parents n’en ont pas. On pourrait partager non ?

— Léontine, je vous répète qu’un peintre est une affaire intime. Je vous rappelle que c’est quand même lui qui peint vos petites culottes !

— Oui mère, bien sûr… Dites, je pourrais inviter mon amie à dîner ce soir ?

— Oui c’est une bonne idée et nous inviterons ses parents également, je crois savoir que les Duménil et eux s’entendent très bien.

— Oh merci mère ! Et au fait avez-vous revu Joseph ?

— Oui, il m’a dit que changer de couleur de légumes était très fréquent désormais. Alors je lui laisse le bénéfice du doute. Ma foi, si tout le monde le fait.

— Vous savez mère, j’ai entendu dire que certaines familles en ville commençaient à prêter leur peintre. Alors si tout le monde commence à le faire…

— Filez avant que je vous attrape et que je change d’avis pour ce soir.


Le soir venu, les trois familles se retrouvèrent autour de la table dans une ambiance conviviale et dégustèrent la tarte aux pommes bleues que les Duménil avaient apportée. Eustrège ne bouda pas son contentement. Joseph ne lui avait pas menti. Après le dîner, les adultes poursuivirent la soirée au petit salon pendant que les fillettes allèrent jouer dehors.


— C’est ce que j’aime chez toi, dit Élia en contemplant le ciel.

— La nuit ?

— La nuit est la même que chez moi, ce sont les étoiles que j’aime.

— Tu sais Élia, mère dit qu’on ne peut rien faire pour vous aider, les peintres ça ne se prête pas.

— Bien sûr et ta mère a raison. Mes parents le disent aussi.

— Mais tu sais, tu peux venir aussi souvent que tu veux regarder les étoiles chez moi, dit Léontine, dans un sourire sincère. Et peut-être que si tu les fixes fort, très fort, tu arriveras à les peindre avec tes yeux. Giuseppe dit qu’on naît peintre, mais je ne sais pas s’il dit la vérité. Peut-être qu’en te concentrant beaucoup tu pourrais devenir peintre toi aussi.

— Je vais essayer, dit Élia, tu as peut-être raison.


Les petites filles partagèrent un sourire et s’apprêtèrent à reprendre leurs jeux quand un bruissement de feuilles attira leur attention.


— Oh ben tu étais là Giuseppe ? On ne t’avait pas vu, dit Léontine surprise.

— Je m’étais assoupi, dit le peintre qui ne dormait que d’une oreille avant de s’étirer. Il est temps que j’aille me coucher.


Ce soir-là, et tous les soirs qui suivirent pendant une lune entière, Élia fixa les étoiles intensément pour tenter de les colorer jusqu’à ce qu’au premier soir de la nouvelle lune, Léontine, postée à son balcon, voie le ciel s’allumer au-dessus de la petite maison grise.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   hersen   
14/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Je suppose que Giuseppe est Giuseppe Arcimboldo, car avec des légumes de toutes les couleurs...

L'idée du monde en noir et blanc est très originale. Mais finalement, avec un peintre dans chaque maison de riche, on retombe dans le personnel de maison, le même processus : on paie des gens qui doivent nous servir. Même si on semble respecter les qualités de "son" peintre. Et si un matin Giuseppe n'a pas envie de peindre, s'il a envie de faire autre chose, que dira Eustrège ? sera-t-elle d'accord pour qu'il ne "travaille" pas ?

Je trouve une certaine ambiguïté dans cette histoire. Le monde serait noir et blanc et il faudrait donc certains moyens financiers pour profiter de la couleur.

Je ne comprends pas trop le message. Bien que les fillettes échangent les couleurs (la riche donne à la pauvre), je ne vois pas de message fort.

C'est un texte plaisant si on ne se pose pas toutes ces questions. Et peut-être que j'en pose trop ?

   lala   
6/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour carbona,

J'ai lu votre histoire comme un conte.
J'ai été séduite et emportée par les "tranches de pain d’épices avec de la marmelade d’églantine".
Ensuite, j'ai trouvé les dialogues avec Giuseppe un peu longs, pas assez directs, à cause des incises ou des relances.
Le final est tout tendre, happy end !
J'en retiens que chacun peut mettre un peu de couleur dans son quotidien, éviter la routine, oser...
Aimer changer !
A méditer et à mettre en oeuvre (il y a du pain sur la planche...).

   melvin   
6/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Carbona,
Une très belle idée que ce monde en noir et blanc révélé par les couleurs de peintres un tantinet facétieux.
Vous apportez une vision, toute en délicatesse, sur la créativité et son origine : nul besoin de naitre peintre pour enluminer le ciel étoilé, mais des rêves, des désirs et de la volonté …

J’ai beaucoup aimé le « sourire lutin » de Léontine et la vision de la ville colorée qui m’a ramené vers le « petit pan de mur jaune » de La Vue de Delft (belle association libre me direz-vous).

Vous remerciant pour cette agréable lecture

   henriette   
6/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai l'impression de lire un tableau en 3D -
on part du concret pour entrer dans l'abstrait , du noir et blanc pour les couleurs , c'est un jardin extraordinaire où le peintre est
jardinier ou vice et versa et tout cela écrit avec tant de fluidité que l'on se glisse dans et en dehors du tableau comme par magie .
C'est simple , limpide , coloré , gracieux , fantaisiste .
"un peintre est une affaire intime. Je vous rappelle que c’est quand même lui qui peint vos petites culottes !" j'ai adoré !
merci

   vendularge   
6/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup cette fable parce qu'on y entre de plein pied, immédiatement comme nous le ferions pour une situation habituelle.
C'est original et bien écrit, la forme permet une lecture aérée, tout est à sa place. Ce texte ne me pose aucune question existentielle, je n'ai pas lu qu'il était dit que seuls les nantis ont un peintre "intime" mais peut être est-ce sous entendu.

Bref, une lecture agréable, un projet bien conduit.

Merci,
Vendularge

   Misou   
7/4/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Le texte est bien écrit. Je ne m'attarderais donc pas sur le style sauf peut-être le "dormir que d'une oreille" à la fin qui fait bizarre/répétition puisqu'on vient de dire qu'il s'était assoupi.
Ce texte est très mignon. Cela en fait une lecture agréable. Mais il est un peu trop niais peut-être. On nous présente un univers singulier mais il manque une intrigue. On en reste à la présentation. La fin/morale sied bien au conte, mais elle est abrupte car il manque un élément narratif. Bref, si l'idée est belle, c'est trop court. Il manque un questionnement de fond.
Enfin, on tarde trop (ou alors c'est juste moi qui suis lent) à comprendre que ce monde est en noir et blanc. Pendant un long moment on comprend juste qu'il y a un truc avec les couleurs. Le dialogue au début m'a embrouillé (avec les noms et surnoms, qui est qui) et la remarque du père en noir et blanc est perturbante. Le père ne servira plus dans l'histoire. Le noir et blanc sort de nulle part. Et puis, finalement, qu'y a-t-il de choquant à le voir en noir et blanc puisque ce sont les couleurs de base de ce monde (bien qu'on puisse imaginer que dans cette noblesse, cela ne se fasse pas).

Un beau conte bien écrit, mais une bonne idée pas assez travaillée.

   Donaldo75   
17/5/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour carbona,

J'avoue avoir été surpris par ce texte, surréaliste dès le début. Je ne sais pas sur quelle piste j'étais entraîné mais je me suis perdu, même si le passage sur les peintres m'a fait croire un instant en une écriture picturale. Je ne sais plus.

Les dialogues oscillent entre des réflexions enfantines et celles plus conventionnelles d'adultes sur des sujets finalement sans importance, à part le passage sur les peintres. En cela, je n'ai pas accroché.

Dommage, parce que j'aime l'originalité.

Une prochaine fois.

Donaldo

   mimosa   
19/4/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bon, le style est agréable et les dialogues sympas, naturels: on s'y croirait! Mais une fois compris qu'il s'agissait d'un autre monde j'ai attendu le suspense, l'intrique, l'évènement... car en fait il semblait qu'il devait "arriver" quelque chose: et bien non! et j'avais donc aussi faim après qu'avant... c'est décevant.

   carbona   
3/5/2016

   MissNeko   
20/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quelle idée originale !
J ai beaucoup apprécié cette lecture tout en couleurs et en noir et blanc. Si seulement on pouvait décider de notre couleur de cheveux !!! Ça serait super !!!


Oniris Copyright © 2007-2019