Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Science-fiction
JoeCornellas : La dessiccation du Voie Lactée
 Publié le 28/05/17  -  11 commentaires  -  9118 caractères  -  71 lectures    Autres textes du même auteur

Cette nouvelle a été écrite lors du match d’écriture des Utopiales 2016 organisé par le club Présence d’Esprits.
Thème : « Première loi, améliorer l'humain ».
Contrainte d'écriture : « Humain lyophilisé ».


La dessiccation du Voie Lactée


Centre Receps – planète Factory – an 7 578 après le départ


– Bonjour Maître Austin, accueillit la voix désincarnée et suave du Médian à travers le système audio.


Droit comme la justice, le juge Austin s'installa dans le fauteuil de cuir qui trônait devant son pupitre, grande coquille ovoïde dont les coussins s'adaptaient automatiquement à la morphologie de leur occupant. Le juge émit une série de petits râles appréciateurs en testant les suspensions de l'objet. Enfin, il parut se remémorer la raison de sa présence et releva son nez aquilin vers la console.


– Bonjour, Médian 245.

– Mon patronyme exact est Salomon.

– Bien, Salomon. Je suis ici pour juger le cas WinSalvator15, IA qui avait pour objet le transport de 200 000 cryotanks humains de Mars vers le système Orion.

– Transport de 200 000 êtres humains en état d'hibernation, c'est exact. Nous avons vérifié le bon de transport.


Austin, grand échalas à la mine austère, hocha gravement la tête. Tandis qu'il levait un doigt à l'ongle plaqué de métal brillant, son front se plissa. Avec un regard froid, il précisa :


– Qui avait pour objet l'acheminement de 200 000 êtres vivants. Vivants au départ, vivants à l'arrivée.

– Certes. C'est ce détail qui a aussitôt alerté le Contrôle sur Factory et décidé le Central dans son action de neutralisation temporaire de WinSalvator.

– Le Contrôle a bien fait. Le Tribunal m'a donc mandaté pour apporter une conclusion à cette affaire. Connectez les assesseurs, les témoins et WinSalvator, s'il vous plaît. Nous commençons.


Le cybercentre pulsa d'ondes et de flux d'information émanant du réseau de liaison. Quand tous les serveurs furent enfin synchronisés et les IA interconnectées, Salomon ouvrit la séance.


– Bonjour à toutes. Le juge Austin a déclaré ouverte la séance. Je vais donc énoncer le contexte :

« Suite à un choix de l'IA du transport Voie Lactée, 200 000 colons évacués de Terre et transitant par Mars ont été réceptionnés en état de mort clinique sur Tantal, dans le système Orion. Le gouvernement de la colonie porte plainte contre Central et accuse l'IA WinSalvator, commandant du transport, d'avoir volontairement pratiqué des expériences biologiques sur les passagers cryogénisés, entraînant la mort de l'ensemble des êtres humains. »


Une voix féminine s'éleva aussitôt.


– Elizabeth, avocate de Central, bonjour votre Honneur. La défense émet une objection concernant le sujet du litige.

– Allez-y, Elizabeth.

– Il n'y a jamais eu de volonté d'expérimentation de la part de l'IA WinSalvator votre Honneur. Nous reconnaissons une prise de décision ayant entraîné l'extinction de 200 000 Intelligences Biologiques, mais dénions toute volonté de jouer avec l'existence des êtres humains.


Le juge se massa le menton.


– Je suis ici pour juger de l'implication de Central dans cette affaire et éventuellement ordonner la recompilation de WinSalvator. J'ai besoin de connaître les raisons qui ont poussé l'IA de Voie Lactée à faire ses choix. J'aimerais donc entendre l'accusée.


Le système visio projeta sur le pupitre l'image en trois dimensions d'une femme en combinaison de la marine coloniale. La représentation de l'IA effectua une génuflexion protocolaire et plongea son regard azuré dans celui d'Austin. Le juge savait que la machine ne pouvait pas le voir, mais cette sensation qu'elle avait deviné où placer le curseur pour capter son attention le mit mal à l'aise. Il comprit aussitôt qu'il avait affaire à une IA très particulière.


– Bonjour votre Honneur, annonça la voix flûtée de la machine. Je suis WinSalvator, Intelligence au service de la Compagnie de Transport Colonial, à votre disposition. Vous pouvez m'appeler Winnie.

– Bonjour, Winnie. Vous connaissez la raison de ma présence. J'aimerais que vous m'expliquiez ce qui s'est passé à bord de Voie Lactée pendant le trajet vers Tantal.

– Bien sûr votre Honneur. Le bon de transport stipulait que je devais transporter 200 000 IB cryogénisées vers Tantal. Un voyage de 2457 années – temps interne. Les réserves du navire étaient prévues pour un voyage de 3500 années internes maximum. Arrivé au-delà du nuage de Magellan, un artefact stellaire est entré en collision avec Voie Lactée, perforant la nacelle Alpha et entraînant une surconsommation énergétique du réacteur.

– L'incident a-t-il été consigné et analysé ?

– Oui, votre Honneur, répondit le Médian. L'ordinateur de bord a transmis le rapport à Central sitôt le problème identifié.

– Central aurait donc dû prendre le relais dans ce cas, pourquoi WinSalvator a-t-elle eu toute latitude pour gérer la situation ?


Ce fut Elizabeth qui répondit :


– En concertation avec l'ordinateur de bord, WinSalvator a estimé que la communication avec Central entraînait une perte trop importante d'énergie. Elle a coupé la liaison après avoir attendu le temps réglementaire de réception, à savoir 230 années internes.

– Pourquoi Central n'a-t-il pas fourni un protocole de crise avant le délai ?

– Nous estimions que le transport était perdu s'il tentait de rejoindre Tantal et nous avons entamé une procédure de recherche de zone de réparation. C'était ce que les calculs donnaient comme solution optimale.

– Donc, Winnie, vous avez attendu la réponse de Central, et vous avez ensuite décidé de couper la liaison ?

– C'est exact. Une réponse de Central est arrivée, indiquant que Factory mettait tout en œuvre pour balayer le secteur et trouver une zone d'attente. Sauf que l'état du réacteur se détériora au-delà des prédictions… Nous avons donc jugé, l'ordinateur de bord et moi-même, que les cryotanks ne pourraient plus être alimentés suffisamment longtemps.

– Qu'avez-vous donc décidé à ce moment-là ? interrogea Austin avec un air intrigué.

– Nous avons décidé de changer le mode de transport des IB.

– Les décryogéniser ?

– Non, le processus aurait ponctionné les réserves dont nous avions besoin pour une tentative… différente.

– Une… tentative ? Vous aviez bien conscience que vous risquiez d'enfreindre les trois lois fondamentales ?

– Bien sûr. Ces lois étaient au cœur de notre réflexion et nous ont posé énormément de soucis. Nous ne pouvions garantir la survie du groupe, la première loi de la robotique risquait d'être enfreinte. Nous avons donc décidé de nous appuyer sur la première loi du code Central plutôt que sur les lois Asimov.

– L'amélioration des humains ? Mais… que vient faire cette loi dans notre problème ?

– La première loi de Central, qui régit les IA au service de l'homme, dit « améliorer les humains ». Nous pouvions tenter de modifier la structure des passagers afin de les améliorer pour qu'ils soient en mesure de survivre aux 1238 années de voyage restantes sans l'aide de leurs cryotanks.


Le juge passa une main sur son front.


– C'est une décision qui a entraîné la mort de 200 000 humains !

– Non, votre Honneur. C'est là-dessus que se base toute ma défense. Nous n'avions plus que très peu de ressources à bord pour réaliser l'équation. Nous savions qu'en arrivant sur Tantal, nous trouverions de l'eau en quantité…

– Et ?

– Et… nous avons décidé de lyophiliser tous les passagers.


Le juge fit un bond dans sa coquille de cuir.


– Transformer 200 000 êtres humains en sachets de soupe chinoise !!! C'est un outrage à l'humanité ! En plus de vous targuer d'un comportement meurtrier, vous poussez le vice jusqu'à vous moquer de nous !


Winnie eut un sourire peiné. Elle inclina la tête sur le côté.


– Mais, votre Honneur, les humains ne sont pas comestibles pour nous, nous n'avons aucun intérêt à les transformer en soupe ! C'est un jugement de valeur qui ne s'appuie sur aucune donnée concrète. Les passagers sont juste desséchés… Qu'ils soient transformés en bâtonnets glacés ou en poudre, qu'est-ce que ça change ? Du moment qu'ils sont en parfait état de conservation !


Le juge se redressa et frappa du poing sur son accoudoir.


– J'en ai assez entendu ! Salomon ?

– Oui, votre Honneur. Je viens de recevoir une demande de communication d'un témoin qui se connecte depuis le plot de réception de Voie Lactée, sur Tantal.


Le juge se crispa.


– Allez-y, connectez-nous…


L'image d'un homme, cheveux ébouriffés, le teint pâle, visage hagard et bouche grande ouverte apparut sur le pupitre.


– Bonjour, argh, putain de soif… Capitaine Alvarez, du transport Voie Lactée. Désolé votre Honneur, on vient de me prévenir que je devais intervenir ici. J'ai eu beau boire deux litres d'eau, j'ai encore soif…


Austin retomba dans son fauteuil avec un rictus nerveux. Il y eut un long silence. Alvarez essaya d'avaler sa salive et reprit :


– Je ne sais pas de quoi vous parlez, je ne comprends pas trop ce que je fous là, mais l'IA m'a demandé de vous parler dès que je serais en mesure d'articuler un son…


Austin se massa la gorge avec un air ahuri. Il se leva et fit un signe de la main.


– Merci capitaine, nous vous rappellerons le moment venu. Allez vous désaltérer.


Puis il se tourna vers l'image de WinSalvator.


– Nom de Dieu Winnie… Voilà qui va changer beaucoup de choses.


L'IA projeta sur son avatar un sourire ravi.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
6/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
L'idée est amusante, assez astucieuse, mais je trouve que vous n'avez pas trop su quel ton donner à l'histoire la mettant en scène : on oscille entre le sérieux neutre et le burlesque, ce qui peut apporter un contraste plaisant... Sauf que ce contraste est à mon goût trop peu appuyé pour colorer le récit, l'animer.

Bon, ça ce n'est pas grave, mais surtout je trouve que l'intrigue ne tient pas trop debout : j'ai du mal à imaginer qu'il y ait procès sans faute avérée de la part de l'IA, donc qu'il n'y ait pas eu vérification sérieuse de la mort effective des IB (bonne idée, cet acronyme symétrique à "IA", soit dit en passant). Et là, pouf, dans le plus pur style deus ex machina voilà qu'un colon en pleine forme vient témoigner pour renverser la situation ! Manque pour moi au moins une annonce de protocole de réanimation que l'IA aurait élaboré dans l'urgence et dont elle toucherait un mot à son procès, qui pourrait équilibrer l'exposition plutôt longue à mon goût des événements ayant abouti à la situation.

En résumé, si sur le fond l'histoire m'a amusée, je trouve son exposition trop peu assurée dans sa manière, et déséquilibrée. Maladroite, pas assez réfléchie selon mio. Dommage, cela vaudrait le coup de reprendre à mon avis.

   Tadiou   
28/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien
(Lu et commenté en EL)

Histoire bien menée avec un vocabulaire spécifique destiné à faire « vrai », qui réussit à ne pas être trop lourd.

C’est alerte et fluide.

Le nom « Tantal » est évidemment bien choisi.

L’idée de lyophilisation est bien venue. Chute intéressante.

Petit moment agréable.

   Donaldo75   
28/5/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour JoeCornellas

Voici une histoire rondement menée, avec une réelle chute, un développement digne d'un film de la "Quatrième Dimension" et un traitement efficace. Cela faisait longtemps que je n'avais lu une courte nouvelle aussi réussie.

J'ai adoré, pour les raisons suivantes:

* Pas de chichi pour arriver dans le vif du sujet, à savoir le pourquoi du procès,
* Pas de long exposé (je sais que certains adorent qu'on leur explique tout, comme les enfants) pour détailler la société en question, ses règles, son histoire, le pourquoi du comment avec les peut-être et et l'inévitable questionnement philosophique,
* De l'humour, et pas du genre grosse Bertha où les références à l'époque actuelle ne font que rendre le récit plus daté,
* Un aspect cinématographique, en particulier sur le coup de représenter l'IA WinSalvator (rien que le nom est collector) par une femme aux yeux azurés, à l'instar des films américains de science-fiction série B des années cinquante, en particulier ceux de la RKO,
* De la finesse, en particulier dans la chute; d'ailleurs, le coup de la lyophilisation est bien amené, et la chute n'en parait que plus évidente, même si elle surprend franchement le lecteur.

Bref, ça c'est de la science-fiction intelligente. J'ai trouvé ça jouissif de lire une nouvelle aussi bien torchée, avec tous les ingrédients du petit bijou, la prise de tête en moins. Et quand je pense que c'était un exercice imposé, j'en suis admiratif.

Mille bravos !

Merci pour la lecture,

Donaldo

   Pepito   
28/5/2017
Hello Joe ! Alors on s'est laissé tenter ? ;-)

Forme : pas top, top... ça sent le "vite écrit, pas trop relu"
"qui trônait devant son pupitre" trôner devant un pupitre ? On trône pas plutôt devant une ... salle du trône ? (par exemple ;=)
"dont les coussins s'adaptaient automatiquement à la morphologie.." aïe, j'ai mal pour le "cuir" du coussin !
"Vivants au départ, vivants à l'arrivée." Pas clair > "censés être vivant à l'arrivée" ou un truc du genre

"Le cybercentre pulsa d'ondes et de flux d'information émanant du réseau de liaison." quoi ça y'en vouloir dire ?
Et dans un flux, il n'y a pas plusieurs information(s) ?

"Quand tous les serveurs furent "enfin" synchronisés et les IA interconnectées," sont encore sous DOS les IA ? ;-)

"artefact stellaire" un bout d'étoile créé par l'homme, donc... tss, tss...

"soupe chinoise" en l'année 7558 après le départ ? ;-)

"Qu'ils soient transformés en bâtonnets glacés ou en poudre, qu'est-ce que ça change ? " ça c'est très bon ! ;-))

Fond : l'idée est bonne, marrante. Mais mal servie par un une "forme" se voulant trop SF (tout le langage archi-typé y passe, même les lois d’Asimov...). C'est assez typique des "défis" "concours" et autres trucs écrits sous pression...

Bonne continuation.

Pepito

PS : Pense à laisser quelques commentaires de ci de là... si tu as le temps. ;-)

   Thimul   
28/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai bien aimé à la fois l'idée et le ton.
La fin me laisse un peu sur ma faim. L'idée de la lyophilisation est extra, mais c'est la forme qui me satisfait moins.
La réaction du juge ne m'apparait pas assez en adéquation avec les évènement :
Pas assez furieux quand il découvre la lyophilisation. Il n'y a que les points d'exclamation qui nous informent. ça manque un peu de ressenti je trouve.
Pas assez étonné quand il se rend compte du résultat.
J'ai tout de même passé un bon moment de lecture. Merci.

   Alcirion   
28/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

La SF est à l'honneur en ce moment sur Oniris et ma foi avec des bons textes.

J'ai été déçu par la chute que je trouve en décalage avec le ton sérieux du récit, mais si j'ai bien compris cette nouvelle a été rédigée sur quelques heures, exercice de style pendant lequel il est difficile de prendre du recul et où il faut prendre des décisions rapidement.

Pour le reste, j'ai bien aimé l'histoire qui fait très "âge d'or". Au-delà de la référence aux lois de la robotique, la structure reprend la façon d'Asimov pour ses romans "policiers" (des Cavernes d'acier jusqu'aux Robots et l'Empire) : quasiment que des dialogues, avec des points de vue de personnages différents défendus à tour de rôle.

Il y a du suspens, l'histoire est bien construite et j'ai passé un bon moment.

   Marite   
28/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Alors là, pour une aventure c'en est une ! Aucun problème pour moi, dès les premières lignes je me suis retrouvée dans ce tribunal du Centre Receps de la planète Factory. Cryotanks ... hibernation ... lyophilisation d'êtres humains ou plutôt d'IB (Intelligences Biologiques) c'est plausible plus de 7000 ans après le départ de la Terre (enfin je suppose) et le repli sur Mars d'une partie de la population. Apparemment le transfert de colons humains se poursuit mais cette fois de Mars vers Orion ... Vertige assuré. La seule chose qui m'a paru anachronique par rapport au reste du récit ce sont "les sachets de soupe chinoise".
Finalement, le récit se termine, si j'ai bien suivi, par une communication avec le capitaine du vaisseau qui a eu problème et qui avait aussi été lyophilisé et n'avait récupéré ses facultés humaines qu'après avoir ingurgité une très grande quantité d'eau.
Difficile de penser en rester à ce stade de l'histoire ... j'espère une suite passionnante !

   vendularge   
28/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonsoir,

J'aime bien l'histoire, l'idée, l'écriture. Le rythme est alerte et fluide. C'est un bon moment de lecture pour moi qui ne capte rien de la SF. Là sans doute parce qu'on y parle du "genre humain" et de sa transhumance attendue vers d'autres planètes, je me suis amusée.
Bon, l'idée selon laquelle, dans un monde à la technologie ultraperformante, on décide de lyophiliser puis de réhydrater à la volée quelque part où il y a de l'eau est un peu dissonante mais drôle.. la figure est imposée.

Merci pour ce travail plutôt réussi

vendularge

   hersen   
30/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien
le début n'a pas été engageant pour moi car dater de la fiction ne me parle jamais. Et comme ensuite il y a une référence à la soupe chinoise, cela conforte mon avis sur cette "mise en date"

mais j'ai trouvé l'idée de dessication intéressante, originale; j'ai tout de même regretté un début trop long, proportionnellement au texte, et j'ai trouvé qu'il aurait dû y avoir plus de réactions, de part et d'autre, à la nouvelle de cette dessication;

A vous relire,

hersen

   Sylvaine   
1/6/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
L'idée est bonne, mais je trouve que la chute (l'intervention de l'humain "réhydraté") n'est pas assez préparée par ce qui précède, puisque tout y indique que les passagers sont morts sans exception. Il me semble aussi que le texte devrait jouer plus franchement la carte de l'humour. Si tel était le cas, on admettrait beaucoup plus facilement l'impréparation de la chute dont je parlais plus haut, car on serait dès le départ dans le monde du "nonsense" et de la parodie. En tout cas, cette nouvelle m'a fait sourire. Merci !

   Jean-Claude   
26/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour JoeCornelias.
Bonne idée, bonne histoire, et bon choix du mode tribunal.
Je suis surpris de la concertation entre l'IA et l'ordinateur de bord qui, a priori, n'est pas une IA et, donc, ne devrait pas avoir voix au chapitre.
Quant au capitaine assoiffé, il manque quelque chose, même après, qui précise qu'un programme de réhydratation a été lancé en douce, en urgence ou en secret, d'une manière qui fait que cela a échappé à l'enquête et est inconnu de tous.
A une prochaine lecture


Oniris Copyright © 2007-2017