Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Fantastique/Merveilleux
Thimul : La lettre au Père Noël
 Publié le 03/12/18  -  6 commentaires  -  4046 caractères  -  43 lectures    Autres textes du même auteur

Un petit qui promet.


La lettre au Père Noël


Cher Papa Noël,


Tout d’abord, je te remercie pour le cadeau de l’année dernière. La poupée que tu m’as offerte était vraiment super. Mais, comme tous les ans, pour mon prochain Noël, j’en voudrais une nouvelle, car l’ancienne est cassée.

Je sais que tu ne vas pas être content, mais on ne pouvait pas faire autrement.

Tu sais, il faut que je te dise une chose : plus personne de mon âge ne croit que tu existes. Au début, j’ai essayé de leur faire comprendre qu’ils se trompaient, mais ils se sont tous moqués de moi. Ils disent tous qu’à dix ans, le Père Noël, ça n’existe plus. Mais moi, je sais que ce n’est pas vrai. Je le sais parce que c’est mon papa qui me l’a dit. Et mon papa, il est trop fort.

Si papa dit que tu es vrai, alors, tu es vrai. Mon papa, il ne ment jamais.

Je ne dis pas non plus aux autres que je te demande à chaque fois une poupée pour Noël. Un garçon de mon âge, ça ne doit pas jouer à la poupée.

Mon papa, il dit que je peux jouer avec ce que je veux, du moment que je connais mon rang et que je sais remettre les filles à leur place.

Il parle bien mon papa.

Papa est très riche. Nous habitons un très, très beau château. La seule chose qui manque, c’est une maman. Papa dit qu’il n’a pas de chance avec les femmes. Des fois, quand il a trop bu, il crie, seul dans la grande salle, devant la cheminée où brûle une grosse bûche qui donne très chaud quand on est tout près...

Toutes des vicieuses, il dit.

Pourtant, mon papa, il cherche toujours ma nouvelle maman. Des fois, je lui dis que nous sommes bien mieux tout seuls, tous les deux, mais alors, il me regarde d’un œil sévère.

Tu sauras, quand tu seras plus grand, qu’un homme doit prendre femme.

Il parle bien mon papa.

Il est grand et fort. Il a une barbe comme toi, mais la sienne n’est pas pareille.

La toute dernière femme de papa est encore pire que les autres. Incroyable comme elle est désobéissante. Je te le raconte parce que, sinon, tu ne me croiras pas.

Papa part souvent en voyage pour ses affaires. Figure-toi qu’il lui avait laissé tout le château pour elle toute seule. Tout le château sauf une seule pièce. Il lui avait défendu d’entrer dedans. Eh bien, devine ce qu’elle a fait cette imbécile ? Il a fallu qu’elle aille voir ! C’est pas du vice ça, hein ? Je ne te raconte pas la colère de papa quand il s’est aperçu qu’elle avait fouillé là où elle n’avait pas le droit. Jamais je ne l’ai vu autant en colère ! Cette idiote avait taché la clé en la faisant tomber par terre, c’est comme ça qu’il s’en est rendu compte.

De toute façon, celle-là, je ne l’ai jamais aimée. Encore moins que les autres. Elle a fait des caprices pour que sa sœur vienne à la maison en disant qu’elles avaient toujours été élevées ensemble et qu’elles ne voulaient pas être séparées. Et c’était toujours des Anne par ci, des Anne par là : ce que c'était énervant ! Papa va faire ce qu’il faut. Elles sont enfermées dans la plus haute tour et la sœur n’arrête pas de regarder par la fenêtre.

Tout est prêt. Ça doit avoir lieu ce soir. C’est pour ça que ma poupée est cassée. Papa me demande toujours la plus belle pour voir si c’est suffisamment aiguisé. J’aime bien lui faire plaisir. Je ne devrais pas le dire, mais je suis content parce qu’il m’a promis que cette fois-ci, je pourrai voir comment il fait.

Donc, mon cher Papa Noël, je voudrais une nouvelle poupée pour quand je me réveillerai le vingt-cinq décembre prochain.

Mais surtout, j’aimerais que tu trouves pour mon papa à moi, une femme qui ne fait pas de bêtises, qui obéit, et surtout qui n’est pas une fouineuse.

Et puis, si tu le peux encore, un joli nœud papillon bleu pour aller avec sa barbe.


Travaille bien Père Noël, et à bientôt.


Papa dit que si on fait trop de fautes quand on écrit au Père Noël, on n'a pas de cadeau. Alors j'espère que j'ai tout bien conjugué les verbes et les adjectifs et que je n'ai pas oublié les ne avec les pas.


Est-ce que madame Noël est gentille ? Sinon, je peux demander à papa de venir te voir pour régler ton problème.


Bisous.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Louison   
10/11/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
J'ai trouvé un peu incohérent ce papa cruel qui dit à son fils de 10 ans que le Père Noël existe, ça ne colle pas avec le personnage.

Cette phrase est étrange : "Je te le raconte parce que, sinon, tu ne me croiras pas."

On devine assez vite qui est ce père,cependant ce n'est pas gênant pour le déroulé de l'histoire.

Je n'ai pas trop aimé la chute, je la trouve inutile.

Je ne sais pas si cela tient au langage employé, mais je me suis un peu ennuyée dans ce récit.

   izabouille   
19/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Charmante, cette petite ! Charmante cette lettre ! Court et gai à lire.
Mon seul regret est que l'on devine un peu rapidement à qui l'on a à faire.
Merci pour ce bon moment de lecture.

Iza en EL

   lucilius   
3/12/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Tout comme Louison, je trouve trop d'incohérences entre la reprise du conte de Barbe Bleue et cette version dont la lettre au père Noël est plus une reconstitution qu'une réclamation. L'idée n'était pourtant pas inintéressante mais elle est ici mal traduite en se démarquant pas assez de la version de référence qui est, elle, monumentale.

   plumette   
3/12/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour Thimul,

Barbe bleue revisité, pourquoi pas?
Ce texte est pourtant bien en decà de ce que vous nous donnez à lire habituellement!
le langage du garçon ne me parait pas en phase avec son âge. Le côté "mon papa c'est le plus fort" relève plutôt de la psychologie d'un enfant de 6/7 ans (il me semble !!)
et puis l'explication au sujet de la poupée cassée me semble assez tirée par les cheveux.
Enfin si le lecteur connait le conte alors il n'a aucune peine à le reconnaître, donc c'est lui faire injure que de glisser dans le texte la couleur de la barbe.

Plumette

   hersen   
7/12/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Thimul,

je trouve que l'idée de base est intéressante, celle de se réapproprier un conte très connu.

Mais ici, mon impression est que tu n'as pas choisi vraiment quel parti tu allais prendre, celui de coller au conte initial ou bien d'innover complètement sur l'idée. Ce que tu fais dans un sens, en associant Noël au conte, mais, et je ne peux t'expliquer pourquoi, c'est trop bête, j'ai du mal à associer les deux.

le fil de la poupée, s'il est bien trouvé, est, à mon avis, un peu trop pesant. Ou plutôt non, trop évident dans la façon dont tu la mets en scène.

Ainsi que le personnage de Barbe Bleue, je le découvre trop tôt, j'aurais préféré aller jusqu'au bout de l'histoire avant de m'en apercevoir, après coup.

Oserais-je dire : "Joyeux Noël" ? Un peu lugubre. Et ça, par contre, c'est l'aspect qui me plait pas mal.

merci de la lecture.

   Corto   
9/12/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Ce serait drôle de poursuivre cette histoire en lui donnant une tournure bien plus barbare. J'ai déjà quelques idées.
Mais pour rester à ce texte j'ai eu du mal à m'y intéresser, d'autant que le mode d'expression de l'enfant est plutôt celui d'un enfant de 4 ans.
Dommage.


Oniris Copyright © 2007-2018