Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Absolue : M
 Publié le 13/06/22  -  25 commentaires  -  326 caractères  -  391 lectures    Autres textes du même auteur

Une rencontre, un destin…


M



Il t'hémisphère,
Lui l'Australie, toi l'Angleterre.
Il t'hémistiche,
Moitié-moitié, et tu t'entiches.
Il t'hématite,
Autour du doigt, l'alliance bénite.
Il t'hématome,
Un soir d'été, devant les mômes.
Il t'hémophile,
Une mare de sang, sur le Vinyle.
Et toi, tu l'aimais.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
28/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Ouf ! Ça claque, me dis-je. Davantage slogan que poème, me dis-je aussi, mais ces quelques mots inventifs, rythmés, presque chantants, me paraissent dire ce qu'ils ont à dire avec une sacrée efficacité. Glaçant dernier vers, et progression saisissante de l'anodin, du mignon, à l'horrible.

   chVlu   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Je salue le travail autour d'une idée pour bâtir ce poème. Conjuguer des substantifs et les faire rimer voilà une idée originale et qui pour moi fonctionne puisque les vers ont du sens.
Le texte dessine bien une union qui dérape, les 4 premier vers réunissent, les suivants exposent la violence d'une des moitiés de ce tout. Violence masculine du il dans le nous , le sujet d'actualité devient poème.
Il me semble que la rythmique veut s'installer autour d'une base en tétrasyllabes. Pourtant le dernier est en pentasyllabe, volonté de faire ressortir l'incongruité d'aimer son bourreau ? Peut-être mais pour le "beau geste" j'aurais préféré que le dernier vers se prive de ce Et qui n'est pas indispensable (ce qui me laisse penser que le pentasyllabe est délibéré).
En peu de mots un drame conjugal s'installe et me permet en tant que lecteur d'imaginer une histoire, une réalité.
Malgré toute les qualités je ne suis pas transporté d'enthousiasme, pourquoi je n'en sais rien. L'idée de suggérer les faits sans juger me parait intéressante, mais je reste froid, dans la raison, et mon émotion n'est pas titillée. Manquerais-je à cet instant d'empathie ?
j'ai hésité entre une peu et bien, et la raison m'a dit dicté de choisir bien!

   Anonyme   
13/6/2022
Auto-modération

Commentaire peu instructif pour l'auteur

   Raoul   
31/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,
J'aime assez et l'idée et le traitement.
Chapeau pour le vocabulaire qui sort des sentiers battu et rebattu du poétiquement admis et en cela, c'est une comptine moderne réussie dans l'ensemble.
J'aurais bien aimé en lire davantage.
Une réservé toutefois, le dernier vers est hélas prévisible et sans surprise.
Il est aussi moins travaillé que les autres, du coup (si je puis dire) il tombe un peu à plat alors qu'il aurait pu être le point d'orgue du poème.
Merci pour cette lecture

(en E L)

   Vilmon   
3/6/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Il t’aime. Bien joué !
En quelques vers, l’histoire d’un couple.
Bémol pour « vinyle », plancher, parquet ?
Plus difficile de trouver un lien avec les mots « hém », mais je trouve que c’est bien réussi.

   pieralun   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je ne suis pas très lecteur de ces poèmes libres, et comme j’ai de la peine à les noter, je ne les commente pas là plupart du temps.

Le texte est court, je me suis laissé embarqué…..

Je m’y arrête uniquement pour les deux derniers vers:
Une mare de sang, et toi tu l’aimais.
Difficile de dire pourquoi, mais ce petit bout de poème m’a profondément percuté, en plein cœur !

J’ai donc remonté le fil, et j’ai trouvé cette petite déclinaison subtile autour de la lettre M……,c’est bien.

Mais il ne faut pas oublier que la poésie s’évalue uniquement sur l’effet qu’elle produit sur le lecteur.
Touché ! Absolument

   Eskisse   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Absolue,

J'aime quand on tord le langage, quand on détourne les mots du langage ordinaire, aussi ces substantifs transformés en verbes me plaisent et servent bien le propos .
Beaucoup aimé le deuxième: " Il t' hémistiche /Toi tu t'entiches", le "Il t'hématome" et le ton détaché de l'ensemble.

La chute dit bien la complexité des sentiments.

   poldutor   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour
Voilà en très peu de mots le destin malheureux d'une épouse aimante!
Très original ces néologismes commençant par "H", ça claque, ça cingle et ça laisse un sentiment de gâchis. C'est court, c'est simple, mais c'est efficace!
Pourquoi les hommes sont-ils parfois si cruels ?
Bravo pour ce texte.
Cordialement.
poldutor

   papipoete   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Absolue
" Il " met en scène monsieur et madame, qui s'aimaient, s'aiment moins, et ne s'aimeront bientôt plus ! Pourtant, " il a comme elle une alliance au doigt, et des mômes qui voient, entendent ce que peuvent dire et faire des GRANDS...
NB un savant jeu autour des mots, qui disent le cheminement de la détérioration puis de la disparition des sentiments , que les coups rendent bleu-oeudème, rouge d'hémophile qui perd son sang...
Tragique parcours de " il " qui ne se souvient plus l'amour qu'il avait pour " elle ".
poème façon slam' dont hélas on connait la tram'

   Anonyme   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Original.
Jouer avec les mots n'est pas si facile. Plaisante lecture.
(J'attendais la chute :"Tu l'aimes quand même")

   Corto   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Au vu du titre de ce poème je me suis vu transporté à l'abbaye de Thélème et sa célèbre devise "Aime et fais ce que tu veux".
Que nenni le retour au réel qui imprègne ce poème a douché mon imaginaire...
Ici c'est le règne du dominé/dominant, l'émotion qui dévie vers la violence, et pourtant..."tu l'aimais".
En quelques lignes l'auteur a su décrire un vécu trop humain, trop banalisé, qui finit mal.
La concision et la conception de ce texte sont rares voire étonnantes.
A mes yeux, du beau travail.

   Cristale   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Absolue,

C'est l'originalité qui donne cette aura particulière à ce poème hétérométrique dont le sujet a été traité de mille façons, mais jamais comme ce que j'ai sous les yeux.

Le substantif se métamorphose en verbe ainsi le mot figé dans sa définition sort de son cadre pour emplir l'espace de son chant lexical et vient frapper de sa rime la rime sosie.
Les deux premiers vers soufflent déjà le chaud et le froid, les suivants évoquent le pouvoir d'attraction, puis le caractère violent du prédateur se dévoile en une apothéose sanglante.

Je pense que le rythme est voulu par l'auteure mais la classique que je suis, habituée de surcroît au parler du sud-ouest, prononce tous les "e" et en ajoute même quand il n'y en a pas. :)

Ici je pense que les "e" muets des mots à l'intérieur des vers ne sont pas prononcés, en ce cas l'on scande en 4 - 8.

L'ensemble est bref, concis, visuel, la musique s'étiole decrescendo de "si" en "do".

Le vers final un poil plus plus court, "tu l'aimais" tomberait comme un couperet, mais c'est bien vu et le médaillon fait son effet.

Merci Absolue.

Cristale qui M votre poème.

   Mintaka   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Absolue,
Des flashs, des à-coup comme des coups.
Une rencontre, un amour, des enfants, des larmes et du sang.
En quelque phrase on comprend tout.
Je ne sais pas si cela est vraiment poétique car vous dénoncez plus que suggérer.
Toutefois l'idée est forte et saisissante, je me laisse donc saisir.
Merci pour ce blitz.

   Anonyme   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Absolue,

Il y a de l'imagination et du sens dans votre poème. C'est important le sens.

Le jeu avec les mots les fait fuser en uppercuts qu'il nous faut appréhender pour s'envoler vers là où le poète veut nous embarquer.

Tout est dit, c'est vrai, mais c'est beaucoup trop court !
La chute à laquelle on ne s'attend pas arrive trop vite et me laisse frustrée.

Après, la poésie se niche partout, et ce poème aussi bref soit-il n'en manque pas, c'est évident, pour dresser le tableau original d'un quotidien glaçant.

Merci pour le partage.

   Anonyme   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Absolue,

Je ne suis pas certain de la rupture de rythme de votre dernier vers et de la nécessité des doubles syllabes "Et toi", "Et" me suffisant sans doute.

La concision du propos forme une bombe. Je pensais que j'allais lire un petit poème propret sur l'amour à distance au début, puis j'ai cru aux noces pleines de grâce et d'ennui, et je redoutais qu'on en vienne à remplir le garde-manger, mais c'est une explosion qui a surpris ma lecture, ceci dans la joie de jeux de mots triviaux et enfantins.

Demeurera ce problème des pièces à chute : leur force tenant à la surprise, il est difficile d'y revenir et d'y trouver le même intérêt.

Bien cordialement,

roi

   inconnu1   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je commente peu la poésie libre, n'ayant pas les codes, mais nous sommes ici à la limite du contemporain puisque vous choisissez le rythme et la rime. Je ne rajouterai rien. Tout à été dit. La structure du poème, la déclinaison des il t'aime... Tout ceci est original, rythmé

Bravo

   Lebarde   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Rencontre
Amour
Alliance
Castagne
Fin tragique

Un destin en somme, qui aurait pu ne pas s’achever dans le sang.!
Bref mais diablement percutant avec ces verbes inventés commençant par h , qui rendent le propos redoutablement efficace.
Bien que très éloigné de cette forme d’expression, j’applaudis très fort
Le but est atteint
Bravo Absolue c’est super

Lebarde

   GiL   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ça n’est pas long à lire, donc à relire. Et plus je relis, plus je suis impressionné. Je viens de terminer un polar qui raconte la même histoire en 250 pages et que j’ai trouvé sur le moment pas mal... mais en comparaison c’est de la petite bière. Là, c’est de la vodka polonaise ! Je vais oublier le polar mais je n’oublierai pas le poème.

En poésie, j’adore les exercices de style, du moins ceux qui ne sont pas gratuits. Et celui-ci ne l’est pas, gratuit, tant s’en faut ! Je ne vais pas épiloguer, tout a été commenté (sauf, peut-être, le choix de la deuxième personne : bien vu !).

Pour moi c’est excellent, il n’y a pas une virgule à changer.
Bravo et merci Absolue !

   Angieblue   
13/6/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un poème qui ne manque pas de panache et qui fait mouche au dernier vers.
j'ai bien aimé la répétition du préfixe "hém"/[aime] et le travail sur le rythme et les sonorités (assonances et allitérations).
Bravo! c'est du travail d'orfèvre!

   Myndie   
14/6/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Voilà un poème qui, par le choix du vers libre et par sa construction même est en parfaite adéquation avec le sujet traité et, partant, d'une efficacité redoutable. C'est court, concis, dense et c'est ce qui fait sa force.
Vers impulsifs, vers minimalistes qui envoient les verbes valser au diable vauvert pour en inventer d'autres (belle trouvaille que cette sonorité en M!), vers semblables à un halètement, qui associent bien les images produites à la sensation spontanée de vitesse et de brutalité.

En ordonnant vos mots de la sorte, en les soumettant à cette cadence vive, vous avez créé des reliefs, des sommets d'intensité et de tension.
C'est ainsi que votre poème nous délivre son message de la manière la plus percutante qui soit.

Brillantissime

Myndie

   StephTask   
14/6/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
J’M passionnément ce poème, peut-être même de manière… Absolue.
C’est original et puissant. Ces néologismes sont utilisés à bon escient.
Sur la forme je n’ai pas d’observation. Sur le fond je suis juste scotché.
Pour moi tout est parfait. Ne changez rien, même pas une virgule.
Depuis mon inscription sur le site en début d’année j’ai lu de très jolies choses mais ce texte est mon coup de cœur. Des plumes ! Des plumes !
Pas en vinyle, pas en hématite mais de platine.

   Provencao   
14/6/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Absolue,


" Il t'h..."


J'ai bien aimé cette cadence que "le t'h" sensible perçoit de cet amour auquel elle le retrocède et rend une influence qui n'obéit pas aux modèles de la raison, mais qui supplée aux crénelés qu 'elle opère dans ce très bel écrit

Cette cadence permet une plongée dans l’obscurité de l’Amour.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   jfmoods   
18/6/2022
Un certain nombre de procédes concourent à la réussite de ce poème.

Procédés stylistiques

L'antithèse du vers 2 ("Lui l'Australie, toi l'Angleterre.") marque la distance première à l'autre, une distance ressentie comme enchanteresse, riche, féconde, propre à combler l'imaginaire amoureux de l'allocutrice. Une métaphore d'une grande banalité ("une mare de sang") signale quant à elle l'irruption de la barbarie ordinaire.

Procédés lexicaux

Les néologismes imposent l'obsession du thème amoureux annoncé par le titre. L'expression du vers 4 ("moitié-moitié") postule un partage, l'équilibre espéré du couple. Cependant, un verbe pronominal suggérant l'attachement subit et parfois excessif ("tu t'entiches") ne laisse rien présager de bon pour la suite de la relation. Derrière la promesse du bonheur nuptial ("hématite"), il y a la présence insidieuse du sang ("hématie") qui prépare le féminicide à venir (champ lexical de la violence).

Procédés grammaticaux

Parallèlement au passage du présent à l'imparfait, le basculement des pronoms ("Il t'"/"tu l'") met en exergue, à la chute, le décalage abyssal entre utopie et réalité. Le pronom tonique ("toi, tu") appuie sur ce douloureux constat.

Procédés phoniques

L'obsédante allitération en "t" ainsi que le retour régulier de l'assonance en "en" (tous les deux vers) confèrent au texte un caractère oppressant.

Procédés métriques

Le glissement du vers pair (4, 8, 10 pieds) au vers final impair et isolé (5 pieds) figure le rêve brisé, la dimension éminemment tragique du poème.

Merci pour ce partage !

   Annick   
18/6/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Absolue,

Les substantifs transformés en verbes, cette presque anaphore, cette répétition lancinante et cette alternance des pronoms personnels "il" qui marquent le rythme en début de vers, le martèlement des "t", renforcé par les rimes suivies, ce raccourci d'une vie en quelques vers, cette dramatisation fulgurante, le tragique de la vie d'un couple, d'une famille qui est détruite par le seul fait d'un individu, et ce dernier vers magnifique, juste parce qu'il y a une syllabe de plus et que le pronom "il"devient "tu" font de cet exercice de style une vraie performance et un poème d'une beauté singulière

   Absolue   
23/6/2022


Oniris Copyright © 2007-2023