Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
ADN : Rien ne s'oppose à la nuit
 Publié le 05/09/18  -  11 commentaires  -  409 caractères  -  169 lectures    Autres textes du même auteur

La nuit qui s'oppose au jour.


Rien ne s'oppose à la nuit



Le jour est obscène
Il a percé ma peau
Je croyais la nuit blême
Mais c’est le jour qui sonne faux.

Le jour est à ma page
Mais je crois bien qu’il pleure
La nuit je danse sous l’orage
Mais c’est bien le jour qui se meurt.

Comme l’horizon s’efface
Dans le ciel noir et sans un bruit,
Je prends tes bras, tu m’enlaces
Rien ne s’oppose à la nuit.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   dom1   
17/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Un peu court cet écrit d'amour à ce moment du jour où il ne fait pas jour.
Comme si s'opposer à la nuit ne demandait pas un effort plus authentique...
domi...

   BlaseSaintLuc   
17/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Le thème est bien trouvé, mais la recherche, c'est arrêtée en chemin.
Quelque chose casse le rythme.

Ma fois, je ne sais pas si c'est mieux tourné ainsi :

" le jour est en cage.
Je crois bien qu'il pleure.
La nuit est à l'orage.
Mais c'est le jour qui meurt "

Il y a pourtant meilleur arrangement à faire, je le sens, cela mériterait aussi un peu plus de développement, c'est avis.

   Eclaircie   
17/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,

Un titre repris d'un titre de livre de Delphine de Vigan.
Mais un sujet tout autre, j'avoue avoir du mal à le cerner, sans pour autant pouvoir me laisser porter par la musique des mots.

Tout les "Mais" semblent s'opposer à une idée émise précédemment, sans que rien ne soit vraiment défini et le texte me semble un ensemble d'idées plutôt disparates sans réel lien pour guider le lecteur.

Bonne continuation,
Éclaircie

   Queribus   
22/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Tout d'abord, par la disposition des vers, des strophes et les rimes, votre poème donne, au premier abord, l'allure d'un poème classique alors qu'il n'en est pas un avec notamment des vers inégaux; je pense qu'une forme plus libre à la Prévert ou plus classiques selon ses règles impératives auraient été préférables.

Le contenu me semble très "passe-partout"avec un manque d'originalité; ceci dit votre texte n'est pas très long et se lit facilement; je pense qu'il devrait être repris de façon plus rigoureuse. Bon courage.

Bien à vous.

   eskisse   
22/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Le jeu des oppositions suit un parcours subtil : présent dans les deux premières strophes ( mais ) , il s'efface comme par évidence dans la dernière où l'amour vient épouser la nuit. Un lexique simple donne à votre poème la forme d'une épure.

Peut-être, à mon sens, les deux premières strophes auraient-elles pu faire l'objet d'un travail rythmique plus approfondi.

Et dans le vers " Le jour est à ma page", la préposition " à" fait écran à ma compréhension.

Merci pour ce paratage

   MonsieurF   
23/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bon déjà le titre ne va pas du tout: il reprend le nom d'un roman de D de Vigan et les paroles d'une chanson de Bashung. C'est donc déjà vu et revu.
Et comme il est réutilisé au dernier vers ça renforce cette impression.

Le reste est bien moyen, convenu. Ce n'est pas mal écrit, mais c'est plat, sans recherche. Les "jérémiades" sous la lune ou sous le soleil c'est vieux comme la poésie et ça n'est vraiment as évident à renouveler. Ici c'est raté.
"Le jour est obscène
Il a percé ma peau" ça par exemple: en quoi est il obscène? En quoi a t'il percé une peau? On dirait un tricotage autour du vampire encore une fois.

   Fowltus   
23/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Un titre reprenant un vers de Bashung, vers clôturant aussi le poème, mais peu de choses pour moi entre les deux, vraiment trop peu.
Rien ne m'accroche, pas même les rimes pour rimer.
Il faudrait aller plus loin dans l'écriture pour vous faire entendre.
A une autre fois.

   Robot   
24/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le thème est bien abordé. La préférence pour la nuit se ressent. La VPA bien que simple est présente. C'est justement cette simplicité qui soutien ce texte.

J'apprécie particulièrement ces deux vers:
Je croyais la nuit blême
Mais c’est le jour qui sonne faux.

   papipoete   
5/9/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour ADN
Le jour ne m'a pas demandé mon avis, a fait comme " chez lui " découvrant ma peau !
Moi, ce que j'aime ce sont les ténèbres de la nuit, quand mon seul horizon se voit à travers mes mains, quand je t'enlace ...
NB un poème aux vers mystérieux, où le lecteur interprète plus qu'il ne suit le scénario .
Techniquement, je vois plus un poème libre ( métrique libre, assonances ) qu'un contemporain ?

   PIZZICATO   
5/9/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Malgré plusieurs lectures, l'expression de cette dualité m'a semblé un peu superficielle et n'a pas suscité chez moi un intérêt sensible.

Je cite les deux vers qui m'ont séduit :
" Je croyais la nuit blême
Mais c’est le jour qui sonne faux."

A vous lire une prochaine fois.

   Lulu   
6/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour ADN,

Je n'ai pas aimé le titre qui reprend un titre déjà connu… Bien que je sache qu'il est souvent difficile de trouver un titre, je me dis que, là, un effort aurait pu être consenti.

Cependant, j'ai bien aimé votre poème que j'ai trouvé chantant, rythmé à la manière de certains slams, bien qu'il soit court… Il dit quelque chose de simple et beau, et ne m'a pas laissée indifférente.

Peut-être est-il à peine trop court… ? Aller plus loin dans la lecture d'un texte plus long ne m'aurait pas déplu.

Les rimes sont intéressantes, mais ce n'est pas ce qui m'a séduit ici. Vous parvenez à impulser un certain rythme sans forcément vous appuyer sur elles…

Mes encouragements pour la suite...


Oniris Copyright © 2007-2018