Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
PaulMUR : Testament [Sélection GL]
 Publié le 05/09/18  -  11 commentaires  -  1480 caractères  -  123 lectures    Autres textes du même auteur

Quelques souvenirs.


Testament [Sélection GL]



Mon amour, ma douleur, mon éternelle flamme
Je veux léguer mes biens à ta douceur de femme
Il manque le notaire et les actes légaux
Je n'en ai nul besoin pour te léguer mes maux

Dans ce bureau étroit vieilli par la tempête
Les quelques poils perdus provenant de ma tête
La couleur du plafond jaunie par la fumée
Que j'expirais tout en pensant à mon aimée

Un vieux stylo à bille qui ne sait plus écrire
Qui a écrit pour toi plus de pleurs que de rires
Ces vieux papiers tout gris couchés de mes vieux vers
Sur lesquels j'ai jeté ma sueur et mes nerfs

Je te laisse ma voix dans tes vieux souvenirs
Tu pourras l'écouter quand elle voulait te dire
Avec des mots de rien, tous les mots de la rue
Le bonheur de mon âme sur ton âme étendue

Je te laisse mon corps que tu pourras revendre
Peut-être quelque part dans ma tête ou mon ventre
Un chirurgien pourra trouver pour ses besoins
De quoi sauver un homme. Si pas un homme un chien

Si tu n'en obtiens rien mets-le dans le jardin
Il nourrira la terre, tes fleurs pousseront bien
Tu pourras accueillir les bras chargés de fleurs
Un autre homme que moi qui fera ton bonheur

Je te laisse ces riens dont tu ne peux rien faire
Que tu peux oublier s'ils ne peuvent satisfaire
Ce que tu attendais en guise de testament
La vie ne m'a laissé pour toi que des tourments


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Vanessa   
15/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,
Ce poème traite d'un amour finissant . Un amour qui me semble-t'il ne fut pas très heureux.
Certaines choses ne sont pas très heureuses non plus concernant l'écriture.
Il manque le notaire et pourtant vous décrivez un bureau qui à toute la froideur d'un bureau de notaire justement.
Vous faites dans ce deuxième couplet, une description prosaïque de la scène dans son ensemble et pourtant le second vers me semble être une métaphore.
Il y a un décalage dans l'expression qui fait qu'à la lecture, j'ai imaginé ce crane touché par une pelade et tous les cheveux au sol.
Une image pas très ragoûtante.
Ensuite:
"Je te laisse mon corps que tu pourras revendre
Peut être quelque part dans ma tête ou mon ventre "
Je m'arrête ici pour vous expliquez qu'à la lecture, j'ai associé ces deux vers puisque que vous n'avez pas ponctué.
Et de ce fait...je n'ai d'abord rien compris.
Pour le fond, je n'ai pas apprécié, car j'ai lu une plainte de ( pardonnez-moi l'expression ) de Caliméro.
Pourquoi offrir encore sa propre souffrance à un amour qui manisfaitement à déjà bien souffert?

   Eclaircie   
17/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

Les deux premiers quatrains me semblent un peu laborieux, (deux fois le mot léguer dans le premier, "tout en pensant" un peu disgracieux dans le second.
Dans les quatrains suivant, le rythme devient plus harmonieux, à mon sens.
Souvent un même mot est repris à l'intérieur du paragraphe, appuyant le propos (sauf peut-être le "Fleur" de l'avant dernier.)

Dans l'ensemble, un poème agréable à découvrir sur un thème assez convenu mais bien traité.

Merci du partage,
Éclaircie

   Quidonc   
17/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Je ne sais trop que penser de cette lecture. Entre le constat d'échec et un impossible legs de bonheur mon cœur balance.
Quel message, l'auteur veux-t-il faire passer auprès de son aimée? Sont-ils encore ensemble, si oui pourquoi ne pas vouloir la rendre heureuse plutôt que lui laisser des tourments? Si non pourquoi utilser le futur
"Tu pourras accueillir les bras chargés de fleurs
Un autre homme que moi qui fera ton bonheur"
Sinon dans l'ensemble c'est bien écrit et la lecture est légère et agréable.

Bonne continuation

Quidonc

   izabouille   
20/8/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'ai adoré cette poésie, elle est pleine de regrets, de nostalgie, d'amour... Cet homme, un vieux poète sans doute, qui se meurt et qui lègue à sa femme toutes ses douleurs, toute sa tristesse, c'est vraiment très beau. Il y des vers magnifiques comme, "dans ce bureau étroit vieilli par la tempête,
les quelques poils perdus provenant de ma tête..."
ou
"Un vieux stylo à bille qui ne sait plus écrire
Qui a écrit pour toi plus de pleurs que de rires
Ces vieux papiers tout gris couchés de mes vieux vers
Sur lesquels j'ai jeté ma sueur et mes nerfs"
Votre poésie m'a beaucoup touchée, merci à vous.

   sympa   
20/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est triste mais quec 'est beau !
Je ne pense pas que votre poème sera publié( s'il l'est) dans la catégorie classique, mais qu'importe , j'ai passé un agréable moment de lecture.
c'est un beau testament, et c'est le principal.
Merci
SYMPA EN EL.

   Coeurdeloup   
5/9/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour
La douleur de cet amour qui, si j'ai bien compris, n'a pas été heureux… me laisse une impression mitigée.

Tristesse ou rancœur ? je ne saurais dire…


J'ai été "gênée" par certains vers qui ont "cassé" le rythme de ma lecture. Peut-être est-ce dû à l'absence de ponctuation ?

Par exemple "Que tu peux oublier s'ils ne peuvent satisfaire
Ce que tu attendais en guise de testament" manque pour moi de "fluidité".

Nonostant j'ai apprécié les trois premiers quatrains…


Bonne continuation

   papipoete   
5/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour PaulMUR
Nous nous sommes tant aimés pourtant ; or nous voici en tête-à tête, toi vivante et moi mort, et tu ne m'aimes plus !
Tu peux faire ce que tu veux de moi, de mes affaires ; les jeter au feu, même moi !
Je t'aimais tant ; tu ne me voyais plus devenu à tes yeux transparent ! Fais ce que tu veux ! je suis mort rongé par le tourment ...
NB une histoire que le créateur dut mettre dans la panoplie de l'humain, tant elle date du jour premier et se répétera jusqu'à la fin des temps !
Vous maniez la plume de bien belle manière, et chaque quatrain est un tome du livre de la vie !
Je regrette seulement pour ce genre d'écriture, l'absence de ponctuation, que je ne m'autorise qu'en " poésie libre " !

   lucilius   
5/9/2018
Bonjour,
Je trouve certaines similitudes entre votre texte et mon avant-dernière parution, à commencer par le titre : "testament chez vous", "le testament chez moi" dont d'ailleurs j'ai demandé la suppression du site. Pour celles et ceux qui se feraient leur propre cinéma, je tiens à préciser qu'il n'est ici nulle question de sous-entendu de plagiat ; juste une coïncidence qui n'a rien d'exceptionnel.

Je considère comme indécent de commenter votre version et m'abstiens donc du moindre jugement.

   Gemini   
5/9/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
J'aurais préféré une épitaphe à un testament, et je doute que ce legs soit accepté.
Puisque les histoires d'amour finissent mal, en général, autant ne pas en faire une histoire qui ressemble à de l'aigreur, et qui liste l'ensemble des efforts du soupirant sans qu'aucune remise en cause personnelle ne soit évoquée.
La grandeur d'âme (un autre homme que moi qui fera ton bonheur) me semble hypocrite. Mais bon, la mort aidant qu'importe ? Doit-on mourir d'amour pour comprendre que les choses ne se passent pas toujours comme on le veut ? Quand la philosophie remplacera-t-elle la déception ? Quand le coeur cessra-t-il d'ignorer les raisons de la raison ?
Je trouve le tout plaintif, larmoyant, dans la lignée de ces poèmes d'amour déçu où le narrateur n'est jamais le fautif (après tout, peut-être était-il laid, comment pouvons-nous le savoir ?).
Mais l'ensemble est plutôt bien écrit, malgré une prosodie... pour ne pas dire frustre comme dit quelque part, imprécise.

   PIZZICATO   
5/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
L'idée n'est pas nouvelle mais je la trouve bien traitée.

Des images que j'ai particulièrement appréciées " Je n'en ai nul besoin pour te léguer mes maux "
" Je te laisse ma voix dans tes vieux souvenirs "...

Et puis ces derniers vers
" Je te laisse ces riens dont tu ne peux rien faire
Que tu peux oublier s'ils ne peuvent satisfaire
Ce que tu attendais en guise de testament ".
Ils me semblent exprimer toute la rancoeur du narrateur et peut-être souhaiter que la personne connaisse les mêmes peines : " La vie ne m'a laissé pour toi que des tourments "

J'ai bien aimé cette lecture.

   Adienog   
5/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Je me demande si ces vers n'auraient pas mérité d'être rangés en paragraphes dans une courte lettre. Il me semble que cela correspondrait mieux à l'objet de ce texte et contribuerait à mettre en valeur ses qualités.

Je suis également déçue par le dernier vers qui ne termine pas vraiment le propos. Il manque quelque chose.

J'ai commencé par les points négatifs parce que j'ai bien aimé ce "Testament" qui grince et sourit en même temps. On frôle l'humour noir tout en évoquant un amour trahi ou méprisé. Les mots sont bien choisis.

Merci.


Oniris Copyright © 2007-2018