Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
AESpes : La première danse du jeune monsieur Tulipe
 Publié le 27/01/20  -  6 commentaires  -  1420 caractères  -  131 lectures    Autres textes du même auteur

12 juin 1982. Le jeune Albert Tulipe a 20 ans. Première nuit de liberté, premier amour, premiers baisers, premiers écrits.


La première danse du jeune monsieur Tulipe



Le disque s'est mis en marche.
Ils ont commencé à effectuer une danse qui n'avait ni queue ni tête.
J'ai regardé leurs pas, écouté leurs chants
et je me suis dit que je ne voudrais pas crever.
Avant d'avoir vu le Soleil l'autoroute les champs et les danses
et tes yeux si noirs qu'on s'y enfonce.
Je fais de la plongée sous-marine dans tes yeux.

Le disque tournait.
C'était du rock'n'roll endiablé et je me suis lancé dans la danse.
J'ai dansé à n'en plus pouvoir,
car mes pieds me l'ordonnaient et j'ai tourné comme le disque.
Et sur la piste de danse,
j'ai vu tes yeux si noirs
j'y ai plongé mon regard
j'ai embrassé tes paupières et ton cou.

Le disque s'est arrêté.
Nous étions deux sur la piste de danse et même sans aucun rythme nous aurions pu danser.
Toi et moi éternels danseurs
sommes-nous seulement humains
seulement nous sommes Humains
tu as été tu es tu seras le plus bel humain que la terre ait porté
j'ai été je suis je serai ta plus belle vision de l'homme
ils sont si pâles ! les autres danseurs sont si pâles que je les oublie.
J'oublie tant de mots en dansant mais ton nom est sur mes lèvres comme tu es sur mes lèvres et comme tant d'autres hommes et de femmes le seront.

Ton regard me renvoie mon propre reflet, il n'y a que toi pour me rendre beau.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
19/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
On se laisse vite emporter par ce disque qui "s'est mis en marche" et qui "tournait."
Eh oui à 20 ans le jeune homme n'est pas le seul à se laisser entraîner par son désir activé par la musique et "une danse qui n'avait ni queue ni tête".

L'ambiance et l'attirance sont ici bien relatées, comme un souvenir évident et ineffaçable, presque comme "Un truc qui me colle encore au cœur et au corps" (Laurent Voulzy).

Un beau moment arrive "J'ai vu tes yeux si noirs
j'y ai plongé mon regard
j'ai embrassé tes paupières et ton cou".

La si belle aventure se prolonge et l'on admire les formules de l'auteur "Toi et moi éternels danseurs
sommes nous seulement humains
seulement nous sommes Humains
tu a été tu es tu seras le plus bel humain que la terre aie porté
j'ai été je suis je serais ta plus belle vision de l'homme".

Moment inoubliable si bien décrit dans sa forte émotion.

Bravo à l'auteur.

   Alfin   
27/1/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Destinée,
On était tous les deux destinés
À voir nos chemins se rencontrer

Les autres semblent risibles et puis arrive le moment où l'on se lance, plus rien n'arrête le mouvement et nous nous retrouvons seuls au monde...

Merci pour cette apologie du slow casse braguette...
Il y a des maladresses dans la première strophe. L'idée est elle de montrer le désarroi du narrateur ? Je prends ce parti-là !

Merci pour le partage

   papipoete   
27/1/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour AESpes
" le disque s'est mis en marche, et je t'ai rejoint pour danser, et être le dernier couple sur la piste... "
Sans ton regard dans lequel je puisais mon courage, et ce puits qui jamais ne se tarissait, nous avons dansé jusqu'au bout, face à tous les autres si pâles...
NB j'interprète, librement ce poème qui m'évoque " on achève bien les chevaux " ; vous y rajoutez ce coup de foudre pour la partenaire, ce visage que d'autres regarderont ; cette bouche que d'autres embrasseront ; mais ces yeux jamais de sa mémoire, ne le quitteront.
au 7e vers, la tournure me semble désaccorder son paragraphe ( j'aurais conjugué autrement )
Dans la dernière strophe, puisque vous ponctuez votre texte, vous auriez pu placer, après " seulement humains " un ?
après, " sommes humains " soit ! ou ...
le passage " et sur la piste de danse... et ton cou " est celui que je préfère !
le dernier vers est fort touchant !

   BlaseSaintLuc   
27/1/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
wow, quelle extraordinaire façon de s'exprimer !

Je ne suis pas très en forme, je n'écris plus et ce n'est pas de l’égoïsme si je commente peu les autres, car écrire un poème ou écrire un commentaire digne de ce nom demande une énergie que je n'ai pas en ce moment.

Mais j'ai de la passion pour ce site et je vous dois bien à tous, l'effort de vous lire , ainsi ce disque est venue chanter à mes oreilles .

J'adore le style , les choses sont si bien d'écrites presque criées sur une musique ... Un rock (around the clock)

C'est très littéraire et littéralement renversant, je traverse les sillons
Sur cette piste de danse pour une space oddity avec la poésie !

Merci.

   Lebarde   
27/1/2020
 a aimé ce texte 
Pas
Ami poète
Je suis désolé mais ce texte est pour moi de la prose sans beaucoup de poésie, écrit dans un style pesant que je n’apprécie pas.
Le vocabulaire utilisé est souvent mal choisi avec de nombreuses répétitions gênantes et je trouve la syntaxe lourde trop proche de l’expression orale pour m’enthousiasmer.
Même en libre certains vers ne passent pas .

« Tu as été, tu es tu seras le plus bel humain que la terre ait porté
J’ai été je suis, je serai ...... »
Belle collection de hiatus ( sans doute voulus) prise au hasard!!

Je suis peut être à contre-courant mais j’assume.

À bientôt pour un autre texte qui conviendra mieux à mes souhaits.

Lebarde

   Dolybela   
9/2/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Tres beau poème en trois temps, comme les trois temps d'une valse, virevoltant dans une maladresse touchante...


Oniris Copyright © 2007-2020