Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Alceste17 :  Artisan des âmes sœurs
 Publié le 04/12/18  -  7 commentaires  -  1097 caractères  -  177 lectures    Autres textes du même auteur

L'évidence d'un amour.


Artisan des âmes sœurs



L'astre, artisan des âmes sœurs,
Doit être fier de son ouvrage
Du soir où penché sur ma peur
Il l'a déguisée en courage
Pour me faire oser t'embrasser

Mes tremblements de débutant
On fait vaciller l'univers
Stoppant l'expansion un instant
Il s'apprêtait à tout refaire
Du big-bang à notre baiser

Mes lèvres ont épousé les tiennes
Et le cosmos s'est apaisé
Il se s'rait effondré de peine
De ne pas nous voir nous aimer
Qui peut prétendre un autrement

Ce baiser t'a donné ma vie
Je suis né de notre rencontre
Dans notre par cœur j’ai grandi,
J'ai mûri et je n’suis plus contre
Vieillir, tant que c'est avec toi

Je n'ai de goût que pour ton corps
J'y ai découvert le toucher
Te ressentir est un trésor
Sans lequel je n'serais pas entier
Tu es les sens de mon monde

Mes lèvres ont épousé les tiennes
Et le cosmos s'est apaisé
Il se s'rait effondré de peine
De ne pas nous voir nous aimer
Qui peut prétendre un autrement


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
10/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
chansons et slams
L'astre m'a poussé en me criant << vas-y, embrasse-là ! >> Sans lui, je n'aurais jamais osé, et ma mie se serait envolée !
Depuis, chaque jour est bonheur, et je n'ai même plus peur de vieillir, du moment que c'est auprès d'elle !
NB ce texte mériterait bien une musique, et nous reprendrions en choeur ces couplets, petits ou grands enfants !
" le cosmos se s'rait effondré de peine/de ne pas nous voir nous aimer "....... comme cette phrase est tendre !
papipoète

   BlaseSaintLuc   
11/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
La trouvaille, c'est de mêler le cosmos à cette rencontre, quelques idées se mêlent à des platitudes, le tout est tout de même sympathique.

j'aime:

" Et le cosmos s'est apaisé
Il se s'rait effondré de peine
De ne pas nous voir nous aimer
Qui, peut prétendre, un autrement "

   Queribus   
15/11/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,
Tout d'abord, votre texte mérite un grand bravo pour la maitrise de la prosodie "néo-classique" et la régularité de ses octosyllabes; par contre, j'ai moins aimé les élisions ("il se s'rait", "n'suis",) mais les plus grands l'ont pratiquée alors pourquoi pas. L'ensemble me semble tout à fait honorable au niveau écriture.

En ce qui concerne le fonds par contre, j'ai trouvé un manque flagrant d'originalité sur un sujet archi rebattu avec lequel il est très difficile de faire du nouveau. Je trouve que le texte est empli de clichés là où il aurait fallu trouver quelque chose d'original et puis les textes d’amour sont toujours difficiles à traiter (Ronsard, Aragon, Eluard, Aznavour et tant d'autres sont passés par là.)

Ne vous découragez surtout pas: c'est en écrivant qu'on apprend à écrire; essayez surtout à vous démarquer des autres en faisant quelque chose de vraiment nouveau et original.

Bien à vous.

   Robot   
4/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Les deux premières strophes que j'ai beaucoup appréciée ont le mérite de l'originalité grâce à cette mise en relation avec le cosmos. Ensuite, je trouve que le récit devient plus commun, plus banal quand il passe à l'expression plus terre à terre des sentiments. La dernière strophe reprend un peu l'idée cosmique du début mais avec moins d'impact.

Une impression mitigée, pas désagréable mais j'attendais plus après une entame réussie.

   PIZZICATO   
4/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien
L'idée de " L'astre, artisan des âmes sœurs " est bien trouvée.
Les deux premières strophes montrent bien cette appréhension à faire le premier pas.

Puis, la suite gâche l'originalité en retombant dans le traditionnel.
" Mes lèvres ont épousé les tiennes. "
" Ce baiser t'a donné ma vie "
" Vieillir, tant que c'est avec toi "

Certes, le sujet a tellement été traité - et le sera encore longtemps - qu'il est toujours difficile d'innover.

   domi   
4/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Mêler le cosmos à cet amour est une trouvaille et... si vraie !
Magnifique deuxième strophe.
Bien apprécié aussi le jeu de mots.
Un joli texte, émouvant et vrai.

   Alceste17   
8/12/2018


Oniris Copyright © 2007-2018