Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Arlet : Tout pour elle
 Publié le 23/04/15  -  14 commentaires  -  1189 caractères  -  201 lectures    Autres textes du même auteur

Rien n'est jamais acquis !


Tout pour elle



Il l’avait trouvée un matin
Au beau milieu de son chemin,
Alors qu’il partait en chantant
Pour aller travailler aux champs.

Si ses grands yeux étaient mouillés
Ce n’était point par la rosée,
Sa jupe n’était que lambeaux
Le froid avait rougi sa peau.

Dans sa grosse patte rugueuse
Il prit sa jolie main peureuse,
Et dans sa maison l’emmena
Pour lui servir un bon repas.

Puis, lorsqu’elle fut bien calmée,
Rassasiée et bien réchauffée,
Elle lui dit « de ta maison
Je voudrais être le grillon ».

Il fit tout pour qu’elle soit belle
Lui acheta robes et dentelles,
Dans tout le pays on disait
Qu’il finirait fou à lier

Car volage était la coquette
Qui tous les jours faisait la fête,
Elle grignota sans façon
Son cœur, ses champs et sa maison.

Elle s’en fut danser un jour
Dans un village aux alentours,
Et oublia de retourner
Près de celui qui l’attendait.

Quand revint le printemps suivant
Il n’avait plus un sou vaillant,
Ne lui restait que son chagrin
Qui tombait en pluie sur ses mains.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
6/4/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
le bougre l'avait trouvée un jour, cette femme à la jupe en lambeaux sur son chemin; subjugué, il lui avait offert le gîte, le couvert et ouvert tout grand son coeur.
Malgré ce que les langues bavardes du pays colportaient sur la " coquette ", notre paysan l'aimait tant à en devenir fou, qu'il continuait à rester sourd, et combler son " grillon " de robes et dentelles.
La belle s'envola une enième fois de sa cage sans barreaux, pour aller danser, et volage, ne rentra jamais à la maison. Le paysan seul, dépouillé, n'avait plus que ses yeux pour pleurer...
Au 13e vers, le " bien " calmée est un peu lourd.
Sinon, le texte est agréable avec ses octosyllabes bien trouvées. J'apprécie davantage la dernière strophe

   bipol   
10/4/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Quand revint le printemps suivant
Il n’avait plus un sou vaillant,
Ne lui restait que son chagrin
Qui tombait en pluie sur ses mains.

c'est un beau texte de chanson

bien écrit bien cadencé

avec de belles petites images

mais qui ne m'a pas ému plus que ça

   Lulu   
11/4/2015
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime bien l'image de "son chagrin / Qui tombait en pluie sur ses mains". C'est triste, mais beau.

J'ai bien aimé l'ensemble du texte dont le récit m'a à la fois fait penser à Marcel Pagnol et à Alphonse Daudet (notamment pour son Arlésienne)...

En revanche, je ne me représente pas vraiment ce texte en musique. Je ne lui trouve pas de musicalité particulière. Je l'ai lu comme un poème-récit qui a des choses à dire.

Cela dit, cela n'engage que mes propres impressions.

   Arielle   
24/4/2015
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai bien aimé cette nouvelle version d'une classique et cruelle histoire que Brassens nous avait déjà fredonnée, avec une fin plus tragique cependant.
https://www.youtube.com/watch?v=6mtugogRIAo

Ne vous reste plus qu'à trouver la musique

   Anonyme   
23/4/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Arlet... Toujours délicat de juger un texte écrit pour être interprété sur fond musical. Ceci dit, ce Tout pour elle m'a immédiatement fait songer au Petit bonheur de Félix Leclerc dont je fredonne souvent les paroles :
C’était un petit bonheur
Que j’avais ramassé
Il était tout en pleurs
Sur le bord d’un fossé
Quand il m’a vu passer
Il s’est mis à crier:
"Monsieur, ramassez-moi
Chez vous amenez-moi".

Souhaitons à votre chanson le même succès que ce Petit bonheur ...

Merci Arlet et bonne continuation dans ce domaine où concurrence n'est pas un vain mot !

   Francis   
23/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les oiseaux migrateurs ne vivent pas en cage ! On ne peut pas les apprivoiser même avec une cage dorée. Un beau texte qui narre l'histoire de ce brave paysan généreux, amoureux de sa petite comète et que cet impossible amour a brisé. J'aime beaucoup la dernière strophe: "Ne lui restait que son chagrin qui tombait en pluie sur ses mains ".

   Robot   
23/4/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Texte sympathique pour une chanson. je suppose qu'une musique apporterait beaucoup. J'ai tenté de la fredonner sur l'air des couplets "d'un p'tit coin d'parapluie" pour voir ce que ça donne, et c'est convenable.

   funambule   
23/4/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Arlet,

Peut-être que l'ombre de Brassens plane un peu mais surtout pour ce qui est du fond, de la façon de construire et raconter une histoire. Concernant l'écriture, aucune confusion possible... et c'est bien.

C'est joli, poétique, l'écriture manque toutefois un peu de souplesse, de naturel... et peut-être (paradoxalement) d'un peu de recherche dans la formulation des situations (ce qui confèrerait un supplément d'originalité).

L'ensemble reste cependant assez convaincant et une mise en musique assortie d'une bonne interprétation devrait confirmer l'adhésion.

   Pimpette   
23/4/2015
Trop triste!
je ne note pas!
J'étais partie pour un amour éternel et joyeux et je tombe sur une grognasse volage et vénale!
C'est trop pour moi!
PImpy

   leni   
24/4/2015
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Arlet
chaque fois que je lis Arlet je pense à l'anse de la Martinique.
J'éprouve beaucoup de difficultés à imaginer une chanson sur un texte seul Votre texte manque un peu de légèreté et la finale est d'une grande tristesseJe vous suggère d'alléger la forme C'est un bon début Je relirais avec plaisir vos modifications si vous suivez cette piste Salut cordial Leni

J'ai noté bieEDIT
J'ai réécouté Assassinat de Brassens comme suggéré par Arielle
Un vrai modèle d'écriture

   PIZZICATO   
23/4/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bien sûr ce n'est pas sans me rappeller " Le p'tit bonheur " de Félix Leclerc quand au cheminement.
C'est exprimé comme un conte.
je dois dire que ce texte ne m'a pas spécialement ému.

   Anonyme   
23/4/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bien que la Charte me l'interdise, je rejoins le commentaire de Pimpette (une fois n'est pas coutume, rassurez-vous - en ce qui concerne l'entorse à la Charte en question), à ceci près que j'oserais tout de même commenter un peu...

Pauvre homme épris d'une femme dont il ne connaît pas les travers et qui perd tout !

Dramatique.

   fugace   
24/4/2015
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai eu l'impression de parodie du P'tit bonheur de Félix Leclerc.
Bien écrit, c'est agréable.
Pour moi, je regrette, mais il n'y a pas de "trouvaille", d'inattendu.

   Anonyme   
25/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
"Il ne lui restait que ses yeux pour pleurer, la belle s'en est aller", je dirai un texte sur la naïveté, mais quand on aime, on ne compte et surtout l'amour ne fait perdre bien des notions, c'est une historiette bien menée.


Oniris Copyright © 2007-2019