Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
BAK : Troubadours
 Publié le 28/02/09  -  14 commentaires  -  1087 caractères  -  226 lectures    Autres textes du même auteur

Au temps des troubadours...


Troubadours



Au temps des troubadours, de fin’amor,
Nous cheminions de donjons en castels,
Brodant d’amour courtois nos vers encor
Pour de belles dames aux fins anels.

Point des loups mais doux comme des agnels,
Peu de nous étaient riches, cousus d’or,
Et redoutaient de dormir sous le ciel,
Au temps des troubadours, de fin’amor.

Comme sous le menton un bouton-d’or,
Nous brillions par nos mots en miels,
Quêtant toujours un nouveau melchior
Nous cheminions de donjons en castels.

De nos joutes ne sortait le fiel,
On s’entichait de quelque Aliénor
En amusant l’assemblée, ménestrels,
Brodant d’amour courtois nos vers encor.

Quelquefois, par de muets corridors,
Avec en tête nos plus gais rondels,
Allions avouer le fol’amor,
Pour de belles dames aux fins anels.

Et si le sort ne se voulait point fel,
Que l’on ne finissait dans le décor,
Ventres gras, on passait deux, trois noëls,
Au sec, adulés comme imperators.
Au temps des troubadours.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
28/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bak, je n'ai pas pu m'en empêcher: j'ai recompté tous tes pieds sur mes dix petits doigts. Que de diérèses sont nécessaires pour atteindre le décassyllabe!
La lecture est plaisante , vraiment très musicale, avec ses reprises de vers et ses rimes qui sonnent bien.
Un univers d'un Moyen-Age édulcoré d'amour courtois. J'aime beaucoup tout le lexique médiéval: les donjons, les castels, le fin'amor..Il ne manque plus qu'un petit air de luth.
Pour le détail, je n'aime pas beaucoup la modernité routière de l'expression "finir dans le décor".
Le dernier vers est sans doute incomplet (?); tu voulais sans doute écrire: "au temps des troubadours de fin'amor" (??)

   Anonyme   
28/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour BAK ! J'aime beaucoup le moyen-âge et par extension tout ce qui en découle ! Pas facile d'écrire en "vieux françois"mais je dois reconnaître que tu t'en tires plutôt bien.
D'accord avec Sally pour ce qui est de finir dans le décor ; à mon avis ça n'a rien à faire dans ce texte.
Je t'offre en tant que troubadour les quelques vers qui suivent,
écrits par François Maynard et "remixés" par moi-même :

Depuis que je connoy que le siècle est gasté
Et que le haut mérite est souvent mal-traité,
Je ne trouve ma paix que dans ma solitude,

Les heures de ma vie y sont toutes à moy.
Qu’il est doux d’estre libre, et que la servitude
Est honteuse à celuy qui peut estre son Roy !

Amicalement. Alexandre

   Menvussa   
28/2/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
pas mal du tout.

   Anonyme   
28/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Très très agréable à lire.
Vraiment ça coule de source, mais sûrement quel travail derrière tout cela !
Les vers des rythmés, et les mêmes rimes qui reviennent parviennent à donner vraiment une ambiance.
Très simple, et très fort.
Bravo !

   Raoul   
30/5/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très agréable à lire, élégant, évocateur aussi, car ce ne sont pas que clichés, on y voit bien se côtoyer le faste et la misère, le sort du troubadour ne tenant qu'à un vers.
La redondances des mêmes rimes de strophes en strophes, toujours recommencées, donne un côté mélodie d'antan dont la ritournelle reste comme gestes en suspends…
J'imagine très bien l'auteur avec poulaines et bonnet à grelots à la cour du roi René!

   Anonyme   
28/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Moi qui ne suis pas fan de mètres classiques, j'avoue que cette lecture me laisse souriante et détendue. J'aime vraiment bien.

   Nongag   
3/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Un bon exercice de style même si les répétitions ont un tout petit peu gâchés mon plaisir. Mais faire un si long poème avec deux seules rimes, c'est toute une gageure. Et c'est franchement réussi.

"On s’entichait de quelque Aliénor" Je bute sur la prononciation de celui-ci.

   David   
4/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour BAK,

Bravo pour ton Rondeau Redoublé dans les règles de l'art, un voyage dans le temps pas mal réussis.

   Anonyme   
15/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Oui, mais au temps des troubadours on pouvait rentrer bourré, cela ne portait pas à conséquence. A part un rondeau mal tourné (ce qui n'est pas le cas ici) rien de pire ne pouvait arriver.

Lecture très agréable, musicale.

Mais voir d'autres rimes venir au secours de ces deux là aurait été encore plus mélodieux.

   Selenim   
25/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Une lecture sans accrocs malgré quelques petites répétitions.

J'ai aimé le rythme chantant, il ne manquait qu'un air de luth.

Merci.

   Anonyme   
26/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
A mon avis ce qui fait la réussite du poème c'est ce mélange ancien-moderne et cette décontraction. Il coule comme du miel celui-là. Et une tournée d'hydromel à ta santé !

   nico84   
23/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est pas ma tasse de thé mais je reconnais la performance d'être crédible en écrivant en vieux français. Bravo, sur le poéme en lui même, j'ai trouvé ça bon mais pas transcendant.

   bulle   
10/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Le rondeau redoublé, au charme désuet.. j'en aime beaucoup l'esprit et les tournures..

Le fond emporte dans un ailleurs fort agréable, par un langage adapté..

Mais il aurait gagné sa musique, tout comme pour toute autre forme classique, par le respect de la découpe.. Les décasyllabes se déclinant, en classique, dans sa majorité, sur du 4+6...
Un petit plus qui me l'aurait fait apprécier davantage ;)

   Anonyme   
6/8/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Si il y a bien un registre où je ne voua attendais pas du tout, c'est bien celui-là. C'est dès plus surprenant.

Ce poème est une réussite, il a une belle musicalité, vous voilà devenu "troubadour", après tout ce que j'ai lu de vous, je souris et vous imagine pas vraiment; mais peu importe, je n'ai pas boudé mon plaisir de lire et de relire votre écrit, il le mérite grandement, et je passe bien volontiers sur les petites imperfections, qui le rendent encore plus touchant et charmant.

J'ai été complètement conquis ...
Je termine ainsi la lecture de tous vos textes en beauté.


Oniris Copyright © 2007-2020