Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
bonjour : Vacuité
 Publié le 17/12/15  -  4 commentaires  -  503 caractères  -  174 lectures    Autres textes du même auteur

Il n’y a pas que la nature qui a peur du vide, une présence rassure, évitant la folie que provoque la vacuité de l’univers.


Vacuité



Dans les fosses de l’espace
Les abysses du néant
Où le vide est une impasse
Jamais ne se refermant

Un abîme où son complice
Le vertige s’étourdit
Au-dessus des précipices
Éternels et infinis

Dans ces ruines sidérales
Au silence abandonnées
Quand la Voie lactée spirale
M’ouvre ses bras étoilés

Je retrouve un Clair de terre
De Soleil et vous surtout
Mes amis, mes sœurs, mes frères,
Mes amours, mes garde-fous…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lulu   
17/12/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Je me demandais où vous alliez en venir en parcourant vos premiers vers qui évoquent surtout les grands espaces et suis agréablement surprise par la présence de l'autre qui survient dans la dernière strophe. Cela était attendu, suite à vos mots de présentation, mais je m'étais mise à douter en vous lisant, tant le texte développe sur la notion de vide, de grands espaces et de vertige.

L'écriture me semble simple, sans trop de recherche particulière. Peut-être aurais-aimé voir - un peu plus tôt, soit bien avant la dernière strophe - quelques images nées de la contemplation stellaire. En fait, les images sont là ; ce qui manque peut-être, ce sont les émotions. Vous les survolez seulement. Peut-être aurais-je aimé un texte un peu plus dense.

Je m'attendais, par ailleurs, à un poème triste, du fait du titre qui annonce la vacuité, mais vous dénoncez surtout la vacuité des choses, et non des gens ; alors tout va.

   Vincendix   
17/12/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Des vers qui ont le mérite d’être bien équilibrés et sans manières, avec un thème original et puis la chute est amortie dans le dernier quatrain et ça fait du bien de se retrouver les pieds sur terre.

   rouelibre   
18/12/2015
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai ressenti une attirance pour le vide dans les premières strophes, un vide traité plutôt sous son aspect descriptif, compensé par un Clair de terre assorti de personnes bien en chair.
3 strophes pour 1 m'avait d'abord paru déséquilibré, mais cela traduit finalement notre petite place...

   Ioledane   
22/12/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Vacuité ? Je n’en ai guère trouvé dans ce texte formé d’une seule longue phrase, dont le déroulé est suffisamment bien tissé pour ne pas nous semer en route, malgré son absence de ponctuation dans les trois premiers quatrains.

Le dernier quatrain donne toute sa dimension à l’ensemble, une chaleur, un but, une raison d’être. Un peu comme nos proches, lorsque tout le reste nous paraît si vain …
Le mot « garde-fous » tombe avec beaucoup d’à-propos.

J’ai apprécié aussi le rythme des heptasyllabes, court et fluide à la fois.
Bref, j’ai aimé.


Oniris Copyright © 2007-2020