Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
bonjour : Votez "véto" !
 Publié le 24/11/15  -  9 commentaires  -  741 caractères  -  160 lectures    Autres textes du même auteur

En cette période d'élections, voici un exemple à ne pas suivre... Et encore je n'en suis pas tellement sûr ! Mieux vaut en sourire.


Votez "véto" !



Dès que Marianne appelle aux urnes !
Ne me demandez pas pourquoi
Je deviens sombre, taciturne
Et n'ose donner de la voix

Pour éviter du ballottage
La meurtrissure entre ses seins
En quel endroit de son corsage
Dois-je glisser mon bulletin ?

Du rouge à gauche au blanc à droite
Le rose, vert à l'intérieur
Danse et se rit de ma main moite
Qui lance le bristol ailleurs

Ma voix ne se fait mieux entendre
Que dans la mer celle du sel
Dans l'urne je ne suis que cendres
Devant le souffle universel

Et sur mon bulletin de vote
Qui ne connaît ni blanc ni noir
Je m'endors comme une marmotte
Je suis le loir de l'isoloir...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Vincendix   
24/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je crois que beaucoup d'électeurs et d'électrices rencontrent le même dilemme au moment de choisir entre les différentes couleurs aussi ternes, aussi défraîchies les unes que les autres.
Un trait d'humour sur un sujet tout de même préoccupant, et c'est vrai , mieux vaut en rire pour ne pas pleurer.
Un texte plaisant à lire et facile à comprendre.

   papipoete   
9/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Si untel menteur, une telle menteuse, nous prie de voter, vous devenez sombre et ne savez que faire.
Si la république, sous les traits de Marianne nous le demande, nous pourrions poser notre bulletin, entre ses seins, ou sur le gauche, ou sur le droit?
Mais au moment de choisir, je risque de lancer mon bristol ailleurs, à la mer où je serai mieux entendu, et je m'endormirai sur mon choix, comme une marmotte...
Exemple à ne pas suivre en effet, malgré " la langue de bois de ces prêcheurs ", mais vous le faîtes de belle façon avec ces mots enlevés.
Je voudrais plus de ponctuation.

   Hananke   
24/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Ah j'aime bien le coté humoristique de ce poème jubilatoire.

Il donne l'impression (que je partage)de les mettre tous
dans le même panier... ou le même corsage.
Il n'est juste que le quatrième quatrain que je trouve plus laborieux et donc moins abouti.

Mais j'adore le loir de l'isoloir.

   Arielle   
24/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Et voilà Marianne rhabillée pour l'hiver ! Ses seins bien au chaud ne balloteront plus au creux de leur corsage où sommeille ce loir dont je partage les bâillements.
Alerte et sans illusion, une façon d'aborder l'actualité avec un clin d'oeil qui me ravit.

   Anonyme   
24/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je trouve ce texte joli avec une pointe d'humour. Ce que je trouve bien c'est qu'il y a une opinion affichée de ne pas voter mais sans critique. J'aime beaucoup l'assonance à la fin le loir de l'isoloir

   Francis   
24/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Des banlieues de béton à nos petits villages
Du plat pays de Brel à la région PACA
La France de Jaures ou celle de Ferrat
Boude les isoloirs, refuse ses suffrages.

Votre poème reflète avec un brin d'humour et beaucoup de talent le désarroi des citoyens plongés dans le creuset de la pensée unique où l'alternance ne rime plus avec changement. Mais attention petit loir, le réveil peut être brutal !

   Anonyme   
24/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour... euh... Bonjour,
Mais... que Marianne était jolie... !! Et votre poème aussi !
J'ai adoré "le ballottage entre ses seins", "le rose, vert à l'intérieur", "qui lance le bristol ailleurs", et bien sûr, "le loir de l'isoloir".
Par contre ce passage "Ma voix ne se fait mieux entendre
Que dans la mer celle du sel
Dans l'urne je ne suis que cendres
Devant le souffle universel", bien que joliment fait, je trouve qu'il dénote un peu de tout le reste, perd le ton humoristique, farfelu, de l'ensemble. Ou alors, j'ai mal compris votre intention, ce qui est fort possible.
Sinon oui, manipulés comme nous le sommes en ces temps de grandes lessives, de grands déballages cathodiques et autres nuisances de cervelle, il vaut mieux en rire, et parfois passer son chemin pour aller hurler à tue tête cette chanson de notre bon Michel à travers la campagne, loin de l'électorale. "Ah... mais que Marianne était jolie quand elle chantait dans les rues de Paris: "ça ira... toute la vie."
Bravo pour ce sympathique clin d’œil.

   PIZZICATO   
24/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le corsage de Marianne en guise d'urne ? Je suis favorable à des consultations électorales le plus souvent possible !
Derrière le paravent de l'humour la triste réalité est bien là dans ce texte original.
Ils sont TOUS à mettre dans le même sac, mais hélas le véto n'est pas de mise...

   GilbertGossyen   
18/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il est vrai qu'à mélanger toutes ces couleurs on peut arriver facilement à un vote blanc.


Oniris Copyright © 2007-2020