Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
bulle : L'oasis buissonnière [concours]
 Publié le 12/05/12  -  9 commentaires  -  1137 caractères  -  364 lectures    Autres textes du même auteur

La vie n’est qu’une longue perte de tout ce qu’on aime. Victor Hugo


L'oasis buissonnière [concours]



Ce texte est une participation au concours n°14 : Relations textuelles consenties ! (informations sur ce concours).




Garonne enflait le goût d’un citron bleu saline ;
Les cendres de son lit débordaient la mémoire,
Et quelque zeste d’ombre esquissait en miroir
Le mirage d’un ange.

Chagrin déguisait le Soleil,
Enrobant de glacis
Sa silhouette juvénile.

Dans le café des après-nuits
Les cuillères dansaient comme valsent fantômes
Au bal de l’idéel, ou de l’éthernité.

Peine d’épices, caramel,
Farine, chocolat, vanille,
Larme à Papa, houblon, éclairs
Ricochaient sur le quai des bruines.

L’anneau qui tartelait l’eau trouble d’illusions
Suivait les alluvions d’une ville intérieure

Silence mangeait le désert de l’enfance…



___________________________________________

Ce texte a été publié avec des mots protégés par PTS.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   MonsieurF   
21/4/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème très joli que j'aime beaucoup même si je ne comprends pas tout le sens.

Il y a une vraie poésie dans ce texte court. Je ne sais de quelle nouvelle il s'inspire, mais je trouve que l'agencement des mots, le rythme donne un poème tout en douceur et demie teinte.
Entre le triste, le mélancolique, le passé un peu révolu qu'on veut retrouver.

Il y a quelques faiblesses: "tartelait"que je ne trouve ni beau ni heureux, "éthernité" un peu trop facile à mon goût et "le mirage d'un ange" sacrément banal.

Mais le reste est beau vraiment avec un dernier vers que je trouve exceptionnel dans sa force évocatrice.

Pour moi un beau texte.

   Lunar-K   
29/4/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Un très beau poème, d'apparence assez simple mais qui soulève, au final, un sentiment assez complexe, jouant beaucoup sur les contrastes et les réminiscences. Il y a ainsi quelque chose de très enfantin, en témoigne le vers final, associé à tout un vocabulaire assez gourmand, en soi plutôt gai, et pourtant... on passe assez vite à une atmosphère nettement moins rayonnante, non pas simplement nostalgique, mais qui semble bien plutôt renvoyer à une espèce de drame de l'enfance, assez mystérieux, indéterminé en tout cas dans ce texte. A cet égard, je trouve particulièrement bien amenée la "Larme à Papa" dans la quatrième strophe, suivant et coupant une énumération bien plus savoureuse. Un passage tout à fait représentatif de ce "contraste" sur lequel me semble reposer ce poème.

J'ai vraiment beaucoup aimé tout cet aspect, ce jeu d'équilibriste entre, d'une part, les sourires naturellement véhiculés par le vocabulaire de l'enfance, et, d'autre part, les gorges serrées qui s'immiscent peu à peu dans ce tableau, témoignant d'un certain malaise, indéfinissable peut-être, mais effectif néanmoins.

En ce qui concerne l'écriture, j'ai bien aimé également. Tout particulièrement ces quelques libertés que vous vous permettez, sans en abuse. Les personnifications, notamment, de "Garonne", "Chagrin" et "Silence" me semblent très réussies. Par rapport aux néologismes, j'ai bien aimé "tartelait", mais "éthernité" me laisse, lui, un peu plus indifférent. M'enfin, d'une façon générale, je trouve que ces quelques libertés ont le mérite de rester suffisamment discrètes, servant le poème sans trop en ressortir non plus.

Par ailleurs, l'écriture reste tout à fait efficace, en parfaite adéquation au thème : à la fois très simple, très douce mais... avec cette pointe d'amertume qui en fait tout le charme. Je regrette juste l'une ou l'autre banalité comme "le mirage d'un ange" ou "l'eau trouble d'illusions". Il y a en tout cas là deux images qui m'ont parues un peu plus faibles que le reste. Mais bon, rien de dramatique non plus !

Bref, j'ai bien aimé ce poème, son ambiance assez difficile malgré les apparences toute enfantine. Il y a quelque chose de fort dans cette simplicité qui me touche vraiment. Une réussite !

   brabant   
1/5/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce texte très riche ne se donne pas au premier abord de par son excès de richesse même, peut-être veut-il trop condenser en trop peu de vers la richesse que l'on pressent de la nouvelle dont il s'inspire. Il sera particulièrement intéressant ensuite d'établir ici les corrélations car il semble, d'un texte l'autre, y avoir du lourd.

Peut-être trouvé-je cependant, Garonne mise à part, les allégories (Chagrin, Soleil) trop ostentatoires. Mais c'est souvent le problème avec les allégories. Peut-être trouvé-je également les audaces de langage trop hardies : "débordaient la mémoire/éthernité/tartelait", mais c'est aussi le but de la poésie que d'être audacieuse.

J'aime assez "Peine d'épices" et "Larme à papa" ; "citron bleu saline" me semble plus facile ayant une lointaine similitude avec l'orange et "quai des bruines" assez commun.

Ce texte libre ne manque cependant pas d'allure, qui se pavane en habit d'arlequin. Si c'était une couverture ce serait un patchwork. Les nuits y sont riches.

   wancyrs   
12/5/2012
Salut Bulle.

J'ai eu ce texte en mon espace lecture, et je n'ai pas su le commenter ; un peu hermétique pour moi... Je sais qu'il peut être question d'un enfant qui vit un deuil, le deuil de sa mère, un peu à cause de ce fameux "larme à papa"(est-ce une parodie de l'expression Barbe à papa ?)

Et puis le titre même est un mystère, une vraie trouvaille... je ne noterai pas le texte, je n'ai pas assez d'éléments pour le faire.

Wan

   Anonyme   
13/5/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est très beau ? Est-ce que j'ai lu le pendant de ce poème ? Je ne sais pas et ce n'est pas grave.

On peut lire ce poème de multiples façons, j'ai joué à détacher les premiers vers pour en faire une strophe et ainsi de suite. C'est fluide (normal, La Garonne), c'est lumineux (normal, le Soleil)...

Etc...

Merci bulle...

   melancolique   
16/5/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour bulle,

Je trouve ce poème très beau même si je n'ai pas très compris de quoi il s'agit. Mais les images ont un certain charme, surtout:

"Chagrin déguisait le Soleil,
Enrobant de glacis
Sa silhouette juvénile."

et "Où Silence mangeait le désert de l’enfance…"
que je trouve magnifiques.

J'aime aussi le jeu de mots: "Larme à Papa"

Merci beaucoup pour cet instant poétique.

Au plaisir de vous relire.

   Marquisard   
18/5/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup cette écriture, pleinne d'images aux gouts bizarres ; je ne saurais ni ne voudrais décortiquer d'avantage, simplement ce passage pour un très bien. bises!

   Anonyme   
23/5/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je ne connaissais pas le mot "idéel", merci donc.
Ce poème m'enchante, par sa musique, son riche vocabulaire, cette personnification des éléments, cette mélancolie sous-jacente.
Vraiment ravie de ma lecture.

   placebo   
5/6/2012
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonsoir bulle,

Au niveau des sonorités, du rythme, c'est impeccable comme d'habitude. Impeccable fait peut-être trop propre, remarque ; disons que ça me plaît :)
J'aime notamment les sons coulants, ça prolonge la douceur (doux-amer ?) des mots.

J'ai mis, en revanche, longtemps (une dizaine de lectures) avant de comprendre que je pouvais relier certains points précis de ton texte à celui d'origine : notamment au niveau de la chronologie. Je descendais ta Garonne en regardant passer le paysage avant de me rendre compte qu'il y avait ma "ville intérieure" derrière les herbes hautes :D

Pour mon passage préféré, j'ai pensé à la troisième strophe :
"Dans le café des après-nuits
Les cuillères dansaient comme valsent fantômes
Au bal de l'idéel, ou de l'éthernité"
J'imagine que l'émotion m'est le plus facilement accessible sur ces vers :) Il y a aussi réminiscence d'autres "après" dans tes textes.

Enfin, en tant qu'auteur du texte d'origine, je suis comblé. Je trouve les résultats complémentaires, se renvoyant l'un à l'autre, deux visions d'une même histoire.

Sans ce dernier point, je me serais sans doute arrêté à "très bien", mais pour une fois qu'un texte me fait autant plaisir, je ne vais pas gâcher ma joie.

Merci,
placebo


Oniris Copyright © 2007-2017