Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Charivari : Le bon vouloir
 Publié le 09/12/20  -  9 commentaires  -  2963 caractères  -  97 lectures    Autres textes du même auteur

Chanson de non-amour.


Le bon vouloir



Depuis que je suis vieux
je ne dis plus « je t’aime »,
mais je dis « je te veux »
comme disent les Espagnols ;
je te dis « te quiero »,
comprends-tu les paroles
d’un mort-la-faim, d’un gueux,
d’un enfant de bohème ?



L’amour est bien amer,
je te veux je préfère
et je veux te prouver
ma bonne volonté ;
mais aimer c’est douter,
aimer ça ne vaut guère,
aimer ce n'est jamais
vraiment faux, vraiment vrai.

C'est sans doute un peu court
pour un aveu d’amour,
mais laisse-moi te dire
jusqu’où va mon désir ;
non, ce n’est pas la foi
qui soulève les montagnes,
ni l’amour, moi je crois
qu’c’est quand on veut qu’on gagne.

Travailleur acharné,
je creuserai ce tunnel
pour franchir ce sommet
et t’atteindre, ma belle ;
aimer, c’est juste un songe
pour consumer sa flemme,
aimer c’est un mensonge
bon pour faire un poème.

Car c’est bien inutile
d’offrir son cœur aux flammes,
car aimer c’est facile,
c’est un constat de l’âme,
une marque indélébile,
tu m’aimes et c’est signé,
surtout ne rien changer
pour éviter les drames.


Depuis que je suis vieux
je ne dis plus « je t’aime »,
mais je dis « je te veux »
comme disent les Espagnols ;
je te dis « te quiero »,
comprends-tu les paroles
d’un mort-la-faim, d’un gueux,
d’un enfant de bohème ?



Je te fais cet aveu,
je te veux mais jamais
je ne dirai « je t’ai »,
car t’avoir c’est bien peu ;
je veux vouloir toujours,
le désir va croissant,
c’est plus fort que l’amour,
je veux défier le temps.

Je ne dis pas « je t’ai »,
car si je t’ai qu’aurai-je
encore à désirer ?
Se marier, puis mourir ?
Si je t’ai que voudrai-je,
une plus longue laisse ?
Un chapelet de maîtresses
pour nouer mon désir ?

C’est à l’envers qu’on dit
« j'tiens à ma liberté »,
et quand vient le compromis
on se laisse enchaîner.
Moi, je ne suis pas libre,
j’entends le devenir ;
entends l’envie qui vibre,
qui ne peut s’évanouir.

Je désire tant ton corps,
j’en veux jusqu’à la mort,
tous deux nous serons forts
ô ma libre compagne !
Je te dis « te quiero »
car tu sais qu’en Espagne,
au pays de cocagne
on bâtit des châteaux…


Depuis que je suis vieux
je ne dis plus « je t’aime »,
mais je dis « je te veux »
comme disent les Espagnols ;
je te dis « te quiero »,
comprends-tu les paroles
d’un mort-la-faim, d’un gueux,
d’un enfant de bohème ?



https://www.youtube.com/watch?v=2MmqhBn8VPs


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
3/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Charivari
(ben oui, sur youtube on n'est pas anonyme.)
Perso, je ne t'avais pas entendu chanter et n'aurais peut-être pas su mettre un nom sur cette voix.
L'anonymat dans le rubrique chanson est difficile à respecter, doit-il l'être ? Peut-il l'être ? Je ne sais pas.


J'aime beaucoup !

Ton accent espagnol est bien sûr tip-top.
Parole et musque en harmonie, un texte fignolé, merci et bravo !
Une bonne chanson d'amour originale.

Éclaircie

   papipoete   
9/12/2020
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Charivari
Il y a des humbles, des inconnus ; des gens connus, d'humbles gens connus que l'on peut écouter sur la grande toile des ondes... Tel Vous cher poète, dont vous offrez ici une chanson, que les paroles me semblent désabusées... comme après une déception amoureuse, qui marqua le corps et l'esprit ? ne plus vouloir dire " je t'aime " mais je te veux ! te veux non pas pour moi, comme cette chose que l'on ne veut partager, mais que le destin sous des traits séducteurs, peut nous ravir sans rançon exigée...
NB par moment, l'on ressent cette prière, comme si le grand âge était là pour dire " dépêchez-vous, il ne vous reste plus guère de temps ! "
des paroles que l'on peut comprendre, si le seul prétendant est la mort qui se profile à l'horizon ; si ce n'est qu'un serment que l'un des deux vint à rompre, on peut gommer et dire ; " on re-démarre à zéro... parce que je t'aime ! "
la 7e strophe est ma préférée, mais avec le bémol de trouver votre texte un peu long...

   Corto   
9/12/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément
Voici une belle bourrasque de sentiment venue du pays où l'on ne craint ni la fougue ni l'excès. Un vent d'amour complexe et fort, qui regarde au fond du cœur sans jouer les effarouchés.

Le texte est puissant et la musique le sublime.
La rupture de rythme à la quatrième strophe est bienvenue pour renforcer le sentiment qui s'approfondit. Au fur et à mesure de l'avancée on sent le "duende" approcher même si l'on sait qu'on ne l'atteindra que difficilement.

Le texte est particulièrement soigné. J'ai relevé des phrases d'excellence rarement présentées ici:
"aimer c’est douter,
aimer ça ne vaut guère,
aimer ce n'est jamais
vraiment faux, vraiment vrai."

"l’amour, moi je crois
qu’c’est quand on veut qu’on gagne."

"aimer, c’est juste un songe
pour consumer sa flemme,
aimer c’est un mensonge
bon pour faire un poème."

"aimer c’est facile,
c’est un constat de l’âme,
une marque indélébile,
tu m’aimes et c’est signé,"

Je vois ce poème comme une aventure où l'auteur explore audacieusement le sentiment amoureux, avec des mots fort bien choisis, sans tabou ni coquetterie.

Une démarche remarquable excellement présentée.

Merci pour ce partage.

   Provencao   
10/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
" C'est sans doute un peu court
pour un aveu d’amour,
mais laisse-moi te dire
jusqu’où va mon désir ;
non, ce n’est pas la foi
qui soulève les montagnes,
ni l’amour, moi je crois
qu’c’est quand on veut qu’on gagne. "

Mon préféré..
J'ai été "percutée" dans le bon sens du terme, par votre voix, la musique et le tempo donné au texte: "Caliente"

Moi, j'y ai lu une prière, un psaume, où dans cet amour presque soumis au règne de la complexité, rien ne paraît plus compliqué que la simplicité.

L'amour peut être simplement égoïste, un rêve ou un défi sur le temps. vous vous offrez tel que vous êtes, sans espièglerie ou détour encombrant.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Pouet   
10/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut,

vraiment bien aimé ce petit guitare/voix bien rythmé non dénué d'une certaine rage d'évocation.

Très agréable à écouter, les paroles tiennent bien la route.

Rien à dire de particulièrement intelligent, j'ai apprécié. Un certain talent pour ne pas dire un talent certain.

   Queribus   
10/12/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

J'ai beaucoup aimé le texte très soigné de votre chanson où tous les couplets s'enchainent de façon très logique; je l'ai trouvé toutefois un peu long pour une chanson. Le côté vieil amoureux désabusé est traité avec beaucoup d'habileté dans une prosodie impeccable.

La musique avec son côté flamenco très à la mode en ce moment se laisse écouter avec plaisir; j'ai quand même trouvée une très forte ressemblance avec la chanson "Est-ce ainsi que les hommes vivent" d'Aragon et Léo Ferré mais beaucoup de chansons se recoupent un jour. Il serait peut-être intéressant d’ajouter un arrangement plus élaboré (les synthés font des miracles)

Le chanteur maitrise bien l'ensemble texte et musique. Le tout permet de passer quelques minutes agréables.

Bien à vous.

   Nico78   
11/12/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour Charivari,
la première partie de la chanson sur le désir et l'amour - que le narrateur rejette tout en en parlant avec une tendre ironie "aimer c'est un mensonge; bon pour faire un poème"- est très belle mais la deuxième partie avec l'opposition entre désir et possession est celle que j'adore parce qu'elle exprime ce que je ressens.
Bravo et merci!

   Charivari   
11/12/2020

   fugace   
12/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
En fait, à la lecture, je n'ai pas vraiment accroché.
Mais quand on écoute la chanson, ses rythmes, la voix, alors c'est un enchantement. On écoute, on ré-écoute, puis on enregistre dans "mes musiques" pour l'avoir à portée de main.
Bravo et merci.


Oniris Copyright © 2007-2020