Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Chene : C’est pas ma faute !
 Publié le 26/02/11  -  14 commentaires  -  1902 caractères  -  248 lectures    Autres textes du même auteur

Ou les lois de l’hérédité.
An dro.


C’est pas ma faute !



C’est pas faute à Voltaire
Si j’ai sal’ caractère
C’est la faute à mon père
Et aux gèn’s de ma mère
C’est pas faute à Rousseau
Si je bois pas qu’ de l’eau
C’est pas faute à Boileau
Si j’ parle beaucoup trop

C’est la faute au grand-père
Qu’a bu un coup de trop
Pour faire avec grand-mère
Un fils qui est poivrot
C’est la faute à mon père
Si je lorgn’ de travers
C’est comme l’oncle Albert
Avec son œil de verre

J’ai fait les quatr’ cents coups
Quand j’étais un jeun’ fou
Mais sans tirer un coup
Sur les nids de coucou
C’est la faute à Nono
L’ cousin de Landerneau
C’est lui l’enfant d’salaud
Qui flinguait les moineaux

« C’est pas moi M’sieur l’abbé
Qu’a bu le vin de messe
C’est pas moi M’sieur l’curé
J’vous l’ai dit à confesse »
C’est la faute au Pierrot
Qu’est pas un enfant d’chœur
Qui m’a filé l’goillot
« Bois l’rest’ c’est de bon cœur ! »

C’est vrai ce que j’préfère
C’est avec ma cousine
Voir les feuill’s à l’envers
Comm’ dans les magazines
C’est la faute au Pierrot
Qui la tenait par terre
Les mains serrées dans l’dos
Derrièr’ le presbytère

Je renie pas c’que chuis
Mon goût pour le bordeaux
Les merguez le méchoui
Qu’on grille au brasero
C’est la faute au grand-père
Qui cachait au lit clos
Au grand dam de grand-mère
Le vin bu au goulot

C’est la faute au grand-père
Tout' cette hérédité
Si c’est héréditaire
C’est pas prémédité
C’est la faute au grand-père
Tout' cette hérédité
Si c’est héréditaire

Mon fils est mal barré !



________________________________________

Ce texte a été publié avec un mot protégé par PTS.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
26/2/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Salut ! An dro, la ronde ! Ici, si j'ai bien compris, il s'agit de la ronde infernale qui fait qu'on est dans l'alcool de père en fils sans espoir d'en sortir un jour et avec toutes les dérives que ça implique... Pas très flatteur pour les Bretons, population à laquelle j'appartiens. Au delà de cette remarque et bien que n'étant pas spécialiste de ce "genre poétique", avec quelques retouches de ci de là et un bon accompagnement musical, pourquoi pas ?
J'aime bien ces quatres vers :
"C’est la faute au grand-père
Qui cachait au lit clos
Au grand dam de grand-mère
Le vin bu au goulot..."
Même si les lits clos ont disparu du paysage depuis un certain temps !
Edit : Salut Chêne ! Même les imbéciles, dont je fais partie, peuvent changer d’avis… d’où la modification de mon appréciation ! J’avais pris ce texte « de travers » alors qu’après relecture il n’y a vraiment pas de quoi fouetter un chat, quand bien même ce dernier serait Breton.
Amicalement. Alex … le susceptible !

   wancyrs   
15/2/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est fantastique et bien trouvé. Les assonances font mouche, l'histoire cohérente, racontée avec un soupçon d'humour, et cette fin qui casse le rythme... Un peu comme si la musique s'arrêtait pour que le chanteur clame :

Mon fils est mal barré !

Pas besoin de musique ici pour apprécier, le texte à lui seul se suffit.

   Lhirondelle   
26/2/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Y a pas à dire, l'auteur s'y entend en "chanson à boire" et le plaisir est d'autant plus grand que la métrique impeccable nous désaltère jusqu'à la lie.
Quelle héridité ! Quelle hilarité !
A boire au deuxième degré sans modération... comme le cidre en somme... ça pétille et ça fait pas de mal...

Vivement la musique pour danser cet an dro...

Vive la Bretagne et ses chapeaux ronds...

   Pascal31   
26/2/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dès la première strophe, j'ai eu la musique de "La chanson de Gavroche" en tête et elle m'a accompagnée tout au long de ma lecture. Et j'ai lu d'un trait, un peu comme si j'avais bu cul sec ! Alors bien sûr, je n'ai pas eu l'impression de siroter une coupe de champagne, mais plutôt d'étancher ma soif avec le beaujolais nouveau ! Et c'est tout aussi grisant... Tchin-tchin !

   Arielle   
26/2/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Si c’est héréditaire
C’est pas prémédité"
mais voilà un calvaire
que j'ai vraiment goûté !

Sans prétention mais efficace et bien enlevée, une joyeuse chanson à boire devant laquelle je lève mon verre : Yec’hed mat

   Raoul   
27/2/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Ça chante et grince âpre en un peu creux…
Je ne trouve pas que le narrateur soit concerné par ce qu'il nous chante là… Pourtant un adepte des sujets hors des sentiers battus, voir casse gueule, ici, (sur le déterminisme génétique et social), je n'y trouve pas mon compte.
La volonté de réduire le champs sémantique, le point de vue, réduit aussi la poésie…
Une vague idée qui ressemble à du Gavroche dans le texte, c'est à peu près tout, navré mais je m'ennuie ferme.

   Anonyme   
27/2/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est bien de la mauvaise foi d'ivrogne que d'aller chercher un coupable à son vice... Quant à trouver l'hérédité... C'est quasi imparable, et ça permet surtout de s'arranger avec ses scrupules.
Maintenant, je pense que l’avoir désignée de la même façon qu’on désignait Voltaire et Rousseau comme responsables de tout et n’importe quoi, est une bonne idée.
Au niveau de l'écrit, je ne connais pas la règle qui régit l'écriture des chansons. (Ecrit-on la musique avant ou après, par exemple ? Le texte a-t-il de l’importance ?)
Je trouve les rimes assez simples (é, ou, ère, eur), sûrement dues à la simplicité ambiante, mais placées sans logique (2 ou 3 selon les strophes).
Si la chanson reprend le thème de Gavroche, le narrateur ici est un adulte, ce qui , à mon sens, dénature l'emprunt (n’est-il pas supposé avoir plus de conscience que de nous seriner « c’est pas ma faute » comme un môme piqué la main dans le sac ?).
Il me semble que "les merguez et le méchoui qu'on grille au brasero" s'ils font populaire, ne font pas plus ivrogne. Par contre, le bordeaux pour un pochard… On ne se refuse rien !

   Lunar-K   
27/2/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai toujours bien aimé les chansons populaires, qu'elles soient tournées biture ou bien paillardes.
Il y a quelques temps nous avons eu droit à un excellent chant paillard avec le "joual stylisé" de wancyrs ; voici désormais un chant à boire d'aussi bonne qualité, ou presque.
En effet, si l'ensemble est très réussi et très amusant, je trouve que certains vers et certaines rimes sont un peu trop faciles et forcées.
Par exemple :

"J’ai fait les quatr’ cents coups/Quand j’étais un jeun’ fou" : Je n'aime pas trop ce "jeun' fou". Je crois que cela donnerait mieux avec "Quand j'étais jeune et fou".

Je serai curieux d'entendre une version musicale. Il me semble que, peut-être, ces petites imperfections ne seraient plus du tout gênantes alors.
Un excellent texte donc, au rythme simple et cohérent ; texte très amusant bien qu'un peu trop facile par moment. Mais peu importe, je ne vais pas gâcher mon plaisir pour aussi peu, j'ai adoré !

   shanne   
27/2/2011
Bonjour,
Oui, je pense à la chanson de Gavroche et je trouve que c'est dommage, ce n'est que mon simple avis, il ne fallait pas y toucher...j'avais tout simplement envie de le dire mais bon votre texte est bon
Je ne note pas et ça n'a aucune importance...pour vous comme pour moi.

   Charivari   
4/3/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Ça tourne, ce petit texte, ça se boit aussi bien qu'un petit verre de rosé. Ça donne envie d'en recommander un, tiens. Et la fin, elle fait très bien rebondir le tout. Le seul défaut, je trouve, c'est que l'idée est la même de la première à la dernière strophe, sans vraie évolution. Certes, vu le sujet c'est logique, mais c'est tout de même dommage

   Lapsus   
8/3/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Voilà une dénonciation amusante de l'art universel de se défausser, probablement héréditaire, lui aussi pur atavisme, ou encore réflexe conditionné, appris dès l'enfance, au temps béni du biberon (coupé à l'eau, peut-être au vin).
Ces hexasyllabes fourmillant d'élisions restituent bien ce parler elliptique où l'on mange autant ses mots que l'on siffle de pinard, ambiance garantie "Les Bas-Fonds de Paris".
Versons une larme (de quoi, grand Dieu ?) sur ces pauvres hères.

   framato   
9/3/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Je trouve la plaisanterie un peu facile, le texte assez peu "chantant" et trop sage pour une "pocharderie". Je regrette aussi d'avoir déjà trop entendu c'est la faute à Voltaire et cie...

Je regrette aussi les très très trop nombreuses répétition du texte.

Désolé de n'avoir trouvé que peu de sel à cette chanson qui se voulait drôle, mais qui ne m'a guère touché, encore moins fait sourire.

Une prochaine fois, peut-être, avec un texte plus original, moins convenu ?

   guillaume   
20/3/2011
Commentaire modéré

   Anonyme   
6/5/2011
Commentaire modéré

   leni   
2/12/2013
salut chene
une chanson ritournelle pour rire style cabaret Plaisant Salut cordial Leni

   Anonyme   
15/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Formulation qui se décline par des furtifs petits clins d’œil, l'on sait déjà que le plus important n'est pas là, la curiosité est sollicitée, c"est bien. Ah ! on en apprend de bel sur cette famille ...

Cela reste juste distrayant, ce texte n'a rien de transcendant. J'aime bien la phrase de fin, en effet cela promet "Mon fils est mal barré", tu m'étonnes !!!


Oniris Copyright © 2007-2019