Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Chiffon : Des Astres : Sky my Husband
 Publié le 28/05/10  -  13 commentaires  -  711 caractères  -  220 lectures    Autres textes du même auteur

Premiers pas d'une passion adultère avec une étrangère.


Des Astres : Sky my Husband



Sales naines, blanches et brunes,
Étoiles et semi-régulières,
De vos univers
De vos lunes
Derrière mes lunettes,
Je gère.

Comètes cosmétiques.
Vos corps célestes,
Et leurs trajectoires,
Vénus,
Dans mon observatoire,
Je reste.

Gommettes cosmiques,
Cachez-les !
De leurs Trous Noirs,
Leurs Uranus,
Qu’on télescope :
Stop.

À mon exoplanète :
Ton accent qui inspire notre révolution,
Dans ton orbite, je reste,
Dans ta nation, je m’emmure.

Alors que tu t’éclipses
De ma chambre, au Mercure,
J’essaye tes anneaux,
J’essaye ta ceinture,
Ma géante bleue.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
8/5/2010
 a aimé ce texte 
Pas
Que faut-il comprendre ? Je n'arrive pas à faire la relation entre « Premiers pas d'une passion adultère avec une étrangère » et ce poème. S'il s'agit d'une relation adultère avec la langue, c'est réussi. Quant à y comprendre quelque chose...

   xuanvincent   
21/5/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Le sujet, original, m'a plu (même si je ne suis pas certaine d'avoir bien saisi le sens de certaines images du poème). Egalement la manière dont (si j'ai bien compris le texte) la relation avec cette femme est amenée et mise en mots.

Bonne continuation à l'auteur.

PS : Le titre m'a partiellement plu ("Des Astres" : oui, "Sky my Husband" : moins)

   Anonyme   
22/5/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai bien aimé le ton singulier de ce texte utilisant un champ lexical qui m'est familer. Le sentiment poétique est présent si ce n'est le ''Je gère"(très laid). Bref un ressenti plutôt positif.

   Lunastrelle   
22/5/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Des passages intéressants, comme celui là:

"À mon exoplanète :
Ton accent qui inspire notre révolution,
Dans ton orbite, je reste,
Dans ta nation, je m’emmure."

Ou comme celui là:

"Sales naines, blanches et brunes,
Etoiles et semi-régulières,"

Mais le reste ne me parle guère, j'en suis désolée... Il y a un certain jeu sur les mots, sur le sens aussi, mais ça ne suffit pas... Le titre me plaisait beaucoup, dommage qu'il ne soit pas assez en adéquation avec le poème... Voilà... A une prochaine fois peut-être...

   Damy   
22/5/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Sur la forme, je suis très sensible à la recherche de rimes pour une poésie libre. Cela donne au poème une musicalité très agréable.

Voyage inter-galactique auquel on se refuse.

"La plupart des exoplanètes découvertes à ce jour orbitent autour d'étoiles situées à moins de 400 années-lumière du système solaire."

Vous êtes trop loin et imperceptible. Comment la planète Mercure, qui orbite autour du soleil, a-t-elle fait pour éteindre les lumières et que vous l'ayez laissée échapper?

J'aime bien en tout cas cette passion adultérine hésitante.

   Anonyme   
28/5/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
une manière originale pour exprimer cette passion, celle de l'univers, des étoiles, des planètes, j'aime bien les sonorités, un rythme qui sautille.

cette strophe me fait penser a ces messages que l'on envoi quand on est loin, avec ce fameux rythme:

"Gommettes cosmiques,
Cachez-les !
De leurs Trous Noirs,
Leurs Uranus,
Quon télescope :
Stop."

un poème au joli grain de folie, au ton amusé, et de la personnalité.

Ha oui ce passage" Sales naines, blanches et brunes" je ne vois pas ce que cela pourrai bien dire.

   alifanfaron   
28/5/2010
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Je ne vois pas le lien entre la phrase introductive et le poème. Ou peut-être est-ce trop suggéré, trop intellectualisé, trop fin aussi pour moi.

Si je passe sur cette difficulté, je me concentre sur le texte en lui-même. Riche en image, très bien rythmé. A l'exception de ce vers: "Ton accent qui inspire notre révolution,".

Mais au final, je reste un peu perplexe. Je ne comprends pas. Je relis mais ne comprends pas. Du coup, j'aimerais lire une explication de ce texte dans le forum. A bon entendeur...

   marogne   
29/5/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Pas sûr d'avoir vraiment lu un poème, mais en tout cas, ça m'a bien fait sourire, et c'est sur un bon moment que je vais finir cette soirée (en même temps qu'un quatuor de Beethoven).

Bravo pour les images, et.... même pour le jeu de mot final sur cette fameuse chaîne.

   brabant   
1/6/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Chiffon,

Vous êtes le soleil (n'y voyez pas d'offense) et l'exoplanète serait en quelque sorte une planète extraconjugale puisque vous allez chercher votre consolation hors système: femme étrangère rencontrée à l'hôtel, hors système solaire précisément.
S'agit-il d'une passion adultère puisque vous trouvez la plupart des femmes superficielles, mais curieusement pas celle-ci qui ne vaut cependant d'abord que par son charme irrésistible.
Si l'on lit avec attention, c'est le soleil (et son système) qui se met à tourner autour d'une planète (ou d'une exoplanète). L'univers à l'envers en quelque sorte.

Vous m'avez fait découvrir le mot "exoplanète"; je connaissais "exosquelette" qui m'aurait induit en erreur.

Les étoiles sont des soleils d'où autant d'univers. Vous jouez sans doute sur le mot "semi-régulières", des mondaines ? ou extramondaines dans ce cas-ci.
Je relève plusieurs mots employés de manière polysémique: "révolution", peut-être "orbite" et dans le désordre "lunettes...trajectoires...télescope...éclipses...Mercure...anneaux...ceinture... ...."
Je ne m'interrogerai pas sur les "Trous noirs","Uranus", autres télescopages et emmurements Ô ma nation !

Je trouve plus intéressant le jeu sur "Comètes cosmiques" "Gommettes cosmétiques".
J'aime bien aussi le titre.
J'ai l'impression d'une chambre noire sur la fin; le but était pourtant de vous trouver dans une chambre ardente.
Pourquoi enfin la trilogie Vénus, Uranus, Mercure. Et surtout quelle est la signification d'Uranus ?
Déesse de l'amour, ...?... , Messager de l'amour.
Les anneaux, c'est Saturne; mais Saturne est bien lunatique. D'ailleurs il n'est pas là. Vos trois planètes n'ont de plus à voir qu'avec notre pauvre soleil qui n'est qu'une toute petite étoile.

Je lirai la suite...

   PostBlue   
4/6/2010
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Le sens, plutôt en correspondance avec les images, n'est pas réellement difficile d'accès. Certes, j'avoue avoir eu quelques difficultés à saisir le lien de certaines métaphores (puisque le texte se veut métaphorique, si je saisis bien), mais globalement, et l'explication de l'auteur en forum aidant, le sens se retrouve plutôt banal, ai-je trouvé.

Je ne destitue aucunement la recherche de la métaphore filée, il y a de quoi s'arracher les cheveux je crois, mais le texte recèle de comparaisons imagées qui, pour moi, tombe platement dans leur "fond" : c'est trop léger dans le traitement.

Il manque quelque chose, indubitablement, la suite peut-être si le poème ne se suffit à lui-même. Mais j'avoue alors avoir quelques appréhensions pour la suite. Je resterai attentif.

Bonne continuation.

   Lariviere   
8/6/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Rien que pour le découpage rythmique je suis sous le charme. S'agit-il d'une liaison adultère terre à terre simplement poétisée et métaphorisée ? S'agit-il d'un adultère cosmique entre deux planètes du système solaire dans le ballet de l'univers ? S'agit-il de tout cela ? D'autre chose ?... En tous cas, grâce à l'écriture de ce texte à la poétique peut être un peu trop moderne pour ne pas être étiquetée "expérimentale" ou "avant gardiste" voire "nimportekoitesque", j'y ai vu moi, un peu de tout cela, plus un zeste d'infini, de psychédélique, ainsi qu'un parfum de vaporeusitude à l'esthétisme érotisant, et peut être un petit peu d'autre chose, encore indéfinissable... C'est tout ce que j'attends de la poésie.

Bonne continuation !

ps : bravo vraiment pour la fusion du rythme et des mots. La phrase de fin est superbe.

Je fais remarquer aux puristes éventuels que ce texte possède une véritable métrique. Il y a des vers, parfois des alexandrins et beaucoup d'enjambements brisés. Il faut juste prendre le temps de "sentir" sans entrave et laisser libre cours à son imagination et ainsi, de reconstituer le puzzle, pour le plus grand plaisir de nos oreilles internes...

   Claudem   
9/6/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dans le genre annoncé, c'est très bien!
Hormis "sky my husband" qui m'échappe un peu.

C'est bourré de cul cette histoire (ne s'agit-il pas d'un adultère?)
"trous noirs, uranus, orbite","quoi de plus clair ?
Le mercure c'est la chaleur, le toxique:
"De ma chambre, au Mercure,"
Et aussi du sado-maso:
"J’essaye tes anneaux,
J’essaye ta ceinture"

Le motif peut ne pas plaire, mais en tout cas pour moi il est très bien traité.

   Anonyme   
1/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voilà un jeu d'allusion, un jeu d'illusion, jeu de dupe.

"Tout est dans la façon de le dire", là, de le suggérer ...

Je ne suis pas d'ordinaire friande de ce genre d'écrits, qui ont tendance à me rebuter, mais là je me suis pris à vous lire et vous lire.

Il y a du rythme, de l'aisance dans le style, un côté original, tous les ingrédients pour intéresser quelque peu, pour susciter des réflexions diverses et variées.

Je suis alpagué par le titre "Des Astres : Sky my Husband", c'est foutu, me voilà ferré, le texte fait le reste ... Beau travail


Oniris Copyright © 2007-2020