Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
CLieb : J'ai aimé une luciole
 Publié le 21/03/11  -  12 commentaires  -  1153 caractères  -  219 lectures    Autres textes du même auteur

Lumière froide et sang chaud !


J'ai aimé une luciole



On croit que la luciole produit une lumière froide
par oxydation de la luciférine
tu parles Charles
la luciole elle est chaude comme la braise
et preuve en est
c'est qu'elle a cramé mon matelas
lors d'une nuit d'amour torride

j'avais ramassé mémère au pied d'un réverbère
elle faisait la chandelle
pour pas dire le pied d'grue
quelque peu survoltée
j'lui ai dit mad'moiselle
j'ai comme qui dirait besoin
de m'réchauffer un peu
dans mon froc abat-jour
j'ai l'filament grillé
et la batterie à plat

j'vais t'allumer mon gars
c'est le watt que j'préfère
qu'elle me dit la mémère
j'vais tirer sur ton câble
viens trouver mon bouton
viens m'exploser le ion

dans ma chambre accouchée
y avait tout plein d'éclairs
c'est comme ça qu'mon matelas
a pris feu nom de dieu

ce n'est rien de le dire
mais pour tout un lampyre
je recommencerai plus
je ferme l'interrupteur
et c'est collé aux ptères
que je bande au néon











 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   wancyrs   
8/3/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
un texte qui ferait un bon slam... je l'ai lu d'une traite et j'ai souri. le scénario est bien étoffé, les mots biens choisis pour créer les assonances nécessaires, je prend pour exemple ce "collé aux p'tère" pour le coléoptère qu'est la luciole.

Un moment de plaisir !

Merci

   Charivari   
9/3/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
c'est collé aux ptères
que je bande au néon

-> ce jeu de mots est vraiment excellent. Par contre "c'est le watt que j'préfère", non, mille fois non

A la rigueur, je ne garderai que ces deux exemples pour commenter ce texte. D'un côté on a du bon, du marrant, d'un autre, ça franchement gaiement la limite pour devenir du "calembour foireux". Au niveau du fond, je n'ai pas du tout saisi l'intérêt : c'est une fable, une parabole de quelque chose ? Un peu gratuit, du coup, je n'ai pas vraiment souri.
Donc, désolé mon appréciation personnelle ne va pas être très bonne...

   Lunastrelle   
11/3/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'avoue que c'était une lecture quelque peu chouette (ma bouche a pas mal fait d'écart à gauche et à droite en fait), certains calembours peuvent paraître un peu trop osés, ou forcés (par exemple "dans mon froc abat jour"), mais on ne fait même plus attention... On se laisse embarquer avec plaisir!

   socque   
21/3/2011
Très marrante, la chute ! D'habitude je ne suis pas trop fana des jeux de mots, mais là je trouve qu'ils servent très bien le propos égrillard d'une jolie potacherie... Mon sourire croissait à mesure que je lisais, c'est enlevé, allègre et coquin. Que demande le peuple ?
Ah, et puis j'adore quand on parle d'oxydation de la luciférine en poésie... Et "viens m'exploser le ion", adorable !

Un bémol sur le "tu parles Charles" qui, pour moi, arrive comme un cheveu sur la soupe. Ce serait peut-être bien un peu plus loin quand on a pris la vitesse de croisière, qu'on file dans le délire, mais là c'est un peu brutal pour moi, et facile.

   Lunar-K   
21/3/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Comme wancyrs, j'ai trouvé un petit (voire un grand) côté slam à ce texte, notamment à partir de la troisième (déjà même un peu de la deuxième) strophe. Malheureusement ce côté slam n'est pas pour me plaire. J'ai trouvé la première strophe excellente, dans un ton vraiment libre et dégagé, très amusant, annonçant un texte complètement décalé.
Sur le fond, j'en convient, il l'est, décalé. De nombreux jeux de mots (parfois des bons, comme : "collé aux ptères" ou "pour tout un lampyre" ; parfois des mauvais, comme : "c'est le watt que j'préfère"), et une histoire qui parvient à confondre fable animalière et grivoiserie ; très amusant !
Par contre, je suis assez déçu par la forme qui, selon moi, ne tient pas les promesses de la première strophe. Un texte qui, sur la longueur, devient beaucoup plus coincé, avec la recherche de rime et de mesure alors que le début annonçait un style beaucoup plus nonchalant, décousu ; style qui, d'après moi, collait à merveille avec cette petite histoire légère et sans prétention (ce qui n'est pas un défaut, loin de là !).
Enfin voila, j'ai bien aimé ce texte, il a réussi à me faire sourire ce qui, je crois, était son objectif, mais je suis déçu par sa forme que j'aurai voulu plus indolente encore, moins structurée, à l'image de cette première strophe.

   pieralun   
21/3/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème à " la Audiard ".......serais-ce possible????

On ne peut qualifier l'écriture de poétique, c'est indéniable! Tout dépend de l'idée que l'on se fait de la poésie; les mots ne le sont pas, les vers ne le sont pas, il n'y a rien qui sonne comme doit sonner un poème.
Alors oublions les sonorités, laissons de coté les a priori, et admettons que l'ensemble est joli, émouvant pour moi. Il y a donc bien acte de poésie si je m'en réfère à l'idée profonde que je m'en fais.Où la situer? je ne sais pas, mais tant pis: J'aime!!

   MarionTouvel   
21/3/2011
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Bonjour,

Personnellement, je trouve ce texte vulgaire et particulièrement prosaïque. Manque le côté léger et pétillant que laissait présager l'image de la luciole et qui aurait fait passer la pilule d'un humour porté sur la chose.

A la place, on a du lourd, du très lourd même quand aux sonorités (tu parles Charles), aux images (froc abat-jour) et aux jeux de mot (c'est le watt que je préfère). Ce qui, à mon sens, relève d'un cruel manque de recherche littéraire.

Voilà : ce texte n'a à mes yeux aucun intérêt, navré.

Cordialement.

   nicotine   
22/3/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Comme pieralun, je trouve un ton 'à la Audiard'... ou Bobby Lapointe, un petit peu.

La fin du premier couplet (je verrais bien ce texte scandé sur une musique jazz, acoustique, petite formation) ou première strophe emmène bien le lecteur ("c'est qu'elle a cramé mon matelas
lors d'une nuit d'amour torride") vers cette histoire drôle sans effets de manche, et bien 'française de bistro' dans le ton (je n'entends pas cette expression comme péjorative, je précise). Un petit clin d'oeil à la chanson de Caroline Loeb, des expressions détournées pour apprécier la grivoiserie dans toute sa finesse (sans plaisanter; on pourrait même penser à Desproges sans les circonlocutions) et bien sûr tout le vocabulaire de lumière (je vais pas tous les citer nom de Dieu !)

Juste le "collé au ptères" qui fait un peu tâche, mais franchement on s'en fout, vu que c'est la fin, et qu'au niveau délire le public ne doit pas à mon sens se braquer sur ce détail.

Une question, comme ça, la chute, tu l'as trouvée quand ? Est-ce en pensant à la fin que tu commenças le poème, ou bien t'est-elle venue par la suite ? Question sans grande importance, sauf pour moi.

Merci/nicotine

Edit : je précise que la musique commencerait à la deuxième strophe selon moi. Peut-ête un tango, finalement, irait mieux, ce qui collerait bien avec le bandonéon de la fin...

   Anonyme   
24/3/2011
 a aimé ce texte 
Un peu
Je crois que ce texte pourrait faire une chanson un peu grivoise ou loufoque. La première strophe n'en ferait pas partie mais pourrait être une introduction d'explications ...m'enfin

Assez amusant, fait sourire à certains endroits et le jeu de mots de la fin assez bien trouvé...
``et c'est collé aux ptères
que je bande au néon.``

   David   
1/4/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour CLieb,

Une image qui devait manquer à cette "luciole", en poésie au moins, si souvent nymphe délicate ou dernier éclat à poursuivre dans les ténèbres.

Par certains vers, c'est quand même un peu trop pépére :

"j'avais ramassé mémère (... )
j'lui ai dit mad'moiselle"

Le titre est drôle également, il semble annoncé une complainte sur un amour déçu, tandis qu'en fait de "luciférine", de "lampyre" et ces "ptères" c'est plutôt un air de gaudriole qui se dessinera.

J'aime bien les fins de strophes qui claquent pour amener la chute :

"viens m'exploser le ion"
"a pris feu nom de dieu"
"et c'est collé aux ptères
que je bande au néon"

Un air de Bobby Lapointe au final, avec Bobo Léon :)

   fugace   
21/11/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est vrai, on dirait du slam, mais du bon!
Non conventionnel, déjanté, léger, pudique: j'ai beaucoup aimé.

   Anonyme   
11/10/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Je ne suis pas vraiment "fan" de ce genre d'écrits, mais parfois je m'attarde, parce qu'il y a un petit quelque chose, qui vous attrape, ce petit côté décalé.

C'est juste pour une fois en passant, comme ça, parce ce n'est pas trop mal écrit, il y a des jeux de mots amusants, "chambre accouchée, c'est le watt que j'préfère, et puis quelques autres par ci par là. Un peu de fantaisie fait du bien.

L'ensemble se lit même si ce n'est pas là du spectaculaire, c'est juste divertissant pour un instant.


Oniris Copyright © 2007-2019