Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Curwwod : Statue équestre
 Publié le 25/03/15  -  15 commentaires  -  723 caractères  -  331 lectures    Autres textes du même auteur

Au centre d'une des grandes places d'Orléans, trône la statue de celle que Charles Péguy a voulu honorer à travers son beau poème : "Châteaux de Loire".


Statue équestre



Vers vous je suis venue ainsi qu'Il l'a voulu
Afin de dire à tous : « Mon Seigneur veut que j'aille
Joindre le gentil Roi pour mener en bataille
La noblesse de France et faire son salut.

Et je l'honorerai puisque le ciel l'élut
Parmi ses compagnons de forte et haute taille,
Le Bastard d'Orléans et La Hire et Xaintraille
Tous de belle vaillance et de cœur résolu.

Sur eux, je brandirai l'étendard et le glaive,
Tant que déferleront, comme le jour se lève,
Les cohortes de fer jusqu'aux murs d'Orléans.

Hâtez-vous, Messeigneurs, de Chinon à Compiègne,
Je durerai bien peu et quitterai céans
Sans jamais partager la gloire de son règne... »


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
5/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
comme dures sont les règles de prosodie classique, qui font que des bouts d'alexandrins fautifs à l'oeil ou à l'oreille, classent effectivement votre sonnet en "néo-classique". Votre fusion entre le français et le vieux françois rendent ce serment de Jeanne contemporain; et l'on se prend à regretter que Dieu ou Allah n'envoie pas d'Elue sauver le monde des barbares islamistes!
Le dernier tercet est bien écrit, et son contenu poignant puisque nous savons la haute reconnaissance que la patrie réservera à la pucelle, sur la place du vieux marché d'Orléans...

   Hananke   
25/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
C'est un bel hommage à Jeanne d'Arc, si je ne me trompe pas.

Il n'est juste que les rimes en u des quatrains qui me chagrinent
quelque peu, je pense qu'il était possible de mieux faire.

Mais comme toujours, un bon sonnet et une belle médaille.

LE 25/03/2015 :

Le comme toujours car j'avais cru en espace lecture anonyme
reconnaître un sonnet d'Alexandre, notre maître es Histoire.

H

   pieralun   
11/3/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Le symbole de Jeanne la pucelle est accolé aujourd'hui à une image moins reluisante que celle de Peguy.
Mais vous n'y êtes pour rien et cela ne change rien à l'étude de votre poème.
Une certaine allure avec son verbe un peu suranné.
J'ai aimé le 2ème quatrain et la forme du vers 8.
Le premier tercet également avec un souffle guerrier bien en accord avec l'histoire.
J'ai moins aimé le " gentil " roi et "faire son salut"
Je n'ai pas aimé "ceans" qui semble avoir été introduit au forceps pour la rime et dont le sens même n'est pas en accord avec le reste
Un bon texte.

   Anonyme   
25/3/2015
Salut Curwwod
Vous prêtez votre jolie plume à la Pucelle en respectant la langue de l'époque.
Cet exotisme linguistique donne beaucoup de saveur à un sonnet par ailleurs de très bonne facture.
"Parmi ses compagnons de forte et haute taille,
Le Bastard d'Orléans et La Hire et Xaintraille
Tous de belle vaillance et de cœur résolu."
Dans le second tercet, vous prêtez à Jeanne d'Arc un sombre pressentiment qui clôt en beauté ce poème.
Merci Curwwod et bravo

   Gemini   
25/3/2015
On dirait une suite de "Le fils de Louis XI" de François Coppée.
En détail, je note qu'apparait deux fois Orléans, j'ai bien aimé ce "Il" majuscule, très sobre, ainsi que la rime Compiègne / règne qui sonne juste.
Les "cohortes de fer" sont aussi très visuelles.

   Francis   
25/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une très belle plume ! Calliope, Clio et Euterpe vous ont visité !
J'aime beaucoup le dernier tercet qui donne une certaine lucidité, une certaine fragilité à l'héroïne.

   Cristale   
25/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Curwwod,
Un sonnet bien construit, une bonne musicalité, des images évocatrices d'un moment Fort de l'Histoire de France.
Quel dommage ce hiatus dans l'avant dernier vers ! Votre sonnet aurait mérité la classification en poésie classique.
Bravo et merci pour le plaisir que j'ai a vous lire.
Bien cordialement,
Cristale

   Anonyme   
25/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Curwwod... Je n'aurais pas choisi ce titre, cette "Statue équestre" aujourd'hui instrumentalisée à des fins politiques mais ceci est une autre histoire... que jugera l'Histoire.

Le poème reflète bien ce que représentait et représente encore Jeanne d'Arc aux yeux des Français. L'ambiance de l'époque est bien retranscrite par l'emploi du "vieux françois" ... C'est une tranche d'Histoire écrite avec sérieux...
J'aurais plutôt écrit, pour attaquer le premier tercet, "Comme eux" ou "Pour eux" au lieu de "Sur eux"...
Quant à "céans", pourquoi pas puisqu'on peut le traduire par "En ces lieux" ?

C'est un sujet que j'avais envisagé de traiter (avec sans doute un brin d'humour, chacun son style !) mais vous l'avez très bien fait à votre manière et c'est très bien ainsi ! J'ai beaucoup aimé, hormis le titre. Merci...

   Pimpette   
25/3/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Cur

Ce qui me frappe et que j'aime c'est la parfaite élégance de ton écriture

Je reçois chaque vers comme ces poèmes du 16eme siecle qui fondent dans la bouche...qui semblent être écrits dans un français plus français que dans d'autres siècles...les autres sont trop raides ou trop flasques...ceux là me font pleurer d'admiration.

Je note très haut

J'adore Jeanne d'Arc qui parlait,elle aussi, dans un style inimitable

   Arielle   
25/3/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Belle évocation de notre Pucelle dans la langue de son temps.
J'aime ce brin de mystère dont vous enveloppez le dernier tercet en lui laissant prévoir la brièveté de son action mais j'ai trouve que la formulation prête un peu à confusion quand elle brandit son glaive "sur" ses compagnons d'arme.

   Michel64   
25/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un sonnet tout ce qu'il y a de plus médiéval. A croire que vous l'avez trouvé sous une pierre dans les douves de quelque château.
Toutefois, j'ai, moi aussi, été étonné par ce glaive brandi sur les compagnons.

Pour le reste du beau travail pour un beau résultat.

Au plaisir de vous relire.

   Christine   
26/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voici une belle évocation d'un personnage emblématique de notre nation. Ce sonnet bien construit évoque avec bonheur grâce à un langage et des tournures "d'époque" (le français du XVème a quelque fois des tournures et des raccourcis surprenants aujourd'hui mais toujours pleins d'un charme suranné) les épisode marquant de l'histoire de Jehanne : les voix, la reconnaissance du roi à Chinon, son prestige auprès des grands capitaines, la bataille d'Orléans puis la capture de Compiègne. Un raccouci brillant qui se clot sur une prophétie que la Pucelle avait faîte elle-même : "Je ne durerai guère!" très porteuse d'émotion.

   Anonyme   
26/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une statue de Jeanne d'Arc parfaitement décrite.
Un texte maîtrisé de bout en bout.
Bien sûr, c'est le seigneur qui aurait dicté à Jeanne de rejoindre le "gentil Roi" afin de livrer bataille à son compte et l'asseoir sur un trône. Trône que Jeanne ne verra jamais, ayant été exécutée avant par les Anglais.
Un bel hommage, donc, en forme de sonnet.

   Curwwod   
27/3/2015

   Robot   
7/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte d'une belle facture dans un style qui convient au contexte du récit.
De belles rimes recherchées comme "Xaintraille".
Il y a un environnement, une ambiance palpable dans ce poème qui nous plonge dans une époque.


Oniris Copyright © 2007-2022