Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Cyrill : Flashes
 Publié le 27/08/18  -  10 commentaires  -  714 caractères  -  161 lectures    Autres textes du même auteur

Stupéfiant !


Flashes



Comme je m’accrochais aux ailes du verglas
Afin de m’allier à tout prix l’équilibre
Comme au bout de l’archet la note coule vibre
Et se folle à lier, vint ensuite l’éclat


Poudre de magnésie sur ta crinière blanche
Je n’avais pas compté sur les touches d’ivoire
J’attendais – hérésie – le début de l’histoire
La bouche le Léthé, musique sur tes hanches


Drapés impérieux des nuances d’écume
Je voguais sur le fil surveillant le ressac
L’esprit touchant les cieux et l’âme mise à sac


Par la houle, fragile. Un destin se consume
Sur la crête des flots. L’image se devine
Aux abîmes forclos de profondes ravines.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
8/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

En effet stupéfiant, je suis stupéfaite !

Les deux "comme" du premier quatrain accrochent un peu le regard, sans le charmer.
"Comme au bout de l’archet la note coule vibre" ne manque-t-il pas une virgule entre les deux verbes "coule" et "vibre".

Hormis ces détails, je ne sais pas si je flashe ou non sur ce poème. Cependant il me laisse la porte grande ouverte, les images s'engouffrent, sensuelles et c'est bien agréable.

Merci du partage,
Éclaircie

   BlaseSaintLuc   
15/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
faut il en prendre
pour comprendre ?
c'est la question que je me pose ,
d'une réponse je ne dispose
hélas pour moi pas de lumière ,
ni dans les branches ,ni dans les airs ,
cela pourrait être beau ,
mais pour moi ce fut fort clos.

   izabouille   
17/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai voyagé dans un univers blanc, que du blanc. Je n'arrive pas à capter où a voulu m'emmener l'auteur, mais j'y suis allée quand même et j'ai trouvé ça très beau. "S'accrocher aux ailes du verglas", "drapés impérieux des nuances d'écume" ou encore "comme au bout de l'archet la note coule vibre", ce sont des images magnifiques
Je ne comprends pas "Et se folle à lier, vint ensuite l'éclat"??
Ne faudrait-il pas mettre une majuscule au titre et supprimer le point?
Merci pour ce bon moment de lecture

   Vanessa   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,
Il manque à votre poème un fil conducteur.
Dans les deux premiers quatrains vous choisissez des images ayant trait à la musique pour ensuite laisser ce fil de côté et partir dans des images concernant la mer.
Personnellement ça m'a beaucoup gêné car j'ai l'impression que vous avez cherché des images en vous détachant du fond de votre texte.

"Et se folle à lier " reste un grand mystère car je n'arrive pas à trouver le moindre sens à cette formulation.

   Willis   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Cette poudre blanche, absinthe de notre époque, qui entraîne le narrateur, dans un abîme, provoque des flashes puis l'oubli.
Une bizarrerie, "se folle à lier", mais l'écriture est plaisante.

   papipoete   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour Cyrill
Je crois lire sur la " pierre de rosette ", et interprète mon idée sur votre poème ; un musicien joue en équilibre, une partition où la moindre faute est fatale, alors le piano entre en scène et la musique coule ...
NB de belles lignes comme celles du premier tercet, et à nouveau l'ultime strophe me plonge dans un imbroglio dont j'ai du mal à défaire les noeuds !
Dans le premier quatrain, " la note coule vibre et /cela/ folle à lier, vint ensuite l'éclat " .............est-ce le sens de votre phrase ?
la ponctuation minimaliste ne facilite pas la lecture de votre sonnet contemporain .

   PIZZICATO   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
J'ai lu dans ce texte des images - intéressantes je dois dire - mais les ai trouvées éparses, sans vraiment de lien entre elles.

Ces " flashes " n'ont pas éclairé mon ressenti.

A vous lire une prochaine fois.

   lucilius   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,
Il ne suffit pas que l'écriture soit élégante pour apprécier un texte, de quelque nature qu'il soit ; encore faut-il en comprendre le sens. Je ne reviens pas sur les tournures déjà citées dans les autres commentaires. Personnellement je navigue en pleine nébulosité, du premier au dernier vers qui semblent jongler avec des leurres.

   JcJaZz   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Il y a indéniablement des images poétiques dans ces vers
C'est vrai qu'il y a également un côté abscons dans ce poème
J'ai cru comprendre qu'il s'agit de l'histoire d'une désillusion amoureuse : l'excitation, l'enivrement, la folie (strophe 1), la chevauchée, l'aventure, "l'histoire" (strophe 2), le fragile équilibre rompu, la rupture, le "ressac", (strophe 3), le désenchantement, l'amertume, la souffrance (strophe 4)
Je ressens ces pénétrantes émotions dans ce poème
Merci

   Miguel   
28/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Le thème est traité par des images assez réussies, mais je suis déconcerté par la syntaxe; je sais bien que quand on plane, la syntaxe devient relative, mais tout de même.


Oniris Copyright © 2007-2018