Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Robot : Les mots-tisons hurlants [Sélection GL]
 Publié le 27/08/18  -  17 commentaires  -  704 caractères  -  237 lectures    Autres textes du même auteur


Les mots-tisons hurlants [Sélection GL]



C’est un terrible feu qui désherbe les âmes,
Embrasement sournois au plus profond du cœur
Il brûle en exprimant des relents de rancœur.
Corrosif incendie il diffuse ses flammes.

Ses brandons sont porteurs de cuisants amalgames
Rougeoyant de propos souvent vils et moqueurs.
La rage se répand, reprise par des chœurs
Qui flambent en refrains brunâtres et infâmes.

En laissant après eux des stigmates brûlants
Imprégnés de venin, les mots-tisons hurlants
Se répandent partout gorgés de virulence.

Oublieux du passé, des drames douloureux,
Visage de la haine, impétigo lépreux,
Le racisme se lâche avec l’intolérance.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
13/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Votre titre est très beau et attirant, la réalité qu'ils recouvrent bien moins belle, en effet, comme vous la dénoncez bien.

Une écriture soignée, correcte ; l'impact, fort, vient plus du fond que de la forme.
On peut regretter que "la peur", la "peur de l'inconnu, du différent, de l'autre", à la base de tant d'intolérance et de racisme ne figure pas dans votre tableau.
Évoquer ses "mots-tisons" en les différenciant de leurs auteurs, les accréditent de vie indépendante et de ce fait les rend autonomes et par là, incontrôlables, voire indestructibles.

Un poème travaillé, dont la portée, à mes yeux est amoindrie par la composition même.

Éclaircie

   izabouille   
17/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Sujet brûlant, si j'ose dire. Il est bien exprimé, bien imagé. C'est dommage d'ailleurs qu'il faille encore écrire sur ce sujet... J'espère que cette chose sera un jour éradiquée. Quoi qu'il en soit, le sujet est difficile et vous l'avez traité parfaitement. J'ai bien aimé votre poésie qui explique de façon juste que les "mots-tisons" sont destructeurs, c'est une piqûre de rappel, pour ne surtout rien oublier...
Merci pour votre poésie

   Vanessa   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
Il est pas mal ce poème mais les irrégularités métriques m'ont un peu gênées.
Pour le fond, je trouve dommage que vous devoiliez le thème seulement dans le dernier vers.
J'étais partie dans ma lecture sur le thème plus général du mal que peuvent faire les paroles.
Sinon, les termes sont très bien choisis pour exprimer la violence des mots.
Merci.

Bonjour,
Je reviens aujourd'hui lire votre poème Robot et je me demande où j'ai pu lire des irrégularités métriques.
Désolée.

   Hananke   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Dommage qu'amalgames ne rime pas avec les autres en néo ou classique.
Peut-être qu'un incipit nous aurait éclairé avant le dernier vers
sans toute fois divulguer le message clair de ce texte.

Je trouve que vous avez fait beaucoup de progrès en prosodie poétique
depuis ce Contre-danse de sinistre mémoire, progrès que j'avais déjà
constatés dans Desservant les démons même si....
Mais ce n'est que mon point de vue, bien sût.

Un bon texte finalement, très imagé comme la poésie le demande,
qui nous donne une bonne piqure de rappel.

   Anje   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah, cet accent circonflexe ! Il m'avait laissé perplexe (c'était avec grillage et âge) mais effectivement, âme et flamme n'ont pas la même prononciation pour ceux qui ont l'oreille "sorgelienne". Sans doute, sans racisme, ce petit chapeau chinois qui ne permet pas la catégorie classique - que vous ne visiez d'ailleurs peut-être pas. Car tout le reste est, à mon sens, parfait si ce n'est "incendie-il", hiatus ou pas ?
Le thème du tison de la discorde est clairement abordé, les mots simples évoquent bien le sujet. Pour le détail, j'aurais peut-être préféré quelqus mots plus violents, plus puissants pour imager le "hurlants" du titre.
Un bon sonnet à la conclusion lâchée comme une surprise. Il ne s'agit pas, comme je l'imaginais jusque là de la rumeur qui causa par exemple le bûcher à de nombreuses prétendues sorcières, mais de l'intolérant racisme.
Bravo pour ce travail et merci de ce partage.

   Donaldo75   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Robot,

Je reconnais bien dans ce poème les thèmes que tu aimes tant aborder. Celui-ci n'est pas des plus simples et il fallait mettre de l'impact dans tes vers.

A cet égard, c'est réussi.
Je trouve que le dernier tercet, en particulier, met bien en exergue les ravages de l'oubli, celui des actes perpétrés au nom de l'intolérance.

Bravo !

Don

   hersen   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un sujet très fort. Ces mots, ces idées toutes faites, répétés à l'envi sans finalement s'occuper des tenants et des aboutissants.
"les relents de rancoeur", ça gratte, ça accroche, ça ricoche sur l'âme. cela donne une image très vraie de ce que l'on peut véhiculer de haine, sans même comprendre ce que nous faisons.

Merci pour ce texte, Robot.

   JcJaZz   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Le poème est bien écrit et claque et cingle sans concessions
Il passe aux fers rouges les avanies du racisme
De mon point de vue, le texte est trop axé sur les effets, sur les conséquences.
Ce qui me manque, c'est une réflexion sur les causes, sur les origines, les ressorts, ... de la xénophobie et du rejet de l'autre.
D'où viennent ce " feu qui désherbe", cet "Embrasement sournois", ces "relents de rancœur", ce "Corrosif incendie", ... ?
Merci

   Annick   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup apprécié ce poème, bien construit, aux mots percutants.
Cependant, le thème que j'ai pu déceler, grâce aux champs lexicaux, est plutôt celui de la rumeur sournoise qui se répand que celui du racisme et de l'intolérance.
Vos indices vont plus dans ce sens à mon avis.

Mais ce n'est que mon avis.

Merci pour ce poème incandescent !

   papipoete   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Robot
J'ai oeuvré tout l'après-midi, et préparé un futur brasier de branches, dont les brandons évoqueront plus un message " sioux ", de paix que je diffuserai alentour !
L'auteur parle à juste titre, de ces phrases dîtes comme ça, mine de rien, au débarquement de voyageurs de ... couleur ; les " noirs " y parait qu'ça sent pas bon ! l'homosexualité, ça commence comme ça et après ils s'en prennent aux enfants ! ! ces braves curés qui " entouraient " des petits, tout petits enfants, y'avait pas de mal à ça ! Un peu de tolérance que diable !
Elle court, elle court la haine, d'une bouche douceur à une une gueule enfer ! On répand comme lisier dans les champs, des " mots-tisons hurlants, mine de rien, mine de rien .
NB on entendra entre deux giclées de venin " y'en a qui sont bien des noirs, des homos, des curés " et pesé, c'est emballé ! ", le message flottera comme fumée à Auchwitz, oubliant " l'impétigo lépreux " qui ravagea la Terre il n'y a pas tant de lustres !
Techniquement, je pense que le poète écrivit ce sonnet, en classique, néo-classique tout du moins , mais tomba dans le piège fourbe de ce A " circonflexé ", ne faisant pas bon ménage avec le A pointu de " flammes " ?
Ce poème accusateur de la " sournoiserie " d'une langue fourchue, est fort bien bâti, et prête l'âme à la méditation !

   leni   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bsoir ROBOT
Voilà un sujet très original Les mots sont parfois du venin distillé pour faire mal

Rougeoyant de propos souvent vils et moqueurs.
La rage se répand, reprise par des chœurs

Imprégnés de venin, les mots-tisons hurlants
Se répandent partout gorgés de virulence.

et voici l'acmé

Le racisme se lâche avec l’intolérance.

c'est un texte réfléchi très bien écrit


merci pour ce superbe moment SALUT cordial LENI

   Lulu   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Robot,

Je suis très touchée par ces mots qui semblent venir du coeur et de la raison…

J'ai notamment aimé la portée de ces mots via une musicalité qui me ferait dire que le sonnet est ou serait une forme parfaite en poésie… C'est vraiment très beau, et le charme de la musicalité des mots tempère la gravité des propos sans leur enlever la chair de ce qu'ils sont : un très beau message humaniste.

J'ai bien sûr aimé les rimes, et tout ce qui fait la beauté d'un (du) sonnet… C'est bien travaillé, et vous remercie infiniment d'avoir partagé ce texte.

Tous mes encouragements pour la suite et si vous souhaitez œuvrer dans cette forme.

   Willis   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Les mots tisons hurlants s'ils sont condamnables et condamnés, ne sont pas pire que les crimes perpétrés. Peut-être une suite, sur ce sujet ?

S'exprimer avec emphase, est toujours préjudiciable au texte.
Le ^, déjà reproché, je regrette la rime "cœur" " rancœur" trop aisée, et le derniers vers, car le racisme EST l'intolérance.
J'aurai préféré moins de virulence dans le propos du narrateur, car il est paradoxal de défendre une cause, avec les arguments que l'on condamne : les mots tisons hurlants .

   Miguel   
28/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime assez cette solennité du ton. On peut cependant trouver que l'appel à la tolérance (car la dénonciation de racisme, n'est rien d'autre à mon sens) se serait accommodée d'un ton plus humaniste, plus apaisé, à titre d'exemple de ce que le texte prêche.

   Anonyme   
28/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
je vais tout de suite passer outre le style et l'expression et dire ce qui est.
j'aime bien ce réalisme porté sur un fléau contre lequel tous, nous dévons nous battre.
j'admire cette inspiration et j'attend, si telle est la volonté de l'auteur, voir paraître une suite sur ce vaste sujet.

jerusalem
merçi

   sympa   
30/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un thème compliqué à traiter en poésie.
Pour ma part c est une réussite en particulier le dernier tercet .

   Quidonc   
31/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Robot,
Texte courageux que cette harangue contre l'intolérance. Car je pense que ce texte mérite de ne pas se limiter à la lèpre du racisme, mais doit être généralisée à toute les formes d'intolérance qui stigmatisent les différences. Intolérance raciale, religieuse ou athée, comportementale, etc...
Bravo, les mots sonnent juste et fort.
Quidonc


Oniris Copyright © 2007-2018