Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Damy : Écume de l'Amour
 Publié le 21/03/12  -  13 commentaires  -  639 caractères  -  317 lectures    Autres textes du même auteur

Embruns pantoumesques.


Écume de l'Amour



Aux rumeurs de la mer, je caresse le vent
Dans ce matin d’automne,
Quand l’eau de l’améthyste arrose le Levant
Et que l’Amour chantonne.

Dans ce matin d’automne,
Une fille aux yeux verts, à l’océan blottis,
Et que l’Amour chantonne,
Effleure le soleil de tendres clapotis.

Une fille aux yeux verts, à l’océan blottis,
S’étend, et mon cœur vole,
Effleure le soleil de tendres clapotis
Sur ma langueur frivole.

S’étend, et mon cœur vole,
Le voile d’une opale au bassin s’abreuvant
Sur ma langueur frivole.
Aux rumeurs de la mer, je caresse le vent.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
18/2/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Ah, joli, une ambiance légère, venteuse et apaisée... lumineuse, oui. Je suis ramenée au bord de l'océan par un beau jour clair ! Manque un peu le bruit du ressac, cela dit, malgré les rumeurs de la mer.

Une belle attention aux rimes, je trouve, un rythme qui s'écoule fluide, des trouvailles qui me plaisent ("l’eau de l’améthyste", "chantonne" intransitif la première fois, audacieusement transitif la deuxième, l'opale qui s'abreuve au bassin)... oui, pour moi ce poème est réussi.

   brabant   
26/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce pantoum est tout à fait charmant. L'océan du matin, une fille, l'amour. On pense à Botticelli et à la naissance de Vénus (avec des lentilles pour lui faire des yeux verts. lol. Tout est permis à qui lit les poètes).

Mon (tout petit) problème est que le texte ne m'est pas immédiatement accessible comme devrait l'être un pantoum. les yeux vert "à l'océan blottis" demandent un effort de compréhension/visualisation , et "le voile d'une opale" également : opale = visage ? (quel est donc le peintre surréaliste qui a peint des visages sans traits en forme d'ovale ? Il doit y en avoir plusieurs).

Ceci étant dit, le pantoum est un exercice acrobatique qui me semble réussi ici.

Dans l'attente de vos lumières éventuelles...

   Arielle   
22/3/2012
 a aimé ce texte 
Bien
D'une préciosité aimable et légère je verrais bien ce poème comme une chanson à fredonner sur le chemin d'un rendez-vous galant.
"Langueur frivole" le nom qu'on pourrait donner à un parfum adolescent, rafraîchissant, un peu sucré, vite oublié.

La forme du pantoum avec ses alternances de rythme ajoute un petit air guilleret à ces "tendres clapotis"

   Miguel   
10/3/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je ne comprends pas bien ce que sont des yeux blottis à l'océan, ni des yeux que l'amour chantonne. J'aime assez cependant le rythme et l'atmosphère du texte.
Le caractère irrégulier de ce pantoum, quant à la notion de forme fixe, ne l'empêche pas d'être écrit dans la prosodie classique la plus rigoureuse ; sous le rapport de la forme donc, sa présence en section classique ne m'eût pas choqué.

   Anonyme   
21/3/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je ne suis pas spécialiste de pantoums, mais j'imagine qu'il y a probablement une certaine originalité à écrire un pantoum dont les vers alternent une métrique différente.
De plus je ne note pas la symétrie habituelle des deux thèmes abordés dans un pantoum, l'un descriptif et l'autre sentimental, qui doivent se développer de façon parallèle tout au long du poème.
Ainsi vous commencez par "je caresse le vent" , qui est du domaine intime. Il semblerait donc classique de réserver les deux premiers vers de chaque quatrain à ce thème. Or on le retrouve ailleurs :

- "Sur ma langueur frivole" au 4e vers puis au 3e vers.

Notez que mes remarques sont davantage des questions que des reproches.
Pour le reste vous utilisez de belles rimes, très riches, qui sont un vrai plaisir à la lecture et à l'oreille.
J'ai bien ressenti les embruns du rythme languissant. Et cette "fille aux yeux verts" , quel attrayant mystère...

Le seul inconvénient que je trouve à vos hexasyllabes, c'est que forcément ils se répètent très vite, créant peut-être une redondance trop rapide de la rime, qui déséquilibre un peu l'ensemble.

J'ai pris un réel plaisir à planer sur votre poème.

Cordialement
Ludi

   funambule   
21/3/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai appris ce qu'était un "pantoum" même si la métrique ne correspond pas tout à fait à la définition qui m'aura été proposée... aucune importance cela dit.

C'est tout simplement habile, musical... et très agréable à lire. On ne sent pas vraiment la (douce) jonglerie. Sans doute le sujet est il peu original mais ce n'est pas un souci.

Belle maîtrise et joli poème.

   Raoul   
21/3/2012
 a aimé ce texte 
Un peu
Le titre fait vraiment roman photo… ;-)
C'est assez charmant, et le côté désuet donne un tour troubadouresque pas déplaisant.
Pour moi, la savante contrainte des répétitions me fait penser au précieux vos yeux, mourir d'amour, belle marquise -pas loin du ridicule tout de même-…
Je ne comprends pas le sens et/ou la symbolique d'"à l'océan blottis". J'ai également du mal à réfréné un sourire au "tendre clapotis" qui, pour le coup et pour moi, est vraiment ampoulé.
Amusant, sans plus.

   fredericprunier   
22/3/2012
demy
le printemps te va bien
et je trouve que
depuis à peu près six mois que je te croise ici et là
ta poésie s'affirme

... ici juste peut-être peux-tu améliorer la formule
de l'océan blotti...
l'océan se déroule, mais blotti ...me fait penser à un chien enroulé
alors
ça colle avec ta muse, mais pas avec tes vagues !!! ...

amitié

   fredericprunier   
22/3/2012
Commentaire modéré

   Pimpette   
22/3/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je pensais qu'un pantoum était une sorte de pyjama....mais non...

ce que j'aime, c'est la musique de Damy...je finis par oublier le sens de ma lecture et je me blottis dans le tendre clapotis en ronronnant!

Blague dans l'coin: on est vraiment en poésie sans aucune hésitation et c'est ça qui compte...

   MonsieurF   
22/3/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un poème que j'ai apprécié sans plus en raison de la forme employée.

Le pantoum que je connaissais mal semble bien en place ici et je salue donc l'auteur pour ça, parce qu'il me semble que ce travail doit être compliqué.

Mais j'adhère assez peu à cette forme répétitive qui me donne un sentiment de lassitude à la lecture, même si les images véhiculées sont belles et poétiques.
Bref je suis un peu déçu par la forme assez lourde mais pas par le fond qui est beau.

   Charivari   
27/3/2012
 a aimé ce texte 
Bien
C'est doux, élégant, mélodieux, mis à part "s'étend et mon coeur vole"... (pas trop aimé l'image du coeur avec des ailes, un peu trop "Saint-Valentinesque", et les sons AN-É m'ont un peu gêné)

Bien aimé "effleure le soleil de tendres clapotis", par contre je n'ai pas compris "les yeux à l'océan blottis"...

Bref, je suis un peu mitigé, même si je trouve le texte très bien foutu

   merseger   
23/5/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Damy,

J'ai aimé la fraîcheur de ce poème aux senteurs marines, à la liquidité légère et les jolies trouvailles "eau de l'améthyste", l'usage inhabituel de "chantonne" au vers 7. L'ensemble est très musical, sans doute grâce à la forme originale inspirée des iambes de Chénier et du pantoum. Ce n'est ni ni l'un ni l'autre, mais cela soutien parfaitement l'atmosphère de douceur qui se dégage de l'évocation.
En plus, j'adore les filles aux yeux verts (pour des raisons personnelles) et celle que vous évoquez avec délicatesse, amoureusement, me semble bien séduisante. Elle vous a d'ailleurs séduit.
Bien amicalement

   Thakis   
22/6/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très beau pantoum!
La forme épouse à merveille les embruns des vagues allant et venant sur la grève.
Merci.

Voici venir les temps où vibrant sur les rimes
Les mots et les pensées tournent dans l'air marin
Cajolant et signant de leur sceau chaque embrun
Dont Damy dessine avec majesté l'abîme!


Oniris Copyright © 2007-2018