Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
David : Noli Me Tangere
 Publié le 18/09/08  -  4 commentaires  -  873 caractères  -  102 lectures    Autres textes du même auteur

Dans la salle sans bruit des statues de vivants au joug perpétuel.


Noli Me Tangere



Ainsi parlait la femme
De Loth aux jours de pluie ; répondait l’héroïne
Dans la salle sans bruit des statues de vivants
Au joug perpétuel, à moins que l’on n’empoigne
Ce que leurs doigts nus hèlent.

Que tombe une hypothèque,
Et déroule la liane à son prochain poète,
Ce maudit fil d’Ariane arbuste un labyrinthe,
Se déploie sans passé, sans espoir de retour
D’un futur enlacé.

Pas de pire affliction
Que de la rendre belle émerveilleuse à vivre,
En sachant qu’infidèle et complice et victime,
Il faudra la donner, ce néant que l’amour
Viendra lui pardonner.

Que je cherche tes yeux,
Ceux qui passent la porte auront les mains aveugles
Et une poigne accorte, offrande à faire payer,
Débiteurs innocents des bribes de présent
Aux nouveaux ignorants.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
20/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
"Que tombe une hypothèque"...

J'aime ici le foisonnement, une sorte de richesse suave et fort agréable.

   Anonyme   
20/7/2011
Commentaire modéré

   CharlesVerbaud   
31/10/2012
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↓
Ce poème aussi ne me semble pas à sa place en "classique".
Pas de rime, pluie au deuxième vers avec un e non élidé, de même que statues au suivant, afflicti-on diérèse.

Pour le fond, je n'ai rien compris.

Comme l'un de vos autres poèmes, il faut reconstituer les vers aussi, n'est-ce pas ?

Ainsi parlait la femme De Loth aux jours de pluie ;
répondait l’héroïne Dans la salle sans bruit
des statues de vivants Au joug perpétuel,
à moins que l’on n’empoigne Ce que leurs doigts nus hèlent.

etc...

   Eclisse   
11/5/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour David,

Un peu pétrifiée à cette lecture car les émerveilleuses de ton poème m'évoquent les vitrines du Red Light District d'Amsterdam.
Le cerbère du labyrinthe touche-t-il sa part de l'hypothèque?

J'aime beaucoup "les mains aveugles" de la dernière strophe.

Un mot pour expliquer les "nouveaux ignorants"?

   David   
13/5/2014
Quelques mots par ici


Oniris Copyright © 2007-2018