Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Donaldo75 : Bikini
 Publié le 07/10/16  -  24 commentaires  -  1159 caractères  -  253 lectures    Autres textes du même auteur

Le 1er juillet 1946, les Américains expérimentèrent les bombes atomiques A et H, au large du paisible atoll de Bikini, rayant trois îles au passage.


Bikini



Tout ceci n'est qu'un test, de la science utile,
Raconta le savant à la tribu docile,
Bientôt vous reviendrez, conduits par l'oncle Sam,
Dans vos îles Fidji, Nauru, Samoa, Guam.

L'indigène obéit et embarqua sa clique,
Pas vraiment rassuré par le mot atomique.
Il laissa son totem protéger sa maison,
Invoqua le divin, chanta son oraison.

Le dieu Dakuwaka devint très irascible,
Il souleva la mer d'une vague impossible,
Et engloutit le sol, les arbres et les fleurs,
Un déluge de feu, d'infernales couleurs.

Nous vous hébergerons, vous aurez une rente,
Promit le général à la troupe indigente,
Bientôt vous oublierez tout votre tralala,
À manger des burgers et boire du cola.

L'indigène marcha dans la grosse combine,
Devint américain, entra dans la machine.
Il fuma son totem pour cent mille dollars,
S'endetta sur vingt ans dans tous les lupanars.

L'énorme champignon, pas hallucinogène,
Transforma l'océan en soupe pathogène,
Un brouet de gluons perdus dans les coraux,
Où requins et rorquals mutèrent minéraux.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Johannes   
19/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Il s'agit d'un texte engagé.
Le tout se lit agréablement et est bien écrit, même si le sujet traité n'est pas vraiment ma tasse de thé (mais ceci n'a évidemment aucune importance).
J'avoue ne pas bien saisir le dernier vers : "Où requin et rorquals mutèrent minéraux".

   Annick   
25/9/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est un poème bien construit qui, sur un ton apparemment léger, évoque un événement grave. Un raccourci bien mené, par petites touches appuyées, là où c'est important. L'air de rien, dire l'innommable ! Bravo au poète !

   Proseuse   
25/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour, j' ai beau attendre toujours de la poésie qu' elle me fasse rêver, ça m' anéantit à chaque fois, d' être "obligée" de constater que du pire de l' homme le poète peut faire émerger un beau poème !! c' est bien, mais en tant que lecteur, ça m' agace à chaque fois !:-)
votre poème est très bien écrit et témoigne avec justesse de la folie des hommes !
Avec peine donc je ramasse ma rancœur contre les méfaits des hommes et félicite le poète de les si bien dénoncer !
Merci et à bientôt de vous lire .. dans un poème de rêves pourquoi pas ?? :-)

   MonsieurF   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte sympathique, un peu daté dans l'esprit, mais ce n'est pas un reproche.

Le rythme est bon, les images plutôt sympas.

Après il y a un côté partisan, style non à la guerre du Vietnam et libérez Ho Chi Min, qui me déplait un peu, mais bon j'imagine que c'est lié au contexte.

Un bon texte.

   Hananke   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

C'est un bon texte et même si l'affaire ne date pas d'hier,
il est bon de la remémorer de temps en temps.

J'aime bien l'énorme champignon pas hallucinogène
et le brouet de gluons perdus dans les coraux.

Oui, il est bon de rappeler toutes les imbécilités humaines.

   Vincendix   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Donaldo75
Bikini et d’autres endroits enchanteurs, crucifiés sur l’autel de l’arme nucléaire, ces essais étaient-ils réellement nécessaires pour éviter une 3ème guerre mondiale ? Je me le demande encore.
Un poème engagé certes mais réussi tant par la qualité et la fluidité de l’écriture que par le sérieux du sujet. Bikini est encore pollué et les quelques visiteurs doivent signer une décharge s’engageant à ne pas poursuivre le gouvernement des USA en cas de cancer ! N’empêche que les Iliens ont été chassés de leur paradis sans réelle compensation.

Les atolls où se sont déroulés les essais nucléaires français seraient un peu moins pollués parait-il ? Cela n’est pas certain !
(Bikini est aussi synonyme de vêtement minimum et cette version me plait bien… Et dire que maintenant il y a le burkini, nettement moins explosif !)

   PIZZICATO   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Il est bon de se rémémorer, de temps à autre, ce genre de sévices commis derrière le paravent du progrès.
S'ils ont ouvert la route, les ricains n'ont pas l'exclusivité de ce genre de saloperies ; suivez mon regard...
Ce texte nous permet un petit flash back sur ces situations.

   Anonyme   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Donaldo 75

Votre poème se lit bien sauf le dernier vers, peut-être avez-vous évité le verbe devenir déjà employé au quatrain précédent. Je crois que ce verbe conviendrait avant minéraux et pourquoi pas « pris l’air américain » ?
Je doute fort que l’on ait révélé l’arme « atomique » aux indigènes :) , néanmoins je sens des traits d’humour dans votre poème. Rien de mieux que l’ironie pour aborder les sujets sérieux.

Par contre, il me semble un peu facile de critiquer cette époque où l’Amérique dut déployer une énergie phénoménale pour se battre sur deux fronts. Même si l’arme nucléaire fait peur, j’habite relativement près de Colleville-sur-Mer et je me sens toujours redevable envers ce pays allié.
Roosevelt était un pacifiste, vous semblez l’oublier tout comme l’espionnage russe afin de copier cette arme trois ans plus tard.

Cordialement

   papipoete   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Donaldo75,
Tout comme le nuage de Tchernobyl inoffensif pour la France puisque s'arrêtant à sa frontière, les essais de bombes atomiques ne laisseraient aucune trace malsaine sur l'atoll de Bikini vidé de son peuple pour l'occasion !
On sait ce qu'il advint de la réalité, et plus jamais l'homme ne foulera ce paradis devenu enfer terrestre .
Tout juste pourraient planer, larguées d'avion, des images de " bombes anatomiques " en bikini ...
Sur un sujet tragique, vous aligniez des vers qui font sourire oui, mais sourire jaune !
NB j'évoque ce mensonge qui s'applique à tous les " grands " de la planète !

   Rain   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Oui, très bien exprimé : justesse des propos (Historique), plume acerbe qui ne tombe pas dans le style procès et jugement, belles tournures.
Une lecture prenante car intéressante.
Merci pour ce partage.

   Pouet   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bjr,

Bien aimé l'expression, le ton. Cela se lit aisément, le message passe bien.

Petit détail, le vers: "Pas vraiment rassuré par le mot atomique.", m'a semblé un peu bizarre. En effet, les indigènes de l'atoll de Bikini connaissaient-ils la bombe atomique et les conséquences associées? Je peux aussi me tromper mais je vois pas trop pourquoi l'indigène n'est pas très rassuré par ce mot. D'autant plus que les émissaires de l'Uncle Sam ont sûrement bien dû édulcorer la chose... Mais bon je suis peut-être dans l'erreur.

Voilà, l'ensemble me parle bien, c'est moderne dans l'expression pour parler d'un sujet "historique" et c'est très bien ainsi.

Au plaisir

   Curwwod   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bien sûr qu'il ne s'agit pas de petite culotte, mais des prémices de l'apocalypse. L'écriture est belle, l'évocation poignante et la méthode fabuliste parfaitement adaptée à ce thème qui prend toute sa dimension dramatique quand on envisage les conséquences vécues et à venir de cette expérience"scientifico-mortifère".
On a fait la même chose à Régane et Mururoa.

   Ramana   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bah ! Comme dirait Gérard Manset" : Ne sommes nous pas nous-mêmes indiens des plus rares" ? Ne sommes nous pas nous-mêmes abusés de tous côtés par nos journalistes, scientifiques, politiques, lobbyistes, commerciaux et propagandistes de tous poils ? Ceci me paraît à moi une évidence, et notre passivité générale, si ce n'est notre crédulité de bons sauvages dits civilisés, ne fait qu'encourager cet état de fait.
Les USA sont experts en matière de manipulation, et ont fomenté des guerres à tous azimuts depuis le massacre des peaux rouges. Et d'ailleurs je ne suis pas sûr qu'ils soient bien venus dans le but altruiste de nous "sauver" il y a 70 ans, puisque là aussi, Il y a l'histoire enseignée et l'histoire réelle.
Bref, prends garde petit lapin, le monde est trompeur !
Ce poème ne m'apporte rien de particulier. Il est bien écrit, il s'en fallait de peu qu'il rejoigne la catégorie classique, mais cependant il manque de souffle poétique, c'est du moins mon modeste ressenti. Merci pour cette lecture.

   Anonyme   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un champignon atomique empoisonné, des îles rayées de la carte, une soupe pathogène et "un brouet de gluons perdus dans les coraux"... Bravo Monsieur le Président, quelle belle humanité !

L'homme est un loup pour l'homme...

Belle poésie quand même, mais ce qui en résulte me laisse un goût amer.

Wall-E

   MissNeko   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Que d horreurs peuvent commettre les hommes pour l argent eh le pouvoir ...
vous décrivez très bien comment on s est fichus des pauvres indigènes. Ces essais nucléaires sont une abomination.

Votre poème est très intéressant et le sujet me touche.

Merci pour ce partage

   jfmoods   
8/10/2016
I) Un récit alerte

1) Le choix du passé simple comme temps de référence de ce poème de six quatrains en alexandrins, à rimes suivies, suffisantes ou riches, alternativement féminines et masculines, permet d'accélérer les étapes de l'action, de concentrer efficacement, en seulement quelques vers, l'essentiel du propos.

2) La mise en scène d'une divinité visionnaire, poussée à bout par la folie destructrice des "civilisés", annonce les exactions à venir sur l'ensemble d'un écosystème ("énorme champignon", "soupe pathogène", "brouet de gluons", allitérations en "r" du dernier vers appuyant sur la violence infligée).

II) Une condamnation sans appel de l'ethnocentrisme

1) Un colonialisme autocomplaisant

La périphrase ("L'oncle Sam") fleure bon le paternalisme décomplexé. L'utilisation du futur ("reviendrez", "hébergerons", "aurez", "oublierez") place l'indigène dans une relation de dépendance imposée, de subordination progressive à l'Autre, puis de négation de ses propres valeurs.

2) Des âmes anéanties par le système capitaliste

Les thématiques de l'argent ("rente", "cent mille dollars", rime signifiante : "combine" / "machine", verbe pronominal : "S'endetta"), de la malbouffe ("burgers", "cola") et du sexe tarifé ("lupanars") avalisent l'échouage civilisationnel, le renoncement à un mode de vie simple et respectueux de la nature.

Merci pour ce partage !

   troupi   
8/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Donaldo,

Ce n'est pas avec ce genre de texte qu'on va redorer le blason du vingtième siècle qui en aurait pourtant bien besoin.

Merci de cette petite piqûre de rappel qui démontre le niveau de :( je ne trouve pas de qualificatif à la hauteur de mon dégoût.) des dirigeants de notre planète quand il s'agit de prouver au reste du monde qu'on est les plus forts et qu'il vaut mieux ne pas trop nous chatouiller.

Sans en faire trop vous avez bien raconté l'histoire.
C'est bien.

   Donaldo75   
8/10/2016
Mes remerciements et réponses aux questions sont postés sur le forum dédié aux discussions sur les récits.

Voici le lien: http://www.oniris.be/forum/remerciements-pour-vos-commentaires-sur-le-poeme-bikini-t22683s0.html#forumpost301670

   Anonyme   
8/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Donaldo75. Un bon texte, bien structuré, bien documenté et bien écrit qui rappellera aux plus jeunes d'entre nous cet épisode assez peu connu des arcanes de la guerre 39/45...
Hitler, Hiro Hito, Pearl Harbour, la guerre du Pacifique et pour terminer Hiroshima et Nagasaki, un engrenage infernal mais inévitable où chacun a sa part de responsabilités...
On ne refait pas l'Histoire et malheureusement ce qui se passe aujourd'hui à travers le monde n'est pas non plus très rassurant...
Merci pour ce rappel !

   Charivari   
8/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Outre le thème, j'ai particulièrement apprécié la dernière strophe, la soupe pathogène et le brouet de gluons, fallait le faire !

Un texte très bien construit, à la fois très explicite et très poétique: très bien calibré le tout.

   Beaufond   
14/10/2016
C'est plutôt amusant de parler d'un sujet grave avec un langage oral ; sinon, eh bien, je dois bien dire que ce poème ne m'a rien donné d'autre. C'est un petit peu trop long, à mon goût, pour une blague, et trop vide de profondeur pour la poésie que j'aime.
Certaines rimes démontrent un réel travail de la part de l'auteur, dont le but est certainement de nous faire rire (?) — et je suis quelque peu triste de dire que je n'ai pas du tout aimé ce poème, mais c'est hélas le cas.

   Anonyme   
26/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Deux réactions à la lecture de ce poème.
Une sur le fond, grave et propice à la réflexion, et la seconde sur la forme, une forme maitrisée que j'ai beaucoup appréciée.

   madawaza   
24/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Donaldo
Au cours de mes balades sur le site, je découvre votre texte sur Bikini.
En plus de la belle écriture, j'ai fort apprécié la pertinence et l'humour (grinçant) du propos.
Bravo pour ce petit rappel.

   Tadiou   
29/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Poème percutant et puissant dénonçant l'horreur atomique, les manipulations, les tromperies, les mensonges, des nantis. Des mots qui atteignent leur but comme des flèches bien acérées et d'une totale précision. Des mots pleins de poids, de force. De lucidité.
De tristesse aussi. Car au bout il y a la destruction.

Heureusement qu'une prise de conscience mondiale se développe!
Des centrales nucléaires sont arrêtées etc..On pense quand même davantage "éoliennes" que champignon atomique. Mais là-bas le mal est fait.

Un très bon moment de lecture. Merci et à vous relire.


Oniris Copyright © 2007-2018