Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNeko : Oiseau de nuit
 Publié le 07/10/16  -  28 commentaires  -  1034 caractères  -  366 lectures    Autres textes du même auteur

Sur un ciel chargé
Se détache une silhouette.
Des contours se dessinent
Dans la nue foudroyée.


Oiseau de nuit




Sur un ciel chargé
Se détache une silhouette.
Des contours se dessinent
Dans la nue foudroyée.
Un souffle puissant
Embrasse le vent,
Et se pose doucement
Sur l’épaisse corniche,
Seul.

Accroché à la voûte
En roches vieillies,
L’oiseau de nuit
Sur la saillante gouttière
Comme une stryge
Veille.

La créature d’écailles,
Suspendue dans le vide,
Pleure sur le coupe-larme.
De sa gorge grotesque
Crache les vices,
Pousse des cris
Rauques.

Ses ailes pliées,
En ouvrage sculpté,
Épouvantent les ténèbres
Des diables visiteurs.
De sa bouche gothique
L’eau des dieux
En puissance ruisselle :
Il pleut.

Les siècles s’enfuient,
La rocaille se brise.
Des miettes de ses cornes
Tombent dans l’abîme.
Sur un ciel chargé
Se détache une silhouette :
La gargouille, de marbre,
Au regard pétrifié
Dort.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Johannes   
19/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai apprécié la lecture de ce poème sur une gargouille.
l'ambiance gothique et démoniaque est bien rendue.
La dernière strophe parle de l'écoulement du temps qui ne semble pas affecter l'oiseau étrange que vous avez pris comme sujet, qui pourtant se dégrade peu à peu.

   bipol   
20/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Sur un ciel chargé
Se détache une silhouette :
La gargouille, de marbre,
Au regard pétrifié
Dort.

bonjour,

j'ai beaucoup aimé l'idée

de cet oiseau

qui se transforme en gargouille

l'idée vous est peut-être venue

de la vision d'une gargouille d'ailleurs

quoi qu'il en soit

j'ai tout aimé, l'idée, les images, l'écriture

   Proseuse   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une très jolie composition que j' ai bien aimé lire .. j' ai cherché au fur et à mesure de ma lecture, de quel oiseau de nuit il s' agissait ici, l' image de la gargouille est assez vite venue et un peu comme une devinette que j' aurais élucidée, j' ai été contente d' avoir deviné ! la dernière strophe est vraiment très belle .. le reste aussi ! :-)
Merci

   Anonyme   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour MissNeko,

J'ai aimé la noirceur de ce poème à l'ambiance gothique. Les vers sont de toute beauté et confèrent au poème une atmosphère d'étrangeté qui confine au mystère.

Un beau travail d'écriture.

Bravo à vous,

Wall-E

   Hananke   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

C'est joli et bien imagé comme j'aime la poésie qu'elle soit libre
ou en forme.
Et le suspense est ménagé jusqu'au bout : je m'attendais aux chats,
aux grands ducs où toutes autres bestioles nocturnes mais pas à la gargouille.

Voilà le genre de texte qui me donnerait l'envie d'écrire en libre.

   Anonyme   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour Miss,
Magnifique cet oiseau de pierre qui veille tout là-haut sur nos cathédrales. C'est gris, c'est noir, c'est lugubre, c'est l'orage, c'est le vent, c'est la nuit... Tous les éléments sont là pour nous calfeutrer dans une ambiance irréelle d'outre-tombe, un vrai décor d'intro d'un film d'horreur, il ne manque que le hululement d'une chouette ou le vol rasant des chauves-souris. Brrr, effrayant à souhait !! J'ai plus particulièrement aimé ou adoré ces passages: " la nue foudroyée", tout celui-ci "Accroché à la voûte
En roches vieillies,
L’oiseau de nuit
Sur la saillante gouttière
Comme une stryge
Veille ", "Ses ailes pliées,
En ouvrage sculpté,
Épouvantent les ténèbres
Des diables visiteurs."
En fait, en cherchant à isoler ces passages, je m'aperçois que tout est intimement lié et que rien ne peut se détacher du reste, c'est tout le poème que j'aime particulièrement. De vraies belles et fortes images qui me parlent, j'ai vu ma cathédrale en lisant, et cet oiseau de nuit qui vole juste dans mon imaginaire et qui finit par se poser tout là-haut et qui devient une sculpture de pierre qui dort ainsi depuis des siècles.
Bravo à l'auteur de cette gargouille pour réussir à me subjuguer à des siècles de distance, et bravo à toi, Miss, pour me rendre cette pierre si vivante.
Je note fort avec sincérité pour un travail qui le mérite absolument.
A te relire, sans faute.

   papipoete   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour MissNeko,
On serait tenté de lire le vers final dès le début, en parcourant vos lignes qui évoquent une créature de la nuit, terrifiant petits et grands !
" La chose " pousse même des cris rauques ... A regarder de plus près, ouf j'ai eu peur, ce n'est qu'une gargouille qu'un corbeau animait je " croa ", d'où " de sa bouche gothique l'eau des dieux en puissance ruisselle : il pleut " .
C'est diablement bien écrit, et le suspens grandit, grandit !

   Anonyme   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Miss Neko

Au départ je pensais à la chouette, mais non elle aurait dû se trouver à la fenêtre, ensuite la chauve-souris …non plus ! Puis, l’oiseau en roches vieillies a commencé à éveillé mes soupçons. Enfin, les stigmates du temps, l’érosion qui ronge cette statue de gouttière !
Mais dites donc, vous vouliez nous faire peur ? Non, je plaisante.
Souvent, j’ai du mal avec les vers libres mais les vôtres restent simples, évocateurs juste ce qu’il faut afin de dévoiler au fur et à mesure votre tableau.
Bravo !

   Anonyme   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un beau texte très vivant. Il est vrai que les gargouilles sont toujours assez énigmatiques.
L'atmosphère lugubre de cette nuit d'orage est fort bien rendue par de superbes images expressives.

" De sa gorge grotesque
Crache les vices,
Pousse des cris
Rauques."

" De sa bouche gothique
L’eau des dieux
En puissance ruisselle "

   Vincendix   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour MissNeko
Un sujet qui sort de l’ordinaire, évoquer dans un poème les gargouilles de pierre est une excellente idée. Ces éléments architecturaux sont remarquables, il faut reconnaitre que les anciens avaient le bon goût de joindre l’agréable à l’utile, l'art à l’artisanat Maintenant les écoulements de l’eau de pluie passent par de vulgaires gouttières, souvent en plastique.

Ces gargouilles ont un côté mystérieux, mythiques même et c’est ce que vous exprimez parfaitement dans vos vers : « créature d’écailles », « gorge grotesque » « crache les vices », « ailes pliées », « diables visiteurs »… Quand j'étais gamin, j'avais l'impression qu'elles étaient "vraies"!

Je ne suis pas fan de la poésie libre sauf quand elle est aussi évocatrice et explicite que la vôtre, bravo et merci.

   Charivari   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut !
Il a fière allure cet oiseau gothique et effrayant, et ce texte construit à la façon d'une devinette. La forme m'a un peu troublé au debut, surtout le rythme des vers, à la prosodie irrégulière, et puis finalement, en seconde lecture, ça passe, à condition de penser plus "poème en prose" que "vers alignés".
J'ai beaucoup aimé les expressions "nue foudroyée", "pleure sur le coupe-larme", "crache les vices" (par contre "pousse des cris rauques m'a paru un peu de trop), "des miettes de ses cornes tombent dans l'abîme"

   Anonyme   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est marrant en lisant ce texte j'écoute "Siamese twins" des Cure et ça colle parfaitement !

Cette description baroque, grandiose d'une gargouille m'a bien plu, et elle évite en plus la surenchère.
Je regrette un peu l'eau des dieux trop convenue à mon goût.

Un beau poème.

   MissNeko   
7/10/2016

   Sodapop   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Juste un seul mot... Perfection! Les vers libre vous vont à ravir chère MissNeko. Je vous encourage a continuer dans ce sens et à laisser parler vos rêves sans contrainte... J'ai été transporté dans un monde imaginaire, fantastique et irréel, voyageant dans les méandres du temps. La noirceur tranquille de l'univers gothique m'enchante. Et comment ne pas se sentir familier avec vous... ;-) Merci.

   Curwwod   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je vous envie MissNeko d'avoir affronté le vers libre. Ce n'est pas ma tasse de thé et je n'ai jamais osé, moi. Ceci dit votre poème est très expressif avec un côté gothique, quasi fantastique qui fait honneur à votre imagination et votre sensibilité. Oui, cette gargouille, hideuse, monstrueuse rejoint dans l'imaginaire bien des être fantastiques dont nos cathédrales sont peuplées et dont on imagine parfois qu'ils s'animent pour envahir et peut-être punir notre monde sans spiritualité.
Bravo!
C.

   Ora   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir, j'ai eu l'impression de sentir dans vos vers la puissance bien réelle de "l'animal". J'imagine bien votre poème en introduction d'un roman qui nous emporte de rues en ruelles foudroyées au gré de ses mystères. Merci :)

   jfmoods   
8/10/2016
La tonalité fantastique du poème est suggérée par une personnification ("Un souffle puissant / Embrasse le vent, / Et se pose doucement"). Le paradoxe qui s'affiche imperceptiblement dans la mise en perspective de l'adjectif qualificatif et l'adverbe ne manque pas de troubler le lecteur. Sur cette brèche ouverte dans l'imaginaire, la poétesse instille progressivement une peur d'une certaine densité (lexique : "Épouvantent",  "ténèbres", "diables") liée, d'une part, à l'aspect fantasmagorique de la description (comparaison peu amène : "comme une stryge", animalisation : "Pousse des cris / Rauques", métonymies suscitant, par l'image de la laideur supposée, une forme de rejet : "gorge grotesque", "bouche gothique") et, d'autre part, à un sentiment de vertige savamment entretenu ("corniche", "Accroché", "saillante gouttière", "Suspendue", "vide", "coupe-larme", "abîme", disposition verticale du poème). L'anaphore qui ouvre et clôt le poème ("Sur un ciel chargé / Se détache une silhouette") fait office de balancier entre fantasme oppressant et réalité plus prosaïque.

Merci pour ce partage !

   plumette   
8/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour MissNeko

ce texte est très évocateur et fait surgir progressivement une gargouille de pierre qu'on peut imaginer de chair jusqu'à la 4ème strophe.
je ne sais pas ce qu'est un "coupe-larme". Cette ignorance a affecté un peu ma lecture.
j'ai beaucoup aimé la forme de chaque strophe dont les vers se rétrécissent pour se terminer par un seul mot, choisi avec soin, qui donne un ton à toute la strophe.

un univers un peu étrange, qui va bien avec vos nouvelles !

Plumette

   troupi   
8/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour MissNeko.

Un sujet mystérieux s'il en est, en effet comment ne pas s'interroger sur ces bizarres bestioles qui ornent nos cathédrales, par contre c'est bien la première fois que je vois un poème sur ce thème et écrit de belle manière.
Stryge, je ne connaissais pas ce mot, l'ami Wiki m'en a fait froid dans le dos par ses descriptions, et je suis bien content d'apprendre que finalement elle dort car tout au long de votre poème je la sentais bien vivante et menaçante.
Belle histoire, belle écriture, bravo.

   Donaldo75   
8/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour MissNeko,

J'ai beaucoup aimé l'ambiance de ce poème, imaginant bien la gargouille comme un être vivant. Bizarrement, ce poème m'a semblé apaisant, même s'il exprime beaucoup. Les mots sont bien choisis, évitant la surcharhe gothique propre au thème. C'est fin.

Merci,

Donald

   Raoul   
9/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Pas mal gothique en Violet-le-Duc, cette poésie qui se veut du temps jadis.
J'aime assez les louvoiement d'image qui font qu'on ne sait trop si l'animal est à plume à poils ou tout en écaille. On dirait un dessin en aquarelle, café et encre de Victor Hugo.
Je suis sensible à l'injection du vocabulaire technique - sans que ça ne rende le tout exercice de style abscons- ça a du chien !
Bien aimé.

   JulieM   
9/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Quel décor ! Un vocabulaire flamboyant pour ce gothique "oiseau de nuit", des images puissantes dans cette nuit "foudroyée", rappelant à la fois le hibou et la gargouille (stryge, écailles).

C'est vraiment superbement écrit, vous emmenez le lecteur dans un autre monde, celui des démons aux gueules terribles ou des oiseaux de nuit fantomatiques et silencieux.
"De sa bouche gothique
L’eau des dieux
En puissance ruisselle :
Il pleut."
Beaucoup de talent, merci de le partager !

   Pouet   
10/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

Joli poème.

J'ai été étonné par le premier vers, "Sur un ciel chargé", pas plutôt "Sous un ciel chargé"? Mais bon peut-être que "sur le ciel" peut faire métaphore. Je comprends bien l'idée du ciel en toile de fond.

J'aime bien le rythme donné par les mots en fin de strophes.

Ambiance un peu gothique.

Pas mal du tout.

Au plaisir.

   Brume   
11/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour MissNeko

Il est vrai que les statues des cathédrales me fascinent. Et vous avez remarquablement bien décrit cette gargouille, sa représentation est sombre, effrayante, mystique, vous lui avez donné une âme et un univers. Et quelle atmosphère! Quelle frénésie!
Un sujet original, j'aime le décor, les éléments qui s'ajoutent et fusionnent avec l'oiseau de nuit. Ces détails qui sont un plus et accentuent son charisme. Et le temps qui passe n'enleve rien de sa superbe.
Le tableau est magnifique.

   mina   
14/10/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Merci pour ce poème sur un thème un peu " gothique" , description travaillée , j ai particulièrement aimé la dernière strophe , félicitations !

   LGduVar   
19/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai trouvé original d'utiliser un élément du patrimoine... un thème inattendu... Merci pour ce point de vue poétique.
A vous relire...

   Anonyme   
22/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour, j'ai bien aimé votre poésie, un thème original, des mots bien choisi, une belle écriture !
Bravo !!

   Anonyme   
13/1/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonsoir Miss,
Votre poème est pour moi parfait, d'une très grande maîtrise. Ce qui est magique, c'est l'absence de rimes et pourtant les mots sont en harmonie, ils deviennent musique, ils racontent et nous bercent.
L'évocation de cette gargouille vivante qui se fige après des siècles enfuis, c'est plein d'images fabuleuses. Du souffle,du mouvement, et puis cette fin géniale quand l'oiseau s'endort, à jamais pétrifié. Du grand art.
Bravos à vous.


Oniris Copyright © 2007-2020