Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Fattorius : Internet
 Publié le 06/06/08  -  11 commentaires  -  850 caractères  -  130 lectures    Autres textes du même auteur

Première tentative d'écriture d'un sonnet conformément aux règles de la poésie classique.


Internet



Internet est une aire où chacun tient salon.
Clavardage effronté, simple blog ou grand site,
Rapide est la parole, et les mots filent vite.
Petit rien, grand constat, tout propos semble bon.

On s’informe en tapant quelque lien d'air fripon ;
Un instant d’attention, puis l’on tient tout un mythe.
Ça paraît si sérieux que jamais l’on n’hésite :
Rien qu’un clic pour un scoop, tout cela tourne rond.

J’aimerais cependant ralentir mes idées,
Et calmer un moment ces broncas affolées.
Donnez-moi quelqu’instant, prêtez-moi rien qu’une heure

Pour chasser au galop l’univers virtuel.
Les écrans, les claviers, tout cela n’est que leurre ;
Le réel, je le sais, est bien plus naturel.

Daniel Fattore
Le 7 mai 2008



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
6/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le thème n'est pas ce qui me botte le plus, l'écriture est limpide mais sans guère plus de recherche que cela. Dommage acr le sonnet est maîtrisé. C'est l'un des premiers poèmes classiques (purs) que je lis sur Oniris, pour cela merci.

   David   
6/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Fattorius,

Bravo pour les anachronismes, le sonnet d'internet, des mots comme "clavardage" et "blog", "clic" et "scoop", il y a de la virtuosité. Pour le fond je n'y trouve pas mon compte, je connais ce couplet sur une virtualité/réalité à laquelle je n'adhère pas.

   strega   
6/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Ben... je n'ai pas accroché non plus. Je comprends le besoin de dire certaines choses sûr internet, mais les dire dans une forme classique m'a justement un peu "gênée". En fait, peut-être j'aurais préféré voir une critique en utilisant une forme vraiment différente, plus audacieuse. Justement pour se servir du système.

Ceci dit, effectivement, le sonnet est vraiment maîtrisé, et ça, je ne peux qu'apprécier vraiment.

   Lycanthrope   
7/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème classique sur un theme moderne...pas trop fan, mais pourquoi pas =). L'écriture est maîtrisée, fluide, se lit sans trop demander d'efforts...

   Fattorius   
9/6/2008
... la grande question est en effet de savoir si la forme classique se prête au moderne. J'ai tranché, en partant du principe que le classique est justement une forme de toujours. Elle a servi pendant au moins trois siècles; pourquoi ne serait-elle pas actuelle pour dire Internet? (j'ai un autre sonnet en chantier sur le TGV...)

Pour le reste, je me suis efforcé de coller aux règles de prosodie classique: ça crée à coup sûr un rythme, une musique - le choix d'une valeur sûre, en somme. Ceux qui veulent en savoir plus se référeront avec profit au site suivant: http://www.poete.ch.

   Anonyme   
14/6/2008
Encore quelque chose que je n' aime pas trop dans le registre poétique : vouloir défendre une idée en s' astraignant à tout prix aux règles académiques, à la rime ...etc
J' aime la poésie lorsqu' elle est déjantée, libre de tout et de tous, pourvu qu' elle m' envoute. j' aime aussi les alexandrins , les octosylabes, la césure parfaite et les fautes en la matière voulues. Et maitrisées. Je sais, je suis paradoxale.
Mais là , c' est le fond qui m' embête, et qu' il y ait un propos m' ennui profondément.
J' ai l' impression d' entendre un slogan de manif, sans ressentir le transport que j' attends d' un poème : quelque chose de visceral, d' humain, d' animal et sexuel.
Pourvu que ça chante, que j'entende une mélodie, et que ça parle à mes sens.
Là, il y a quelque chose d' un exercice scolaire avec thème imposé, contraintes oulipiennes.

Je vais faire comme calouet : ne pas noter, ou indiquer ma notation perso.
Ce sera : pas glop pas glop.

   Anonyme   
17/6/2008
 a aimé ce texte 
Pas
je crois que nine a tout dit

que rajouter de plus ? ...

   ANCELLY   
29/6/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
ah oui, alors...
Parler de bits et d'octets en vers m'intéresse particulièrement.

Le manichéisme quasi incontournable entre réalité et virtualité de l'Internet est un sujet qui me gave au plus haut point. Les réponses à cette questions sont, à mon avis, toujours réductrices.
Il y aurait les demeurés et autres débiles toujours scotchés à leur ordinateur... Et les autres, les "in life".

Quoi qu'il en soit du fond... Dont on se moque un peu, moi en tout cas, oui ! Reste la forme de ce poème. Je ne suis pas un grand spécialiste, mais pour m'être frotté à l'art du sonnet classique, j'en connais la difficulté et suis admiratif de tout, je dis bien tout sonnet qui est un sonnet.

D'aucun diront que trop de travail sur une poésie nuit à la spontanéïté, ce n'est pas toujours le cas. La spontanéïté, l'art du poète le conduisent à écrire des vers super, des vers qui émeuvent. Et puis, la lecture à haute voix révèle hiatus "honteux", diérèse "fautive" ou pied surnuméraire... Est-ce nuire à la spontanéïté que de transformer en bel alexandrin un vers de treize pieds ?

Comment noter moyen ou faible un joli sonnet qui sonne bien, justement, et mettre des excellentissimes à de la prose approximativement rimée se cachant sous le terme de vers libres ? Moi, je ne peux pas...
Ancelly

   Anonyme   
30/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Fattorius

J'apprécie l'humour léger qui se dégage de cet impeccable sonnet.
Et dire qu'ils se trouve encore des gens pour prétendre que cette forme poétique est obsolète.

Merci pour ce démenti (lol)

   CharlesVerbaud   
31/10/2012
 a aimé ce texte 
Un peu
Un propos intéressant sur le décalage entre le virtuel et le réel.

Pour la forme, bien des choses à dire

Toutes les rimes qui finissent pas une voyelle (on aux quatrains, ées au tercets) sont pauvres, il leur faut une consonne d'appui pour être valables dans un sonnet.

Des diérèses manquantes : li-en, attenti-on, séri-eux.

Aux tercets, la rime en ées féminine est apposée à la rime heure, également féminine.

Le mot rien est répété (vers 4, 8, 11), de même que tout (vers 4, 6, 8, 13), comme un tic de langage, ou des syllabes pour avoir le nombre.

J'aime le propos, mais ce poème est à reclasser en "néo-classique"

   Anonyme   
2/3/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Ce sujet traité toujours de la même façon, n'apporte pas vraiment grand chose, n'est-ce pas à chacun de savoir doser, faire le tri, et retenir que ce qu'il l'intéresse d'Internet, est-ce que cela valait bien un sonnet, pourquoi pas, mais c'est sans conviction pour ma part.

Pour le sonnet, la forme classique a de très nombreuses exigences, quelques petites erreurs par ci, par là, mais difficile d'atteindre la perfection en ce domaine.


Oniris Copyright © 2007-2020