Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
hersen : Voyage
 Publié le 19/12/15  -  21 commentaires  -  1691 caractères  -  310 lectures    Autres textes du même auteur


Voyage



Comme la risée sur une mer étale.
L'air de rien
Regard brasillant
Effluve musqué.

La tempête couve sous l'eau tranquille de l'attente.

Un effleurement
Peau contre peau.
C'est l'embrasement.

Une caresse osée aux doigts de soie
Soude le désir.
C'est l'embrassement.

Se repaître, longuement,
De la chaleur
De l'odeur
De la douceur
De l'Autre.


Volupté


Mais le répit n'est qu'illusion.
Déjà un flot me submerge.
Ta peau pour l'endiguer.
Mais tu ne joues pas le jeu,
Tu ne calmes rien,
Toi, baroudeur exalté,
Tu vogues hardiment vers des terres fécondes.

Terres accueillantes.

Les ondes entremêlées de nos deux corps
Grandissent et s'évanouissent,
S'éloignent et reviennent.
Mouvement languissant,
Danse éternelle de la vie.


Et de mes entrailles en extase
Se déchaîne le roulis de ce bateau libre.
Et il tangue et il tangue,
Mais de la tempête nul ne pense à se préserver.
Et tangue, tangue le navire
Dans la tempête nous voulons aller,
Le cœur débordant,
Une plainte aux lèvres.


Quand enfin nos soupirs se fondent
Dans le chant joyeux d'un goéland annonçant la terre,
Nous revenons au calme, dans la risée,
Traînant derrière nous,
Légères comme un souffle,
Les voiles de l'apaisement.


Tu me déposes sur la plage,
Réinventant pour moi, pour moi seule,
Le calme du rivage.

Vois, mon corps est fatigué.
Laisse-moi dormir un peu, avant le prochain voyage.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   cervantes   
4/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Cette forme de poésie n'est pas mienne, mais des textes comme le vôtre me la ferait aimer.
En particulier dans l'évocation de la volupté, la musique des mots et des corps est fondamentale. Et pour une fois, l'absence de métrique ne nuit pas à cette musique. Par exemple ce mot "volupté" placé seul en acmé me séduit.

Vous seriez pour moi une excellente initiatrice de la poésie dite libre qui en l’occurrence me semble parfaitement justifiée. Merci.

   Anonyme   
7/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Séduite complètement par le fond posé tout en délicatesse et sensibilité, et par la forme avec ces phrases alternances de longues, de courtes, ébauches des gestes de la vie qui palpite dans ses échanges et débordements, avec force, fragilité confondue.

"Voyage" en partage dans ces images qui se dévoilent, complice la magie opère.

   Vincendix   
19/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Comme Cervantes, je ne suis pas fan de ce genre de poésie mais en réalité c’est faux, quand c’est (trop souvent) un bric-à-brac de mots assemblés sans fil conducteur, je ne « kife » pas.

Par contre, je découvre une réelle poésie dans ce voyage pour Cythère, superbe évocation de cette danse éternelle de la vie pour deux corps en fusion.

Bercé par les vagues de la volupté dans un érotisme qui m’enivre, je vis cette scène d’amour, du désir à l’apaisement en passant par l’extase…

Je ne détache rien, pas un mot, pas un vers, l’ensemble est d’une cohérence du plus haut niveau.
Merci Hersen pour cet hymne à l’amour, je l’ai enregistré dans mon esprit…

   Robot   
19/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La poésie libre comme je l'aime. Des vers qui donnent un rythme propre au texte et des mots qui suscitent une émotion. Un sujet qui permet aussi de construire un véritable récit sous une livrée originale.

   Anonyme   
19/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour hersen. J'ai bien aimé cette métaphore entre l'amour et la mer... Ce voyage érotico-poétique est bien mené de l'étale au calme du rivage en passant par la tempête et la risée.
De la poésie libre comme je l'apprécie;
Bravo et merci...

   Cristale   
19/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Hersen,

Quand la poésie vient se fondre dans mes yeux et qu'elle me réchauffe le coeur, je peux dire que c'est acquis pour l'auteur.
Plus tournée vers le classique, j'avoue trouver rarement mon comptant, à mon grand désarroi, dans la poésie libre mais là, je suis enfin conquise.

À part le mot "entrailles" tout me plaît dans ce texte, de plus je trouve que la forme des vers ressemble au fond ; de l'étal au ressac en mouvements incessants, vagues, tempêtes, ondes, flots, roulis, tangage, tous ces mots et métaphores dessinent ce moment le plus naturel au monde, jamais nommé mais si bellement écrit.

Bravo et merci Hersen pour ce merveilleux voyage dans vos mots.

Cristale

   Anonyme   
19/12/2015
Bonjour hersen,

Un peu trop doucereux et linéaire à mon goût (et je comprends mieux l'engouement des rhéteurs).
J'adore les montagnes russes, passé d'une sensation à une autre, ne pouvoir pas imaginé ce qui se dessine à l'issue du virage venant.
L'écriture est soignée, lissée , mais du coup aucune aspérité ne me retient réellement au texte.
C'est une constatation égoïste, je l'avoue !
Plutôt que d'aller où tout le monde va, j'aurai aimé voyager à contre-sens.
Ne tenez pas compte de mon avis (je ne note pas au reste), mon avis, à priori, à contre-sens.
A lire vos autres poèmes.

   Anonyme   
19/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un beau poème plein de retenue et pourtant très passionné.
J’aime particulièrement ces vers :
"La tempête couve sous l’eau tranquille de l’attente."

et puis l’embrassement qui prolonge l’embrasement.

et puis cette description de la volupté

et puis

"Dans la tempête nous voulons aller,
Le cœur débordant,
Une plainte aux lèvres."

et enfin

"Tu me déposes sur la plage,
Réinventant pour moi, pour moi seule,
Le calme du rivage.

Vois, mon corps est fatigué.
Laisse-moi dormir un peu, avant le prochain voyage."

Mais…hé oui, il y a un petit mais…je ne situe pas bien ce 'baroudeur exalté', qui vogue vers des terres accueillantes…est-ce un amant volage ? Ou un marin au long cours…ou ne répond-il qu’imparfaitement à l’attente, ou cette attente qui semble pourtant rassasiée de tempête, à la fin du poème, est-elle plus que l’attente du plaisir, de la jouissance et de la communion, peut-être quelque chose de typiquement féminin…qu’un homme à du mal à comprendre, ou du moins à deviner. En tout cas moi, je me pose la question…

À vous relire.

C.

   PIZZICATO   
19/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Comme ce " Voyage ", de l'attente jusqu'à l'extase, est élégamment décrit !
<< La tempête couve sous l'eau tranquille de l'attente. >>
Quand l'érotisme est servi par des images gracieuses cela devient une fort jolie poésie.

   leni   
19/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un style dépouillé pudique suggéré J'ai beaucoup aimé cette escapade de vie avec la mer comme une amie complice Les situations
sont peintes comme des tableaux

J'ai beaucoup aimé les vers suivants

es ondes entremêlées de nos deux corps
Grandissent et s'évanouissent,
S'éloignent et reviennent.
Mouvement languissant,
Danse éternelle de la vie.


Et les deux vers finaux s'offrent de beaux derniers mots Merci

Bravo et salut à toi Leni

   lala   
19/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour hersen,

Les attirances et les mouvements des corps sont extrêmement bien rendus par une inspiration marine, du calme à la tempête, de la plage à la vague.
C'est très sensuel, très suggestif, et en même temps si délicat, si intense.

   Anonyme   
19/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ca tangue... Oh quelle houle !

Un champ lexical on ne peut plus approprié pour décrire un acte charnel comme on aimerait en vivre souvent...

Les deux derniers vers sont mes préférés :

"Vois, mon corps est fatigué.
Laisse-moi dormir un peu, avant le prochain voyage."

Une promesse fort intéressante...

Wall-E

   Lulu   
19/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Hersen,

comment ne pas être séduite par ce texte, où vous faites fort avec le rythme qui colle à la fois aux corps et aux images d'écume ? C'est très réussi, bravo.

J'ai particulièrement aimé la fin ; à partir des goélands... Pourquoi ? parce que, sans doute, je les adore, et qu'ils annoncent ici le retour au calme... et que ce retour au calme, vous l'avez brillamment écrit.

Votre poème est un vrai bijou. Je suis bien contente que vous l'ayez écrit en vers libres. Les vers libres ont cette faculté de pouvoir jouer davantage avec le rythme, notamment les pauses.

Au plaisir de vous lire à nouveau, chère Hersen.

   papipoete   
19/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
comment en termes poétiques évoquer ce voyage au coeur de la volupté, sans froisser le lecteur qui ainsi, embarque avec vous et se laisse porter sur ce nuage de l'amour.
Les ondes entremêlées de vos deux corps font tanguer l'esprit, qui se rappelle ses " samedi-soir " sur la terre, sur le siège arrière d'une voiture, quand dans les bois, seules les biches nous dérangeaient.
Et nous étions alors si fatigués, mais si heureux de cette " besogne ".
Comme vous parlez bien de vos étreintes, dans ces vers libres, mais pourtant fort bien ponctués de points, de virgules. Bravo à vous!

   Anonyme   
20/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Hersen,

J'ai vraiment aimé ce parallèle entre la mer et l'amour.
Un érotisme imagé envoûtant. Une maîtrise du rythme et des mots dans l'évocation.
Un voyage auquel j'assiste, sans être voyeur. Un voyage que j'accompagne.

Un poème résolument ancré dans la vie, dans le plaisir, dans le partage.

Bravo et merci !

   Raoul   
20/12/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Beau lyrisme d'écriture.
Belle sensualité aussi même si on n'échappe pas à quelques poncifs de bon alois dans ce type d'écrit. Pour moi, ça manque plus d'invention que d'émotion.
Vous allez vous dire que je me suis pris un coup de baume quand on a viré sous les alizés - le rhum, peut être - mais je préfère ce poème lorsque j'en fais une lecture retournée plus qu'en lecture linéaire. Avec la déstructuration ainsi obtenue on évite - souvent - le "prévisible" des développements qui (pour moi, encore) sont assez téléphonés en cours naturel.
Merci pour cette lecture toutefois.

   hersen   
21/12/2015

   Curwwod   
21/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une bien belle façon de parler métaphoriquement d'amour. De passion avant tout où la communion des corps parachève celle des âmes. Je ne suis pas un grand amateur de poésie libre mais vous avez su par la magie du rythme et des images restituer cette montée du désir, l'attente, la promesse, la caresse, l'apothéose de l'acte amoureux et la paix qui succède à l'accomplissement.
Très beau texte.

   perle   
13/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
complètement emportée par ce voyage .Je trouve le rythme et l'évocation très réussis.Merci!

   ayeur   
4/2/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour HERSEN
J'ai beaucoup aimé ce voyage pour en avoir fait de nombreux semblables.
Pour la forme,j'aime beaucoup cette alternance vers longs, vers courts qui donnent un rythme à ce voyage, à cette mer/amour.
Bravo

   Pimpette   
11/5/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Regret d'avoir loupé ce voyage!

Tres beau texte dans une forme libre sans travail laborieux, ce qui permet des accents poétiques, des images,un rythme particulier pour chaque vers! je le sens ben ce petit remuement intérieur à la lecture haute...

"Nous revenons au calme, dans la risée,
Traînant derrière nous,
Légères comme un souffle,
Les voiles de l'apaisement."

TU peux supprimer les majuscules?

Ils sont rares les envols érotiques de ce calibre...bravo


Oniris Copyright © 2007-2018