Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Ithaque : Myrène engloutie
 Publié le 28/09/18  -  12 commentaires  -  1308 caractères  -  136 lectures    Autres textes du même auteur

Biarritz.
En ce dimanche de janvier, "Hercule" déferla sur la côte basque.


Myrène engloutie



Véritable Tour de Babel,
Entre mer de plomb et nuages,
Le typhon arrivait du large,
Couvrant Biarritz et Jaizkibel.

Le ciel, épais, broyait du noir
Et les mouettes, fuyant le phare,
Criaient de sinistres fanfares
Comme corbeaux d’un Prince noir.

La vague, énorme ventre d’eau,
Gueule sans mors soufflant l‘écume,
S’écrasa sur la frêle enclume
D’amoureux s’offrant en cadeau

Un baiser... doux chant wagnérien,
Dont le goût d’embruns et réglisse
Leur fit oublier les milices
Du cyclone et de ses vauriens !

L’homme, soudain, sentit ses bras
Vides, déshabités, sans âme !...
Volée à lui par une lame
Plus puissante que Belharra,

Myrène, otage de la nuit,
Dans les hurlements de la houle,
Petit ciré rouge qui coule,
Remonte à l’air, puis s’évanouit,

Fut engloutie par les hauts-fonds...
Puis réapparut sur des plages,
Cheveux mêlés aux coquillages,
Poignets ceints de maigres chiffons,

Des foulards où étaient gravés
Deux prénoms, écornés aux franges,
Cernés d’un cœur aux ailes d’anges,
Mais le tissu, trop délavé,

Ne laissait plus voir au grand jour
Qu’un seul mot lisible : « Toujours ! ».


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   izabouille   
9/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est très beau, j'ai bien aimé. Je me suis crue au coeur du typhon. Vous avez retranscrit avec beauté et justesse un événement dramatique.
Il y a juste le vers "Dont le goût d’embruns et réglisse" qui accroche un peu, je mettrais "...et DE réglisse", ça sonnerait mieux, mais ce n'est que mon avis.
merci pour ce bon moment de lecture

   Gemini   
11/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai mis un certain temps à comprendre que la comparaison était physique avec la Tour de Babel. Ce qui donne une tornade. Le contraire donc d’une tempête, qui est surclassée ici en typhon et ouragan. Détail météorologique.
Mais j’ai compris que noircir le tableau, c’était aussi chercher à donner de l’ampleur poétique.
Ce tableau comporte de belles images, et le poème traite bien de la fragilité du genre humain face à la nature, Y rajouter une histoire d’amour et la mort d’une jeune fille rajoute au lyrisme par effet mélodramatique, et le tout, dans l’ensemble est bien traité.
En détail, j’ai tiqué sur le terme déshabité que je ne connaissais pas ; je pense qu’on n’est pas englouti par les hauts-fonds, mais vers, voire dans, les hauts fonds. J’ai trouvé bien long l’espace séparant le sujet Mylène du verbe Fut à la strophe suivante. D'ailleurs, les enjambements des dernières strophes sont, à mon avis, discutables. Je crois que vous aviez prévu d’écrire des quatrains, mais que l’histoire s’est emballée. Je pense que « réapparut sur des plages » est une erreur, vous auriez dû dire « la plage », et j’ai trouvé quelques incohérences dans le final entre les prénoms gravés ( ?) sur des foulards, et le seul mot lisible (comment sait-on alors qu'il s'agit de deux prénoms ?)

   papipoete   
16/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
contemporain
Alors que deux amoureux " se bécotent sur les bancs publics ", face à la mer, une vague déferlante surgit et balaie tout sur son passage, et arrache à son amant sa belle enamourée ! Elle réapparaitra sur les plages, sous les traits d'un ange, ceint de lambeaux d'étoffe avec ces mots " toujours " ...
NB une belle histoire dramatique où les images sont fort spectaculaires, à travers des lignes octosyllabiques, bien tournées !
" gueule sans mors soufflant l'écume "
l'avant-dernier quatrain me plaît particulièrement !
Je ne sais qui est Myrène ?
Vous avez choisi " contemporain ", mais en parcourant votre texte, je pense qu'il put prétendre au " néo-classique " ?
papipoète

   PIZZICATO   
28/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte inspiré par la disparition d'une jeune femme emportée par une lame de l'ouragan de janvier 2014 qui a dramatiquement malmené Biarritz.
Myrène s'est substituée à Charlène dans ce récit habillé d'images fortes comme :
" Et les mouettes, fuyant le phare,
Criaient de sinistres fanfares "

" Gueule sans mors soufflant l‘écume ".

Un poème bien écrit en souvenir d'une victime de la nature en colère.

   hersen   
28/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une tragédie bien mise en poésie.

Tour de Babel me met sur une fausse piste, j'en comprends que la tornade arrive (donc, forme de tour élargie à la base) en faisant grand bruit ?

Le ciel, épais, broyait du noir : ici, je ne mettrais pas "épais" en incise; ne serait-ce que pour en accentuer la densité.

Le champ lexical choisi nous fait vivre cette tempête fatale.

Biarritz est plus propice aux surfeurs qu'aux amoureux :))

Merci de cette lecture, Ithaque !

   Castelmore   
28/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il ne fait pas bon sur Oniris d'être édité le même jour que Cristale ... une leçon d'humilité
Ainsi le cortège d'éloges de Mère Térésa avait-il fait maigre figure derrière celui de Lady Di, et Jean d'Ormesson s'est-il "égaré" avec nous dans la foule des fans du chanteur finalement abandonné par les siens ( ou l'inverse ? Je ne sais plus )
"Au plaisir de Dieu" ... !

Sans écorner le moindre éloge dû à lettre de notre "blonde", vôtre poème mérite mieux que les 35 lectures et les 5 commentaires qu'il affiche à 17h 20 ,

car vous mettez les mots qui conviennent à la fois sur la description d'Hercules qui a dévasté les côtes de la mer Cantabrique et la fin tragique de celle que vous appelez Miren ( Marie en basque) avec son compagnon, qui lui fut sauvé.
Et sans vouloir rajouter au sordide, les restes de Charlène Guillem ont été retrouvés à partir du 28 janvier 2014 sur plusieurs plages ... comme l'écrit le poète ...
Qui a toujours raison ... au delà des détails météorologiques et des remarques d'enquêteurs pointilleux.
Merci

   Cristale   
28/9/2018
Ithaque, il n'écrit pas, il ne fait pas de la poésie, il ne chante pas, parce que ses mots sont l'air qu'il respire, sa poésie c'est son regard sur les choses immatérielles et le monde en suspend, son chant c'est la puissance évocatrice des émotions silencieuses, l'évanescence de l'à-fleur à peine perceptible pour le commun des mortels.

"La vague, énorme ventre d’eau,
Gueule sans mors soufflant l‘écume,
S’écrasa sur la frêle enclume
D’amoureux s’offrant en cadeau"

"Myrène, otage de la nuit,
Dans les hurlements de la houle,
Petit ciré rouge qui coule,
Remonte à l’air, puis s’évanouit,

Fut engloutie par les hauts-fonds...
Puis réapparut sur des plages,
Cheveux mêlés aux coquillages,
Poignets ceints de maigres chiffons,"

Bah," la blonde" (sourire) pourrait citer tout le poème, mais elle a pris la gifle d'une tornade poétique de grande envergure alors elle préfère se taire et ne pas noter afin de ne pas avoir l'air de faire un appel du pied pour que l'auteur dégrafe la crinoline de sa page :)

Laissons libres les mots comme les feuilles sous le vent d'automne.

Cristale

   Willis   
28/9/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Beau texte. Etonnants ces vers, écrits par quelqu'un que je croyais chansonnier (rien de péjoratif !). Il est poète, c'est évident. Et quel poète ! :
Des foulards où étaient gravés
Deux prénoms, écornés aux franges,
Cernés d’un cœur aux ailes d’anges,
Mais le tissu, trop délavé,

Ne laissait plus voir au grand jour
Qu’un seul mot lisible : « Toujours ! ».
Bravo, Monsieur aux multiples talents. Ce fut un immense plaisir que de vous lire.

   emilia   
30/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Un drame bien conté en octosyllabes suite à la tempête qui déferla sur Biarritz et le littoral basque de Jaizkibel qui favorise la formation d’une vague géante nommée Belharra et qui commémore une tragique disparition dont l’émotion reste gravée dans « un cœur aux ailes d’anges »… ; l’actualité malheureusement vient de nous en rappeler toute l’horreur à une échelle effroyable… ; merci à vous pour ce partage…

   Eki   
1/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je ne savais rien de cette tragédie et j'ai donc fait des recherches sur Internet.
J'ai rencontré le sourire de Charlène, appris son histoire.

Votre poème hommage prend pour moi un tout autre ressenti...C'est se rapprocher de l'abîme dans ce reflet éteint.

Vos mots pudiques et sensibles sont un peu la mémoire immergée de Charlène et rien ici n'éparpille son souvenir.

Eki touchée

   Quidonc   
1/10/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est étrange, alors que cela n'a rien à y voir, votre texte me renvoie à une ambiance de "légionnaire".
Est-ce le rythme de la lecture, le vocabulaire, la consonance des lieux Babel,Biarritz et Jaizkibel, Belharra, ou le prénom Myrène ou encore les derniers vers comme des tatouages.
"Des foulards où étaient gravés
Deux prénoms, écornés aux franges,
Cernés d’un cœur aux ailes d’anges,
Mais le tissu, trop délavé,

Ne laissait plus voir au grand jour
Qu’un seul mot lisible : « Toujours ! ».

Étrange, c'est peut-être idiot mais il y des choses qui ne s'expliquent pas.

Merci pour ce partage.

   Robot   
3/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La description de ce cyclone a un côté épique qui convient bien au récit. C'est à la fois imagé et fort. On perçoit la violence au coeur des vers et cette fin amenée simplement pour exprimer une issue dramatique.


Oniris Copyright © 2007-2018