Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
JcJaZz : Les fleurs fuguent sous la pluie
 Publié le 29/09/18  -  5 commentaires  -  792 caractères  -  123 lectures    Autres textes du même auteur


Les fleurs fuguent sous la pluie



Un fragile filet porte mes rêves
Aux paupières blêmes sous la neige,
J’ai bradé les faiblesses de l’envie,
Pour des cailloux sur un chemin.

Les fleurs fuguent sous la pluie
Elles finissent la tête à l’envers
La corolle et le calice en terre,
D’intacts origamis enfouis.

Les pierres compriment le ventre
Alors à la manière des tournesols
Les aurores rouge-cerise s’inclinent,
Cueille mes désirs par la tige.

Enlace cent fois ma main
Mains volubiles et mains complices
Ainsi qu’une liane à la lumière,
Un fil de vide aux yeux pleins.

Beaucoup de couleurs sont inconnues
Les nuances remplissent les nuages
Sans les entacher ni les déconstruire,
Je prends note de ne rien dire.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Brume   
8/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

Déjà le titre est magnifique. Il impose une image immédiate à mon imaginaire.
Et de vers en vers je suis happée par de belles images habillées d'une douloureuse sensibilité.

J'aime quand la nature et les sentiments se confondent, les expressions sont sobres, raffinées. Fragile, écorchée, votre poème m'enveloppe.

Vraiment les virgules ne sont pas utiles ici.

   izabouille   
9/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Je n'ai pas compris qui "cueille mes désirs par la tige" et qui "enlace cent fois ma main". Est-ce que ce sont "les aurores rouge-cerise"? Si c'est le cas, il faut adapter la conjugaison, ce serait plus clair.
Il y a aussi, mais ce n'est que mon avis, des bizarreries qui ne m'évoquent rien, comme "un fil de vide aux yeux pleins" ou l'ultime vers : "Je prends note de ne rien dire".
J'ai bien aimé les "fleurs qui fuguent sous la pluie" les "origamis enfouis", "les nuances remplissent les nuages", les images sont belles.

   papipoete   
29/9/2018
bonjour JcJaZz
un pseudo digne d'un agent du KGB !
Ce poème m'apparait richement paré de vers peu ordinaires ; or, le développement du parchemin déroule des phrases, qui m'égarent ( malgré les cailloux sur le chemin ) et me laissent songeur !
Je cherche par exemple, un sujet que je ne parviens pas à identifier, même en remontant loin en arrière ! Ma boussole s'affole et je perd le Nord !
Je ne noterai pas car l'écriture est fine et élégante, mais ...

   PIZZICATO   
29/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Je ne suis pas parvenu à donner un sens précis à ce texte.

" Les fleurs fuguent sous la pluie " Est-ce la métaphore des amours pertubés par les << climats >> de la vie...

Je me limite donc à apprécier certaines images que j'ai trouvées intéressantes.
Je peux citer :
" J’ai bradé les faiblesses de l’envie,
Pour des cailloux sur un chemin "
" Mains volubiles "
" Beaucoup de couleurs sont inconnues
Les nuances remplissent les nuages "

   Robot   
1/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je n'ai qu'un regret sur ce texte c'est le dernier quatrain qui est un peu surajouté.
Il aurait été préférable d'achever sur "Un fil de vide aux yeux pleins" belle métaphore, plutôt que sur la platitude du dernier vers. Peut-être faudrait-il inverser les deux quatrains de fin.
Un regret qui ne m'empêche pas de trouver à l'ensemble une belle poésie.


Oniris Copyright © 2007-2018