Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
jude-anne : À t'aimer [Sélection GL]
 Publié le 02/09/18  -  21 commentaires  -  809 caractères  -  268 lectures    Autres textes du même auteur

Simplement t'aimer...


À t'aimer [Sélection GL]



À courir dans les champs à se tenir la main,
Sauter les hautes herbes aux éclats de ta voix.
Trébucher sur une souche à s’essouffler de rire,
Rouler contre ton corps, t’enlacer sous les branches.

Et frôler de mes mains tes lèvres qui se tendent.

À surprendre la pluie de nos espiègleries,
Arroser le ciel à sauter dans les flaques.
M’élancer dans tes bras à réunir nos vies,
Faire tournoyer la joie à toucher les nuages.

Et contempler tes yeux se délecter des miens.

À flâner sur la plage à t’écrire sur le sable,
S’érafler les pieds à danser sur la grève.
Déclamer au soleil à faire rougir la lune,
S’éperdre au crépuscule à effleurer ta peau.

Et de mes lèvres éteindre tes yeux du jour qui traîne.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Brume   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour

La répétition de la préposition "À " en début et au milieu des vers est vraiment agaçante. De plus vous utilisez l'infinitif tout le long du poème, et pour un poème d'amour ce n'est pas ce qu'il y a de mieux, cela apporte un côté distant et non chaleureux. Ces accumulations rendent ma lecture indigeste.

Des pronoms personnels auraient offert plus de légèreté au niveau de la formulation de vos vers et donné de la présence au narrateur, et surtout offriraient une tonalité un peu plus touchante.

   Vanessa   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je ne suis pas fan des déclarations d'amour brutes en poésie.
Je préfère quand c'est suggéré.
En lisant votre texte j'avais en tête la chanson de Johnny Halliday "Que je t'aime "
Je regrette qu'il n'y ai pas même un semblant de rimes car il aurait eu sa propre musicalité.
En poésie, il faut jouer avec les sons et ici c'est inexistant.
Alors votre poème n'est pas mal écrit mais il est pour moi, sans saveur.

   Eclaircie   
15/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour,

Un texte sincèrement amoureux et qui le chante.

Cependant la construction est surprenante, cette serie de "À" sans souvent de sujet qui précède devient pesante, paraît parfois incorrecte dans la syntaxe.
De plus la ponctuation, un peu présente, trop aléatoire mais systématique en fin de vers serait sans doute à revoir.
De belles idées et images, à reprendre et retravailler, à mes yeux.

Bonne continuation,
Éclaircie

   dom1   
17/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Simplement, non, pas tant que ça. Aimer ainsi n'est pas donné à tout un chacun. Il y faut de l'envie, du talent et une volonté.
Là, on est bien...
domi...

   izabouille   
18/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est simplement beau, bien rythmé, agréable à lire. J'y ai lu de la joie, de l'amour. J'ai apprécié votre poésie.
Merci pour ce bon moment de lecture

   Damy   
18/8/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
"Simplement t'aimer..."
Vos vers et l'amour qu'ils chantent ont en effet l'air si simples. Votre poème est une paix pour l'âme et pour l'esprit. L'amour est aussi un mariage en symbiose avec la nature, l'univers. "Déclamer au soleil à faire rougir la lune". Mais je ne devrais pas extraire un seul vers, chacun me plaît, chacun m'emporte.
Tant que j'y suis: "Arroser le ciel à sauter dans les flaques" est une pure jouissance enfantine.

J'ai beaucoup aimé la partition musicale.
J'ai beaucoup aimé la sensualité délicate des vers intercalés en appogiature.

Merci. Merci beaucoup.

   Mokhtar   
2/9/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Le « à » (dans le sens de jusqu’à) choisi pour structurer le texte traduit l’intensité, l’élan, la fougue, l’exaltation des amoureux. Comme un canevas, il fixe les vers et les unit, conférant une architecture dynamique au poème. Cela donne un rythme et une originalité. Et surtout un style.

Difficile de choisir parmi les superbes images suscitées avec raffinement. J’aime beaucoup « surprendre la pluie, arroser le ciel » où l’ivresse de l’amour retourne les éléments. « S’éperdre » : beau et subtil.

Qu’au grand dictionnaire de l’excellence poétique, on choisisse pour sublimer le mot« endormir » : « de mes lèvres éteindre tes yeux du jour qui se lève ».

Mon oreille un peu conditionnée se plait à reconnaître avec bonheur, souvent, la cadence de l’alexandrin. Il suffirait de peu pour que tous les vers des quatrains soient à ce rythme. Je parle uniquement des quatrains. Car « J’INTERDIS » qu’on touche au dernier vers.

Mokhtar en EL.

   lucilius   
2/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour jude-anne,
Voici une poésie ni décousue, ni déconcertante (contrairement à ce que vous craigniez), aux connotations intimes, sensuelles et festives. Bien sûr, il y a quelques petits "couacs" déjà signalés dans de précédents commentaires, mais l'ensemble reste très plaisant.
Voyez que se lâcher fait du bien. Persévérez.

   bipol   
2/9/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour Anne

pour moi ce texte est un ballet

je ressens très bien le tempo

les mouvements

les arrêts

les effleurements

les traces

même la musique, une très belle musique

le couple d'amour est magnifique

rideau

   Willis   
4/9/2018
Modéré : commentaire hors-charte (se référer au paragraphe 6 de la charte).

   Fowltus   
2/9/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Plouf! Plouf! Je prends les vers au hasard, aucun ne me parle.
Les assemblant dans l'ordre qu'a voulu l'auteur, ce n'est pas mieux, même si une idée générale et tendre pointe son nez.
Malheureusement du banal et des archétypes exprimant ces sentiments.
0ù est la substance, le sel qui fait mouche...?

   Coeurdeloup   
2/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Gai, primesautier, un amour complice et heureux… J'ai aimé votre poème, agréable à lire.

   PIZZICATO   
2/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
" simplement t'aimer ".
Sont-elles plus parlantes, les grandes envolées lyriques style Grand Siècle, pour dépeindre deux êtres qui s'aiment.
" À courir dans les champs à se tenir la main,
Sauter les hautes herbes aux éclats de ta voix.
Trébucher sur une souche à s’essouffler de rire,
Rouler contre ton corps, t’enlacer sous les branches "

La simplicité pour dire la joie d'être deux. Cela me convient !

Les moins :
- ce '' à " répétitif pourrait être évité.
- Le dernier vers, que je trouve un peu lourd dans sa construction.

   papipoete   
2/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonsoir jude-anne
" de t'aimer follement mon amour ... " disaient les paroles d'une ancienne chanson " yé yé " ; à bénir les jours de notre vie, en cabrioles et nous essouffler de rires, nous enlacer sous les branches ...
Contempler tes yeux se délecter des miens ; oh mon beau miroir, renvoie-moi encore plein d'images comme celles-ci, et jamais ne viens à perdre ton tain !
NB des vers de joie, des rimes de bonheur avant qu'un vent mauvais ne vienne tout balayer !
Un poème écrit à l'encre du coeur, à faire rougir la lune de jalousie !
Très beau !

   Anonyme   
2/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
c'est un poème amoureux certes mais je n'ai pas aimer cette répétition de la conjonction "à."
au début cela est beau mais tout excès nuit comme on le dit.
pour moi c'est là tout le problème si non c'est fût un bon moment de partage avec ce très beau poème !

   Donaldo75   
2/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour jude-anne,

Quand j'ai lu ce poème pour la première fois, je me suis dit qu'il ressemblait à une danse, avec son rythme, ses verbes à l'infinitif, son refrain.

Réussi.

Bravo !

Donaldo

   hersen   
3/9/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Même si j'ai bien aimé le sujet et que je trouve que l'auteur y apporte une sorte de crédit naïf, une aura rafraîchissante, j'ai regretté un rythme répétitif.

Cela nuit un peu au propos (à mon sens bien sûr) offrant une image plus convenue qu'inattendue.

Merci de cette lecture

   koko   
3/9/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Le procédé narratif original au premier abord est repris d'une des chansons les plus populaires du répertoire français... Pourquoi pas ?
Vous lui empruntez aussi un hémistiche... Passe encore !
Le problème est que vous poussez le zèle (jusqu')à donner un style quasi-télégraphique à votre texte, notamment avec ces "à" revenant à l'hémistiche et ces coupures systématiques en fin de vers. Si on y ajoute les images éculées de l'amour-retour à l'enfance ( vraisemblablement également inspirées par le modèle, m(ag)istral(ement) gagnant, lui ), vous comprendrez sans doute que je sois pas plus emballé que ça...
( j'ai cru comprendre que vous étiez débutante... je note pas "sévère" )

   JcJaZz   
4/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce poème comporte d'adorables et séduisants instants amoureux avec un côté naïf, frais, innocent presque mièvre par moments et qui en fait tout son charme
Merci

   Ombhre   
6/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Jude-Anne,

Un joli poème, frais, qui fait exploser cet amour comme un feu d'artifice qui rebondit de vers en vers et de strophes en strophes. On y sent l'amour, on le ressent. L'auteur sait partager la complicité, les instants de magie. Nous rappeler ceux que nous avons vécu. Bravo !

La construction mériterait par contre davantage de travail: la répétition des phrases commençant par "à" alourdit l'ensemble et gêne la lecture, sans parvenir à soutenir un rythme qui aurait sans doute pu être obtenu autrement, plus légèrement.

Merci pour ce beau partage.

   solo974   
27/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour jude-anne,
J'aime beaucoup votre poésie, essentiellement car deux tonalités s'y mêlent étroitement :
- celle de l'enfance, tout d'abord, dont l'évocation est sensible à travers certains mots ou expressions qui lui sont propres : "courir dans les champs", "sauter les hautes herbes", "espiègleries", "sauter dans les flaques" ;
- celle de l'amour charnel, d'autre part : "rouler contre ton corps", "t'enlacer", "frôler", "tes lèvres qui se tendent", "dans tes bras", "s'éperdre","effleurer ta peau".
J'ai aussi apprécié le leitmotiv et la façon dont vous le modulez : "Et frôler", "Et contempler", "Et de mes lèvres étreindre".
L'image du dernier vers ("étreindre tes yeux"), enfin, est à saluer selon moi : je l'ai trouvée très poétique, en effet.
Je vous souhaite une excellente continuation.


Oniris Copyright © 2007-2018