Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Kirmas : Je ne savais pas
 Publié le 27/05/19  -  8 commentaires  -  1107 caractères  -  154 lectures    Autres textes du même auteur

Plongée dans les questions d'un enfant.


Je ne savais pas



Je ne savais pas pourquoi le soleil
Brille dans l’azur d’une mer brumeuse,
Pourquoi il donne le trésor vermeil
Du doux crépuscule à l’aube radieuse.

Je ne savais pas pourquoi notre lune
N’offre un sourire qu’aux flâneurs nocturnes,
Pourquoi certains soirs creusent sa lacune,
D’autres ravivent ses croissants taciturnes.

Dans les feux de l’aube et du crépuscule
La tête dans la lune, le cœur au soleil,
J’accueillais chaque question ridicule
Et fuyais chaque soir le doux sommeil.

Je ne savais pas pourquoi chaque automne
Donne aux forêts le feu vespéral,
Pourquoi il amène un vent monotone
Éteignant les branches et l’ardeur estivale.

Je ne savais pas pourquoi le printemps
Emporte la neige loin des vallées,
Mais rappelle les souvenirs d’enfant
Ayant fondu aux flammes des années.

Sous les pluies de feuilles et d’automne,
Dans les bras frigides de bonshommes blancs
J’accueille les réponses qui m’espionnent
Cachés dans les rêves d’un ancien enfant.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   BlaseSaintLuc   
2/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
en (EL) il y a pas mal de poésies que l'on néglige, peu accrocheuses ou dans un style qui n'est pas de votre 1er choix, on se dit que peut être plus tard, on les relira .
Et puis il y a les textes comme le vôtre ,qui tout de suite donne non seulement envie d'aller jusqu'au bout , qui vous accrochent le cœur et l'âme (d'enfant) mais qui soit vous déclenchent un enthousiasme débordant soit vous heurtent au point d'en faire part rapidement à celui qui les a écrits .
Évidemment, c'est de la joie, de l'innocence enfantine sur la magie et la beauté du monde, j'aime ce questionnement qui mène la plume du poète flirté avec la nostalgie.

Un petit point sur les derniers vers (m'espionnent.) me chagrine un peu, ma version serait (m'étonnent.)

Niveau lexique les mots =
Soleil / lune / automne / enfant / en double exemplaire

Ce qui empêche le "passionnément"

   Corto   
7/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Ce poème semble un peu décalé entre le parler de l'enfant et le parler de l'adulte. Cela lui donne un aspect plutôt irréel et surtravaillé.

Sur le fond on retrouve bien certaines des multiples questions qu'un enfant a à résoudre. L'adulte est soumis à un feu roulant d'interrogations et l'on connait bien cet âge où les "Pourquoi..." fusent à tout bout de champ. Et il faut bien répondre !

Manque pourtant ici ce jeu de l'enfant vers l'adulte, jeu et confiance envers celui qui a tant de réponses à lui offrir.

Merci à l'auteur.

   Vincente   
27/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
A l'encre onirique réécriture de questions enfantines par l'adulte "ancien enfant". L'expression rêveuse et décalée nous promène au gré des réminiscences revisitées avec la maturité. L'anaphore des "Je ne savais pas" vient soulever comme par regret de n'avoir pas su et pourtant n'est-ce pas cette magie qui par l'absence de réponse ou de compréhension construisait l'imaginaire essentiel à l'enfant ?

J'ai cru à une certaine fadeur nostalgique du poème avant de rencontrer la révélation des deux derniers vers :
"J’accueille les réponses qui m’espionnent
Cachés dans les rêves d’un ancien enfant."


L'ensemble a alors pris corps et j'ai pu le relire, le reprendre et l'adopter avec plaisir.

   PIZZICATO   
27/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Même aux questions des enfants, l'adulte est-il toujours en mesure d'y répondre ? ne sachant pas lui-même les expliquer.
Cette anaphore n'est-elle pas une façon de s'en rendre compte ?

De belles images qui, elles, ne peuvent qu'être soulignées.

Une lecture fort agréable.

   papipoete   
27/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Kirmas
je ne savais pas, je croyais tout simplement comme au catéchisme, ce que l'on nous dit sans se poser de questions ; c'était le temps de l'innocence quand on voit dans les nuages des formes humaines ou autres grosses bêtes ; aujourd'hui, je sais et la magie s'en est allée, surtout depuis que des yeux souriant à papi, ne sont plus là pour qu'ensemble nous ne sachions pas...
NB une lecture vivifiante qui nous fait lever la tête au ciel, et fermant les yeux on attend avec impatience ce " sourire de la lune " !
Dans la dernière strophe, il me semble que les " bras/frigides " est mal adapté, et l'on s'éloigne des " souvenirs d'enfants "... à moins qu'il y ait un double sens qui m'échappe ?

   senglar   
27/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Kirmas,


Chanson d'une poésie mélancolique ; tout cela est bien bucolique. Que voilà un enfant pas dérangeant pour un sou.

Futur poète sans aucun doute.

D'ailleurs adulte le voilà redevenu enfant, toujours aussi serein dans les bras de bonshommes blancs eux-aussi bien sages (sous la neige ?).

Adulte, post-enfant - qui a les réponses sans avoir dérangé personne - pas dérangeant pour un sou.

Charmant...

Magique !


Senglar

   STEPHANIE90   
28/5/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour kirmas,

une poésie que je parcoure entre le soleil à l'aube radieuse et la lune aux croissants taciturnes, entre le printemps et l'automne sur le questionnement d'une vie cachée dans nos tiroirs de l'enfance ou l'on cherche la réminiscence de nos choix de vie et l'acceptation de ce que nous sommes devenu et de ce que l'on a fait de nos valises.

J'ai aimé ces images, sur le temps qui passe ponctués de taches de couleurs "naturels".

Merci pour cette charmante lecture,
StéphaNIe

   Stephane   
28/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Kirmas,

Je n'arrive pas à assimiler ce texte à une chanson ; disons que je n'arrive pas à l'imaginer ainsi. Je vois un poème d'une grande qualité qui parle de lui-même. Les questions que se posent un enfant sont sublimées par une écriture réellement belle.

Bravo !

Stéphane


Oniris Copyright © 2007-2019