Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Kirmas : La fleur de l’amour
 Publié le 12/10/18  -  9 commentaires  -  596 caractères  -  165 lectures    Autres textes du même auteur

À la fleur qui germe dans les cœurs, mais qui ne survit que rarement aux affres du temps.


La fleur de l’amour



Éclose à l’aube d’un printemps
Parée d’un halo de vie
La fleur attisa les feux de l’envie
Enlacés par des alizés d’argent.

Embrassés par les rayons brûlants de l’été
Les feux s’unirent en brasier éclipsant le soleil
Sa robe incandescente enflamma l’horizon vermeil
Qui incendie chaque soir l’éternité.

Frappés par les orages de l’automne
Ses pétales oubliés s’envolèrent.
Le brasier devenu atone
Perdit l’éclat de sa lumière.

À la fin de l’hiver
Ce sombre reflet d’hier
Se consuma
Rien n’en resta.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
21/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
contemporain
L'amour était né avec le Printemps et brûlait jusqu'aux derniers jours d'Eté ; puis vint l'Automne qui envole les serments tels pétales de fleurs, et l'Hiver porta son coup de grâce à ce qui fut ...
NB la fleur qui pourrait garder ses atours, de janvier à décembre, ne semble pas exister ( à part l'orchidée abritée des humeurs du temps )!
L'auteur nous conte un Amour qui, telle la rose pourtant aimée et admirée, inexorablement se déshabillera de sa parure, et mourra .
La dernière strophe est ma préférée !
papipoète

   izabouille   
21/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est beau, j'ai bien aimé. On parcourt les quatre saisons avec une fleur, ça se lit facilement. Je trouve dommage, mais ce n'est là que mon humble avis, cette fin qui tombe comme un glas. Plus rien. Pourtant le cycle recommence. Mais ce n'est qu'un détail, votre poésie m'a emportée. Merci pour ce bon moment de lecture

   BlaseSaintLuc   
22/9/2018
 a aimé ce texte 
Pas ↑
les saisons de l'amour , c'est bien écris , mais ...c'est chiant , pardon de cette trivialité, lieux communs, phrases toutes faites .
"Embrassés par les rayons brûlant"
"Sa robe incandescente enflamma "

et la fin est pauvre

"À la fin de l’hiver
Ce sombre reflet d’hier
Se consuma
Rien n’en resta."

   LylianR   
12/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Les quatre saisons représentent les étapes de la vie d'une fleur et de tout cycle y compris celui de l'amour.
La naissance, l'épanouissement, le déclin et la mort.

L'idée est intéressante mais les images restent assez stéréotypées. Mon avis est donc mitigé.

Un quatrain que j'ai apprécié :

Frappés par les orages de l’automne
Ses pétales oubliés s’envolèrent.
Le brasier devenu atone
Perdit l’éclat de sa lumière.

   Kherza   
12/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Poème tortueux et inégal mais c'est peut-être voulu. Le champ lexical du feu et de la lumière est assez poussé, ceci dit ça ne m'a pas dérangé. La fin est, je crois, volontairement expéditive afin de montrer le tragique, voire le pessimisme que vous semblez vouloir exprimer. En effet, jamais cette fleur-ci ne reparaîtra. Mais d'autres pousseront. Merci.

   lucilius   
12/10/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonsoir Kirmas,
Votre éclosion interne serait sûrement harmonieuse si elle ne baignait dans l'emphase. Pour moi le bon (le juste) dosage ne supporte pas l'excès de luminescence. Les alizés d'argent, la robe incandescente enflammant l'horizon vermeil (qui incendie chaque soir l'éternité), l'horizon vermeil, le brasier devenu atone perdant l'éclat de sa lumière, n'y contribuent d'aucune manière. Je comprends parfaitement votre souci d'impression mais vous faite erreur en abusant de grandiloquence.

   PIZZICATO   
12/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Vous avez choisi la fleur et le feu pour symboliser les saisons de l'amour.

Tous les amours n'ont pas le même parcours. Il en est qui restent au printemps et ne connaissent jamais l'hiver. Il y a aussi l'amour heurux.

J'ai trouvé intéressant le passé simple employé dans ce texte.
Ainsi que les étapes du feu
" attisa les feux de l’envie "
" Les feux s’unirent en brasier "
" Le brasier devenu atone "
" Ce sombre reflet d’hier
Se consuma "

Le ton est quelque peu emphatique mais l'ensemble est agréable à lire.

   Marite   
13/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Le thème choisi est très intéressant mais je pense que l'écriture gagnerait en intensité s'il n'y avait ces rimes régulières à chaque strophe. L'amour transformé en fleur mériterait davantage de spontanéité dans l'expression et des vers libres, au rythme irrégulier et harmonieux à la fois, traduiraient mieux l'essence de ce sentiment.

   Lulu   
13/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Kirmas,

j'ai bien aimé l'image de la fleur contemplée au fil des saisons, jusqu'à sa disparition, mais j'ai trouvé dommage qu'il y ait autant de jeux de lumière sur elle, même si elle est au coeur du regard ici, car une fois qu'on l'a vue, et trouvée belle - je parle uniquement de la fleur - on a compris, et ne comprends pas trop l'insistance qui alourdit inutilement le poème. Peut-être aurait-il été plus pertinent de jouer sur tous les aspects de la fleur pour la montrer vivante au gré des saisons qui passent, avec ses fragrances, sa fragilité ou la vivacité de sa puissance d'évocation ?

Cela dit, j'ai trouvé intéressante l'idée de cette "fleur de l'amour" qui fait office de métaphore.

Mes encouragements.


Oniris Copyright © 2007-2018