Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Lazare : Voyage inconnu
 Publié le 09/07/18  -  10 commentaires  -  1110 caractères  -  165 lectures    Autres textes du même auteur

Entre conception et naissance, un voyage bien inconnu pour tout enfant qui naîtra. D'où cette dénonciation après la naissance.


Voyage inconnu



Je ne le ferai jamais, ce voyage
À deux, ils préparent ton bagage
Quand l’un t’embarque,
L’autre te débarque.

Ce voyage m’ennuie.
Celui que l’on prépare dans la nuit,
Et rarement dans la journée.
C’est un voyage indiscipliné.

La situation devient grave,
Et l’on y devient vite esclave.
Te trouver dans une barque,
Pour ne dire que dans une baraque.

L’un s’en débarrasse,
Et l’autre t’embrasse.
L’un devient vite père,
Et l’autre douce mère.

Ce voyage, je ne le ferai guère.
Dans le ventre, s’exposer à la guerre ;
Soit la fatigue te domine, dors !
Soit l’invisible sorcier te dévore, mort !

Je hais ce voyage de prison
Où tu meurs de frissons
Soit tu y dures neuf mois,
Soit tu y fais sept mois.

Destination bien inconnue,
Tu y débarques tout nu.
Ce peut être dans la nuit,
Soit c’est le jour dans le bruit.

Ce voyage me rend fou.
Partir très doux et mou ;
Et naître par pleurs,
Cela présage un malheur.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anje   
29/6/2018
 a aimé ce texte 
Pas
A la première lecture, j'ai éprouvé une sensation étrange. Drôle de façon de parler d'une grossesse, ai-je pensé. Car il s'agit bien de cela, d'une naissance ? Pour moi, même difficile, c'est tout sauf du malheur et ce texte m'a donc mis mal à l'aise.
Je le trouve trop sombre, même très noir. Il n'y est jamais question de joie, d'amour, de délivrance mais d'esclave, de guerre, de mort, de haine, de malheur. Mourir ne me paraît pas un verbe convenant à la description de ce voyage inconnu.
Techniquement, il me semble que la grande inégalité métrique nuit sérieusement à la fluidité de lecture. La rime au vingtième vers, qui se répète dans le vers juste une syllabe avant, ressemble désagréablement à un hocquet. La conjonction "soit" pourrait être parfois remplacée par un synonyme pour en éviter la répétition (cinq fois sur les trois quatrains 5, 6 et 7). Les mots choisis ne m'ont inspiré aucune image.
Un fond lugubre que ne relève pas un style brillant, je n'ai pas aimé. Ni même, à la énième lecture, compris un éventuel message.

   Curwwod   
29/6/2018
 a aimé ce texte 
Pas
C'est mal écrit, plein d'expressions sinon triviales, du moins très ordinaires (Partir très doux et mou ???) ("Soit tu y dures neuf mois,
Soit tu y fais sept mois." ???). Nulle émotion, nul souffle poétique, une syntaxe approximative, bref rien pour éveiller l'intérêt.

   BlaseSaintLuc   
29/6/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Malgré le message de présentation, et même si j'ai compris de quoi il s'agissait, je n'ai pas bien vu à quoi l'auteur voulait en venir, ou justement ne pas venir, ou bien ne pas faire ce voyage-là, ni très chantant ni vraiment compréhensible, le voyage n'as pourtant pas l'air si inconnue que ça, le parti-pris m'échappe.

   Queribus   
1/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Tout d'abord, une première remarque me vient à l'esprit: ce poème donne l'impression d'un poème néo-classique qui rime; or le nombre de syllabes varie tout au long du texte.Je pense qu'un poème néo-classique aurait mieux fait l'affaire. Ceci dit, l'ensemble est bien écrit et témoigne d'une bonne connaissance de notre langue avec, souvent, de très belles images poétiques.

Le fonds , quant à lui, ne manque pas d'originalité et est traité avec un certain humour souvent noir


Le tout laisse une bonne impression, hormis les petites remarques (mineures )concernant la prosodie. Donc un bon moment passé çà vous lire et à vous commenter.

   sympa   
9/7/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Désolé , je n'ai pas aimé votre poème
Certains mots sont trop durs : prison, mort, malheur, guerre...
Pour moi naissance rime avec bonheur, tendresse etc...
J'ai beaucoup de mal à accrocher.
Une autre fois peut être

   PIZZICATO   
9/7/2018
C'est une façon autant inhabituelle que surprenante d'appréhender cet évènement.
La seule remarque que je ferai, c'est que ce texte ne fait pas dans le convenu...

A vous lire une autre fois.

   papipoete   
9/7/2018
 a aimé ce texte 
Pas
bonsoir lazare
Un ado au milieu d'une colère coutumière gueulera << j'ai pas demandé à naître ! vous auriez dû y penser avant de me concevoir ! >>
Ce voyage au creux du ventre d'une mère, dont le héros ne veut pas, vaut pourtant d'être vécu, même si le chemin de 9 mois peut être chaotique pour celle qui attend la dernière étape, et donne la vie !
On ne sait pas ( heureusement ) quel sera le destin d'un bébé qui voit le jour, pousse, grandit ! son monde ne sera pas forcément celui où la haine est de mise et un jour viendra pour lui de concevoir un voyage de 9 mois avec sa mie !
Votre texte est noir, désespérément triste, et je ferme les yeux, songe à un bambin souriant, babillant et s'asseyant même près de papa sur un coin de son piano ...

   Eclaircie   
12/7/2018
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour Lazare,

Votre poème est assez touchant, mais un peu trop touchant de maladresses aussi.

La première phrase, un fois le poème lu, parait vraiment paradoxale ; vous être embarqué dans ce voyage et vous en témoignez.
Bien sûr, vous pouvez être porte parole du spermatozoïde révolté et contestataire...

Globalement je trouve ce poème assez orgueilleux et égocentrique, finalement, cet embryon d'embryon se prend déjà pour le centre de l'univers quand il n'est que poussière dans le cosmos.

Intéressant par ce qu'il est surprenant, finalement. Mais pour en revenir à la poésie, je me sens un peu lésée par ce poème, pas vraiment comblée.

Une autre fois, sans doute.
Éclaircie


PS le 12.07.2018
N'hésitez pas à ouvrir un sujet Lazare, je suis sûre que nous serons intéressés à discuter à son propos.

   Lazare   
11/7/2018
Modéré : commentaire de l'auteur sous son texte (si besoin, ouvrir un sujet dans "Discussion sur les récits").

   Coeurdeloup   
12/7/2018
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Désolé mais je n'ai pas "accroché" à ce "Voyage inconnu".

Pour moi, grossesse et naissance sont synonymes de bonheur et de vie. Ici, tout est noir… "prison", "mort", "guerre"... jusqu'au final "Et naître par pleurs,/Cela présage un malheur."


Oniris Copyright © 2007-2018