Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
LenineBosquet : Les temps modernes : "Tonnerre mécanique"
 Publié le 04/11/17  -  10 commentaires  -  856 caractères  -  140 lectures    Autres textes du même auteur

C'est du vécu.


Les temps modernes : "Tonnerre mécanique"



Fuyant les urbains bruits des bus et des voitures,
La pollution sonore et autre puanteur,
Croyant que le grand air serait son bienfaiteur,
Un citadin lambda migre vers les pâtures.

Surprise ! Au beau détour d'un chemin de verdure
Surgit une moto, un quad ou un tracteur ;
Le dimanche matin se vit tout en moteur
Au doux son des tronços débitant la nature.

La tondeuse thermique arrache à son sommeil
Le néo-rural pâle et frêle à son réveil
Qu'il pensait plein d'oiseaux, non point de quatre-quatre…

Mais, aujourd'hui, chez nous, la campagne est un cri
Noir de fer et d'acier. On paye ainsi le prix
D'une ivre mécanique – Ô cruelle marâtre !



______________________________________________
Ce texte a été publié avec un mot protégé par PTS.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
22/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien
contemporain
Le citadin fuyant le bruit de la rue, se réfugie à la campagne paisible, mais au matin point de coq ni bruit de cloches ; des quads, des tronçonneuses ! cruelle désillusion !
NB votre poème fait songer au film " nous irons tous au paradis ", et je serais tenté d'en rire, mais cette situation peut virer au cauchemar !
Votre récit est pourtant cocasse à l'image du 11e vers !
techniquement, je vois beaucoup trop d'inversions ( urbains bruits, au doux son )
Sinon, tourner ces mésaventures sous forme de sonnet me plaît bien !
( singuliers/pluriels , hiatus étant permis en néo-classique ) ne me semblent pas faire obstacle à la forme " néo-classique " .
papipoète

   Fowltus   
4/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
En substance, Jules Renard disait qu'il faudrait construire les villes à la campagne.
Bien écrit, votre poème m'a amusé.
'La tondeuse thermique arrache à son sommeil', c'est forcement du vécu, ainsi que le dimanche matin.
Pour autant je n'aime toujours pas la ville.
Merci.

   luciole   
4/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Ayant revu dernièrement "nous irons tous au paradis" j'ai pensé moi aussi à cette scène mythique dans laquelle on voit nos quatre amis jouer au tennis casque sur les oreilles...
Au premier vers " urbains bruits" n'est pas facile à dire. Pourquoi ne pas inverser ? Le poème est plaisant dans l'ensemble malgré un dernier vers sans grande surprise.
Vivant à la campagne, je peux faire le même constat. Il y a neuf fois sur dix un troupeau de quads à mes trousses quand je me décide pour une promenade.

   Hananke   
4/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

J'aime bien ce texte moulé pour les amoureux de la Nature.
Et oui, le débordement des villes atteint maintenant
la campagne la plus reculée. Il faut s'y faire quand on sait que
l'être humain se déplace avec ses ordures et ses problèmes.

J'aurais mis : fuyant les bruits urbains, l'inversion n'apporte rien.

Le néo-rural pâle et frêle me convient bien ainsi que les tronços.

   Ramana   
4/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Vivant à la campagne, je retrouve dans votre texte une part de vérité. Il faut s'éloigner des villes, mais aussi des villages pour goûter un air de "sous-préfet aux champs". Et il est vrai que les citadins ont quelquefois une vision fantasmée de la campagne.
Ce que je reprocherais à votre sonnet, c'est que vos vers ne se terminent que par des noms, alors qu'il est d'usage de diversifier autant que possible les noms - verbes - adjectifs, afin d'alléger le texte et de le rendre plus vivant. Et certaines phrases me paraissent maladroites comme :
"Qu'il pensait plein d'oiseaux, non point de quatre-quatre…"
Ou bien : "Noir de fer et d'acier" (le fer et l'acier, c'est "kif-kif bourricot !).

   Marie-Ange   
4/11/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Votre écrit m'a fait sourire, nul part point de répit.

Il faut aller dans des campagnes très profondes pour trouver le calme absolu, mais là surgit un autre problème, l'ennui ...

Votre sonnet est de bonne aloi, tout à fait bien mené, fluide,
rythmé, un très bon moment de lecture, de plus distrayant.

Mon enthousiasme est sans réserve, et je me suis plu
a vous lire et vous relire, c'est tellement savoureux.

   PIZZICATO   
4/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Difficile de trouver à notre époque un coin de campagne sans bruit.
Même l'Amazonie commence (?) à subir les affres de " l'ivre mécanique".
Un sonnet amusant mais hélas une réalité maussade.

   boutros   
10/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
GRand plaisir de lire ce poëme, moi qu vit ces jours au milieu d'une ville immense -- ça me console de ma campagne perdue!

   EricD   
17/11/2017
J'avoue que je suis un peu déçu par la chute de votre sonnet que j'aurais voulue plus éloquente, ou spirituelle, ou véritablement amusante ; déçu car tout ce qui précède est très justement observé, et pas mal évoqué. Nous en connaissons tous, de ces citadins idéalistes qui ont fantasmé une campagne qui n'existe pas : votre sonnet le dit avec exactitude.

   LenineBosquet   
18/11/2017


Oniris Copyright © 2007-2017