Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Louis : Barquerolle
 Publié le 05/11/17  -  13 commentaires  -  4664 caractères  -  109 lectures    Autres textes du même auteur

Un enfant joue.


Barquerolle



Ce ne fut pas un matin, rue de Folle, pas un petit soir des lucioles, juste un soir de minuscules rigoles, après la pluie, quand les terres vagues gondolent.
Son jeu, à Léo, jeune garçon à l'humeur marine, aux rêves de lointains, d'immensités sans fin, mers sans rives chagrines, ne fut pas frivole, son jeu, rue de Folle.
Joie de ces moments-là, quand les enfants jouent, après l'école.
Comme elle va, comme elle va, minuscule barquerolle, son départ vers le grand large, au bord du trottoir, rue de Folle.
Dans les marges des chemins tracés, des routes encombrées, va, va, barquerolle.
L'eau roulait dans les caniveaux, emportait la mince tillole.
Léo, l'esprit vif, la conçut, il construisit de ses mains le faible esquif.
Fut levée l'ancre, dans l'eau sombre et profonde de son âme troublée.
Majestueux bateau en bois de songes, sur l'eau, va, vogue, emporté par le courant, au vent d'Éole, au souffle né du bout de ses lèvres, au souffle vital de sa vie en soif d'idéal.
Comme elle va, minuscule barquerolle, va la vie, en cahots, soubresauts, rapides et lents voyages, vers le grand large, l'infini, vers les âges de la vie.
La rue déployait un grand planisphère. Dessinait des lacs, des montagnes, des fleuves et des rivières. Des vallées profondes, des pentes, des cascades, vers la mer au bout du monde, sans limites, à l'horizon de la rue mappemonde.
Léo, sur la coquille de noix, fragile, sa cargaison de rêves indociles, naviguait sur le grand fleuve.
Il irait jusqu'à l'océan. Sûr, il irait, poussé par le vent.
Course rapide sur le fleuve impétueux. Lenteur sur un lac tranquille. Une grande lagune. Flaques rougies d'un firmament de sang. Ses eaux sûrement inondent le cratère d'un volcan très ancien. Il gronde encore, sûrement, sûrement.
Sur les bords de l'étang où voguait la frêle barquerolle, les hauts talons de Carole martelaient le trottoir, Carole, la fille de joie aux lèvres purpurines. Un petit signe en passant, Carole aime les enfants. Elle aime les voyages et les ondes marines. Elle riait gaiement à voir les rêves flottant sur les eaux noires de passage au large des rives, de son trottoir gris, et sombre, et noir.
Encore, va, elle va, la minuscule barquerolle. Elle frôlera les baleines aux yeux de grands univers, les narvals géants, les licornes de mer ; elle accostera dans les îles roses sous les souffles alizéens, sera vaillante dans les tempêtes, évitera les icebergs blancs marmoréens, passera le cap aux souffles des zéphyrs, poussée par la vie dans son profond soupir.
Elle ira, et lui Léo, à son bord, capitaine d'un vaisseau enchanté de mille bises colorées au bleu ultramarin, capitaine des oiseaux grand marins.
Elle ira, et lui Léo, à son bord, où bâillent les ondines.
Accroupi près du lac, il donnait l'impulsion d'un nouvel élan, de ses doigts agiles, de ses doigts de vent. Au plus vite, lutiner les iguanes chanteurs, les caméléons farceurs, les cormorans plongeurs.
Et trouver les sages lueurs qui savent répondre aux questions muettes.
Va, caracole, minuscule barquerolle, le long des trottoirs gris et noirs, dans le fleuve impétueux du soir.
Tournoie, et spiralant parfois s'égare, s'affole, puis repart, vers son destin d'océan.
Lente, rapide, épouse la pente, descend vers le bas du monde, au niveau des mers. Les draps blancs suspendus aux fenêtres, aux balcons, des étages, des monts, donnent au vaisseau sa grande voile.
Voilier vogue sous les étoiles, route nacelle tangue sous le ciel.
"Petit bateau" : chante Adèle au bord des flots. "Petit navire qui n'avait ja-jamais navigué".
Léo avait des jambes, il courut tout au bord de l'eau. Ohé, ohé, au loin, la bouche dégoût, gueule de mort, boit l'eau du fleuve, dévore de ses crocs d'acier le rêve enchanté ; tombe du jour, où tombe la vie, tombe épave, chute dans les ténèbres horribles obscures.
Il courut ce soir, rue de Folle. Barquerolle caracole au risque de la nuit. S'approche, vive allure, de l'embouchure du néant gris. Diaphragme du rêve en respiration de nuit. Barquerolle fragile sur le flot du désir, des songes de la vie en grand. Proie vivante du néant, glisse sur la pente de l'épouvante.
Frêle coquille allait-elle disparaître, engloutie ?
Léo devança le temps. Il mit la main sur la nuit, il bâillonna la bouche noire.
Fit de sa poche un port d'attache. Demain, elle repartira, sûr, elle reprendra son chemin. Juste une escale dans le mouvement vers l'illimité du grand large.
Léo soulagé.
À son bord, le navire.
Dans la nuit, sous la grand-voile lactée, Léo tanguait.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Queribus   
22/10/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Il y a , dans le fonds de votre texte, une poésie certaine avec de belles images romantiques , voire surréalistes où chacun pourra imaginer ce que bon lui semble. L'écriture avec des phrases alignées les unes sous les autres, me semble plutôt déroutante (Je suis de la vieille école "classique" mais très ouvert à tous les courants)
En ce qui concerne la forme, le texte me semble bien trop long et difficilement abordable pour un lecteur moyen qui risque vite de décrocher avant la fin, dans une époque où tout va très(trop) vite. Seuls une poignée de connaisseurs pourront aller au bout (à mon humble avis).
Ce texte a dû vous demander un gros travail tout à votre honneur et mérite donc le respect.

Bien à vous.

   troupi   
5/11/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Beaucoup de poésie dans cette prose et un très beau jeu sur les sonorités et le rythme ce qui permet de faire passer la longueur avec une relative aisance. Pas une seule seconde je ne me suis ennuyé. De suspenses en rebondissements j'ai apprécié le jeu jusqu'au bout.
Cette métaphore de l'existence m'a parfois laissé entrevoir une fin dramatique comme toute vie en somme, mais non, le temps n'est pas venu et la poche port d’attache sauve barquerolle. Pour cette fois car demain ? Tout voyage est péril.
Si j'avais le talent de Louis pour les commentaires je pourrais écrire encore longtemps sur ce texte mais ce n'est pas le cas alors je vais terminer en disant bravo car ce poème est au-delà du travail qu'il a demandé un texte magnifique dont une seule lecture peut ne pas suffire pour en apprécier la teneur.

   papipoete   
5/11/2017
bonjour Louis,
Bien que ce texte ne manie pas la rime, il est particulièrement rythmé par des phrases si poétiques !
Le périple de cette barquerolle, affronte houle en tout genre et vagues d'émotions submersibles avec son capitaine-moussaillon Léo ;
NB je pense néanmoins que la longueur du récit peut dissuader le lecteur, de hisser la grand-voile pour ce voyage au long-cours .
Je laisse aux connaisseurs le soin de savourer vos lignes, et de vous flatter de commentaires avisés .

   PIZZICATO   
5/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La petite barqerolle (en papier ?) transporte tous les rêves de Léo et voyage le long des rigoles de la rue.
Ces rêves de Léo et ce voyage sombreront-t-ils dans la bouche d'égout, " dans les ténèbres horribles obscures " ? Non ! " Léo devança le temps. Il mit la main sur la nuit, il bâillonna la bouche noire."
" Fit de sa poche un port d'attache " fort belle image !

Amusant, le passage de la barquerolle près du '' tottoir" de " Carole " ...

Authentique poésie, en prose, qui nous fait voyager avec Léo et narguer le temps.

   Annesainger   
5/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai déjà lu ce texte il y a au moins sept ans ... Est-ce de vous ? car identique mot pour mot ...

   leni   
5/11/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonsoir Monsieur LOUIS
Ferre terminait son tour au VIeux Colombier en indiquant la sortie et il criait LA POESIE est dans la rue
Tu ne vas pas démentir
Un bateau de papier qui se met à l'abri dans une poche Un soir illuminé
par des lucioles
Un rêve expliqué aux adultes
J'ai déjà lu et relu et les nuances les finesses je les apprivoise mieux
Par respect mon Ami MONSIEUR LOUISje ne vais pas te citer
JE déguste comme je déguste un cognac sans âge
Merci pour tant de beauté LTNI

   silver   
6/11/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Louis

Que dire du ravissement éprouvé a suivre ce petit garcon tenant ferme son reve dans la folie ordinaire de cette rue, si ce n'est que je me suis surprise a espérer qu'en chacun de nous survive assez d'enfance pour, comme lui, devenir cette frele barquerolle, porteuse de reves indociles

Merci pour ce tres beau partage

   jfmoods   
6/11/2017
Une rue, une simple rue qui enfle jusqu'à figurer le monde (personnification : "La rue déployait un grand planisphère", métaphore : "l'horizon de la rue mappemonde").

Un ru, un simple ru qui, par l'élancement, épique, grandiose, d'une comptine ("Il était un petit navire"), enfle jusqu'à figurer un océan.

Demain est un nouveau jour. Chaque lendemain est un jour nouveau dont l'enfant, tel un démiurge, signe souverainement, allégoriquement, l'aube... et le crépuscule (allégorie : "Il mit sa main sur la nuit...").

Le poids fabuleux de cet imaginaire emporte tout, suivant les injonctions imprimées ça et là par le narrateur omniscient ("va", "va, vogue", "Va, caracole", "Ohé, ohé") et relayées par les mots-clés ("barcarolle", "rue de Folle") en une mélodie interne, distendue, dispersée, addictive.

Le grossissement démesuré de la perspective est porté avec force par le jeu des pluriels, des accumulations construites en un rythme ternaire ("en cahots, soubresauts, rapides et lents voyages", "des lacs, des montagnes, des fleuves et des rivières", "Des vallées profondes, des pentes, des cascades", "les baleines aux yeux de grands univers, les narvals géants, les licornes de mer"), éventuellement agrémentées de rimes internes ("les iguanes chanteurs, les caméléons farceurs, les cormorans plongeurs.").

Les anaphores ("Son jeu", "sûrement", "Elle ira, et lui Léo", "il irait"), la gradation ("de ses doigts agiles", de ses doigts de vent") et les hyperboles ("immensités sans fin", "mille bises") confortent l'effet boule de neige du propos.

Un festival de temps verbaux (imparfait, passé simple, présent, futur simple, conditionnel présent, impératif, plus-que-parfait), multiplie les angles d'attaque du texte, renforçant la féerie de l'évocation.

La variété des phrases, verbales, nominales, à l'occasion infinitives, entretient vive l'image de cette avancée incessante et magique.

Vers la fin du texte, le surgissement d'une phrase sans article dans les groupes nominaux sujets ("Voilier vogue sous les étoiles, route nacelle tangue sous le ciel."), d'une autre sans pronom personnel sujet ("Fit de sa poche un port d'attache."), accélère encore le rythme de cette épopée de l'enfance.

À la réflexion, ce voyage, qui semble nous parler des premières années de la vie, figure la traversée, par le poète, de l'espace d'écriture (métaphores : "bateau en bois de songes", "sa cargaison de rêves indociles", les ondines qui renvoient au "Gaspard de la nuit" d'Aloysius Bertrand).

Face à la finitude qui obsède notre condition (animalisations : "la bouche dégoût, gueule de mort, boit l'eau du fleuve, dévore de ses crocs d'acier le rêve enchanté", "proie vivante du néant", gradation hyperbolique : "tombe du jour, où tombe la vie, tombe épave, chute dans les ténèbres horribles obscures", métaphores : "l'embouchure du néant gris", "la pente de l'épouvante"), la poésie offre, à celui qui s'y livre à corps perdu, une immense respiration salvatrice ("Léo devança le temps", "il bâillonna la bouche d'ombre").

Merci pour ce partage !

   hersen   
6/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Que dire de plus n'ayant déjà été dit ?

Le thème de l'enfant qui découvre des possibilités au travers de ses rêves, d'un caniveau débordant après la pluie et d'une feuille de papier.

Et on transpose, bien sûr, à notre propre vie. Peut-être est-ce davantage lié à l'écriture, je le perçois un peu, mais j'aime à croire que chacun peut y lire sa propre vie, ses rêves, ses efforts pour y parvenir et surtout, son talent à faire de sa vie ce bateau fou, emporté.

J'aime particulièrement l'idée que l'enfant crée lui-même son propre bateau (en bois de songes...) tout comme nous devons créer notre propre univers imaginaire.

Un grand merci, Louis, pour cet univers dont on sait maintenant qu'on peut le garder au fond de sa poche, pour demain...

hersen

   kreivi   
6/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Ce voyage de l'ordinaire à l'infini est superbe. La mise en forme est personnelle.
Une seule chose m'a dérangé, Carole, pourquoi "fille de joie" expression assez éculée qui n’ajoute rien
MErci pour cette lecture.

   aldenor   
6/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Barcarolle pour une barquerolle. La première phrase s’achève habilement sur « gondolent », pour confirmer ce rapprochement.
On a l’impression tout au long du poème que vos doigts effleurent les touches du clavier. Des phrases tronquées, sautillantes. Des bribes, des retours « pas frivole, son jeu, rue de Folle ». Des jaillissements pudiques. Vous écrivez comme on joue du piano.
Le fond est poétique aussi ; cette barquerolle prend les dimensions de la vie, du monde et même du merveilleux :
« Elle frôlera les baleines aux yeux de grands univers, les narvals géants, les licornes de mer ; elle accostera dans les îles roses sous les souffles alizéens, sera vaillante dans les tempêtes, évitera les icebergs blancs marmoréens, passera le cap aux souffles des zéphyrs, poussée par la vie dans son profond soupir. »

Je pense dans votre style d’écriture à Thérèse Aouad Basbous, poétesse libanaise. Voici un bref passage extrait de ses « Temps interdits »
« Oh ! Non ! Pas de chapeau. Même si la tête. Petit à petit s’échauffait. Il ne fallait pas. Surtout pas s’habituer à trop se protéger de ce soleil levant qui nous accompagnait attentivement là-haut. Chassant toute brume. Toute cette soyeuse doublure du ciel. A l’aube. A Bahersaf. »

   emilia   
7/11/2017
Un réel plaisir que de retrouver votre style si particulier qui joue avec les mots et le rythme de la langue pour entraîner le lecteur à travers un labyrinthe dans lequel s’enroule en spirale la pensée du narrateur sur les traces de l’enfance, accompagnées des ritournelles inoubliables qui guident les pas et hantent les songes, sur une forme de « bateau ivre » version enfant à « l’âme troublée » par le flot du désir ; ce rêve d’évasion maritime à travers les délires de l’imaginaire en lien avec la rue de Folle et son univers évoquant tout un planisphère sur une musique entraînante : « barquerolle qui caracole » pour un hymne à la joie vers cet « ailleurs » toujours à conquérir, quels que soient les âges de la vie, comme une allégorie de l’aventure poétique portée par l’écho des rimes internes et des assonances, dans « un souffle vital et une soif d’idéal » pour ce petit Léo, « capitaine des oiseaux / sur son vaisseau enchanté », son « bateau majestueux », mais fragile, qui balance et qui tangue en voguant sur « le fleuve impétueux » de la vie, sur un andantino allegro qui va de l’avant en déroulant le temps, passé, présent, futur et même conditionnel exprimant la force du désir du verbe « aller », souligné par l’anaphore « elle va/elle ira/…il irait… » et cette gradation vers un dénouement déterminé, un « destin d’océan » espéré, « sûrement »…face à la menace du néant… ; un grand merci à vous pour ce partage…

   Asrya   
13/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Ah... ça me fait vraiment plaisir de lire un texte "frais" de Louis.
Quand bien même ce texte est ancien, je le découvre, et c'est toujours un plaisir d'être confronté à votre plume.

Vous maniez les mots avec un art personnel qui a le don de me charmer.
Du coup... je pensais que mon commentaire allait manquer d'impartialité (puisque je procède habituellement en espace lecture) mais je m'attendais à avoir moins de réserves.

Je vais y aller petit à petit, du début jusqu'à la fin, en essayant de cerner ce qui m'a plu, ce qui me laisse un peu de côté.

Les sonorités sont votre terrain de jeu, ce n'est pas nouveau, vous les modelez à foison, sans modération et pour un début de texte, j'avoue que ces successions de "ole" au début ne m'ont pas rendu la lecture très mélodieuse. Seule le "rue de Folle" me paraît vraiment amener un quelque chose de poétique.
La barquerolle est une belle image, un mot alléchant qui est fleuri d'un vocabulaire diversifié allant de "l'esquif", "la tillole", "bateau" ; le tout en quelques mots sans que ce soit trop.
Ce qui est plaisant dans ce champ lexical, c'est que dans la suite de l'histoire, vous n'insistez plus que sur "barquerolle" ; je pense que vous avez bien fait.
On sent la force, l'envie, la liberté qu'offre ce navire à Léo ; cette "soif d'idéal", son imaginaire qui transgresse les barrières du réel et qui, d'un caniveau laisse place aux rivières, aux mers, aux océans ; à un capitaine sur une coquille de noix prêt à vivre de grandes épopées, petit à petit, vers l'infini et les âges de la vie.
Un parallèle s'exprime entre le voyage de la barquerolle et la vie de chacun. Cette dernière est faite de petites aventures, combien de caniveaux devons-nous traverser pour atteindre le grand large ?
Le monde est partout, sur un trottoir, dans un creux, un pavé qui manque, une bouche d'égout ; tout peut devenir aventure, obstacle, et si l'on est sûr de sa direction, on y ira, poussé par le vent.
Et l'imagination de Léo déborde, tout devient périple à l'image du "sang" qui rougit la flaque et le lac de la barquerolle ; mais non, c'est un volcan.
Les répétitions "sûrement" "sûrement" nous projettent dans la tête de Léo, lui qui est en pleine ébullition et qui doit trouver une raison rationnelle et épique à ce que subit la barquerolle. Ce "sûrement" "sûrement" - simple répétition- ancre dans le personnage et donne envie qu'on s'y fonde, que l'on vive ses émotions.
Au détour de la barquerolle, le monde s'étire et s'étiole à l'image de Carole et ses talons. Elle ondule sur le trottoir, et apprécie la lumière de Léo et de sa barquerolle, un instant simple et innocent qui l'éloigne de la noirceur de son travail. Une belle façon de confronter la réalité à l'imaginaire de l'enfant, lui qui n'a pas conscience de la raison de ses talons. C'est beau. Mais, à mon sens, ce n'est pas suffisamment flagrant. On ne sent pas, à première lecture, cette profondeur qui se dégage de votre écrit. Je pense qu'il faudrait que cela surgisse, prenne les yeux du lecteur, les inonde, les interroge et les laisse, pantois, retourner à la barquerolle.
La barquerolle qui revit des épopées en tout genre que Léo invente et attise à la lueur de la rue ; à la vue du monde qui l'émerveille dans ce caniveau avec sa barquerolle qui file au côté des baleines vers son océan infini.
Tous les détails de la rue sont bons à prendre et étoffent la voyage de la barquerolle "les draps suspendus aux fenêtres" ; voiles tendues au vent.
Et l'instant tragique surgit : la bouche d'égout, gueule de nuit ; qui avale la rivière et rompt le rêve d'océan de la barquerolle. Comment faire ?
Il récupère la coquille aux dépends de la nuit (terme répété 3 fois en 5 lignes ; c'est très marqué, et... connoté. Doit-on faire un lien avec la nuit dans le monde réel ? Le monde serait-il plus amer, plus dangereux la nuit ? Peut-être que ces répétitions sont trop appuyées et qu'en délester une diminuerait cet effet).
Mais qu'importe la bouche noire, barquerolle séjourne dans la poche de Léo et demain elle retrouvera l'Océan ; où son chemin en tout cas.
Tout comme lui le retrouve, "en tanguant", la "nuit", sous la "grand-voile lactée" qui l'emmène petit à petit sur le fil de sa vie (vers son Océan à lui)

Évidemment... on ne peut qu'être réceptif au message, beau, que vous nous livrez avec barquerolle. Une épopée pleine de nostalgie, d'insouciance, de tendresse, d'imaginaire : d'enfance. Comment ne pas se rappeler les aventures inventées, par ci, par là ; seul ou à plusieurs, qu'est entrain de vivre Léo avec son bateau.
Ce qui m'a laissé un peu plus de côté concerne le rythme de votre écrit.
Je suis un grand adepte de vos sonorités (hormis le tout début) et ai vraiment apprécié le passage avec "nuit", "gris", "désir", "vie", "grand", "néant" "pente" "épouvante" que je trouve formidablement chantant ; mais dans l'ensemble, je trouve votre texte vraiment très saccadé (et pourtant... j'aime, ô que j'aime les énumérations bien léchées).
La lecture est belle car sonore et généreuse ; mais elle aurait pu être plus évidente et plus habile dans le rythme (il ne s'agit évidemment que de mon avis...)

Un autre point qui m'a un peu fait grincer, qui concerne la profondeur de votre écrit, qui ne saute pas aux yeux suffisamment à mon sens et qui mériteraient probablement plus d'arrêt, plus d'escale, plus de Carole sur son trottoir noir ; ou de Léo qui tangue à l'image de son voilier.

Votre poésie est toujours riche et pleine de sensibilité.
Votre plume est d'une vertu folle qu'on ne peut qu'admirer.
N'arrêtez jamais.

Un grand merci pour votre écrit,
Des rêves éveillés si doux à partager,
Au plaisir de vous lire à nouveau,
Asrya.


Oniris Copyright © 2007-2017