Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Marite : Sangs mêlés
 Publié le 14/06/17  -  10 commentaires  -  1071 caractères  -  195 lectures    Autres textes du même auteur

Inspiré par les difficultés d’adaptation de certains enfants, séparés de leur père africain et ayant grandi avec leur mère européenne, en France. Souvent, à l’adolescence ils éprouvent un besoin instinctif de se rapprocher de l’Afrique mais ils ont des difficultés à se dévêtir de l'attitude de condescendance avec laquelle ils ont été formatés depuis leurs premiers pas à l'école.


Sangs mêlés



Qui es-tu ?
Que sais-tu ?
Que crois-tu ?
Toi
Qui viens de l’Occident.

Si tu veux être enfant d’Afrique
Alors prépare-toi
Car pour te faire sien
Cette Terre te malmènera, te meurtrira, te façonnera
Et
Ce n’est que sorti de ses mains créatrices
Comme l’argile sort des mains du potier
Que tu deviendras
Toi

Par le corps, par le sang, par l’esprit,
Tu entendras son rythme
Tu percevras son souffle
Tu toucheras son âme

Marqué par elle à jamais
L’univers s’ouvrira devant toi
La paix envahira ton cœur
L’espoir illuminera ta vie

Joie, détresse
Harmonie, cacophonie
Douceur, violence
Tu trouveras tout cela ici
Condensé dans le tourbillon de la vie

Si tu es fort tu vivras
Si tu en acceptes le prix
Tu aimeras

À toi de vouloir
À toi de savoir
À toi de vivre l’Afrique

Vois, entends, comprends
Et surtout
Aime

Toi,
Qui viens de l’Occident.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Donaldo75   
4/6/2017
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↓
(Lu et commenté en EL)

Bonjour,

Quand j'ai lu ce poème, j'ai cru à une forme d'incantation longue et bavarde venue d'une secte religieuse. Le vocabulaire et les images employés renforcent ce sentiment:
"Ce n’est que sorti de ses mains créatrices
Comme l’argile sort des mains du potier
Que tu deviendras
Toi"

Et ça continue, dans le registre incantatoire:
"Marqué par elle à jamais
L’univers s’ouvrira devant toi
La paix envahira ton cœur
L’espoir illuminera ta vie"

Je ne vais pas continuer à lister les exemples, tellement il y en a, ainsi que les appels dignes d'un sergent recruteur de l'Église des 100 illuminations.

Est-ce de la poésie ? Je suppose, inspirée par une croyance forte, démarrée dès les premiers vers, avec les inénarrables:
"Qui es-tu ?
Que sais-tu ?
Que crois-tu ?
Toi
Qui vient de l’Occident."

Le problème, c'est que ce n'est même pas marrant, ou incarné, ou enflammé, juste racoleur.

Donaldo

   Anonyme   
14/6/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce joli poème me fait penser au récit d'Alain Mabanckou "Lumières de Pointe-Noire" dans lequel il raconte son retour au Congo après plus de 20 ans d'absence.

Il ne venait pas à proprement parler d'occident puisque né là-bas mais bien entendu le temps passé loin de ce pays a contribué comme ici à lui donner un regard distancié sur l'Afrique.

C'est un thème que je n'ai jamais vu traité en poésie et ça mérite vraiment d'être lu comme tel!

Merci pour ce partage.

   papipoete   
14/6/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour Marité,
Toi qui te dis africain, bien que né en Occident, si tu veux vivre en tant que tel, il va te falloir devenir africain, vivre l''Afrique ...
NB je reste dubitatif devant la morale du texte, car africain et vouloir vivre en occident semble si facile ( matériellement ) quand l'inverse doit être si rare ! Il y a plusieurs " afriques ", celle des noirs où la vie est si dure, et celle " du Cap " sans l'apartheid et ses spots de surf .
Mais votre poème est plein de bons sentiments auxquels il semblerait d'écrire à ce petit noir " il suffirait de presque rien ... "

   PIZZICATO   
14/6/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Déjà, cette remarque dans l'exergue m'a gêné :
'' Attitude de condescendance avec laquelle ils ont été formatés ''
Je trouve ces termes un peu excessifs.
Pour moi, l'enfant à l'école est éduqué en regard des principes et de la culture du pays ou il vit.

Alors qu'ensuite on peut lire : '' Si tu veux être enfant d'Afrique …..
cette terre te malmènera te meurtrira, te façonnera ''. Où se trouve la différence entre "formaté et façonné "?

Et puis, faut il qu'un enfant '' sang mêlé '' choisisse absolûment L'UN ou L'AUTRE pays ? Ne peut-il pas, au contraire, simprégner de L'UNE et L'AUTRE culture, celle de ses deux parents ?

Il me semble que ce texte est plus le panégyrique de l'Afrique que l'analyse du destin d'un ''sang mêlé .

Désolé, Marité, pour cette fois je n'ai pas aimé la façon de traiter le sujet

   Pouet   
14/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

Un fait indéniable: la colonisation n'est pas le thème de prédilection des manuels d'Histoire de France. Je n'ai aucun souvenir d'avoir étudié cela à l'école personnellement. Peut-être que cela change un peu, doucement alors.

La"condescendance", le "paternalisme" ou une pseudo "commisération bienveillante" de l'occident (citoyens ou Etat) vis à vis de l'Afrique et des africains sont loin d'être une vue de l'esprit.

Le cas particulier qui est évoqué ici, je crois ne l'avoir jamais rencontré, que ce soit dans mon environnement personnel où dans les écoles dans lesquelles j'ai travaillé et travaille encore.

J'ai dans la classe où j'exerce actuellement un enfant né au Cameroun et arrivé en France à l'âge de trois ans. Un enfant souffrant de troubles de la personnalité, donc pas forcément représentatif, mais qui dit très souvent qu'il est africain et qu'il est "lyonnais". Ce n'est pas le même cas car sa mère est camerounaise et son père aussi (resté en Afrique).

Bref je suppose que le sentiment de "déracinement" même si ce terme est très galvaudé doit être assez pesant dans la situation exposée ici.

Le texte, assez incantatoire, exprime un cri. Je ne me sens pas en mesure d'exprimer une opinion sur le fond, je pense toutefois que chaque cas est particulier et qu'il semble compliqué de généraliser, de proposer une "méthode" à chaque enfant dans ce cas pour que le bien-être puisse s'esquisser.

Je trouve ce texte personnel courageux. Le thème est difficile et traité avec engagement et sans concession. J'apprécie cela.

PS; réflexion tordue concernant Sangs Mêlés, cela donne "s’emmêler", s'emmêler dans sa vie, son Histoire, ses pensées. Mais je n'aime pas trop cette expression, Sangs Mêlés, car il est rouge pour tout le monde et nous avons tous du Sang Mêlé, occidentaux ou africains.

   Marite   
15/6/2017

   belaid63   
19/6/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Marite,
un texte humainement fort, avec un va et viens intéressant entre un toi authentique à construire et un toi décalé bien réel. j'aime cette invitation au dénuement, à l'abandon de la tenue occidentale (plutôt nordique dans le cas de l’Afrique). j'ai aimé en particulier:
Si tu es fort tu vivras
Si tu en acceptes le prix
Tu aimeras

   Gouelan   
17/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Marite,

J'ai aimé ce ton volontairement provocateur :
Qui es-tu ... Toi ?

Il faut du temps pour se façonner à l'image de ce pays, de ces hommes.
On ressent dans votre poème toute la force qui émane de continent.
Son rythme, son souffle, son âme.
Il faut la mériter, la comprendre, la vivre. S'emmêler à cette terre.
Une belle réflexion.

   Cat   
20/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Marite,

Après avoir lu l’incipit, il est facile de m’imaginer enfant sangs mêlés d’Occident et d’Afrique, n’ayant vécu qu’en Occident, rêver d’Afrique.

Facile d’imaginer les difficultés pour cet enfant qui veut renouer avec une partie de ses racines.

Seul le mot ‘’racines’’ lui appartient. Tout le reste n’est qu’un vaste champs d’inconnu qu’il lui faut apprendre à découvrir, à ressentir, pour vraiment s’approprier ses racines.

J’ai lu ce poème ainsi et me suis immiscée pas à pas dans des traditions à mille lieues de la mienne pour me l’accaparer, comme aurait pu le faire l’enfant parti en quête d’une partie de ses origines.

Par le style choisi, incantatoire, je trouve que ce poème colle parfaitement aux traditions africaines, du moins à l’idée que je m’en fais, qui passent davantage par les choses de l’esprit.

Il faut réapprendre à penser autrement pour apprécier la justesse du ton. Ce qui n’est pas chose aisée pour quelqu’un imprégné d’Occident jusqu’à la moelle.

Bravo et merci, pour ce partage.

Cat

   solo974   
10/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Marite,

J'aime ce texte libre, qui évoque très bien selon moi la question de l'intégration en Afrique (la majuscule sur le mot Terre, comme elle m'a touchée !).
Ce qui m'a plu plus particulièrement, ce sont les changements de rythme (Toi, Et) et la façon dont la fin du poème renvoie de façon très naturelle à son début. Les oxymores (joie/détresse, harmonie/cacophonie, douceur/violence) illustrent par ailleurs très bien le titre.
Juste un petit bémol sur l'expression "le tourbillon de la vie", devenue un peu "banale" depuis le succès de la chanson à laquelle elle fait référence...
Au plaisir,
Solo974


Oniris Copyright © 2007-2017