Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Marquisard : Contrebasse lunaire
 Publié le 29/06/09  -  14 commentaires  -  335 caractères  -  404 lectures    Autres textes du même auteur

Indiscrétion III


Contrebasse lunaire



Moquons ensemble la staticité sans noirceur, ô mon luminaire.
Que la musique s'éteigne
Au soleil de tes nuits


.

.

.



inondant
de nattes
de crème
écho dans la rue sans couleur
Contre-classe comme les flottements d'un voile


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
29/6/2009
Ah bon?

Voilà ma question après 5 lectures. Bizarre, bizarre...

   Marite   
29/6/2009
Désolée, je ne comprends pas du tout.

   FIACRE   
29/6/2009
Ah, cette " contrebasse " n'en finit pas d'éreinter son archet !
Je suis.

   Anonyme   
29/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je trouve assez poilant (est-ce voulu?), le "ô mon luminaire"... Hi hi hi. Sinon, je suppose que cela se veut "expérimental". Moi je suis pour le risque... Alors pourquoi ce "au soleil de tes nuits", assez plat, assez connu voire ressassé, assez... Bref. J'aime pas trop non plus "les flottements d'un voile" pour les mêmes raisons. Un zest de Lapalisse en plus.
Le reste, j'aime bien.
Evidemment, c'est un poil court...
Force et inspiration!

   xuanvincent   
29/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Excepté l'originalité du dessin, de ce calligramme, ce poème ne m'a pas vraiment touchée (les images ne m'ont pas trop plu, et le "ô mon luminaire" m'a paru, dans ce contexte de ce poème, un peu (trop) grandiloquent).

Je suis cependant sensible à la recherche, sur le plan de la forme.

D'autre lecteurs apprécieront peut-être davantage ce texte.

PS : Le dessin, le calligramme, ne m'a pas évoqué les formes pleines d'une contrebasse (mais plutôt davantage celles d'une lampe de chevet). Le choix du titre, qui m'a intriguée, irait alors davantage peut-être avec cette expression : "contre-classe" ?

   LeopoldPartisan   
30/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
instantané un peu flou pris par un polaroïd où le flash a bizarement fonctionné. Comme Notrac, j'aime la prise de risque, mais toujours à cause du flash et du bruit des points de suspension, je n'y vois pas grand chose.

   Anonyme   
30/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je n'arrive pas à cerner le propos ici.
Un certain rapport musique/lumière plus évident dans la première strophe et qui semblerait justifier le titre.

Le luminaire évoquerait-il la contrebasse. Cela me parait curieux, mais envisageable.

Les points me font penser à un égrènement (de notes ? de points de lumière ?)

Confus tout de même malgré une présentation aérienne.
(D'ailleurs, pourquoi pas vers libres ?)

   Anonyme   
30/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Moquons ensemble la staticité sans noirceur,
=> j'aime assez cette première moitié de vers... la staticité sans noirceur... mais le sens m'échappe... je sais pas ça me semble assez contradictoire avec la suite :

ô mon luminaire.
=> qui avouons le n'est pas très heureux... j'ai cherché,il semblerait que dans un sens plus trivial luminaire définissait aussi la vue... parce que sinon j'ai aussi : Terme d'astrologie. Les luminaires du temps, le soleil pour ceux qui sont nés le jour, et la lune pour ceux qui sont nés la nuit.
Et ça collerait...


Que la musique s'éteigne
Au soleil de tes nuits
=> je trouve ça un peu convenu, facile et puis en même temps on reste dans les oppositions...

inondant
de nattes
de crème
écho dans la rue sans couleur
Contre-classe comme les flottements d'un voile
=> ici j'aime surtout la forme. Le reste ne me parle pas trop.

En gros, comme ton précédent je trouve que tu as bien essayé mais que tu as survollé un peu facilement...
à suivre donc!

   Marquisard   
1/7/2009

   Anonyme   
1/7/2009
Surprenante poésie, je m'abstiendrai de noter, je serais bien en mal de le faire. Comment dire ? Non pas que j'apprécie ou pas, non, ça me surprend ! :)

   Anonyme   
15/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Etonnant....Vraiment étonnant. Mais que dire?

Edit

Je viens de lire l'explication de texte, c'est beaucoup plus clair maintenant, mais c'est drôle comme on peut imaginer tout et n'importe quoi quand on est lecteur....

A vrai dire la démarche me plait!

   Anonyme   
22/9/2009
J'ai lu les trois premiers vers, et je me suis dit : chouette, je comprends.
Et puis j'ai lu la seconde partie, et là ... paumée l'Elleonore !!!

... Bon il paraît qu'il y a une explication de texte pour les gens comme moi, j'y vais. ;)

Edit :
Bon ça va un peu mieux ... Quoique ! :-)

   Pascale   
23/10/2009
Je n'aime pas les diseurs de "mieux"
Alors ce que j'écris est juste un ressenti
Etonnant, détonnant
Tes mots sont jolis et froids
Ils évoquent ...

   Anonyme   
17/7/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Ce qui fait que l'on peut porter de l'intérêt à vos écrits,
c'est leur côté plus qu'"hermétique", mais aussi original,
à chaque fois, nous voilà face à une forme qui accentue la
difficulté de vous comprendre, ne serait-ce qu'un petit peu.

Là, encore et plus que jamais je suis perplexe.
C'est très décalé comme texte.

Petit reproche, c'est quand même un peu trop court.

Vous avez attisé et attiré ma curiosité, c'est déjà pas mal...


Oniris Copyright © 2007-2022