Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Mey : L’indécis condamné
 Publié le 20/04/19  -  7 commentaires  -  1815 caractères  -  110 lectures    Autres textes du même auteur


L’indécis condamné



En ces temps tourmentés
où posséder pour soi
quelques arpents de terre
nécessitait souvent
de partir à la guerre,
un seigneur victorieux,
le visage radieux,
contemplait satisfait
les vestiges brûlants
d’une ancienne cité.

Une demi-douzaine
de soldats prisonniers,
surpris dans la bataille
à ne pas guerroyer
mais à faire ripaille
au fond d’une taverne,
attendait la sanction
du maître de maison :

« L’un des six condamnés
sera exécuté,
car il faut en effet
bien marquer les esprits
et connaître le prix
que chacun doit payer.
Le reste m’est égal.
Choisissez entre vous
celui qui au final
présentera son cou… »

Parmi les condamnés
se trouvait un manant
nullement engagé
dans les faits reprochés.
Un innocent qui passe
et que le sort hélas
associe au forfait.

Souvent sans demander,
il aimait à donner
un avis mesuré,
soucieux d’égalité :

« Nous devrions peut-être
ne pas nous prononcer,
ou encore refuser
de nous prêter au jeu
d’un vote désastreux.
Il se pourrait ainsi
qu’en restant indécis,
aucun choix ne permette
de risquer notre tête.
Et si tel est le cas
nous pourrions tous alors
échapper à la mort.
Que pensez-vous de ça ? »

Le sourire aux oreilles
et sans hésitation,
nos cinq compagnons
condamnèrent au sommeil,
ce malheureux garçon
pour son indécision…

Moralité

Force est de constater
que lorsque l’innocence
s’éprend d’égalité,
c’est bien sur la potence
que l’affaire est réglée.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
27/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien
...Et la fable est bouclée !

En termes simples cette petite histoire est plaisante.

La moralité mériterait une soirée de débat, mais on peut aussi d'en passer !

   BlaseSaintLuc   
4/4/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Tout cela pour une morale bien moralisante, complice ou pas ? Voulant sauver les siens, il en est donc ? Ne rien dire alors pour ne pas se perdre ? Dénoncer un autre après tout ?
Mais quoi, c'est le fond que l'on juge ou la forme ?
Le fond est discutable et la forme ne me siéd point .
Mélanger un manant à des couards, comme si la différence ne se voyait pas ?
Payer si cher son bout de pain, la petite histoire ne tiens pas ... La corde.

   papipoete   
20/4/2019
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Mey
" L'affaire est grave messieurs ! il va falloir choisir une tête à couper ! Et si l'on ne choisissait personne ? "
Les 5 autres " courageux "ne pouvaient rêver meilleure aubaine !
C'est sui qui dit qui yait !
Le silence est d'or, et peut parfois rapporter gros et l'occurence fonctionne !
Les 5 gentilhommes purent déclarer " nous, on n'a rien dit ! "
" condamnèrent au sommeil " pourrait adoucir la sentence, mais ici ce terme me parait inadapté, parlant du gibet où l'on dore cuit au soleil, plus qu'on ne dort paisiblement ?

   Vincente   
20/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Une fable pour une morale bien pesée.
La finesse du jugement pourtant dépend et gagne en qualité par le double sens que l'on doit entendre dans le terme "innocence". D'une part celui qui signifie la non culpabilité et d'autre part, celui qui sous-entend la candeur. Le second vient paradoxalement renforcer et complexifier le premier.
J'ai trouvé très intéressant de soulever l'effet pervers d'une bonne volonté sans cynisme, avec un gentil qui ne manigance pas, le développement m'est apparu très bien mené dans cette perspective.

   senglar   
20/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Mey,


Je pense que je ne vous surprendrai pas en disant que votre fable me fait penser aux "animaux malades de la peste" de notre bon Jean de la Fontaine où l'âne, cousin de votre manant, avoua avoir tondu d'un pré la largeur de sa langue (alors qu'il aurait très bien pu se taire), faute vénielle au regard des fautes du tigre, de l'ours et autres puissants et moins puissants dont le le loup et le renard. On cria donc Haro sur le baudet qui fut sacrifié au sauvetage commun. Ici il ne s'agit pas de jugement de Cour mais de condamnation de courette. Le résultat en est cependant bien le même.

Consternant de réalisme et comme cela est bien énoncé.

Morale : Ne soyons pas sentencieux ni raisonneur. A la fin c'est toujours le puissant qui gagne et vivent ses affidés qui, au final, lui ressemblent.

Belle leçon pour qui oublie de tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de ... Ceci dit Socrate aussi dut boire la ciguë.

Virtuose juste ce qu'il faut :)


senglar

   Donaldo75   
20/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Mey,

J'ai beaucoup aimé cette fable que j'ai trouvée bien rythmée, bien tournée, et surtout carrément d'actualité.

"Le sourire aux oreilles
et sans hésitation,
nos cinq compagnons
condamnèrent au sommeil,
ce malheureux garçon
pour son indécision… "

Excellente fin !

Bravo !
Merci pour la tranche de rigolade.

Donaldo

   Anonyme   
20/4/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai trouvé que ce texte se serait peut-être passé de sa moralité.
Non pas que je conteste sa teneur, mais j'aurais bien vu finir sur cette strophe " Le sourire aux oreilles
et sans hésitation,
nos cinq compagnons
condamnèrent au sommeil,
ce malheureux garçon
pour son indécision… "

Cela entraînait un questionnement intéressant sur le sens de cette fable.


Oniris Copyright © 2007-2020