Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
MioModus : Petite fée
 Publié le 18/05/18  -  4 commentaires  -  901 caractères  -  164 lectures    Autres textes du même auteur

Tu n'as de compte qu'à rendre au vent, qui n'en rend à personne...


Petite fée



Un regard illumine intensément le lointain
La passion et son fil de rien pour voir l’étoile
Le temps passe et la lune s’éteint en vain
Petite fée divinise les pensées au vent du voile

La nébuleuse souffle le tour à la cohorte des anges
Dans cette poussière, l’émerveillement d’une vie orbitale
Les rires, les sourires avec les yeux et cette soif d’échanges
Le parfum de l’aventure s’ouvre sur une version instrumentale

Les paroles s’envolent dans l’écrit du destin
À chacun son chapitre sur le verset de ses peines
L’émotion chavire dans l’enlacement du matin
La destinée ondule sur le devant des scènes

L’amour d’un siècle, arôme du passé dans le présent
À chaque geste une évidence et de superbes connivences
Sur le socle du haut de la vie le ciel dément
Juste encore un bout de nuit en transparence.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   BlaseSaintLuc   
19/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'avais lu cette poésie sans vouloir faire de commentaires, car je n'en avais pas saisi toute la beauté, ni tout le sens. puis fait une première appréciation en notant " je n'aime pas"
Je l'ai reprise pensant ne pas lire jusqu'au bout mais par magie, je me suis laissé prendre et emporté, comme quoi laissé reposé et revenir sans même y penser peut être salutaire (parfois) .

   PIZZICATO   
18/5/2018
Je n'ai pas réussi à saisir ne serait-ce qu'une esquisse d'idée sur le fond de ce texte trop hermétique - pour moi -.

A vous lire une prochaine fois.

   Quidonc   
18/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien
C'est vrai que c'est particulièrement nébuleux et j'avoue m'être perdu a la lecture de ces vers. Et puis, inspiré par l'incipit j'ai mélangé les vers et j'ai repris la lecture en groupant les premiers vers de chaque quatrains, suivit d'un quatrain composé des 2eme vers etc....

Voici ce que ça donne

Un regard illumine intensément le lointain
La nébuleuse souffle le tour à la cohorte des anges
Les paroles s’envolent dans l’écrit du destin
L’amour d’un siècle, arôme du passé dans le présent

La passion et son fil de rien pour voir l’étoile
Dans cette poussière, l’émerveillement d’une vie orbitale
À chacun son chapitre sur le verset de ses peines
À chaque geste une évidence et de superbes connivences

Le temps passe et la lune s’éteint en vain
Les rires, les sourires avec les yeux et cette soif d’échanges
L’émotion chavire dans l’enlacement du matin
Sur le socle du haut de la vie le ciel dément

Petite fée divinise les pensées au vent du voile
Le parfum de l’aventure s’ouvre sur une version instrumentale
La destinée ondule sur le devant des scènes
Juste encore un bout de nuit en transparence.

Sans vouloir trahir l'intention de l'auteur, j'y ai vu un peu plus de lumière. Une vie d'homme, une vie de poète que la muse taquine et se perd dans une nostalgie romantique.

Bon, d'accord c'est tordu comme cheminement, mais j'ai eu plaisir à "torturer" ma lecture puisque nous n'avons de compte à rendre qu'au vent.

Merci

   Lulu   
19/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour MioModus,

Tout d'abord, j'ai bien aimé les mots de présentation. Ils m'ont donné envie de lire le texte.

Si j'ai eu un peu de mal à entrer dans le poème, la première fois que je l'ai lu, je ne suis pas mécontente d'y être revenue...

J'ai l'impression que vos vers ont chacun une telle intensité, qu'il faut s'arrêter à chacun d'eux pour saisir leur portée. Pour moi, ils sonnent presque tous comme une maxime. Ils ont donc tous quelque chose à dire. Il n'y a guère que les deux premières strophes qui se détachent un peu pour nous présenter ce qui se trame au bout des yeux.

Ensuite, on entre dans des considération sur "Les paroles", puis sur "L'amour", d'où cette impression de maximes, renforcées par l'emploi du présent.

Ainsi, pour apprécier votre poème faut-il prendre son temps, se poser entre les lignes de chaque réflexion.

J'ai bien aimé ces vers-ci : "Dans cette poussière, l'émerveillement d'une vie orbitale / Les rires, les sourires avec les yeux et cette soif d'échanges"

J'ai un peu moins aimé l'expression "version instrumentale", ne l'ayant d'ailleurs pas très bien comprise.

Quant aux deux derniers quatrains, ils sont ceux que je préfère. Si je les trouve moins poétiques, ils portent en eux une manière d'être au monde que j'aime bien...

Mes encouragements.


Oniris Copyright © 2007-2018