Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
MissNeko : Enchantement
 Publié le 02/12/16  -  19 commentaires  -  1594 caractères  -  199 lectures    Autres textes du même auteur

Quand la poésie rencontre les contes de fées…


Enchantement



Ce soir,
J’ai dressé ma table de blanc.
Impatient, je l’attends.

Les bougies raniment, d’une pâle clarté,
Mon palais endormi aux ruines alanguies.
Le doux lierre amoureux, nourri d’obscurité,
Enlace les couverts et la corbeille à fruits.

Les verres en cristal flamboient de tout leur cœur
Illuminant les mets aux vapeurs parfumées.
Dans un flacon de quartz se trouve une liqueur,
Délicate à souhait, aux diaprures ambrées.

Peut-être aimera-t-elle un peu ma compagnie ?
Seul depuis des siècles et rustre devenu,
J’ai perdu mon panache et souffre d’atonie.
Aimera-t-elle au moins mon somptueux menu ?

Par magie se jouera une valse charmante,
Et dans mes bras puissants, elle tombera d’amour,
Oubliant ma laideur et ma voix répugnante :
Je serai son Tristan, son Éternel Retour.

Dans sa chambre de reine elle trouvera les clés
De coffrets de pierres et de perles d’écailles,
De bijoux, de rubans, de diadèmes maclés,
D’or à profusion et des plus belles médailles.

Lui sera concédé mon unique miroir
Pour y mirer son âme, exaucer ses pensées.
Elle sera pour toujours la dame du manoir,
La fidèle Psyché des vieux contes de fées.

Un sortilège atroce effaça ma beauté.
M’offrira-t-elle demain cette affection honnête,
Qui me libérera de tant de cruauté ?
Je suis si malheureux : elle est Belle et moi Bête.


Ce soir,
J’ai dressé ma table de blanc.
Enfin, je l’entends.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ora   
13/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Effectivement le conte est bien présent dans votre poème! Vos descriptions font se dessiner la scène, la lueur des chandelle, les mets, boissons, la luxuriance du lieu... qui ne masquent rien de ce triste appel de la Bête. Le message de fond est important (l'impact de l'apparence sur les liens qui se créent entre les personnes), merci de le traiter ici!

En relisant votre poème, je me dis qu'il serait peut-être plus réussi encore sans les deux dernières strophes et qu'il s'arrête juste après:
Lui sera concédé mon unique miroir
Pour y mirer son âme, exaucer ses pensées.
Elle sera pour toujours la dame du manoir,
La fidèle Psyché des vieux contes de fées.

Je trouve cette "fin" intéressante parce qu'elle nous laisse dans l'énergie du conte. Et en même temps, elle vous priverait de dévoiler ici l'identité de la Bête, mais est-ce essentiel?

   papipoete   
14/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
contemporain
Un affreux sortilège a transformé mon apparence, et je pourrai vivre éternellement, mais sous les traits d'une bête hideuse .
Depuis des siècles, j'attends l'aimant toujours si fort " ma Dame du manoir ", et ce soir, impatient je l'attends .
Un coup de baguette magique pourrait-il me rendre ma beauté, conjurant le sort, et regagnant l'amour de ma " Belle " ?
J'ai dressé la table de blanc, enfin je l'entends ...
NB un conte de fée suranné mais que les vers tendres évoquent de belle façon ( le doux lierre amoureux, nourri d'obscurité
enlace les couverts et la corbeille à fruits )
Il manque un mot au début du vers " je suis si malheureux ...", quel est-il ?

   Lulu   
15/11/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,

c'est pour moi un très beau poème de par l'histoire, bien sûr - la réécriture poétique de "La Belle et la bête" est chouette - mais aussi de par la musicalité. Je lu ce texte, en effet, en étant complètement bercée par sa musique harmonieuse...

Les images, sont par ailleurs, fort belles et intéressantes. On imagine la table, jusqu'à la laideur de la Bête que je trouve bien exprimée par le mot "laideur" et la "voix répugnante" qui ont eu pour effet, réussi, de me faire faire une grimace... Mais je ne doute pas que la Belle saura l'aimer d'une "affection honnête"...

Bonne continuation et félicitations à l'auteur pour ce bel exercice.

   Anonyme   
2/12/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour MissNeko,

Le conte porte bien son titre : quel enchantement ! Cette pauvre bête me fait de la peine. Triste - elle, la Bête - voudrait revoir sa Belle, et finalement l'entends, après l'avoir attendu pendant des lustres. La Bête est seule, triste, éprise d'amour pour sa Belle. Mais la Belle se fait attendre et désirer, et le temps est long, si long...

Le décor est planté : les bougies/pâle clarté/palais endormi/obscurité... jusqu'à la corbeille à fruits qui attend, elle aussi... Les verres en cristal, bien entendu, flacon de quartz, etc. pour une atmosphère tamisée et subtile.

Un conte haut en couleur, donc, servi par une écriture à couper le souffle. J'admire votre aisance à nous conter des histoires belles à rêver.

Un grand bravo !

Wall-E

   Anonyme   
2/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
De belles images, pour cette adaptation poétique du conte qui sait parcourir le temps sans ne rien perdre de son incitation à la réflexion.
Une table romantique dressée avec délicatesse par cet être à l'apparence hideuse.
Ah, la beauté intérieure...

" Lui sera concédé mon unique miroir
Pour y mirer son âme, exaucer ses pensées.
Elle sera pour toujours la dame du manoir,
La fidèle Psyché des vieux contes de fées." joli passage.

   plumette   
2/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Miss Neko,

Vous faites passez beaucoup de choses dans ce texte! j'ai laissé reposer ma lecture un petit moment et ce qui me reste est la tristesse que j'éprouve pour cet homme qui met tant d'espoir dans cette rencontre attendue tout en doutant déjà de pouvoir échapper à son affreux sortilège.
Je la vois cette table dressée de blanc dans ce palais décati, je vois cet homme contrefait mais l'éclairage aux bougies nimbe le tout d'une certaine douceur.

j'ai buté sur certains mots comme diaprures ambrées ( trop de r qui viennent contrarier la douceur...) et j'gnore ce que veut dire maclé.

je me suis demandée s'il fallait nommer "la bête" que j'avais reconnue.

Quel univers! j'aime la manière dont vous nous le partagez.

Plumette

   Michel64   
3/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour MissNeko,

L'ambiance est bien posée et mon imagination n'a eu aucune peine à entrevoir la scène. Déjà pour cela, bravo!
Un vers qui me parait un peu plus faible :
"D’or à profusion et des plus belles médailles."
Pourquoi pas simplement : "De l'or à profusion et de belles médailles" ?"
Pour le reste de très jolis vers comme au dernier quatrain par exemple.

Au plaisir de vous relire

Michel


Edit: Désolé je me suis trompé de pseudo et vous ai appelé MissNode (une autre Miss très connue du site). Voilà qui est corrigé.

   Pouet   
2/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Slt MissNeko,

Eh bien c'est une bonne idée ma foi de mettre ce conte en rimes.
C'est bien fait dans l'ensemble.

Je vais peut-être regretter le manque de folie de la chose, cela reste dans les rails tout du long. Mais ce n'est que mon goût.

Je trouve que l'exercice est réussi.

Au plaisir.

   Sodapop   
3/12/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Toujours la merveilleuse plume de MissNeko, qui nous fait voyager, voir la poésie avec des yeux d'enfants émerveillés. Tu arrives toujours aussi bien à marier tes poèmes au fantastique, tout en gardant une vrai maitrise des mots et du rythme. Ce qui me plait, c'est cette profusion d'idées dans les thèmes que tu choisis. Quelle bonne idée une fois encore de faire vivre ce conte dans les chimères de la poésie. Bravo et merci. C'est sublime.

   Anonyme   
3/12/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Miss,
des images poétiques d'une telle force que l'on s'assied devant votre texte comme devant un écran de ciné, et puis on laisse la magie opérer, le film défilé devant notre regard d'enfant.
Voilà de la grande poésie, abordable, délicate, musicale, lumineuse, et qui raconte, qui nous transporte en un autre décor, un autre monde, un autre temps, dans le grand imaginaire.
Un vocabulaire riche: un mot à découvrir (maclé), d'autres à redécouvrir avec bonheur.
Tout est là, la poésie, le conte, l'amour, l'émotion, l'espoir, une harmonieuse mise en scène dans de somptueux décors...
un grand bravo à vous Miss.
A vous relire, bien entendu.

   Alcirion   
3/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour MissNeko,

Une belle impression après la lecture de ton poème. J'ai été frappé par les descriptions matérielles, pas si fréquentes en poésie. La phrase est claire, ce qui les sert bien, le choix du vocabulaire montre, je pense, une certaine réflexion.

Pour le fond, j'avais pensé à la Belle et la Bête, à la troisième strophe, je suis fier d'avoir deviné ton propos, lol !

Une petite broutille de ryhtme, autant la première strophe claque parfaitement, autant j'ai l'impression à l'oreille qu'il manque un pied au dernier vers, mais ce n'est que mon oreille !

Le léger sentiment de mélancolie de ce texte est très agréable, bonne continuation !

   Arlet   
3/12/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Miss Neko,
Ce poème est un coup de baguette magique qui nous emmène au pays des merveilles avec des yeux d'enfant ébloui.
On pense à la pauvre "bête" attendant sa belle qui va peut-être (sûrement) venir.
On a souvent besoin de rêver un peu.
Merci d'avoir partagé avec nous.
Arlet

   MissNeko   
3/12/2016

   Bidis   
3/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Les premières strophes m'ont enchantée, il s'en dégage une ambiance au charme fou qui m'a subjuguée. Par contre, je trouve la fin du poème bavarde. J'enlèverais les strophes "Dans sa chambre etc" et "Un sortilège atroce etc", je trouve qu'elles n'apportent rien au poème et au contraire, l'alourdissent.

   Annick   
4/12/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Quelle belle écriture ! A la lecture de ce poème, j'ai été transportée. Ce que j'y recherchais, je l'ai trouvé : l'émotion, la beauté des images, la simplicité, l'émerveillement. J'ai apprécié que vous nommiez la bête à la fin de votre poème. Merci pour le rêve ! Votre poésie est juste parfaite !

   Donaldo75   
4/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour MissNeko,

J'ai été enchanté par cette poésie à l'aune d'un conte de fées. Le rythme est là, les images s'ancrent dans le cerveau du lecteur sans pour autant s'accrocher au mythe de la Belle et la Bête.

Il y a un côté pictural, presque nature morte, dans le début, la table ainsi dressée.

Bravo et merci pour la lecture,

Donaldo

   hersen   
4/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
L' impression qui se dégage de votre poème à la première lecture est un charme fou. Parce que, je crois, vous avez su allier le conte à la poésie dont le narrateur est la Bête.

Le choix du vocabulaire y contribue grandement, bien sûr (sauf pour "à souhait", je ne saurais dire pourquoi, cette expression ne m'emballe pas. Mais c'est un détail)

Un petit plus pour "affection honnête"...

Par contre, faire des rappels de qui est la Bête (laideur, voix répugnante sortilège atroce ) enlève peut-être de la force à la fin. Car après tout, tout le monde connait l'histoire et justement, un petit suspense m'aurait bien plu.

Merci de cette lecture

hersen

   Anonyme   
15/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Très agréable à lire.
Malgré quelques expression que je trouve un peu lourdes comme "souffre d'atonie", "elle tombera d'amour", "affection honnête"...
Et puis cette expression un peu éculée "elle est Belle et moi Bête."

Enfin le rythme, parfois 13, parfois 14 syllabes, des ruptures par rapport à la majorité à 12.

   Anonyme   
14/1/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
J'ai plongé dès le quatrième vers dans cet univers. L'image de la Belle et de la Bête et le visage de Jean Marais et de Cocteau se sont imposés à moi.
Rien ne me heurte, tout coule de source; vous avez parfaitement conté la fable , ni d'excès, ni de faiblesses. Ma seule réserve (mineure) ne vaut que parce que j'étais tellement pris par le récit que le dernier vers
[Je suis si malheureux : elle est Belle et moi Bête.] m'a semblé de ce fait superflu.
Vous pourriez sans dommage transformer ce quatrain par un tercet et éliminer cette précision qui me semble inutile.

En outre, les derniers mots qui reproduisent finement les premiers vers ôtent le doute sur l'arrivée de la Belle et dissipent le "je suis malheureux" puisqu'enfin elle arrive :)

Bon, tout cela reste sujet à caution mais c'est ainsi que j'ai lu votre merveilleux poème.


Oniris Copyright © 2007-2020