Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : Dégustation
 Publié le 07/09/20  -  11 commentaires  -  672 caractères  -  197 lectures    Autres textes du même auteur

en humer les contours
comme on flaire
un bon plat
nourriture


Dégustation



les ouvrir chacun
comme boîte précieuse
à pilules
de bonheur

en humer les contours
comme on flaire
un bon plat
nourriture

en effleurer la tranche
l'effeuiller
vigoureusement
avidité

le retourner
en parcourir le dos
dévorer déjà des yeux
promesses de régal

revenir au titre
il évoque ou pas
d'emblée
fournit le goût

s'empêcher
de lire le final
se dépêcher
d'entamer l'incipit

bouchées de saveurs
de la langue des auteurs
l'écriture

luxe de l'artisan
reliures encore odorantes
le livre


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   poldutor   
7/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Voila une façon délicieuse de découvrir un nouveau livre relié...
L'auteur(e) tel(le) un gourmet l'eau à la bouche savoure le volume des yeux, du nez, des doigts; il retarde le moment de l'ouvrir :
"en humer les contours
comme on flaire
un bon plat"
"en effleurer la tranche"
"le retourner
en parcourir le dos
dévorer déjà des yeux
promesses de régal"
"revenir au titre"
"s'empêcher
de lire le final
se dépêcher
d'entamer l'incipit"
On reconnait là un lecteur gourmand et un bibliophile de qualité.
c'est de la fine gastronomie!
Merci pour ce moment de sensualité littéraire...
Cordialement.
poldutor en E.L

   Arsinor   
30/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour, voilà un poème presque auto-référencé, où les textes sont comparés à de la nourriture et la lecture à une dégustation. Ceci pour les bons livres je présume, à l'instar de votre poème en petites strophes. J'aime bien.

   papipoete   
7/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour MissNode
" Oh, un livre ; ce titre en plus ! Je l'avais vu dans la vitrine sur la place ! Il ne fallait pas...
Au revoir, et à bientôt ! je ne sais comment vous remercier ! "
Il est là sur le guéridon, il me tend les bras, je le prends en main : tous mes sens en éveil, ma vue devant sa reliure ; son odeur de parchemin ; et le toucher quand je l'ouvre comme un écrin... et enfin je lis.
NB quand un ouvrage émerveille comme un étalage de chocolats précieux, défaire son ruban précautionneusement, et commencer la dégustation en savourant chaque ligne aux mots " caviar ", et être tenté de lire la fin pour se rassurer...avant de l'avoir commencé.
Il peut y avoir aussi le livre " attrape-nigaud ", à la riche couverture mais rien dedans comme une huitre perlière vide, mais que l'on aura reçu, non point choisi !
dans l'ensemble du poème, chaque sens est bien amené, hormis la 5e strophe " il évoque ou pas/d'emblée "... quoi ?
je ne suis pas un bon lecteur, en effet je grignote quelques pages, et ( malgré le suspens ou la passion ) entreprends une autre activité neuronale... et reprend le lendemain, ainsi de suite.
Mais j'aime lire pourtant !

   Corto   
7/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Associer "dégustation" à Livre, je prends tout de suite.
Pour moi la dégustation est un peu différente de celle indiquée, car je préfère ouvrir le livre, picorer ici ou là un paragraphe, puis deux, trois, quatre. Dès lors je sais si je vais aimer ou non.
Je me retrouve donc facilement dans les deux premières strophes. Par contre la reliure ou la tranche m'intéressent peu.

En tout cas l'auteur nous montre ici une belle complicité avec les livres, on y voit un véritable gourmet qui vous inviterait à partager son plaisir.

C'est bien rendu, même attirant.

Merci pour le partage.

   Bellini   
7/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien
MissNode, ce pseudo vous va tellement mieux que le plus répandu MissMode ! Cette dernière aurait sûrement écrit un poème de soumission à la fameuse liseuse, fossoyeuse à laquelle mes doigts ne se soumettront jamais, tant qu’ils auront la force de tourner goulûment les pages d’un aussi beau livre que le vôtre.

J’hésite à me dévoiler sous cet angle-là, mais à vous lire j’ai regretté de ne pas avoir cinq ans pour aller chialer un bon coup dans les jupons de ma bibliothèque.

A votre jeu de cache-cache j’ai d’abord pensé au mot souvenir. Je trouve qu’il convient parfaitement aussi. C’est là que les premières larmes me sont montées, au souvenir de ce premier roman qu’un jour j’ai tenu dans mes mains, hors du foyer natal (c’était dans la bibliothèque de l’école, pas chez les Thénardier non plus). Je ne vous remercie pas, MissNode, de remuer ainsi la genèse de ma triste vie. Ça s’appelait Le … , oh et puis non, ça dévoilerait mon jeune âge. Aujourd’hui encore je continue d’en lire un épisode par an, même si j’ai les moyens de me payer un manga en noir et blanc.

Les livres reliés étant tout de même assez rares dans l’édition courante, mon choix esthétique se porte sur la Blanche de Gallimard et la Bleue de Quai Voltaire. J’ai un pan de mur qui vaut dans les trente mille euros, tout en tranches bleues et blanches que ma femme recompose au quotidien pour les assortir à ses pulls marins rayés. Un jour, faudra quand même que j’en lise un.

Bien sûr, votre poème ne dit pas tout sur l’attirance du livre. Je crois qu’il laisse à chacun le soin d’intégrer vos caresses dans notre propre perception. Je n’ai jamais trompé mes livres.

Un livre, c’est tellement plus mystérieux qu’une liseuse, parce que :

Sur un livre
Les empreintes
Ne se voient pas


Bellini

   Stephane   
7/9/2020
 a aimé ce texte 
Pas
Bonsoir MissNode,

J'aurais aimé pouvoir apprécier cette dégustation mais je n'ai pas du tout été emballé par la marchandise.

Je n'ai pas ressenti d'émotions particulières dans ce poème où les strophes très courtes nous dévoilent un plat que je ne comprends pas, malgré mes efforts, et que je juge sans saveur.

Après une relecture attentive il s'agit d'un livre et de ses reliures, mais l'écriture ici ne m'a pas convaincu.

Stéphane

   Pouet   
8/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Slt,

ah oui... ça fleure certainement meilleur qu'une tablette! :)

J'ai bien aimé l'évocation, la façon épurée de dire.

J'ai toutefois un peu buté sur:

"un bon plat
nourriture"

Formulation un brin tautologique, du moins assez déroutante, trop "copieuse"...

Mais le parallèle avec la sustentation physique, ce rapport avec la "nourriture spirituelle" rend bien hommage à cette dévoreuse de livre. Miam.

Au plaisir

   Luz   
8/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour MissNode,

J'aime beaucoup cette succession de presque haïkus qui donne une sorte de recette pour apprivoiser un livre relié.
L'ouvrir, le sentir, l'effleurer, l'effeuiller, le tourner en tous sens, revenir au titre et... la reliure.
L'amour des livres "papier" à l'ère du numérique, le plaisir, la magie du toucher...
Bravo !

Luz

   Lulu   
9/9/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
MissNode,

J'ai eu l'impression que laisse les haïkus en première lecture, soit hier, et le sentiment, aujourd'hui, en relecture, de retrouver cette forme de construction avec le dernier vers de chaque strophe qui précise, à sa façon, les vers qui précèdent.

Je trouve ce poème très riche dans sa forme, mais aussi dans l'évocation de la lecture d'un livre qu'on découvre au fil du poème, et dans celle que nous connaissons tous ou presque, dirais-je, au vu de l'évolution de la manière d'approcher la lecture avec les outils numériques.

Le titre me paraît très vague, car il pourrait porter sur tout autre chose, mais je le trouve très approprié dans le sens où ce poème semble indiquer une dégustation, un peu à la manière d'une découverte.

J'ai trouvé l'ensemble parfait, et sensible. Vraiment, j'ai beaucoup aimé, mais si je devais préciser un bémol, ce serait le dernier mot tel qu'il est amené "le livre". En effet, il est presque de trop ou, peut-être l'ai-je trouvé, ainsi, presque trop brusque car dénué d'adjectif. Bien sûr, mon impression est toute subjective... et, honnêtement, je ne sais quel adjectif j'aurais ajouté. Je crois que c'est plus l'absence de musicalité dans "le livre" qui me rend ce dernier mot, épuré, oui, ainsi.

En tout cas, bravo pour l'idée de ce poème et pour sa composition d'ensemble que je trouve très réussie et inventive par rapport aux haïkus que nous connaissons tous ou presque et qui, sans en être, en rappelle quelque chose dans la forme au niveau de l'unité de chaque strophe.

Merci du partage.

   MissNode   
9/9/2020

   Yannblev   
11/9/2020
A l’heure de la dématérialisation tous azimuts voilà une évocation qui fait du bien… poème d’un bibliophile averti qui nous fait simplement mais assurément et artistiquement partager sa passion.

Grand merci pour ces mots, merci pour les livres.


Oniris Copyright © 2007-2020