Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : En mémoire aux duvets – 4
 Publié le 13/08/18  -  9 commentaires  -  929 caractères  -  133 lectures    Autres textes du même auteur

Touches de sensualité : mini-poèmes...


En mémoire aux duvets – 4



1.

tes chuchotements
au long de la nuit me masseront

autour de toi je coulerai
pour ta berceuse qui me tournoie

plongée dans le velours
une vie à se parler
de nos doigts et nos mots emmêlés

quand pourrais-je écrire
tes mains
comme elles te racontent
à moi
touche-moi

2.

sensualité palpable
torse reins

les hommes sont beaux
il n’est pas temps
de détourner le regard

les doigts
frémissent de voir venir
leurs rides
la fin des caresses

3.

si je veux
si je désire
c’est que monte le cri
silencieux de loin

puis sous la peau
plus d’entrave
plus de murs
voler la belle affaire

car je veux
car je désire
point d’envol sans union
point de source sans cri
longeant les soupirs


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
1/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,

Un titre pas très attirant, une présentation alléchante.

Un ensemble qui ne m'emballe pas, ne me ravit pas, cependant.
Le choix des verbes est souvent surprenant, malhabiles, à mes yeux:
masser, couler, toucher, être (trop usé/banal/passe partout).

Dans le n° 2 entamer le fragment par "sensualité palpable" est bien maladroit, on préférerait palper la sensualité sans en être averti, (un peu comme les rires en voix off des séries qui se veulent drôles)

Je ne suis pas charmée de l'ensemble.

Bonne continuation,
Éclaircie

   Queribus   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

De la poésie légère, facile à lire, sans mots pompeux et phrases interminables. Une écriture moderne sans charabia incompréhensible. Un instant de détente à vous lire comme on aimerait en trouver souvent.

Bien à vous.

   Anonyme   
13/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Je suis moins charmé par ce quatrième opus des duvets que par les précédents.

Les quatre premiers vers sont un peu poussifs je trouve et de ce fait ne permettent pas d'entrer correctement dans le texte. Notamment le deuxième vers très long, lourd avec ce masseront pas du tout sensuel (et pourtant!).

Par la suite le rythme s'installe, avec de très belles choses: "plongée dans le velours
une vie à se parler
de nos doigts et nos mots emmêlés"

"les doigts
frémissent de voir venir
leurs rides
la fin des caresses"

Mais on perd à nouveau le rythme sur les derniers vers, moins fluides, moins forts.

Bref, des duvets un peu inégaux. En espérant pourtant qu'il y aura une suite!

   PIZZICATO   
13/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour MissNode
J'ai trouvé ce quatrième volet inégal.
Des passages intéressants comme :
" tes chuchotements
au long de la nuit me masseront "

" plongée dans le velours
une vie à se parler "
" les doigts frémissent de voir venir
leurs rides
la fin des caresses "

J'ai moins aimé : " ta berceuse qui me tournoie ".
" tes mains
comme elles te racontent
à moi ".

La sensualité reste présente.

   jfmoods   
14/8/2018
Voici sans nul doute le plus attachant des fragments proposés jusqu'alors.

La poétesse, prise de cours par l'orage sensuel (question au conditionnel présent : "quand pourrais-je écrire / tes mains", constats : "sensualité palpable / torse reins / les hommes sont beaux"), postule un lâcher prise (litote : "il n'est pas temps / de détourner le regard", impératif : "touche-moi"), un embrasement à amplifier indéfiniment pour conserver en soi le flux de la vie ("les doigts / frémissent de voir venir / leurs rides / la fin des caresses").

Comme aimantés, les corps se répondent, courbes ductiles formant un harmonieux ballet ("autour de toi je coulerai / pour ta berceuse qui me tournoie").

Un jeu de synesthésies témoigne de cette complicité tacite des amants (voix et toucher : "tes chuchotements [...] me masseront", "nos doigts et nos mots emmêlés", "tes mains / comme elles te racontent").

Le temps ne compte plus ("au long de la nuit", "une vie à se parler"). Les limites s'abolissent (image de la douceur : "plongée dans le velours", gradation : "sous la peau / plus d’entrave / plus de murs").

Seul importe ce prodigieux feu d'artifice des sens que l'on traverse à deux, de son ébauche (gradation : "si je veux / si je désire", "car je veux / car je désire", participiale : "longeant les soupirs") à son apogée (parallélismes : "point d’envol sans union / point de source sans cri", forme infinitive : "voler la belle affaire", oxymore : "le cri silencieux").

Merci pour ce partage !

   wancyrs   
14/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Miss,

Encore un opus plein de sensualité ! Je suis convaincu que lu en ASMR il aurait beaucoup de succès. l'ensemble est si doux à l'oreille à s'écouter lire... Merci !

quand pourrais-je écrire
tes mains
comme elles te racontent
à moi
touche-moi

Je crois qu'un point d'exclamation aurait fait du bien ici, après "Touche-moi !"

Wan

   Ombhre   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Miss Node,

encore un poème bourré de sensualité et de vive douceur.
J'ai toutefois trouvé cet ensemble moins abouti que le précédent, avec des tournures qui ne m'ont pas convaincu:
"autour de toi je coulerai
pour ta berceuse qui me tournoie"
ou
"sensualité palpable
torse reins"

J'ai par contre beaucoup aimé:
"quand pourrais-je écrire
tes mains
comme elles te racontent
à moi
touche-moi"
ou
"car je veux
car je désire
point d’envol sans union
point de source sans cri
longeant les soupirs" même si la répétition de "point" pourrait être évitée.

Merci pour le partage.

   MissNode   
2/9/2018

   Eki   
11/9/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Miss Node, peut-être avez-vous été dépassée par les événements ?
Evidemment, c'est un boutade !
On ne peut pas écrire des perles tous les jours, me direz-vous.

J'aime moins ce texte. Certaines images ne m'emmènent nulle part et je suis un grande voyageuse.

Masser/couler/ta berceuse qui me tournoie/sensualité palpable/voir venir.

Je pense que la sensualité n'est pas un état "palpable"...mais ressenti. Je veux dire qu'avant d'être ressenti physiquement, c'est avant tout éprouvé émotionnellement...mais ce n'est que mon avis.

Le 3 me plaît mieux. Là, je vous retrouve.

Eki se hâte vers votre prochain texte


Oniris Copyright © 2007-2020