Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : En mémoire aux duvets – 5
 Publié le 08/09/18  -  7 commentaires  -  683 caractères  -  99 lectures    Autres textes du même auteur

Touches de sensualité : Recette.


En mémoire aux duvets – 5



Restons dans l'appétit
voulez-vous
petit à petit
se laisser deviner
– planera un doute
jouir un peu plus tard.

Faisons simple voyez-vous
et quand bien même
trop en quête d'air pur
pour nous rafraîchir
de nos caves où mûrit notre vin
quand bien même
nos conversations
se figeraient en l'air
nous libérant
des pensées des mots des questions.

Voyez-vous le grand avantage
de n'avoir plus que nos mains
et toute notre peau
ne se dire que silences
soupirs et regards
indéchiffrables parfois
émouvants
et le Diable pourquoi !
« Peu me chaut » dira-t-il.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Raoul   
17/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,
Je reste sur ma faim."Faisons simple voyez-vous", le problème, c'est que ce texte n'emprunte pas cette voie.
Des circonvolutions alourdies par des nos/notre et vouvoiement pour ne pas dire grand chose. On est vraiment dans une carte du tendre (cuisson). Pourquoi parler de "silences/soupirs/regards, dont il ne reste que l'"indéchiffrable"aussi platement dit ?
À mon goût - qui n'est que le mien - , cette recette - sentimentalité sur son lit de cresson - n'est pas du meilleur cru ou cuit.
Pas convaincu.

   Eclaircie   
19/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Un poème qui me laisse un peu sur ma faim.
Certes le menu semble alléchant, les "amuses-gueules" goûteux, cependant, le chemin depuis se "laisser deviner", jusqu'aux "mains et la peau" me paraissent bien un complet menu.
Et tant mieux si "peu chaut au diable".
"Faisons simple" ? La manière de l'exprimer ne l'est pas vraiment
Un texte étrange, original, intéressant à découvrir mais qui n'a pas soulevé mon enthousiasme.

Merci du partage,
Éclaircie

   izabouille   
23/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je n'ai pas compris pourquoi le titre 'Recette', je n'ai pas trouvé que c'en était une... Cela dit, la poésie est belle, elle raconte un instant, celui où il ne faut pas précipiter les choses, jusqu'à ce que le diable s'en mêle. Merci pour ce bon moment de lecture

   PIZZICATO   
8/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce cinquième volet et sa " recette " me plaisent bien.
" Restons dans l'appétit
voulez-vous
petit à petit ... "
comme chante Gréco : << pas tout de suite, pas trop vite >>

" soupirs et regards
indéchiffrables parfois
émouvants " j'ai aimé ce passage.

Par contre je n'ai pas saisi le sens : " de nos caves où mûrit notre vin "

   MonsieurF   
9/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Je n aime pas le dernier vers. C est trop abrupt ce dit il. Pas poetique.

Mais comme j ai beaucoup aimé le reste, la vivacité des mots et leur élégance, ça compense.
Cependant, je pense que ces 5 mémoires sont assez inégaux et mériteraient un léger retravail pour forger un peu plus leur unité.

   Ombhre   
10/9/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour MissNode,

un 5ème opus qui hélas ne me convainc pas. Je n'y ai pas retrouvé la douce sensualité des autres, cette légèreté qui est et n'a pas besoin de s'expliquer, mais plus une certaine lourdeur ("Voyez vous le grand avantage" par exemple).
Là où, sur l'opus 3 en particulier, tout était sens et légèreté, j'ai trouvé ici une sorte de réflexion plus "laborieuse" que dans les opus 2 et 3 qui m'avaient séduit.
La chute enfin m'a semblé trop brutale.

Merci pour le partage.

   jfmoods   
14/9/2018
La poétesse met ici en scène une conversation fictive avec un homme ("Restons", "voulez-vous", "Faisons simple", "voyez-vous" × 2).

Il s'agit d'un argumentaire qui défend une certaine idée de la sensualité envisagée comme un dépassement des codes généralement admis (anaphore : "quand bien même" × 2), comme une épreuve de patience (images diverses figurant la montée du désir : "l'appétit", "petit à petit", "jouir un peu plus tard", "trop en quête d'air pur / pour nous rafraîchir", "nos caves où mûrit notre vin") préservant la densité du mystère que constitue la relation à l'Autre ("se laisser deviner - planera un doute", "indéchiffrables parfois / émouvants / et le Diable pourquoi !") et sur laquelle règnerait, sans partage, le langage des corps (personnification : "nos conversations se figeraient en l'air", gradations : "nous libérant / des pensées des mots des questions", "ne se dire que silences / soupirs et regards", locution restrictive : "n'avoir plus que nos mains / et toute notre peau").

Réponse cinglante au discours direct (expression ancienne : "Peu me chaut"), le dernier vers vient marquer la distance prodigieuse qui sépare l'imaginaire féminin d'un imaginaire masculin nettement plus terre à terre.

Merci pour ce partage !


Oniris Copyright © 2007-2018