Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : Hiver
 Publié le 23/07/21  -  5 commentaires  -  1384 caractères  -  88 lectures    Autres textes du même auteur

Contempler l’horizon…


Hiver



La plume toujours en mouvement
et l’horizon qui surveille
par-delà les collines étalées.

Les hommes ont une douceur et je ne le savais pas.

L’horizon des collines est profond
à la nuit qui tombe
derrière les gouttes collées
sur le sombre de la vitre
L’horizon est blotti dans le velours.

Je crie au monde une victoire qui ressemble à un prends pitié.

L’horizon s’embrume
La profondeur tourne plate comme un brouillard
Pelures et léchures troubles
comme les eaux qu’il porte
lui aussi
le brouillard
est une explosion de gouttes
hébétées d’être en suspension.

Il y a mille sentiers
au bas de la vitre qui coule
pour rejoindre l’horizon des collines
Mille sentiers et je n’en vois aucun
Je ne vois que les crêtes des collines
qui plongent dans les brumes
La pluie déverse la nuit
autour de ma maison.

Puis l’œil assassine l’amertume
étrangle la peine
piétine les terreurs
Le duvet de la terre
a un bercement qui ronronne
une lueur qui crépite
comme feux de l’enfance
sur gâteau d’anniversaire
Et le cœur redevient attentif
à la grande vie qui traverse
la petite vie qui s’écoule.

Novembre 2002 - Mas Hubert (Cévennes gardoises)


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Provencao   
23/7/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
" Et le cœur redevient attentif
à la grande vie qui traverse
la petite vie qui s’écoule. "

Dans cette sublime strophe en expression de l'âme, de l'être, ce coeur attentif nous invite à réfléchir sur ce : il restera toujours quelque chose d'innomable, de secret, presque d'indefinissable, que la mémoire, l'enfance ne pourront jamais traduire sans le recours des bercements de l'enfance, et de l'image.


Belle inspiration en vos mots, comme une confidence, une lumière intérieure...
Merci

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   hersen   
23/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Et le coeur redevient attentif
à la grande vie qui traverse
la petite ville qui s'écoule.

C'est un très bon poème, qui laisse flotter l'horizon et ses collines à leur guise tandis qu'un petit bout d'humain est là, perdu mais pas perdu.

Un excellent moment de lecture, merci la miss !

   sauvage   
26/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour MissNode,

C'est une jolie promenade hivernale et immobile d'une poétesse regardant (par la fenêtre) la marche du monde, les saisons, les cycles, l'enchaînement des événements,etc. Et cet horizon bien changeant, comme des humeurs. Et puis, ces arrêts et des échappées comme celle-ci :
"Les hommes ont une douceur et je ne le savais pas."

Entre trouble et douceur, de belles images poétiques naissent, comme ce brouillard vu comme "une explosion de gouttes hébétés d'être en suspension." Ce brouillard est aussi celui de nos idées, souvent confuses, fantasques, rarement arrêtées.

J'aime particulièrement ce que dit l'avant-dernière strophe se focalisant sur l'élément eau absolument partout et ses "sentiers" invisibles mais possibles, l'écoulement de la vie dont l'idée est reprise pour conclure le poème.

J'apprécie beaucoup le traitement du sujet et ses multiples sens de lecture.

Au plaisir de vous lire à nouveau.

sauvage

   MissNode   
31/7/2021

   EtienneNorvins   
20/8/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour MissNode,
Merci pour votre texte. Que de belles images, dans cette atmosphère mélancolique... Grâce à vous, le prochain brouillard que je croiserai sera bien différent de ceux qui l'auront précédé...
Respectueusement.


Oniris Copyright © 2007-2020