Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : Nature morte
 Publié le 04/07/21  -  9 commentaires  -  569 caractères  -  179 lectures    Autres textes du même auteur

Comme des miroirs…


Nature morte



Jette, la Lune,
ton regard
sur l’humanité qui s’endort
aux besoins de son corps
de se nourrir des rêves.

Ceux qui bâtissent
ceux qui expirent
et les autres qui meurent
à la vie de l’amour,
à trop braver les cités d’armures,
et réinventer
le temps du vide.

À trop serrer son cœur
au creux de ses poings,
les poumons refermés,
l’air ne filtre
ni les yeux ne voient.
Ils sont hagards
devant des masques
qui les regardent
comme des miroirs.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   ANIMAL   
27/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très joli poème que ce regard de la nature sur les humains par l'intermédiaire de la lune.

Les vers sont harmonieux, le rythme lent correspond à la contemplation de l'astre de nuit et exhale comme une rêverie. Le drame couve et la vie passe sous le regard impavide de la lune.

Je me suis laissée envoûter par cette ambiance feutrée.

   dream   
28/6/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Dans une luminescence froide, la lune jette un regard sur des gens endormis. Et dans leurs rêves, elle y voit un monde où les rapports entre les personnes se déshumanise de plus en plus ; une société où le pouvoir de l’argent, grand prédateur, fléau de l’humanité, ne fait plus beaucoup de place à la fraternité et anesthésie les fibres de l’amour et de la tendresse. Une déshumanisation complète, c’est ça qui nous pend au nez : la jungle froide où beaucoup auront des miroirs à affronter.

Un texte d’une superbe lucidité !

   Provencao   
4/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
" Jette, la Lune,
ton regard
sur l’humanité qui s’endort
aux besoins de son corps
de se nourrir des rêves. "

L'humanité qui s'endort qui est ici évoquée est comme le préalable à une attention vraie ; sous le vernis de la promesse c’est en fait le songe qui s’épuise. Les rêves qui cherchent sans cesse à combler les vides, l’imagination qui empêche de voir ce qui est devant soi.....

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   hersen   
4/7/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
J'aime beaucoup ce poème qui dit tant de choses peu à l'avantage de l'Homme, mais cependant sans hargne. Il paiera, et paie déjà, ses excès, mais il est touchant d'incapacité à faire autrement.

à trop serrer son coeur/au creux de ses poings

Cette idée de "poignant est magnifique, la Miss, vraiment magnifique.

J'aurais préféré le poème sans ponctuation, remplacée par un découpage un peu différent. mais ce n'est pas une critique en tant que telle, c'est une autre voie.

merci pour cette lecture !

   papipoete   
4/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour MissNode
Un poème presque " prosaïque " sous votre plume, d'ordinaire si pointue ; en effet, je comprends sans chauffer des méninges, cette supplique à la Lune ; " regarde ces gens qui dorment sous ton halo, épuisés qu'ils sont de courber l'échine, à perdre le souffle sous ce masque qui tel un miroir renvoie, à tous la même image... " triste réalité de la vie quand leurs yeux sont ouverts...
NB l'on confie rarement au Soleil, ses tourments les plus doux comme ceux qui poussent à la corde, ou au poison ; la Lune elle, pourrait en raconter des misères sanglotées, hurlées à faire peur au silence !
la dernière strophe est mon passage préféré.

   Luz   
4/7/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour MissNode,

C'est un très beau poème. Je ne sais expliquer pourquoi je l'aime : le message peut-être, la haute poésie sans doute.
"à trop braver les cités d’armures,
et réinventer
le temps du vide."
Tout est bien, du début à la fin.
Bravo !

Luz

   Robot   
4/7/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
J'ai vraiment apprécié la lecture de cette vision qui me semble correspondre à l''époque que nous vivons. Dans les masques (covid ?) qui nous regarde nous voyons notre reflet. Une partie de l'humanité s'endort choisissant le rêve de la facilité aux dures réalités du temps, cédant à l'égoïsme et préférant réinventer le vide plutôt que de construire l'avenir sur du solide.

Voilà mon interprétation de cette trés belle poésie libre qui, c'est dommage, laisse peu de place à l'espoir. D'où ma flèche en baisse.

   MissNode   
10/7/2021

   sauvage   
27/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour MissNode,

vision lunaire, douce et rêveuse, le temps des cycles encore et encore, ce poème distancié parle de la condition humaine.

Après une très belle première strophe, l'auteure désigne les acteurs et leurs actions jusqu'à "réinventer le temps du vide".

La fin me semble plus confuse. Je perds le fil avec ce "à trop serrer son coeur". Je ne comprends plus de qui on parle. J'aurais été moins perdu avec "à trop serrer leur coeur/ leurs coeurs / au creux de leurs poings ".

Malgré cela, j'aime l'ambiance générale de ce poème.


Oniris Copyright © 2007-2020